Actu-Environnement
 
   
 

Transport maritime de marchandises : les bateaux à voile reprennent du service

Si le bateau est déjà le mode de transport le plus propre, le recours au voilier permet d'abaisser encore l'impact carbone. Exemple à l'occasion de la livraison de produits labellisés FairTransport et importés par des magasins bio : une initiative qui préfigure peut-être de futurs cargos à voile !

Reportage vidéo  |  Transport  |    |  Actu-Environnement.com
Transport maritime de marchandises : les bateaux à voile reprennent du service

Même si des efforts doivent encore être poursuivis, notamment au niveau des émissions atmosphériques des bateaux, le transport maritime est le moins polluant lorsqu'il s'agit d'échanges commerciaux internationaux de marchandises. Mais l'impact environnemental peut encore être abaissé, soit en hybridant les motorisations – en greffant des voiles aux cargos par exemple – soit en adoptant le transport par voilier à l'instar de l'initiative portée par Fairtransport qui utilise le "Tres-Hombres", une brigantine néerlandaise de 35 mètres. Résultat : jusqu'à 90% d'économie de carburant par rapport à un bateau normal !

Souplesse sur les délais

Si le principal défaut de cette solution réside dans l'imprévisibilité du vent et donc dans l'impossibilité d'assurer des délais précis de livraison, cette solution prend tout son sens dans le cadre du transport de certaines marchandises non périssables. À tel point que se dessinent des projets d'Ecoliner : véritables cargos à voile capables de transporter jusqu'à 8.000 tonnes.

Réactions8 réactions à cet article

 

Le grand retour du transport à la voile... C'est une très jolie idée, même s'il me semble qu'elle ne peut rester qu'à la marge, visant une clientèle aisée et aimant l'aspect poétique de l'aventure.

Les impératifs de respect des plannings de chargement/déchargement me semblent assez incompatibles avec le développement de cargo uniquement à voile.
Par contre, le développement de l'assistance à propulsion (voiles, panneaux solaires, etc.) pour réduire la consommation de fuel est probablement l'avenir des navires de commerce, écologique et économique!

clise | 03 novembre 2011 à 09h40
 
 

Une solution pour le transport de marchandises entre la France, l'Espagne et le Portugal (Le Havre, Bordeaux, Bayonne, Porto, Lisbonne, ...), en évitant les milliers de camions quotidiens sur les autoroutes, et des investissements à terre très réduits.
Eco-nomique & Eco-logique !!

Zore94 | 03 novembre 2011 à 20h03
 
 

@clise
Pourquoi cela resterait-il à la marge ? Parce que nous assistons à la re-naissance de mode de transport ? Sur un trajet spécifique, sur des volumes permettant à des petits producteurs de faire transporter leurs marchandises ainsi (sans avoir à remplir un conteneur traditionnel), les coûts du Tres Hombres sont comparables au fret traditionnels.

Le "slow steaming" actuel (flotte ralentie par commerce international réduits et impact du prix du pétrole) réduit, jusqu'à 12 Noeuds, la vitesse transocéanique des porte-conteneurs, un navire comme le Tres Hombres approche les 8 Nds. Les soit-disant "impératifs" sont donc fonction du paradigme énergétique. Se limiter à ces considérations logistiques pour parler d'incompatibilité, est preuve d'un manque d'imagination, d'une myopie hydrocarburée et d'un manque de respect pour nous, marins.

Guillaume Le Grand | 03 novembre 2011 à 23h59
 
 

Est-il possible, avec des kite et autres technologies de réduire drastiquement les consommations de carburants (>90%)? La vision d'un transport de marchandises à la voile est en fait tout à fait réaliste et obéit à une analyse objective des ressources physiques de notre planète. Elle correspond à une exigence forte.

Baptiste - via la voix du gérant (qui n'aurait pas pu commander moins, car "expérimentant") donne l'impression que les coûts sont exorbitants, que les produits transportés à la voile sont hors marché. Mais c'est complètement faux, nous sommes en prise directe avec la réalité du marché.

Affirmer, que le transport de marchandises à la voile ne vise qu'une niche, et d'ailleurs n'avoir au montage retenu que cet aspect de mon "interview", ne doit pas faire oublier les fondamentaux des marchés des hycrocarbures, et, à nouveau, fait preuve d'un certain manque de projection dans un futur sans pétrole.

"Réduire la consommation de fuel lourd" implique de "continuer à en consommer massivement" et montre le logiciel avec lequel ceci a été pensé, et contre lequel nous essayons d'apporter une solution plus profonde.

Merci de ne pas balayer de la main par un commentaire les efforts de ceux qui, à chaque m3 transporté, s'activent à construire un autre avenir.

Guillaume Le Grand | 04 novembre 2011 à 00h08
 
 

@ guillaume,

Désolée de t'avoir vexé, ce n'était pas le but.

J'ai une vision carbonée du transport maritime actuel, c'est certain. Mais ce que j'ai pu constater dans les différentes compagnies pour lesquelles j'ai pu travailler, c'est que la problématique de l'économie de fuel par l'utilisation de voiles (kite ou en pontée) et de panneaux solaires et régulièrement évoquée. Je ne sais pas quelle serait la part de fuel économisée, mais il me semble qu'elle pourrait être très importante.

Quand je parle d'impératifs logistiques, ce n'est pas tant la vitesse du transport que la fiabilité de la date prévue d'arrivée qui compte vraiment. Transporter plusieurs milliers d'EVP nécessite une logisitique dans l'"arrière pays" énorme qui, aujourd'hui, supporte très mal les imprévus.

Ca, c'est le constat de l'état actuel du transport maritime et de ce qui est prévu pour les années à venir. Ca n'est pas ce dont on rêve, ça manque totalement d'imagination c'est certain.

Ce dont je rêve, et beaucoup de collègues navigants avec moi, c'est un transport maritime ramené à son juste prix et à l'échelle humaine, où les marins et leurs bateaux sont considérés et respectés, et le trafic international du coup limité, ce qui ramènerai les emplois au plus près des consommateurs. Mais aujourd'hui malheureusement, on en est loin...

clise | 07 novembre 2011 à 10h32
 
 

merci Guillaume.
Un ancien mousse.

ivanhoê | 07 novembre 2011 à 11h14
 
 

etre en contact avec un des mecanisien des bateau en fait je veux connaitre tous ce qui est moteur matime tu plus petit au plus grand et connaitre si l y a une personne qui peux me faire mieux connaitre ou me forme merci

styve | 03 février 2012 à 19h33
 
 

@ styve,

Si tu es interesse par la formation de mecanicien maritime, il faut te rapprocher des ecoles de la marine marchande ou lycees maritimes, tout depend de ton niveau scolaire.
C'est un metier passionnant, tu verras. Bon courage

clise | 09 février 2012 à 20h20
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]