En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Frédéric Nihous

Elections présidentielles : détails des propositions des candidats Actu-Environnement.com - Publié le 21/03/2007
Elections présidentielles : détails des...  |    |  Chapitre 9 / 15
   
Frédéric Nihous
   
Certaines propositions du candidat s’inscrivent clairement sur un terrain anti-environnementales et méritent donc à ce titre de figurer dans ce dossier.

- Instaurer une fiscalité incitative pour l’utilisation de matériels et matériaux propres en baissant les taxes et les charges et en agissant sur la baisse de leurs prix.

- Développer les carburants propres (biocarburants) sans surcoût pour les usagers.

- Favoriser les modes de transport moins polluants notamment pour le fret de marchandises (rail, fluvial, cabotage) et ceux qu’utilisent l’Etat et les collectivités.

- Promouvoir les énergies renouvelables ne portant pas atteinte à l’environnement à l’exception des éoliennes, trop destructrices selon le candidat, de l’environnement et de la faune, et ce de façon complémentaire à l’énergie nucléaire, grâce à une fiscalité attractive.

- Développer l’éco-industrie en soutenant le développement de process peu ou moins polluants.

- Taxer les importations de produits polluants ou producteurs de déchets polluants.

- Assurer une fertilisation raisonnée des terres agricoles en interdisant les produits phytosanitaires dangereux ou destructeurs, en baissant les taxes sur les produits « propres » et en soutenant les méthodes alternatives.

- Développer le tri sélectif, sans pénalisation fiscale pour la population, afin de limiter le recours aux incinérateurs polluants.

- Interdire les OGM dans l’alimentation et n’autoriser leur usage qu’à but médical ou pharmacologique (avec culture close sous contrôle permanent et strict).

- Assurer, pour tout projet de conservation de sites naturels, une nécessaire concertation préalable et un accord des propriétaires et des élus locaux concernés.

- Garantir l’exercice des loisirs verts sur base d’un équilibre d’action acceptable dans l’esprit d’un juste partage des espaces et de respect mutuel des différents usages.

- Limiter les espèces invasives (cormorans, mouettes, goélands, etc.) , génératrices de dégâts ou polluantes génétiquement (ibis sacré, grenouille taureau,…).

- Stopper toute politique de réimplantation ou de développement des grands prédateurs (loups, ours,…).

- Fermer les « pompes à fric » publiques au profit de certaines associations écologistes [NDLR : !!!] et assurer un contrôle fiscal et financier très stricts les concernant et vérifier les suivis d’effets.

- Limiter vigoureusement les délires protectionnistes et écologistes de l’Europe.

- Restreindre l’application du principe de précaution qui aboutit en fin de compte à la stérilisation des innovations.

- Natura 2000 : modification de la directive européenne « Habitats » de 1992 , instaurant le réseau protectionniste Natura 2000 et restreignant les activités et usages locaux, continuation sans restrictions de la chasse, de la pêche, des loisirs verts et des activités économiques dans les zones Natura 2000, respect des activités économiques, des loisirs traditionnels et du droit de propriété dans les zones Natura 2000.

- Chasse : Création d’un Ministère des Affaires Rurales comprenant notamment la chasse et la pêche de loisir , reconnaissance des dates traditionnelles de chasse aux oiseaux migrateurs, en fonction des usages et spécificités locales, dans la fourchette 14 juillet – 28 février, légalisation définitivement de tous les modes de chasse relevant de spécificités locales pour les oiseaux migrateurs, moratoire sur l’interdiction du plomb dans les cartouches, modification de la directive européenne Habitats 92/43 pour garantir enfin la continuité de la chasse et de la pêche dans les zones Natura 2000, réduction du prix du permis de chasser, promouvoir la taxidermie et réduire les restrictions à son exercice.

- Pèche : Empêcher l’instauration d’un permis de pêcher , refus d’imposer un âge minimum pour avoir le droit de pêcher, réguler efficacement les prédateurs notamment par l’éradication des cormorans, éviter la prolifération des microcentrales, respecter impérativement les débits réservés et rationaliser les extractions de graviers et favoriser la migration des poissons (« échelles à poissons » dans les barrages).

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager