En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'implantation de Iter devrait être annoncée avant le prochain G8

Le Japon et l'UE ont décidé aujourd'hui à Tokyo d'accélérer les discussions pour parvenir à un accord sur la localisation du projet de réacteur expérimental de fusion nucléaire Iter avant la réunion du prochain G8 en juillet.

Energie  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Le Japon et l'UE ont décidé aujourd'hui à Tokyo d'accélérer les discussions pour parvenir à un accord sur la localisation du projet de réacteur expérimental de fusion nucléaire Iter (International Thermonuclear Experimental Reactor - réacteur thermonucléaire expérimental international) avant la réunion du prochain G8 en juillet. Le commissaire européen à la Recherche, Janez Potocnik, était arrivé au Japon afin d'essayer de débloquer les négociations entre l'Europe et le Japon sur le lieu où sera mené le projet ITER. Il a rencontré, pour cela, le ministre japonais délégué aux Sciences et le ministre de l'Education, de la Culture, des Sports, des Sciences et des Technologies.

L'UE, la Russie, la Chine, les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon participent au projet Iter dont le coût total est évalué à 10 milliards d'euros sur 30 ans (dont 4,57 milliards d'euros pour la seule construction du réacteur qui doit durer dix ans) et dont l'objectif est de démontrer la possibilité scientifique et technologique de la production d'énergie par la fusion des atomes.

En novembre 2003, le Conseil de L'UE avait décidé à l'unanimité de proposer le site de Cadarache, en France, comme le site candidat de l'Union européenne pour accueillir ITER. Initialement, 4 sites de constructions avaient été proposés : Cadarache, en France, Clarington, dans l'Ontario au Canada, Rokkasho-Mura, au nord de l'île Honshu au Japon et Vandellos, en Espagne
Actuellement, deux sites restent en compétition : le site européen de Cadarache, soutenu par les Russes et les Chinois et le site de Rokkasho-mura dans le nord-est du Japon, soutenu par les Etats-Unis et la Corée du Sud.

La visite au Japon de Janez Potocnik intervient une semaine avant une réunion des ministres de la Recherche de l'UE, le 18 avril au Luxembourg.

La fusion est la source d'énergie du soleil et des autres étoiles. Une étoile commence à briller quand la matière en son coeur atteint, sous l'effet des forces de gravitation, des densités et des températures suffisantes pour déclencher des réactions de fusions nucléaires libérant de l'énergie. La tendance du plasma à se disperser, donc à se refroidir, est contrebalancée par la force gravitationnelle.

Sur terre, le confinement gravitationnel est impossible. Deux voies sont étudiées pour reproduire ces réactions :
- porter à très haute pression et à haute température un petit volume de matière pendant un temps extrêmement court. On cherche ainsi à obtenir le plus grand nombre possible de réactions de fusion avant que le plasma ne se disperse. On parle alors de confinement inertiel.
- piéger et maintenir à très haute température un plasma. Ce plasma est confiné dans une boîte immatérielle de forme torique créée par des champs magnétiques. On parle alors de confinement magnétique.



Pour en savoir plus :

Le site du gouvernement français consacré à Iter
La page de présentation du site de Rokkasho-mura
Les critiques de certains scientifiques du projet iter

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager