En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Retour aux archives de l'agenda

Education, environnement et santé

Conférence réservée aux professionnels
Du 17 juin 2004 au 18 juin 2004 à Paris - France
Cette Euroconférence sera l’occasion de réunir chercheurs, représentants d’organisations internationales et des pouvoirs publics, membres d'ONG, spécialistes environnementaux et de la santé, autour de quatre thèmes principaux :
-Les enjeux de santé liés à l’accès aux services essentiels dans le domaine de l’environnement
-Le rôle déterminant des programmes d’éducation à la santé environnementale
-L’évaluation de l’efficacité des actions menées
-Les partenariats à mettre en œuvre afin de répondre au mieux à ce défi.

JEUDI 17 JUIN

8h00 Inscription des participants

9h00 INTRODUCTION Philippe KOURILSKY, Directeur Général, Institut Pasteur, Paris, France Paul-Louis GIRARDOT,Président, Institut Veolia Environnement, Paris, France

9h30 CONFÉRENCE D’OUVERTURE Walter ERDELEN, Directeur Général Adjoint des Sciences Naturelles, UNESCO, Paris, France

10h00 Session 1 ACCES A L’EAU POTABLE, A L’ASSAINISSEMENT ET AU TRAITEMENT DES DECHETS : QUELS ENJEUX DE SANTE ?
Président de session : William DAB, Directeur Général, Direction Générale de la Santé, Ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes Handicapées, Paris, France Modérateur : Harvey V. FINEBERG, President, Institute of Medicine of The National Academies, Washington DC, USA Rekha KRISHNAN,Research Associate, The Energy and Resources Institute (TERI), Bangalore, India

Etude de cas :
> Le stress hydrique dans les villages indiens : causes et conséquences D’après les nouvelles projections de l’ONU concernant la quantité annuelle renouvelable d’eau douce par habitant, l’Inde atteindra le seuil de stress hydrique en 2025, problème encore aggravé par les disparités régionales en matière de distribution d’eau. Quelle est la nature de cette crise imminente de l’eau ? Dans quelle mesure le stress hydrique affecte-t-il la qualité de vie dans les villages indiens ? Quels sont les facteurs augmentant la vulnérabilité au stress hydrique ? Ces interrogations ont donné lieu à plusieurs enquêtes sur le terrain et l’intervention s’appuiera sur les résultats de ces études. Le stress hydrique a comme manifestations concrètes l’effort, le temps et l’argent consacrés à la collecte de l’eau, la perte de revenu, les migrations saisonnières et surtout les conséquences néfastes sur la santé. Certains aspects de la pauvreté aggravent encore les tensions liées à l’eau. Ian Paul REITER, Chef de l’Unité de Recherche Insectes et Maladies Infectieuses, Institut Pasteur, Paris, France

> Perceptions publiques en matière de science, d’environnement et de santé L’histoire est pleine de décisions étranges fondées sur des superstitions ou des idées fausses. De nos jours, les politiques publiques s’appuient de plus en plus sur la science, mais beaucoup de scientifiques restent à l’écart du débat public car leur spécialité ne se prête pas aisément à un dialogue grand public. En revanche, de nombreux groupes de pression ont recours à des affirmations soi-disant scientifiques et simplistes afin d’influencer les perceptions publiques, employant un ton alarmiste dans le but d’attirer l’attention des médias. Cette couverture médiatique confère un statut de connaissances scientifiques à ces affirmations qui influencent l’éducation, l’opinion publique et le processus politique. Certains scientifiques sont prêts à les reprendre à leur compte afin d’obtenir des financements et de capter l’opinion publique et accusent ceux qui mettent ces notions en doute de faire preuve d’un grand scepticisme. Pourtant, toute véritable préoccupation pour l’humanité et l’environnement exige la capacité d’investigation, la rigueur et le scepticisme qui sont l’apanage de la science véritable. Un public qui n’en aurait pas conscience s’expose à être trompé.

10h50 Pause café

11h15 Panel
Participants au panel : WilliamDAB, Harvey V. FINEBERG, Rekha KRISHNAN, Ian Paul REITER, William C.CLARK

INTRODUCTION AU PANEL
Harvey V. FINEBERG, President, Institute of Medicine of The National Academies, Washington DC, USA
> Services environnementaux, environnement naturel et santé publique Quel est l’impact des services environnementaux sur l’environnement naturel, quelle est leur influence sur la santé publique ? L’environnement lui-même a des effets sur la santé humaine, qui peuvent être exprimés en termes biologiques, chimiques, physiques et sociaux. La nature est à l’origine de nombre de ces effets, mais la technologie moderne et les modes de vie en génèrent également. Dans quelle mesure les environnements qui nous entourent - air, eau et modes de vie- influencent-ils la santé humaine ? Quel peut être l’impact des services environnementaux sur la santé dans les pays développés et en développement ?

William C. CLARK,Harvey Brooks Professor of International Science, Public Policy and Human Development, John F. Kennedy School of Government, Harvard University, Cambridge, USA
> Des systèmes de connaissance au service du développement durable Un consensus international voit le jour actuellement selon lequel la seule accumulation de capital physique et de compétences humaines ne suffit pas pour permettre le développement et qu’il faut également renforcer les capacités en matière de recherche, d’innovation et d’apprentissage. Ces ressources liées à la connaissance sont nettement insuffisantes et marquées par des disparités en termes d’accès à travers le monde. Cette communication étudiera comment l’analyse de systèmes de connaissance plus aboutis dans les domaines de l’agriculture, de l’énergie, de l’industrie manufacturière et de la défense peut nourrir les efforts visant à mieux exploiter les connaissances afin d’améliorer la santé humaine et les services environnementaux qui lui sont associés.

PANEL

12h30Questions

13h00 - 14h30Déjeuner

14h30
Session 2

PROGRAMMES D‘EDUCATION : UN ROLE DETERMINANT Président de session : Hélène AHRWEILER,Présidente, Université de l'Europe, Paris, France Modérateur : Georges CHARPAK,Nobel Laureate in Physics, Member of the French Académie des Sciences, European Organization for Nuclear Research (CERN), Geneva, Switzerland Darren SAYWELL, Programme Manager, Water Supply and Sanitation Collaborative Council (WSSCC), Geneva, Switzerland

Etude de cas :
> Plaider pour le changement : objectifs et méthodes des campagnes de sensibilisation WASH (Water, Sanitation and Hygiene for All) Aujourd’hui dans le monde, quatre personnes sur dix n’ont pas accès à un système d’assainissement approprié et deux personnes sur dix n’ont pas accès à l’eau potable. Des femmes et des enfants vivant dans les communautés les plus démunies du globe font des kilomètres à pied chaque jour pour aller chercher une eau sale et insalubre. Ceux n’ayant pas accès à un système d’assainissement sont encore plus exposés aux maladies et souffrent du manque d’intimité, pourtant indispensable à la dignité. Les maladies liées à une eau insalubre et à un système d’assainissement défaillant entraînent la mort d’un enfant toutes les quinze secondes. Pourtant, même si elles sont mortelles, ces maladies peuvent facilement être prévenues en amont. Il suffit d’avoir une eau potable, des systèmes d’assainissement et une bonne hygiène. Face à l’importance cruciale de ces éléments, les gouvernements des pays membres de l’ONU ont fixé parmi les Objectifs de Développement du Millénaire la réduction de moitié du pourcentage de personnes n’ayant pas accès à une eau potable et à un système d’assainissement d’ici à 2015. Ces objectifs sont ambitieux, mais ils sont réalisables, à condition que les mesures appropriées soient prises. Des mesures telles que la campagne WASH (éducation pour tous à l’eau, l’assainissement et l’hygiène) ont un impact considérable et impulsent une réflexion concrète et un engagement politique envers ces besoins de base. Cette intervention examinera les éléments communs ainsi que les stratégies de communication et de plaidoyer innovantes au sein du programme WASHinfluençant les politiques et les pratiques concernant l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène. Georges CHARPAK,Nobel Laureate in Physics, Member of the French Académie des Sciences, European Organization for Nuclear Research (CERN), Geneva, Switzerland
Etude de cas :
> La réforme de l’enseignement des sciences à l’école élémentaire et sa dimension internationale L’art d’introduire les enfants à une pensée scientifique acquise par une expérimentation personnelle. Leur apprendre à lire, écrire, discuter en découvrant le monde et ses multiples facettes. Mise en évidence de l’importance d’un matériel expérimental élaboré et de manuels associés, mis à la disposition des professeurs d’écoles. Contribution du monde des étudiants et des professionnels scientifiques qui est un trésor de bonnes volontés pouvant aider à la floraison de la démarche. La création de centres d’excellence et l’accès aisé au matériel nécessaire, facteurs essentiels pour la propagation de la démarche. La phase actuelle du projet, l’internationalisation de La Main à la Pâte.

15h20Panel
Participants au panel : Hélène AHRWEILER, Georges CHARPAK, Jack T. JONES, Jacqueline McGLADE, Vanessa TOBIN INTRODUCTION AU PANEL Jack T. JONES,School Health Specialist, World Health Organization (WHO), Geneva, Switzerland
> Un environnement scolaire sain, composante essentielle d’un programme de santé scolaire efficace Les recherches ont montré que les programmes de santé scolaire sont une des méthodes les plus efficaces que les pays peuvent utiliser pour améliorer la situation sanitaire. Pourtant, que ce soit dans les pays développés ou en développement, rares encore sont les écoles ayant élaboré des programmes de santé scolaire efficaces.

Banque Mondiale et leurs partenaires ont appelé tous les établissements scolaires à mettre en œuvre des politiques de santé scolaire, une éducation sanitaire basée sur les compétences, des services de santé à l’école et un environnement scolaire sain comme composantes d’un programme de santé scolaire efficace. La présentation étudiera ces différentes composantes en mettant l’accent sur le rôle joué par l’environnement physique et psychosocial des écoles dans la promotion de l’apprentissage et de la santé.
Jacqueline McGLADE,Executive Director, European Environment Agency, Copenhagen, Denmark

> Education à la santé et à l’environnement : petits changements - grandes différences
Les rapports entre science et société sont caractérisés par une complexité croissante et une méfiance grandissante du public vis-à-vis des autorités de tutelle. C’est pour cette raison notamment que la façon d’aborder les relations entre science et public évolue. Ainsi, le modèle linéaire traditionnel d’évaluation/gestion/communication des risques et le schéma classique de compréhension erronée de la science par le public sont remplacés par des modèles de communication plus itératifs et davantage fondés sur l’échange. Ces modèles mettent l’accent sur une participation accrue du public aux évaluations techniques, notamment quand il s’agit d’évaluer l’impact potentiel d’évolutions économiques ou d’innovations technologiques qui renvoient à un conflit de valeurs et dont les avantages perçus ne l’emportent pas nécessairement sur les inconvénients. Plusieurs méthodes visant à impliquer le public dans ces évaluations sont actuellement en cours d’élaboration, toutes à visée pédagogique par le biais d’une participation active du public, souvent via l’Internet. S’il est rare que ces expériences de participation visent directement les enfants, les leçons que l’on peut en tirer valent aussi pour les jeunes générations. Avec pour toile de fond cette nouvelle donne en matière de participation du public, la communication présentera un projet pilote de l’AEE et de l’OMS faisant appel à un jeu accessible sur l’Internet et dont le but est de sensibiliser les enfants à l’environnement et de les amener à changer de comportement.

Vanessa TOBIN,Chief, Water, Environment and Sanitation Section, UNICEF, New York, USA

> Eau, assainissement et hygiène dans les écoles primaires : une nouvelle initiative pour l’UNICEF Plus de deux milliards de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau ni à des équipements sanitaires ou ne peuvent pas satisfaire aux exigences d’une hygiène de base, ce qui a de graves conséquences sur la santé, la fréquentation scolaire et les capacités d’apprentissage des enfants scolarisés, tout particulièrement des filles. Dans le monde, de trop nombreuses écoles ont des conditions d’hygiène insuffisantes : l’eau insalubre, le système de distribution d’eau en mauvais état et des installations sanitaires inadaptées aux besoins des enfants, voire inexistantes. Pourtant il est très profitable d’investir dans une éducation, plus particulièrement à destination des filles, intégrant la promotion de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène à l’école et dans son voisinage. PANEL
16h50 Questions

18h00 Cocktail

VENDREDI 18 JUIN2004

9h30
Session 3
EVALUATION DE L’EFFICACITE DES ACTIONS Président de session : Bernard KOUCHNER, Ancien Ministre de la Santé, Professeur, Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), Paris, France Modérateur : Amartya SEN, Nobel Laureate in Economics, Lamont University Professor, Harvard University, Cambridge, USA Loïc MONJOUR,Président, Eau, Agriculture et Santé en milieu Tropical (EAST), Paris, France

Etude de cas :
> Approvisionnement en eau potable et assainissement : impact sur la santé des enfants en milieu tropical De l’accès à l’eau potable ne résulte qu’une faible diminution du taux d’incidence des diarrhées infantiles dans les pays d'Afrique en voie de développement. En raison de l’omniprésence du péril fécal, il est essentiel, pour en assurer la prévention, d’associer plusieurs mesures sanitaires complémentaires : installation d’ouvrages et d’équipements d’assainissement, protection de l’environnement, éducation à la santé de la population. Une étude, réalisée en milieu scolaire au Burkina Faso, a démontré l’intérêt de conjuguer ces différents facteurs de développement socio- sanitaire dans la lutte contre les maladies diarrhéiques. Elle a souligné, également, la nécessitéd’améliorer les connaissances et le savoir faire, en matière d’éducation sanitaire, en s’appropriant les conseils, les prescriptions et les règles, énoncés dans chaque code d’hygiène national. Amartya SEN,Nobel Laureate in Economics, Lamont University Professor, Harvard University, Cambridge, USA

> Evaluer les actions et les réalisations Les activités visant à assurer des progrès en matière de santé ne se limitent pas aux seuls soins ; d’autres types d’actions existent (du développement de l’éducation à la réforme du droit des brevets). Il faut donc que les analyses coût-bénéfices prennent en compte la grande diversité des instruments ainsi que la pluralité des conséquences. Plusieurs problèmes se posent, dont celui de parvenir à établir des relations de cause à effet suffisamment claires ainsi que des méthodes d’évaluation lorsque plusieurs objectifs (publics et privés) sont associés dans un cadre global.

10h20 Questions

10h40 Pause café

11h00 Panel
Participants au panel : Bernard KOUCHNER, Amartya SEN, Loïc MONJOUR, Velvl W. GREENE, Tore GODAL, Benoît SILVE

INTRODUCTION AU PANEL
Velvl W. GREENE, Professor Emeritus of Epidemiology and Public Health, Ben Gurion University Medical School, Beer-Sheva, Israël

> Liens entre hygiène et santé : les leçons de la révolution sanitaire du 19ème siècle L’histoire de l’humanité est celle d’un interminable combat contre les maladies infectieuses. En apprenant à maîtriser certaines maladies grâce à la promotion de l’hygiène personnelle et environnementale, les pionniers de l’hygiène au 19 èsiècle ont initié une véritable révolution sanitaire. Les taux de mortalité infantile ont ainsi diminué et l’espérance de vie connu une augmentation lors de chaque décennie de 1850 à nos jours. D’autre part, les innovations postérieures dans les domaines de la nutrition, de la médecine et de la technologie ont également apporté des améliorations fondamentales en matière de santé humaine. De nos jours, tous ces apports interagissent avec le rôle actuel de l’éducation et de l’environnement et souvent l’occultent. Il est donc intéressant d’étudier depuis le 19è siècle leur importance et les risques encourus si nous les ignorons. Tore GODAL, Executive Secretary, Global Alliances for Vaccines and Immunization (GAVI), Geneva, Switzerland

> Méthodologie : évaluer l’efficacité des programmes de santé publique L’efficacité des programmes de santé publique dépend de plusieurs caractéristiques telles que la rentabilité des interventions et leur capacité à atteindre les espaces géographiques et les populations les plus défavorisées. L’approche technologique ainsi que la méthodologie utilisée pour le suivi et l’évaluation sont importantes et doivent permettre l’accès aux données par les gestionnaires, quel que soit leur niveau (local, national, international). La communication et le débat prendront pour base les approches adoptées par l’Alliance Mondiale pour les Vaccins et l’Immunisation (GAVI). Benoît SILVE,Directeur Général, Bioforce, Vénissieux, France

> A partir d'une expérience de santé publique, illustration d'une politique d'éducation des acteurs de l'action humanitaire, prise en compte de l'environnement et perspectives Ces dernières années ont vu la mutation de l’assistance aux pays en voie de développement et des cadres afférents. L'un des aspects en a été la professionnalisation de l'action humanitaire. Charles Mérieux, visionnaire, a su donner corps à sa vision. Chargé dans les années 1970 d'une opération de santé publique, il réalise l'importance des aspects indirects. En 1983, il crée Bioforce, institut de formation professionnelle au profit de l'action humanitaire. En 2004, Bioforce, qui vient de fêter ses vingt ans, est devenu l'un des principaux centres de formation professionnelle de la solidarité. La valeur fondatrice, le respect de l'autre dans son environnement, conduit à parler autant d'éducation que de formation (savoir être). Cette prise en compte de l'environnement a constitué dès l'origine le principal atout. Bioforce réfléchit avec sérénité sur de nouvelles perspectives pour encore mieux préparer l'individu à l'action humanitaire.
PANEL

12h30 Questions

13h00 - 14h30 Déjeuner

Session 4
AGIR ENSEMBLE Président de session : Pierre-Marc JOHNSON,Former Premier of Quebec, Special advisor on environmental issues for worldwide organizations, Montreal, Canada Ken CAPLAN,Director, Building Partnership for Development in Water and Sanitation (BPD), London, United Kingdom

> Innovation et responsabilité : trouver un équilibre entre objectifs et alliances Les partenariats multi-sectoriels sont considérés comme un élément clé pour la réalisation des Objectifs du Développement du Millénaire. Pour satisfaire aux attentes locales qui sont orientées vers les services, ils doivent instituer des mécanismes de contrôle sans pour autant entraver leur créativité ou leur potentiel. Cet équilibre entre responsabilité et innovation est un enjeu de poids pour nombre de partenariats qui évaluent mal leur objectif. En l’absence de cet équilibre, ces mécanismes perdront toute crédibilité et deviendront obsolètes et nous n’aurons pas avancé d’un pas dans nos efforts pour offrir des services à ceux qui en ont le plus besoin.

15h00 TABLE RONDE ET DÉBAT QUELS ENJEUX POUR LE FUTUR ? POINTS DE VUE DES DIFFÉRENTS ACTEURS Modérateur : Pierre-Marc JOHNSON, Former Premier of Quebec, Special advisor on environmental issues for worldwide organizations, Montreal, Canada Point de vue d’un scientifique : Philippe KOURILSKY,Directeur Général, Institut Pasteur Point de vue d’une entreprise : Henri PROGLIO, Président Directeur Général, Veolia Environnement Point de vue d’un économiste : Amartya SEN,Nobel Laureate in Economics, Harvard University Point de vue d’un spécialiste de l’éducation : Hélène AHRWEILER,Présidente, Université de l'Europe Point de vue d’une Institution : Bruce ESHAYA-CHAUVIN, Head of Health and Care Department, International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies

16h15 Questions

16h30 CONFÉRENCE DE CLÔTURE


L'Euroconférence se tiendra sous l’égide des membres du Comité de Prospective de l’Institut Veolia Environnement :

-Hélène Ahrweiler, Présidente de l’Université de l’Europe
-Harvey Fineberg, Président de l’Institut de Médecine des Etats-Unis
-Pierre-Marc Johnson, ancien Premier Ministre du Québec et spécialiste des enjeux environnementaux.
-Philippe Kourilsky, Directeur Général de l’Institut Pasteur et Professeur au Collège de France
-Amartya Sen, prix Nobel d’Economie 1998

Depuis sa création en novembre 2001, l’Institut Veolia Environnement, association à but non lucratif, mène des programmes d’études en collaboration étroite avec un réseau international de chercheurs et animé par un Comité de Prospective composé de personnalités de renommée internationale spécialisées dans différents domaines académiques.

L’Institut Pasteur, fondation privée, reconnue d’utilité publique, a pour mission de contribuer à la prévention et à la lutte contre les maladies, principalement infectieuses, en France et dans le monde, par la recherche scientifique et médicale, l’enseignement et des actions de santé publique. Il regroupe sur son campus à Paris, 12 départements scientifiques, 130 unités et laboratoires de recherche. Le réseau international des 23 Instituts Pasteur est présent sur les 5 continents avec 8000 personnes.

Pour toutes informations complémentaires :
INSTITUT PASTEUR EUROCONFERENCES - C.I.S. - 28 rue du Docteur Roux - 75015 Paris, France
Fax : 01 40 61 34 05
Mail :euroconf@pasteur.fr

Renseignements

Jui
17
Ajouter à votre agenda

Lieu de l'événement
à l'Institut Pasteur à Paris. - Paris - France

Partager