En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Trafic d'espèces sauvages : la Commission européenne lance un plan d'action

Biodiversité  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

La Commission européenne a adopté ce vendredi 26 février un plan d'action visant à lutter contre le trafic d'espèces sauvages, devenu l'une des formes les plus lucratives de criminalité organisée au monde.

Ce plan, qui comprend 32 mesures à horizon 2020, est axé sur trois priorités. Il s'agit tout d'abord de réduire l'offre et la demande de produits illicites issus d'espèces sauvages. La Commission annonce des lignes directrices d'ici fin 2016 en vue de suspendre l'exportation d'objets anciens en ivoire à partir de l'UE. Le plan, qui s'inscrit dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme, prévoit aussi de lutter plus efficacement contre la criminalité organisée en renforçant la coopération entre les services répressifs compétents tels qu'Europol. Il vise enfin à renforcer la coopération entre les pays d'origine, de destination et de transit, notamment par le biais d'un appui financier aux communautés rurales vivant dans les zones où sont prélevés les animaux alimentant les trafics.

Un éléphant tué toutes les 15 minutes

"On estime que 8 à 20 milliards d'euros passent chaque année entre les mains de groupes criminels organisés, ce qui place ce trafic au même niveau que le trafic de drogue, d'êtres humains et d'armes", indique la Commission, qui rappelle les conséquences de ce fléau : menace sur la survie de certaines espèces emblématiques comme l'éléphant ou le rhinocéros, alimentation de la corruption, victimes humaines, subtilisation de recettes aux communautés les plus pauvres, menace sur la sécurité en Afrique centrale.

Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) salue ce plan d'action qu'il qualifie d'"initiative historique". "La criminalité faunique a atteint une ampleur inouïe : un éléphant est tué pour son ivoire toutes les 15 minutes, la population de rhinocéros décline rapidement et de nombreuses autres espèces animales parmi les reptiles et les oiseaux, sont menacées d'extinction. Une action immédiate et concertée était donc devenue indispensable", se félicite Sonja Van Tichelen, directrice régionale UE d'IFAW.

Le Parlement européen avait adopté en janvier 2014 une résolution globale appelant à la mise sur pied d'un plan d'action contre la criminalité liée aux espèces sauvages. Dans les mois qui suivirent, une consultation publique avait révélé que l'élaboration d'un tel plan bénéficierait d'un large soutien. Le plan d'action doit maintenant être présenté aux Etats membres de l'UE en vue de recueillir leur approbation.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…