Actu-Environnement
 
 
 
 

Pneus usagés : neuf voies de valorisation passées au crible

Aliapur, filière de valorisation des pneumatiques usagés, a engagé des travaux d'analyse du cycle de vie des différentes voies de recyclage existantes aujourd'hui. Si la démarche reste imparfaite, elle a été saluée par de nombreux acteurs.

Dechets / Recyclage  |    |  Actu-Environnement.com
Pneus usagés : neuf voies de valorisation passées au crible (© Frédéric Georgel)
Afin de neutraliser le risque environnemental que peuvent constituer les pneus usagés en France, le Code de l'environnement précise que tout pneu neuf vendu sur le territoire de quelque façon que ce soit, doit être valorisé. Dans la limite des tonnages de leurs ventes de l'année écoulée, les producteurs doivent collecter ou faire collecter, puis traiter ou faire traiter à leurs frais, les pneus usagés qui sont détenus par les distributeurs ou présents dans les entreprises et collectivités locales détentrices.
La société Aliapur, créée en 2002 par sept manufacturiers*, se présente comme l'acteur leader en France. L'entreprise collecterait près de 80 % du gisement existant et affiche un taux de collecte supérieur à 100 % (du fait du défaut de déclaration des producteurs). Si des pneumatiques échappent encore à la collecte, la filière, malgré sa jeunesse, connaît un certain succès.
Ainsi, 14,5 % des pneus collectés par Aliapur sont rechapés et réemployés, 47,1 % connaissent une valorisation matière et 38,4 % partent en valorisation énergétique. Mais cette répartition est-elle cohérente d'un point de vue environnemental ? C'est ce qu'a voulu savoir Aliapur en commandant à Ecobilan PricewaterhouseCoopers des analyses de cycle de vie des 9 voies de valorisation des pneus usagés non réutilisables (PUNR) existantes aujourd'hui. L'objectif était de comparer les impacts environnementaux générés et évités par chaque voie.

Les sols synthétiques et la cimenterie obtiennent le meilleur bilan environnemental

Les voies de valorisation étudiées ont été réparties en deux catégories : les voies destructives (cimenterie, fonderie, aciérie, chaufferie urbaine) et non destructives (bassin de rétention, bassin infiltrant, objets moulés, sols synthétiques et équestres). Huit indicateurs environnementaux ont été pris en compte : les consommations d'énergie primaire totale, de ressources non renouvelables et d'eau, la contribution à l'eutrophisation, les émissions de gaz à effet de serre d'origine fossile et de gaz édifiants, la création d'ozone troposphérique et la production de déchets dangereux.
Conclusion de l'étude : ''quelle que soit la filière de valorisation et quel que soit l'impact auquel on s'intéresse, la gestion des pneus en fin de vie se traduit dans la majorité des cas par un bénéfice environnemental significatif, dans d'autres cas, le résultat a été jugé non significatif mais montre plutôt une tendance favorable''.
Focus sur le recyclage des PNUR sous forme de roue de chariot en caoutchouc.
Focus sur le recyclage des PNUR sous forme de roue de chariot en caoutchouc.
 
Une conclusion qui a été approuvée par la commission d'experts chargée de réaliser la revue critique de l'étude, composée entre autres de Walter Klöpffer, directeur de la rédaction de l'International journal of life cycle assessment, Lars-Gunnar Lindfors, directeur scientifique du Swedish environnemental research institute et Jacky Bonnemains, président de l'association Robin des bois.
Ainsi, selon l'étude, la production de gazon synthétique, la fabrication d'objets moulés et la cimenterie apparaissent comme étant les voies les plus intéressantes sur l'ensemble des indicateurs environnementaux étudiés. Ces résultats sont donnés au regard des autres produits utilisés traditionnellement par ces filières (produits issus du pétrole en général).
Les bassins de rétention et les bassins infiltrants constituent des voies de valorisation dont les bénéfices restent relativement minimes. Concernant la fonderie, filière émergente, les bénéfices apparaissent minimes mais pourraient être prometteurs à moyen terme selon l'étude.
Pour les autres voies de valorisation, les avantages peuvent s'avérer plus ou moins marqués selon les indicateurs considérés.
Sur l'ensemble de ces voies de valorisation, les ''étapes de collecte, de tri et de broyage/granulation apparaissent secondaires par rapport aux bénéfices apportés par la valorisation''.

Des travaux qui méritent d'être poursuivis

Si les membres de la revue critique saluent ''ce travail considérable'' et en approuvent globalement la conclusion, ''ce regard est intermédiaire et pas définitif'', explique Jacky Bonnemains. Les experts ont notamment regretté la non prise en compte de la fin de la deuxième vie des produits utilisés dans les voies non destructives. Ainsi, les résultats du bilan environnemental du gazon synthétique et des sols équestres seraient-ils aussi bons si leur destruction ou revalorisation étaient prises en compte ?
Jacky Bonnemains regrette également que la pollution de l'air, notamment l'émission de COV, ne soit pas prise en compte dans l'étude, notamment dans le cas de l'utilisation de sols synthétiques en milieu fermé (gymnases…).
La société Aliapur entend poursuivre les travaux, notamment en incluant les futures voies de valorisation et la prise en compte de la fin de la deuxième vie des produits utilisés jusqu'à leur élimination complète.
Pour les acteurs présents, malgré son imperfection, l'étude est un exemple : ''il serait bien que l'ensemble des filières de responsabilité élargie des producteurs (DEEE…) réalisent de tels ouvrages pour porter un regard sur les différentes voies de valorisation et d'élimination'', déclare le président de Robin des bois.
Pour Dominique Maguin, président du Bureau international du recyclage, cette étude ''est une première. L'unicité du produit a facilité cette démarche, cependant, d'autres devraient s'en inspirer. Les métiers du recyclage ne peuvent pas se couper de l'environnement.'' Et de rappeler que le recyclage au niveau mondial permet d'éviter l'émission de 800.000 tonnes de CO2 par an.

* Bridgestone, Continental, Dunlop Goodyear, Kléber, Michelin et Pirelli, qui représentent 70 % des pneumatiques neufs mis chaque année sur le marché français.

Réactions3 réactions à cet article

 
BREVET pouvant être adapté aux pneumatiques

Avant le traitement, il y a le transport.
Si nous réduisons ces transports de moitié on a déjà gagné des tonnes de CO2 par an.
La solution existe, est française, et est breveté.
Pourquoi transporter du volume "vide" ?

CB | 04 février 2010 à 08h11
 
 
valorisation

Les techniques actuelles devraient permettre de réaliser des pneumatiques "inusables "et increuvables .
En effet il serait temps que les industriels dévellopent (pourquoi pas avec les produits de recyclages pneus ) des pneumatiques pleins ayant les mêmes caractéristiques qu'un pneu sans chambre Il pourrait être "redessiné" lors de l'usure comme cela ce faisait il fut un temps sur certains pneus possédant plus de gome.
Ainsi, cette nouvelle génération de pneus serait du la même durée usage que le véhicule, sans changement ,increuvable et donc plus respectueux de l'environnement . Les pneumatiques pleins ont existé
sur les premières voitures mais pour plus de confort et de sécurité ils ont été supprimé . Aujourd'hui avec de nouvelles fabrications et des véhicules qui ont évolués aussi, il est possible de les faire renaitre

alen | 04 février 2010 à 09h28
 
 

@ Alen
Vous avez parfaitement raison, les pneus pleins seraient plus utiles. Le confort pourrait être compensé par la composition du pneu et les amortisseurs.
Mais nous qui fabriquons les pneus, on en a rien à faire des basses considérations environnementales. Notre but est de gagner de l'argent. L'écologie, la pollution ou les conditions de travail est largement secondaire. Ca ne rapporte pas d'argent.

Dan | 26 février 2012 à 19h34
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]