En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Transports intelligents et coopératifs : lancement de SCOOP@F

Transport  |    |  Marine CalmetActu-Environnement.com

En visite dans la Silicon Valley, la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a annoncé, le vendredi 8 janvier 2016, le lancement de SCOOP@F, un projet de déploiement de systèmes de transports intelligents, basé sur la collecte et l'échange d'informations.

Le projet SCOOP@F prévoit le déploiement de 3.000 véhicules équipés de capteurs sur 2.000 km de routes (rocade de Bordeaux, voies rapides de la région Ile-de-France, autoroute Paris-Strasbourg, routes départementales d'Isère et de Bretagne). La technologie embarquée à bord permettra de collecter les données liées aux conditions de déplacement (état de la route, du trafic, comportements de conduite tels que freinages brusques ou glissements).

Les informations collectées transmises aux gestionnaires routiers serviront dans un premier temps à améliorer la sécurité routière et des agents intervenant sur les routes. D'autres fonctions, notamment l'information trafic, devraient être à l'étude dès cette année. Cette nouvelle technologie devrait également permettre la réduction des émissions de gaz à effet de serre grâce à une meilleure gestion de la consommation énergétique dans le domaine des transports.

Au final, ces capteurs et récepteurs mobiles permettront la mise en place d'un réseau de partage des informations de transport interconnecté et coopératif ressemblant au modèle des Google cars américaines, une technologie de voiture sans conducteur pilotée grâce à des capteurs et un réseau d'informations.

Facilité par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (article 37), SCOOP@F est le résultat d'une collaboration entre de nombreux acteurs publics (ministère de l'Ecologie et collectivités territoriales concernées) et privés (constructeurs automobiles, équipementiers et secteur universitaire et de la recherche).

Le projet sera rejoint en 2016 par de nouveaux partenaires européens et bénéficiera des échanges croisés de résultats de tests réalisés parallèlement en Espagne, en Autriche et au Portugal. Si l'expérimentation est positive, le ministère de l'Ecologie prévoit un déploiement national dès 2017.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…