En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La politique française pour développer la filière

L'énergie solaire, source d’énergie renouvelable inépuisable Actu-Environnement.com - Publié le 11/06/2008
L'énergie solaire, source d’énergie...  |    |  Chapitre 7 / 10
Les premiers soutiens gouvernementaux au développement de l’énergie solaire ont été lancés dans les années 70 lors du premier choc pétrolier. L’énergie solaire suscita de nombreux espoirs et pris une place privilégiée dans les programmes de recherche. Mais avant que ne débute l’application industrielle à grande échelle, la baisse des prix des énergies fossiles et l’abondance de l’énergie nucléaire ont ralenti son développement. Résultat, après une phase de développement assez rapide, le parc de capteurs solaires thermiques en activité est resté relativement stable au cours de la décennie suivante et le solaire photovoltaïque s’est trouvé confiné à l’alimentation en électricité pour les sites isolés (relais téléphoniques, balises, refuges, etc…).

Ce n’est qu’à la fin des années 90 que la technologie solaire a connu un véritable essor. Les installations solaires photovoltaïques peuvent depuis cette date être raccordées au réseau et bénéficient de l’obligation d’achat et des tarifs de rachat de l’électricité. Le solaire thermique a été largement plébiscité dans les DOM avec l’opération « 20.000 chauffe-eau solaires dans les DOM » menée par l’ADEME et EDF. Cette opération a ensuite été conduite sur le territoire métropolitain sous la forme du programme « Hélios 2000-2006 » ou « Plan Soleil » conduit par l’ADEME dans le cadre du Contrat de Plan Etat-ADEME. Lancé en 2000, le « plan soleil » prévoyait une large diffusion de l'énergie solaire thermique par l'amélioration des matériels, la formation des installateurs et la diminution du coût des équipements installés.

Depuis juillet 2005, la promotion des énergies renouvelables s’est amplifiée à travers la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique. Le texte prévoit d'atteindre à l'horizon 2010, un objectif annuel d'installation de 200.000 chauffe-eau solaires et de 50.000 toits solaires. Pour cela, un dispositif d’aides à l’investissement a été mis en place. Il se traduit pour les particuliers par un crédit d’impôt de 50 % et pour les autres maîtres d’ouvrages par des subventions de l’ADEME (voir le chapitre financement).
SUPÉLEC et CEGOS professionnalisent une activité d'avenir : Energy Manager

Avec un nouveau Mastère Spécialisé, SUPÉLEC et le Groupe CEGOS se sont associés pour répondre à l'émergence d'un nouveau métier : Energy Manager. Attendu par les professionnels, ce Mastère Spécialisé ''Ingénieur d’Affaires pour les Nouveaux Marchés de l’Énergie'' est accrédité par la Conférence des Grandes Écoles et compatible avec une activité professionnelle. Faisons le point sur cette opportunité professionnelle à saisir... Prochaine session le 15 septembre 2008.


Côté recherche, les pouvoirs publics ont créé en 2006 l'Institut National de l'Energie Solaire (INES) pour promouvoir et développer l'utilisation de l'énergie solaire en France. Implanté au Bourget du lac sur le technopôle de Savoie Technolac, l’INES s'appuie sur ses trois plates-formes « Recherche », « Education » et « Démonstration », pour augmenter les rendements des modules solaires, valider les systèmes et former les installateurs du secteur.

La France cherche désormais à banaliser autant que possible l’utilisation du solaire photovoltaïque dans le bâtiment afin de le déployer à grande échelle et d’abaisser ses coûts. Dans ce contexte, l’établissement public chargé par l’Etat du soutien à l’innovation, Oséo, a accepté en mars 2008 de soutenir financièrement le projet de R&D Solar Nano Crystal dont l’objectif repose sur le développement des technologies photovoltaïques de pointe. Ce projet veut répondre aux principaux enjeux de la filière industrielle, notamment par l’élaboration de silicium de qualité solaire, l’augmentation du rendement des cellules photovoltaïques et par l’élaboration de modules innovants pour accroître la compétitivité de cette énergie.
Par ailleurs, de manière à abaisser significativement le prix de revient de l’énergie photovoltaïque, un laboratoire pilote dédié à l’élaboration de cellules solaires sera construit d’ici 2009. Ce pilote, nommé LabFab, contribuera notamment à la validation des résultats obtenus dans les laboratoires de l’INES sur des outils représentatifs de l’industrie photovoltaïque.

Pour en savoir plus :

Vers une véritable filière industrielle du photovoltaïque ?

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager