En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Une installation conçue au cas par cas

La végétalisation de toiture Actu-Environnement.com - Publié le 24/11/2008
La végétalisation de toiture  |    |  Chapitre 5 / 8
   
Une installation conçue au cas par cas
   
Contrairement à ce que laisse penser la commercialisation de produits de type « lot tout en un », la mise en place d’une toiture végétalisées qu’elle soit intensive, semi-intensive ou extensive nécessite une conception au cas par cas. L’installation est assez simple et peu envahissante du moment qu’on tient compte de la fonction et de l’emplacement du toit vert. Par exemple, l’aspect d’un toit vert conçu pour retenir les eaux pluviales différera considérablement de celui d’un toit vert conçu principalement pour enjoliver.

Sur le plan technique, deux éléments majeurs sont à prendre en compte : la charge additionnelle pour la détermination de la viabilité du projet et du coût de l’installation et la membrane d’imperméabilisation qui est l’un des composants les plus importants du toit. Une étude technique doit donc être menée par une entreprise spécialisée dans la végétalisation des toitures afin de s’assurer de la faisabilité du projet. Il est donc conseillé de s’adresser à un maître d’œuvre qui sera à même de dimensionner et de choisir la structure portante.

C’est également le maître d’œuvre qui déterminera le complexe de végétalisation, parfois en partenariat avec un spécialiste de l’horticulture. La hauteur du toit par rapport au niveau du sol, son exposition aux vents, son orientation au soleil et l’ombrage que lui fournissent les immeubles environnants sont autant de facteurs qui déterminent quelles plantes conviennent et à quel endroit les installer. Il faut de plus tenir compte du climat général de l’endroit et du micro-climat du toit. La capacité de survie des plantes sur un toit vert est directement proportionnelle à l’intensité de leur entretien et au budget alloué au projet, en particulier les deux premières années suivant leur établissement.
Rappelons que selon le type de culture mis en place, la période de mise en œuvre sera différente de même que le taux de couverture. La mise en place d’éléments pré-cultivés (plaques, tapis, bacs) peut se faire à toute saison et présentera un taux de couverture de 70% dès leur installation. Alors que la plantation de végétaux sous forme de mottes ou par semis se fera au printemps ou à l’automne et le taux de couverture atteindra 80% minimum qu’au bout de trois ans, le temps que les végétaux colonisent la toiture. Le temps de réalisation de la végétalisation sera également différent selon la surface à planter mais également la méthode utilisée. Sachant que pour les micro-mottes il faut en installer 12 par m2 environ, cette technique est plus « lente » ( 5 à 10 m2 par heure) que l’installation de tapis (15 à 25 m2 par heure) ou de semis (50 à 100 m2 par heure).
Toitures végétales Sopranature de Soprema
Toitures végétalisées Sopranature : la nature est aussi sur le toit
C’est en 1989 que SOPREMA lançait en France, SOPRANATURE, un nouveau concept de toiture. Aujourd’hui, SOPRANATURE est la référence en matière de végétalisation, transformant vos toitures et vos terrasses jardins traditionnelles en un espace vivant et bénéfique à l’environnement. Un système éprouvé qui se distingue par un domaine d’emploi très étendu.

Une zone stérile (ou bande de pourtour) de 40 cm minimum doit être respectée permettant le contrôle des relevés d'étanchéité et l'évacuation des eaux pluviales.

La mise en œuvre du complexe de végétalisation sera de la responsabilité de l’entreprise d’étanchéité qui aura posé le complexe de culture. Un contrat d’entretien est en général signé avec l’entreprise.

Comparaison des systèmes de toit vert intensif et extensif

Végétalisation extensive

Avantages

• Léger : renforcement de la structure du toit rarement nécessaire
• Idéal pour les grandes surfaces
• Convient aux toits de 0 à 30 degrés de pente
• Faible entretien et longue durée
• Systèmes d’irrigation et de drainage spécialisé rarement nécessaires
• Expertise technique moins cruciale
• S’intègre bien à des travaux de rénovation
• Permet une végétation spontanée
• Peu onéreux
• Apparence plus naturelle

Inconvénients

• Efficacité énergétique et rétention des eaux pluviales moindres
• Choix de plantes plus restreint
• Rarement accessible pour des loisirs ou d’autres fonctions

Végétalisation intensive

Avantages

• Plus grande diversité de plantes et habitats
• Bonnes propriétés isolantes
• Peut simuler un jardin naturel
• Qualité esthétique
• Souvent accessible et permet des fonctions variées : loisirs, espace vert, potager, etc.
• Efficacité énergétique et rétention des eaux pluviales supérieures
• Durée supérieure de la membrane

Inconvénients

• Charge sur le toit supérieure
• Nécessité de systèmes d’irrigation et de drainage, d’où consommation d’énergie, d’eau et de matériaux
• Coûts d’immobilisation et d’entretien supérieurs
• Systèmes et expertise plus complexes

(Source : Société Canadienne d’hypothèque et de logement : SCHL)

Puisque chaque installation de toit vert est unique, la clé du succès consiste à trouver la bonne combinaison pour une situation donnée.

Pour en savoir plus

Société Canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL)

© Tous droits réservés Actu-Environnement
Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur.

Retour au sommaire

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…