Actu-Environnement
 
   
 

Nuage de Tchernobyl en France : non-lieu pour le professeur Pierre Pellerin

Juridique  |    |  Actu-Environnement.com

La cour d'appel de Paris a décidé de clore l'enquête ouverte en 2001 sur l'impact du nuage de Tchernobyl en France. Elle a prononcé mercredi 7 septembre un non-lieu au seul prévenu dans ce dossier : le professeur Pierre Pellerin, l'ex-patron du Service central de protection contre les rayons ionisants (SCPRI, ancien IRSN) aujourd'hui âgé de 88 ans.

Le professeur Pellerin avait été mis en examen le 31 mai 2006 pour "tromperie aggravée". Il était soupçonné d'avoir dissimulé au public l'ampleur des retombées radioactives de la centrale ukrainienne de Tchernobyl qui avait explosé le 26 avril 1986. Il avait affirmé notamment que "l'élévation relative de la radioactivité" en France était "très largement inférieure aux limites réglementaires".

En mars 2001, l'Association française des malades de la thyroïde (AFMT), la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad) et 51 malades de la thyroïde - parties civiles dans cette affaire - avaient déposé une plainte contre X pour "coups et blessures involontaires", accusant les pouvoirs publics d'avoir minimisé l'impact du passage du nuage radioactif .

25 ans après l'accident, le "procès Tchernobyl" n'aura pas lieu en France, au grand dam des parties civiles. La cour d'appel de Paris a suivi les recommandations du parquet général, qui estimait en mars dernier que les analyses scientifiques ne permettaient pas d'établir un lien entre le passage du nuage radioactif et des maladies de la thyroïde. Or, un rapport cosigné par les professeurs Pierre-Marie Bras et Gilbert Mouthon, publié en août dernier montrait pourtant une augmentation importante des troubles thyroïdiens en Corse après Tchernobyl. Ce rapport d'experts a comparé les troubles avant et après le 24 avril 1986 et démontré une hausse de 44 à 100% des troubles thyroïdiens après le passage du nuage.

"Déni de justice"

Michèle Rivasi, fondatrice de la Criirad et eurodéputée Europe Écologie-Les Verts s'est dite "scandalisée" par cette décision et a dénoncé ''un déni de justice pour les victimes de Tchernobyl". "Ce non-lieu est un non-sens: la justice a eu les moyens – preuves à l'appui – de démontrer la tromperie aggravée du professeur Pellerin, qui a mené à la consommation d'aliments dont les niveaux de contamination dépassaient les normes fixées par l'UE", a -t-elle indiqué dans un communiqué.

En France, 400 victimes présumées du nuage radioactif se seraient portées partie civile dans cette affaire. Dans une interview accordée en avril dernier à Actu-environnement.com, la députée européenne appréhendait déjà le non-lieu de Pierre Pellerin qui ''risquait d'être blanchi sous pressions des politiques" alors qu'elle s'inquiétait d'une contamination radioactive des aliments suite à l'accident de Fukushima. "Si l'Etat avait informé la population des conséquences du nuage radioactif, ces troubles auraient pu être évités par la non-consommation d'aliments contaminés (…) C'est donc une véritable double-peine pour les victimes et un déni de démocratie résultant d'une volonté politique inhumaine'', fustige-t-elle. Et de s'interroger : "jusqu'à quand le nucléaire civil bénéficiera d'une telle impunité? C'est exactement la même situation qu'au Japon actuellement: la population vit dans la désinformation et continue à consommer des aliments contaminés".

Michèle Rivasi a invité l'Association des victimes de la thyroïde à se pourvoir en cassation. ''Nous irons jusqu'à la Cour Européenne des Droits de l'Homme s'il le faut'', a déclaré l'eurodéputée.

Réactions2 réactions à cet article

 

les experts et spécialistes du mensonge ont de beaux jours devant eux, la justice ( enfin si on peut encore employer ce terme ) les soutient.Cinq années pour en arriver là, pourquoi ne pas faire des comparutions immédiates pour l'oligarchie délinquante, bâclé pour bâclé au moins on gagnerait en clarté judiciaire.

technocrate137 | 07 septembre 2011 à 23h21
 
 

oui oui oui Mme Rivasi, vous avez raison d'appeler à poursuivre jusqu'en cassation, si c'est recevable sur le plan juridique, le droit hélas ne se confondant pas avec la justice. Pourquoi dans ce cas ne pas lancer un appel à soutien financier solidaire pour engager cette démarche coûteuse, et en profiter pour recueillir de nouveaux "témoignages" des "bénéficiaires" de ce cadeau inoubliable du 26 avril 1986 (j'en suis), et "rameuter" peut-être d'autres homologues et sympathisants au-delà des frontières (pour ma part c'est un médecin de famille homéopathe italien qui m'a édifié sur l'origine "Tchernobyl" de mon nodule à la thyroïde) ? ... Evidemment cela ne fournira pas plus de "preuves" opposables aux "élites" irresponsables imbues de leurs prétendus savoirs et de leurs plus-que-certains pouvoirs, qui verrouillent notre bien triste société humaine par les temps qui courent. Mais résister, c'est agir ! C'est même notre devoir d' être humain !

pftt | 08 septembre 2011 à 17h50
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]