En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Retour aux archives de l'agenda

Océans et climat

Conférence grand public et professionnels / Entrée libre et gratuite - 19 décembre 2006
Paris - France
Océans et climat par Guy Jacques (CNRS)
Organisateur : Institut océanographique


Chacun sait que Brest bénéficie d’un climat plus doux que Strasbourg ou Moscou, pourtant situées à la même latitude mais bien plus continentales.
Depuis toujours, l’homme a probablement eu l’intuition de ce rôle
modérateur de l’océan.

Pour les océanographes, l’évidence de l’influence de l’océan sur le climat est plus tardive. Il faut attendre que l’océan Pacifique soit quadrillé durant l’Année géophysique internationale de 1957. Avec une belle conscience, El Niño se manifeste avec une virulence que l’on ne lui avait pas connue depuis 1941 ! Le monde scientifique réalise que l’océan et l’ atmosphère sont intimement liés dans la régulation climatique alors que l’ océan était considéré comme un fluide passif subissant les stress atmosphériques. L’étude du Pacifique intertropical met fin à une « querelle de clochers ». Océanographes et physiciens de l’atmosphère attribuent à l’ océan et à l’atmosphère une part équivalente dans le transport de chaleur de l’équateur vers les pôles.

C’est plus récemment encore que physiciens, chimistes et biologistes se soucient d’un autre aspect : le rôle de l’océan dans le cycle du carbone et, plus précisément, dans l’absorption du CO2 atmosphérique dont la teneur croît depuis le début de l’ère industrielle. Une part du CO2 se dissout dans la couche superficielle de l’océan où il demeure prisonnier durant quelques centaines d’années à la suite des plongées d’eau particulièrement intenses au nord de l’Atlantique Nord.

On sait moins qu’une part équivalente est soustraite à l’atmosphère par la photosynthèse du phytoplancton superficiel. Il n’est donc pas surprenant qu'un biologiste parle du climat ! Les glaciologues attribuent même à la production primaire marine un rôle essentiel dans les fluctuations de CO2 entre les ères glaciaires et interglaciaires.

La connaissance des mécanismes de séquestration du CO2 permet de déterminer la capacité de l’océan à réagir face à l’augmentation du principal gaz à effet de serre, le dioxyde de carbone. L’océan paraît proche de ses limites et que le réchauffement climatique devrait diminuer le « puits » océanique.

Directeur de recherches au CNRS, retraité, Guy Jacques est écologiste marin. Il s’est intéressé au rôle du phytoplancton dans le cycle du carbone en Méditerranée, en milieu tropical puis dans l’océan Austral où il a lancé le programme français d’étude du milieu pélagique. Depuis une dizaine d’ années, il s’investit dans la vulgarisation scientifique notamment dans le domaine du climat. Il a ainsi publié Océans et atmosphère (Hachette, 1996),
El Niño (Unesco, 1999), Le changement climatique (Unesco, 2004), Explique-moi...Le climat (Unesco/Nane, 2005), ce dernier ouvrage étant particulièrement destiné aux collégiens.

Renseignements

Lieu de l'événement
19h30
grand amphithéâtre
Institut océanographique - 195, rue Saint-Jacques - 75005 Paris - Paris - France

Contacts
 • Renseignements

Partagez sur…