En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les acheteurs publics vont devoir s'approvisionner en bois issu de forêts gérées ''durablement''

Le Premier ministre publie au JO une circulaire qui détermine les moyens à mettre en oeuvre dans les marchés publics de bois et produits dérivés pour promouvoir la gestion durable des forêts.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Le gouvernement a adopté, le 7 avril 2004, un plan d'action en faveur des forêts tropicales. Ce plan d'action vise à accroître progressivement la part dans les achats publics de bois, de bois tropicaux dont l'origine licite est garantie et qui sont issus d'exploitations forestières engagées dans un processus de gestion durable. Cette part devra être, en 2007, d'au moins 50 % des achats de bois. L'objectif visé pour 2010 est que la totalité des achats publics de produits à base de bois réponde à cette exigence.

Un an après, le Premier ministre vient d'approuver une circulaire qui détermine les moyens à mettre en oeuvre pour atteindre cet objectif et, au-delà, pour promouvoir la gestion durable de tous les types de forêts, qu'elle soient tropicales ou tempérées. Ce texte est publié au Journal officiel du 8 avril 2005.

L'annexe à la circulaire précise les modalités à mettre en oeuvre, aux trois stades clés de passation des marchés publics et fait également état des outils existants auxquels les acheteurs publics peuvent se référer. Ces dispositions sont à appliquer à l'ensemble des achats publics de produits à base de bois, quelle que soit l'origine des bois, afin de promouvoir une gestion et une valorisation durables de tous les types de forêts. Les préfets sont engagés à inciter les collectivités locales à s'y référer.

Deux catégories de produits sont distinguées. La première couvre les bois bruts (grumes et bois ronds), les produits du sciage, les placages et les contreplaqués. La seconde comprend tous les autres produits à base de bois.
Pour définir leurs besoins, les acheteurs publics pourront se référer notamment aux critères de gestion durable des forêts définis par les systèmes de certification des forêts ou par les éco-labels officiels qui intègrent de tels critères. Dans le cahier des charges du marché, ils devront prévoir une clause qui engage le titulaire, pendant l'exécution du marché et durant la période de garantie, à apporter, sur demande de l'administration, la preuve que les produits à base de bois utilisés ou fournis répondent aux spécifications de gestion durable des forêts fixées dans le cahier des charges. L'attention des acheteurs publics est appelée sur les mesures de régulation applicables à certaines essences conformément à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).
Pour sélectionner les candidatures, les acheteurs publics pourront notamment s'appuyer sur une attestation d'adhésion de l'entreprise à une charte professionnelle prévoyant l'approvisionnement auprès de sources légales et durables ou sur une attestation délivrée par un organisme certificateur indépendant garantissant la conformité de la chaîne de contrôle mise en oeuvre pour assurer la traçabilité des produits à base de bois.
Pour attribuer les marchés, les acheteurs pourront, pour les produits de la première catégorie, demander aux soumissionnaires des justificatifs adaptés. En outre, pour ces même produits, des informations relatives au pays d'origine, à l'essence et au fournisseur du ou des bois devront être apportées à l'appui des offres. Pour les produits de la seconde catégorie, les acheteurs publics pourront notamment demander aux soumissionnaires le certificat délivré par l'organisme certificateur lorsque les spécifications du marché se réfèrent à un éco-label officiel ou à un système de certification de la gestion durable des forêts.
Pour les marchés de travaux faisant appel au bois et à ses produits dérivés, les acheteurs publics sont invités à recourir à des compétences spécialisées lors de la définition des programmes et des différentes missions d'assistance. Ils devront veiller à fixer des exigences relatives à la gestion durable des forêts dans les mêmes conditions que pour les marchés de fournitures.

Un bilan de la mise en oeuvre du dispositif sera effectué début 2006.

Les forêts tropicales sont considérées comme le premier réservoir mondial de diversité biologique terrestre, aussi bien en ce qui concerne les espèces que les écosystèmes. Elles s'étendent sur 1700 millions d'hectares, soit plus de 10% des terres émergées, et se concentrent principalement sur l'Amazonie tropicale, le bassin du Congo et l'Asie du Sud-Est.
La France est le seul pays industrialisé à posséder un important patrimoine forestier tropical avec les huit millions d'hectares de forêts qu'abritent ses collectivités d'outre-mer. La majeure partie se trouve en Guyane et présente l'intérêt de constituer un bloc continu, globalement dans un bon état de conservation. La France est aussi le plus gros importateurs européens de bois tropicaux et ses entreprises sont fortement implantées dans cette filière, et enfin elle entretient des contacts privilégiés avec plusieurs pays qui abritent des forêts tropicales. Elle a en particulier développé de longue date, en s'appuyant sur l'expertise de ses organismes de recherche spécialisés, une politique de coopération forestière active avec les pays du bassin du Congo.

La surface des forêts tropicales diminue de 0,5% à 1% par an et de nombreux écosystèmes forestiers se dégradent, parfois de façon irréversible. Le défrichement, l' exploitation non durable du bois ou d'autres ressources forestières, ainsi que la construction d'infrastructures, constituent les principaux dommages.

Cette diminution pose un problème environnemental mais aussi économique, social et culturel car les forêts tropicales fournissent l'essentiel des revenus à de nombreuses populations autochtones. Les forêts tropicales jouent aussi un rôle irremplaçable pour atténuer les effets du changement climatique et lutter contre la désertification.

Réactions9 réactions à cet article

 
bois de constuction

les pouvoirs publiques devraient également favoriser et pourquoi pas subventionner la construction d'habitations en bois d'origine local ;seulement six milles maisons sont construites chaque années en France suivant ce principe.
De meme,étant donné l'extrème difficulté dans laquelle se trouve la filiaire bois,chaque région, collectivi
té,mairie,etc devrait promouvoir des chaufferies au bois .

jerome
 
Signaler un contenu inapproprié
 
privilégier bois non tropicaux?

Il n'apparaît pas clairement que l'on recommande de privilégier les bois non tropicaux (plus proches, moins menacés, etc.) - bien sûr avec les certifications ad hoc (la FSC semble la plus solide) - dans les cahiers des charges : les mobiliers, placages ou bois d'oeuvre n'en seraient pas moins bons pour autant. Ai-je mal lu?
P.H.

Patrick hubert, FinÆnviro | 14 avril 2005 à 20h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:privilégier bois non tropicaux?

Bonjour,

Justement, il ne s'agit pas de faire une différence entre les bois tropicaux ou non, mais de s'assurer que dans tous les cas, ils proviennent de forêt gérées durablement.

Bien cordialement

David Ascher

Ascher David | 14 avril 2005 à 20h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:privilégier bois non tropicaux?

C'est bien de s'assurer que les bois tropicaux proviennent de forêts gérées durablement, mais est-ce bien durable de faire parcourir plusieurs milliers de kilomètres à ces bois tropicaux ? Pour moi, ces forêts tropicales ne seront gérées durablement que si le bois n'est utilisé que dans ces mêmes régions tropicales... Le bois, comme tous les autres matériaux, se doit d'étre premier!!! si l'on veut parler de gestion durable...

el mexicano | 15 avril 2005 à 13h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
directeur géneral

je viens d'obtenir un agrément d'exploitation forestière dans la republique du congo et j'aurai besoin d'un partenaire pour 'exploitation de cette forêt qui a une superficie de 44 .000 Ha
merci de me contacter .

priso | 28 avril 2005 à 13h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:privilégier bois non tropicaux?

en réponse à el Mexicano :
plus de 90% des bois tropicaux sont utilisés sous les tropiques !
Sachez aussi quasiment tout ce que vous consommez provient de très très loin : avec votre raisonnement, il faut cesser d'acheter de la viande chez autruc car elle vient d'argentine, il ne faut plus acgheter de vêtrements du tout (sauf dans des marques très chères) car ils on tous, tous été fabriqués en Inde ou en Chine, idem pour les chaussures, etc...
eh oh, wake up !!! Open the eyes !!!

ceci dit, boycotter les bois tropicaux est une bonne chose.
Non pas parce' que ça les protège (il faut être peu au courant des choses pour penser celà, quand l'immense majorité des bois tropicaux sont consommés soit sur place, soit par l'Asie)
Mais parce que ça protège le filière bois européenne, laquelle est assez peut compétitive en terme de prix par rapport aux filières asiatiques ou sud américaine (je ne parle pas des bois africains, leur volume compte pour peanuts)
bien à vous tous

Acatine | 10 avril 2006 à 11h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:privilégier bois non tropicaux?

Réponse à acatine:
désolé, je viens juste de recevoir ton message...
Et bien oui, j'essaye de ne pas manger de la viande qui vient d'Argentine, et j'achète des vêtements à base de chanvre, vêtements qui sont fabriqués en France, et qui ont une très bonne tenue. Pour ce qui est du coton, oui, j'achète des vêtements en coton biologique qui viennent de loin mais la culture du coton est plus durable que la coupe de bois tropicaux synonyme de déforestation... Des sous j'en ai pas, je suis smicard et consomm'acteur... I've the eyes totally opened... And you ?

el Mexicano | 10 avril 2006 à 11h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:privilégier bois non tropicaux?

mort de rire...
le coton est plus duravle ? et la contribution a l'effet de serre du petrole utilisé par le bateau pour amener le coton ? ha ha...
C'est vrai que ça donne bonne conscience, de se dire que c'est plus durable...

tout ça me fait penser aux indulgences du moyennage.... il suffisait d'acheter un bout de papier pour se donner bonne conscience. Ici c'est pareil, il suffit d'acheter un logo ou un label pour 1 produit ou 2, et ça donne bonne conscience pour tous les autres produits dont on ne pourrait pas se passer...
(lessive, electricité, trlévision, CD, hifi, plats surgelés, plats préparés à l'avance, voiture, eau potable, et j'en passe...

re- mort de rire

Acatine | 11 avril 2006 à 11h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Sans sujet

Pas de message

Anonyme | 18 mai 2006 à 13h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager