Actu-Environnement
 
 
 
 

Recyclage des trains : une activité rentable

Depuis quelques années la SNCF a mis au point dans certains de ses centres techniques des filières de démantèlement du matériel roulant arrivé en fin de vie. Une activité rentable et même bénéficiaire grâce à la vente des pièces d'occasion.

Reportage vidéo  |  Dechets / Recyclage  |    |  Actu-Environnement.com
Recyclage des trains : une activité rentable

Entre 30 et 50 ans : c'est en moyenne la durée d'exploitation d'un train. En fin de vie, une partie du matériel roulant bénéficie d'un démantèlement dans les centres techniques de la SNCF. Après un désamiantage confié à une entreprise spécialisée, les équipements sont dépollués et démontés. De nombreuses pièces sont récupérées afin d'alimenter un réseau de pièces d'occasion : moteur, compresseur, radio, cartes électroniques... Au final la carcasse, exclusivement métallique, intègre une filière de recyclage de métaux.

La vente de ces 25 tonnes de métal permet à elle seule de rentabiliser le démantèlement (main-d'œuvre comprise). La vente des pièces d'occasion constitue par conséquent un vrai bonus pour l'entreprise : bonus qui peut atteindre plusieurs centaines de milliers d'euros.

Activité à part entière désormais reconnue au sein de la SNCF, le démantèlement des trains va monter en puissance dans les années à venir. Sur le technicentre des Quatre Mares près de Rouen, 120 locomotives éléctriques ou diesel ont été traitées en 2012 mais 2.500 matériels roulants (locomotives et wagons) sont en attente au niveau national. La SNCF prévoit de résorber ce stock d'ici 2018. Pour cela, de nouveaux centres de démantèlement pourraient voir le jour notamment au Mans en 2013 et sur la plate-forme multimodale de Chalindrey (projet à l'étude en Haute-Marne).

Réactions4 réactions à cet article

 

ou trouve les offres pour se service qui est tres interessant

moi | 14 mars 2013 à 21h05
 
 

Recycler, c’est bien.
Mais il faut aussi songer à notre patrimoine ferroviaire.
Il est donc important qu’un ou plusieurs exemplaires du matériel roulant soient confiés à un Musée ferroviaire, tel que celui de Mulhouse.
La Cité du train, à Mulhouse, (aussi appelé Musée français du chemin de fer), est le plus grand musée ferroviaire d'Europe.
Des associassions de passionnés des chemins de fer ont ainsi sauvé bien du matériel du ferraillage.
Hélas, certaine machines emblématique de notre patrimoine ont disparues sous le chalumeau des ferrailleurs…
Les 141 P, par exemple, dont aucun exemplaire n’a été sauvegardé.
Des 141 TA, superbes locos à vapeur, emblématiques du Massif Central, une seule a été sauvée.
Un autre aspect bénéfique de la sauvegarde de ce patrimoine, pris en compte par des associations bien souvent de bénévoles, serait d’organiser des trains touristiques sur des lignes déclassées, ou dont l’exploitation à été suspendue.
Ce serait leur assurer une continuité, voir peut-être une renaissance dans le cas d’une alternative au coût énergétique des transports.

Tireman | 20 mars 2013 à 14h23
 
 

Pourquoi dire DEMANTELEMENT ! il faut appeler les choses par leur nom !
on parle ici de démolition systématique d'un matériel payé avec nos impots comme d'ailleurs il y a 40 ans les locomotives à vapeur (un holocauste sans précédent) tout d'un coup on dira 'TIENS IL N'Y EN A PLUS COMMENT ALLONS NOUS FAIRE ?!... car il s'agit bien d'un savoir faire et de toute une technologie qui est en train de disparaitre. en france nous sommes les rois des non conservateurs (voir l'angleterre et l'allemagne et la pologne etc...) là bas au moins on ne renie pas son passé

trogs1974 | 20 juillet 2013 à 17h51
 
 

À trogs1974, bonjour.
Déjà, l’idée de « patrimoine culturel » en général a été assez dure à faire entrer dans le mode de pensée du citoyen français, lequel est plus coutumier de la culture de la fourchette et de la bouteille.
Alors, pour ce qui est du patrimoine industriel, ne rêvons pas, il n’en est qu’à ses balbutiements !
Je crois que c’est « culturel », justement :
Depuis la « révolution », la culture est, dans l’esprit populaire, une affaire de nantis…
Je ne peux donc que confirmer ce que vous dites au sujet de l’Allemagne et du Royaume Unis en matière de sauvegarde de leur patrimoine, des exemples à suivre, mais c’est une autre culture !
Enfin, les français ont toujours celle du camembert…

Tireman | 22 juillet 2013 à 09h59
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]