En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Risques de sécheresse sur un grand nombre de départements pour cet été.

Selon un bilan publié par le ministère de l'écologie, la situation sèche semble se renforcer par rapport au mois de février et se traduit par la faiblesse des débits des cours d'eau et par l'amenuisement de la réserve en eau des sols.

Biodiversité  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Selon le bilan publié lundi par le ministère de l'écologie et réalisées par la Direction de l'Eau au Ministère chargé de l'Environnement, six départements ont déjà pris des mesures de limitation de certains usages de l'eau.

Devant la situation exceptionnelle des nappes et rivières, les préfets des six départements (la Vienne, les Deux-Sèvres, la Charente et la Charente-Maritime) ont appelé toutes les catégories de la population à la retenue, à la vigilance et au civisme dans l'usage économique et domestique, collectif et individuel de l'eau.

Le mois de mars 2005 poursuit la période de temps sec observée depuis le mois de septembre 2004, indique le Bulletin de Situation Hydrologique et précise que la situation sèche que connaît l'ensemble du territoire semble se renforcer par rapport au mois de février.

En effet, l'ensemble du territoire enregistre des précipitations inférieures à la moyenne en mars à l'exception du bassin parisien et d'une partie de l'Auvergne. Le Roussillon et le nord de la France, qui connaissaient une pluviométrie supérieure à la moyenne en février, n'échappent plus à cette situation, ajoute le ministère .
D'autre part, la quantité d'eau disponible pour l'écoulement des cours d'eau et la recharge des nappes souterraines est très largement inférieure à la moyenne saisonnière, mis à part dans les régions Corse, Roussillon, Franche Comté, Alsace, Auvergne et Rhône Alpes. La réserve en eau des sols reste proche de la normale saisonnière sur la majeure partie du territoire. Elle tend cependant à diminuer par rapport au mois de février. Les zones connaissant une situation inférieure à la normale s'élargissent (Provence Alpe Côte d'Azur, Poitou Charente, bassin de la Garonne). À l'exception de l'Auvergne, les débits des cours d'eau sont faibles pour la saison.

L'application de mesures de limitation des prélèvements, déjà effective dans six départements, est donc prévisible si l'absence de précipitations se poursuit,note le bulletin.

Le ministère a d'ailleurs adressé une circulaire aux préfets le 15 mars dernier soulignant la nécessité d'informer rapidement les usagers de l'eau de la situation actuelle.
Les départements les plus déficitaires sur les trois derniers mois sont notamment les départements des régions Provence Alpes Côte d'Azur, Languedoc, Poitou Charentes, Pays de la Loire et du bassin de la Garonne.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager