Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Algues vertes : la demande du cavalier débouté

Eau  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Le tribunal administratif de Rennes a rejeté la demande d'indemnisation de Vincent Petit : celui-ci après la mort de son cheval sur la plage de Saint-Michel (Côte-d'Armor) en 2009 avait attaqué l'Etat pour inaction concernant le problème des algues vertes. Le tribunal a considéré que le lien direct entre la mort du cheval et la présence d'algues vertes ne pouvaient être prouvé. Il a également souligné que le cavalier se trouvait dans un "secteur interdit d'accès aux chevaux par arrêté municipal". Selon le tribunal, la mort de l'animal serait liée à sa chute dans une vasière "les conséquences de cette situation auraient probablement été analogue si cet accident s'était produit dans une vasière de même dimension située ailleurs".

Différents instituts ont pourtant alerté sur les dangers de l'algue verte. Un rapport de l'Ineris publié en 2011 estime que les émissions d'hydrogène sulfuré au niveau du sol pouvaient atteindre des seuils mortels et mettait en garde contre d'éventuels accidents.

Une expertise de l'Anses indique que le ramassage et le traitement des algues vertes doit intervenir "aussi précocement que possible pour en prévenir les risques".

Réactions2 réactions à cet article

 

ça me dépasse de lire ça ! Je suis témoin de cet accident, et il est clair que cela était fait exprès ! Nous avons vu directement que nos chevaux allait s'enliser si nous passions la. Nous somme donc déscendus plus bas pour traverser. J'ai vu de loin, ce pseudo cavalier essayer de faire passer son cheval pendant 15 bonnes minutes ! Nous avons voulu aller le prévenir, mais il était partit faire re-galoper (en sachant que ça faisait déjà au moins deux bonnes heures qu'il le faisait galoper) son cheval. Le cheval est mort d'épuisement, et le cavalier n'était pas enlisé !!! Je suis allé sur les lieux avec le conducteur du tractopelle qui nous a demandé des longes pour sortir le cheval, mon premier reflex à été d'aller dedans sans réfléchir, j'ai été enfoncée jusqu'au genou, et suis restée longtemps près deux en attendant les secours, je n'ai eu AUCUNE sequelles !!!!!

Moo | 31 août 2012 à 01h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Je ne suis pas un habitant du st Michel en grève mais juste un touriste qui y passe 2 mois de l'année.
Ok pour le cheval mais maintenant il y a quand même le conducteur de tractopelle resté plusieurs jours dans le coma , les chiens foudroyés alors qu'ils jouaient dans les algues et plus dernièrement des sanglier qui fouillait également dans les algues (sur ne autres plages mais avec les mêmes algues) .Pour m'y être baladé s'est vraiment une catastrophe , je plein les gens qui vivent le long de cette plage .Il est certain qu'a aucun moment l'état ne peut reconnaitre la toxicité des algues sinon il ouvrirait la porte au demande d'indemnisation et plaintes multiples . courage amis Breton !

ice 54 | 25 septembre 2012 à 08h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

XRF Vanta™ : analyseur pour l’étude de sol et la remédiation Olympus France