En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Smart Grid : des réseaux intelligents très attendus

Smart grid : l'intelligence du local au global Actu-Environnement.com - Publié le 12/03/2012
Smart grid : l'intelligence du local au...  |    |  Chapitre 1 / 9
Environnement & Technique N°313 Ce dossier a été publié dans la revue Environnement & Technique n°313
[ Acheter le numéro | S’abonner ]
Ouverture des marchés, objectif d'économie, meilleure connaissance des réseaux, les opérateurs attendent beaucoup de "l'arrivée de l'intelligence" dans les réseaux qui se traduira dans un premier temps par le déploiement de compteurs "communicants".

© CRE


Les réseaux intelligents ou smart grids apparaissent de plus en plus comme la solution qui permettra d’adapter la consommation de flux (énergie, eau) à leur production. Cette solution est d'autant plus attendue dans le domaine de l'électricité que les réseaux vont devoir à moyen terme évoluer du fait de la multiplication des points de production décentralisés notamment pour la production d'énergie renouvelable, l'arrivée des véhicules électriques ou encore l'ouverture du marché de l'énergie. Selon un récent rapport du cabinet Pike Research, le marché des smart grids devrait peser 200 milliards de dollars d’ici à 2015, et ce uniquement pour les réseaux de distribution d'électricité ''du futur". Selon Bruxelles, plus de 5,5 milliards d’euros auraient déjà été investis dans environ 300 projets européens de réseaux intelligents ces dix dernières années.

Le rôle clef des technologies de l'information et des communications

Un réseau intelligent est "un réseau de transport et de distribution d’électricité bénéficiant d’un contrôle intégré complet et de nouvelles capacités en matière de technologies de l’information et des télécommunications (TIC)", explique Laurent Schmitt, vice-président de Smartgrids Solutions chez Alstom. Concrètement, à chaque partie du réseau, on associe un système de communication particulier. Que ce soit par satellite, courants porteurs en ligne (CPL), Wifi longue portée (fibre optique), radio fréquence, GPRS (General Packet Radio Service)… Ces modes de communication servant à collecter les données issues des capteurs installés sur ces réseaux. Le smart grid assure un flux énergétique et informationnel bidirectionnel en temps réel à travers le réseau. Cela englobe aussi des systèmes informatiques afin de permettre le routage intelligent, le stockage, la facturation, ainsi que la gestion de la sécurité.
L'apport des technologies de la communication au réseau standard de distribution d'électricité notamment constitue un ''enjeu pour les smart grids'', selon la Commission de Régulation de l'Energie (CRE), alors que ces réseaux sont actuellement ''faiblement dotés'' de ces technologies "en raison du nombre très important d’ouvrages (postes, lignes, etc.) et de consommateurs raccordés''. L’association des TIC est donc appelée à s'accentuer dans les prochaines années via la modernisation des réseaux.

Les compteurs communicants, la "première brique"

Parmi les technologies de l’information et des communications, le compteur jouera un rôle prépondérant. Les compteurs intelligents font l'objet de nombreuses recherches car ils constituent la première brique des smart grids. Objectif recherché : établir une communication entre les réseaux et les consommateurs afin de mieux maitriser l'offre/demande. Si les compteurs actuels permettent de suivre la consommation réelle, les compteurs dits "communicants" sont capables à la fois de transmettre et de recevoir des informations. Le compteur intelligent va plus loin jusqu’aux fonctions de décision et de pilotage de la consommation à distance.
L’Europe affiche des projets ambitieux en matière de compteurs intelligents à mettre en place sur le réseau électrique : équipement de 80 % des consommateurs d’ici 2020 (Directives européennes 2009/72/EC et 2009/73/EC). Dans l'UE, si l'Italie et la Suède ont achevé le déploiement de compteurs électriques évolués, en France, le compteur communiquant Linky d'ERDF a passé le stade de l'expérimentation : 35 millions de compteurs intelligents doivent être installés dans l'Hexagone, à partir de 2013 et ce d'ici à 2020.
Dans l'Hexagone, les compteurs autres qu'électriques se développent également doucement pour optimiser la gestion du gaz, de l'eau et/ou des réseaux d'assainissement, dans un souci de maîtrise de la consommation. Opérateurs, industriels (Ondeo Systems, Veolia Eau, Schneider Electric, IBM, Itron..) et collectivités développent ces systèmes de télé-relève radio pour gérer en temps réel les réseaux d'eau (smart water) tout en proposant des plans tarifaires plus flexibles (chaque mois et non plus chaque semestre) aux ''consom'acteurs". Des solutions de communication radio sont alors utilisées par les opérateurs permettant d'optimiser la batterie qu'il faut mettre dans le compteur. La démarche est similaire concernant les compteurs gaziers intelligents expérimentés en France par GRDF.

Dépasser les limites dans la mise en œuvre

Si les smart grids peuvent présenter des avantages économiques et environnementaux, restent encore à lever certains obstacles techniques et financiers. Le coût des installations reste en effet élevé. En France, le coût de l’installation des nouveaux compteurs électriques a été estimé entre 4 et 5 milliards d’euros sur dix ans selon ERDF. Mais la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) estime que la facture pourrait être deux fois plus importante, soit 8 ou 9 milliards d’euros. La politique européenne vise donc à remplacer environ 200 millions de compteurs pour un budget global de 40 milliards d’euros sur les 10 prochaines années.
Les smart grids devront être implantés sur l’ensemble du réseau et impliquer tous les acteurs pour être efficaces.
''Un autre enjeu du smart grid est l’acceptabilité du public. L’échange et la circulation d’informations n’est pas sans incidence sur la vie privée, comme le montre Internet. Le smart grid n’échappe pas à ce constat", avait souligné le cabinet Alcimed dans une étude parue en avril 2011. Des normes sur la protection des données personnelles doivent être appliquées.

Rachida Boughriet

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…

Environnement et technique

Dossier Smart Grids

Retrouvez le dossier "Smart Grids"
à la une du n° 313
Acheter ce numéro S'abonner