En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

À l'horizon 2050, la canicule de l'été 2003 pourrait devenir habituelle en France

Ces 25 dernières années, le réchauffement climatique s'est accéléré au rythme de 1,7 °C en moyenne par siècle. C'est ainsi qu'en France, des modèles convergents estiment qu'à l'horizon 2050, la canicule de l'été 2003 pourrait devenir habituelle.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
La température moyenne annuelle du globe a augmenté de l'ordre de 0,6 °C au XXe siècle, avec de fortes disparités régionales et ces 25 dernières années, le réchauffement climatique s'est accéléré au rythme de 1,7 °C par siècle en moyenne.
C'est ce qu'indique par l'Institut français de l'environnement (IFEN) dans sa revue mensuelle Données de l'environnement n°102.

Même si l'activité solaire a joué un rôle dans l'évolution de la température moyenne de la Terre, et si certains gaz à effet de serre sont présents à l'état naturel, l'effet de serre additionnel dû aux activités humaines est responsable d'une part importante et croissante du réchauffement constaté, indique l'IFEN.

Depuis une centaine d'années, l'année 1998 a été la plus chaude (0,59 °C au-dessus de la normale 1961-1990). L'année 2002 est la seconde année la plus chaude avec 0,50 °C au-dessus de la normale. Ainsi, neuf des dix années les plus chaudes ont été enregistrées après 1995 ! Plus qu'une coïncidence...

Les données de plus de 70 stations, homogénéisées par Météo-France, montrent un réchauffement plus marqué des minimales sur l'ouest du territoire (0,7 à 1,7 °C/siècle) et des maximales au sud qu'au (de -0,1 à 1,3 °C/siècle).

C'est pourquoi Les glaciers de montagne se sont considérablement réduits depuis 1850 alors qu'aucune tendance nette n'est repérable au cours des trois siècles et demi précédents, précise l'Institut français de l'environnement .

L'Ifen rappelle qu'à l'échelle historique, le climat a connu des variations naturelles importantes. En particulier, l'Europe occidentale a connu un « petit âge glaciaire » de 1350 à 1850 environ. Le réchauffement qui a suivi cette période a commencé avant que la révolution industrielle ne produise des effets majeurs et a donc des origines naturelles. Toutefois, à ces origines naturelles s'ajoutent des origines anthropiques dont l'influence va croissant.

Les travaux du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) confirment que, dans tous les cas de figure, les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère vont augmenter, d'après les différents scénarios d'émissions. Selon les efforts des pays pour limiter la production de tels gaz, il est possible que la température moyenne de la planète augmente de 1,4 à 5,8 degrés Celsius en 2100 par rapport à 2000. Une récente étude américaine montre que même si les émissions étaient stoppées aujourd'hui, il faudrait s'attendre à un réchauffement moyen de 0,6°C en raison de l'inertie thermique des océans.

Selon Météo-France qui a effectué des simulations sur la base d'un scénario d'émissions du GIEC, il est fort possible que les températures estivales mesurées en 2003 deviennent habituelles à partir de 2050. Des prévisions qui, même si elles avaient été mal comprises et interprétées en raison de la gravité de la crise sanitaire de l'été 2003, avaient été annoncées pas Roselyne Bachelot-Narquin alors Ministre de l'Écologie et du Développement Durable.

Une importante augmentation de la température moyenne de la Terre se traduirait par des températures minimales plus élevées, avec un nombre plus importants de jours de forte chaleur et moins de jours de gel, plus de précipitations intenses et, bien entendu, une élévation du niveau de la mer même si elle serait très variable selon les lieux.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager