En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Ils l’ont dit le 2 Février 2016
J’ai demandé à mon inspection générale de mettre à plat l’ensemble des projets, de voir s’il y avait des projets alternatifs ou complémentaires [à celui de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes]
Ségolène Royal - ministre de l'Ecologie
"J’ai demandé à mon inspection générale de mettre à plat l’ensemble des projets, de voir s’il y avait des projets alternatifs ou complémentaires [à celui de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes] ", a assuré Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, dimanche 31 janvier, lors de l’émission C Politique, sur France 5. La ministre a également ajouté qu’il n’y aurait pas d’évacuation par la force.
Reconnu d'utilité publique en 2008, le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes s’est heurté à de vives oppositions et connaît aujourd’hui une situation de blocage. Des militants occupent toujours la zone de travaux. Cet été, le tribunal administratif de Nantes avait finalement rejeté tous les recours déposés par les opposants. Avant que les travaux ne puissent être lancés, une espèce de campagnol nécessitait toutefois encore une autorisation de destruction d’habitat. En janvier dernier, une association, le Collectif des naturalistes en lutte, a également signalé la présence cinq espèces protégées qui n'avaient pas été prises en compte dans les dossiers réglementaires.
La Commission européenne a quant à elle mit en demeure la France : elle reprocherait aux autorité française un défaut d'évaluation des impacts environnementaux lors de la procédure d'autorisation du projet aéroportuaire.

Recevez gratuitement nos Newsletters

Modifier son abonnement
 

S'abonner aux flux RSS Actu-Environnement