En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La journée sans voiture rebaptisée ''Bougez autrement'' par le ministère de l'Ecologie

La journée sans voiture sera bien organisée mais sera renommée Bougez autrement. Une mesure qui ne sera peut-être pas suffisante pour calmer les automobilistes des grandes villes déjà excédés par les nombreux travaux d'aménagement.

Transport  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
La journée sans voiture sera bien organisée le 22 septembre mais sera renommée Bougez autrement. Une mesure qui ne sera peut-être pas suffisante pour calmer les automobilistes des grandes villes déjà excédés par les nombreux travaux d'aménagement.

Le nouveau slogan vise à sensibiliser la population à la nécessité d'un meilleur équilibre entre les modes de transports urbains, a indiqué Serge Lepeltier en précisant que cette équilibre doit inclure la voiture car elle représente une forme de liberté individuelle, à condition qu'il s'agisse d'une voiture propre. Ainsi, il ne s'agit plus de prendre la voiture comme bouc émissaire mais de montrer que l'utilisation de plusieurs moyens de transport peut être la bonne solution. La voiture n'est pas utile pour tout, à un moment donné on peut utiliser un vélo, à un moment donné un transport public, a t'il souligné.

La journée sans voiture avait été lancée, le 9 septembre 1997, par Michel Crépeau, maire (MRG) de La Rochelle. Dominique Voynet, ministre (Verts) de l'Environnement, avait porté en 1997 cette initiative au niveau national. Le 22 septembre 1998, 35 villes avaient participé. En 1999, on comptait deux fois plus de participants, des villes italiennes et suisses avait même suivi le mouvement. En 2002, cette journée, devenue européenne depuis 2000, avait réuni 1353 villes dans 37 pays, et la France avait alors enregistré sa plus forte participation, avec 98 villes. Depuis, en France, la participation s'est considérablement réduite. Résultat : 72 villes participantes en 2003 et 50 villes en 2004…

Au cours des dernières années, a observé M. Lepeltier, le concept de journée sans voiture s'est progressivement essoufflé (...). Les Français ont souvent vécu cette journée comme une contrainte. Une contrainte qui se rajoute aux encombrements qu'il rencontrent au quotidien dans les grandes villes en raison des très nombreux travaux d'aménagement (Tramway à Paris et Grenoble…) ayant justement vocation à réduire la densité de véhicule.

Les municipalités sont donc invitées à promouvoir les déplacements alternatifs (bicyclette, roller, marche à pied) et les voitures propres.

De plus, du 16 au 22 septembre 2005, les citoyens européens seront sensibilisés avec une semaine entière d'activités dédiée à la mobilité durable.''AU TRAVAIL, AUTREMENT !'' sera le thème central pour la Semaine européenne de la mobilité 2005. Le but est de promouvoir des déplacements travail-domicile ou école-domicile plus respectueux de l'environnement en encourageant les modes de transport alternatifs comme le vélo, la marche à pied, les transports publics et le co-voiturage.

D'autre part, le ministre a rappelé que l'Etat n'achèterait plus, à partir de juillet, que des véhicules faiblement émetteurs de CO2 (moins de 140 grammes CO2/km contre 154g CO2/km pour l'ensemble du parc automobile français actuel). Il a confirmé une récente annonce selon laquelle l'Etat souhaite réduire de 20% le coût global de son parc automobile d'ici au 31 décembre 2007.

Réactions6 réactions à cet article

 
l'alternative

Toutes les décisions en matière de "journées sans voiture" ne proposent pas d'alternatives. Aller en vélo, roller, à pied convient aux personnes qui habitent le centre ville et qui ont depuis longtemps abandonné leur voiture. Les tranports en commun : encore faut-il que votre ville soit correctement desservie. J'habite Paris et je me rends compte que ces personnes qui doivent affronter les embouteillages quotidiennement viennent de banlieue. Ils n'ont pas d'alternative. A certaines portes de Paris il y a des places de parking gratuites qui leur permettent de finir en métro, mais c'est trop rare. Pour toutes ces personnes venant de région parisienne, il n'y a pas d'alternative. "Beaucoup d'intentions mais peu de solutions" devrait être le slogan de la journée de la voiture.

xavthi | 12 mai 2005 à 21h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
re: Bougez autrement?

Mon expérience...
J'habite la banlieue lyonnaise, très encombrée matin et soir. Pour atteindre le centre ville j'ai le choix:
Ma voiture (35 mn d'embouteillages & de stationnement), mon vélo pourri (25 mn de transpiration à monter la côte), mon vélo électrique de marque européenne, loué pas cher (15 mn de plaisirs - à saluer les gens, acheter du pain...).
Je le recharge à l'ENR et je l'échange contre un scooter électrique si j'ai + de 20 km à faire pendant ma tournée...
J'aime aussi la rando et le parapente... mais jamais essayé pour aller au boulot...

Garance | 12 mai 2005 à 22h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:l'alternative

Tout à fait d'accord avec le message l'alternative.
J'habite à 30 kms de Paris. Il faut 1.5 heures de voiture le matin pour venir à Paris : épouvantable. Donc je prends le RER. MAIS j'habite à 3 kms de la gare; j'y vais en voiture. MAIS il n'y a qu'un tout petit parking; en il y avait un grand parking que la municipalité a réduit pour faire une opération immobilière (la commune c'est Bure-sur-Yvette!).
Il y a aussi d'autres gares mais leurs parkings sont payants!!!!! D'ou un surcoût important du déplacement en RER.
Il y a donc une quasi-impossibilité d'utiliser ce RER puisqu'il est très difficile d'accès.

Et si je prends le RER aux heures de pointe, je voyage debout pendant 50 minutes. Est-ce raisonnable pour démarrer une journée de travail?

En région parisienne pour convaincre les gens d'utiliser les transports en commun IL FAUT :
- les rendre accessibles,
- qu'ils soient attractifs en terme de confort, de fréquence, d'horaires,
- qu'ils soient économiques et sécurisés la nuit.

Anonyme | 13 mai 2005 à 12h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
vive les embouteillages

Salut
je pense que de nombreuses personnes autour des grandes villes notaement Paris prenne leur voiture de manière abusive
Les personnes situées en banlieu qui n'on pas de matériel (outils, matériaux encombrant...) peuvent empreinter le RER, les TER...
Ceci évite les émmissions de gaz.... de plus elles bénéficient de la fatigue en moins et de pouvoir lire, téléphoner...
Trop de gens ont pris l'habitude de leur voiture et d'être dans les bouchons avec les inconvénients qu'ils procurent : attente, fatigue, accident, dépenses (le patron ne rembourse pas ou rarement les frais kilomètrique alors que les transports en commun oui, et encore mains la tôle froissé), dépressions ou mauvaise santé et mauvaise humeur...

Anonyme | 13 mai 2005 à 16h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Malhonneteté intellectuelle

"car elle représente une forme de liberté individuelle, à condition qu'il s'agisse d'une voiture propre."
C'est le comble de l'hypocrisie. Le ministre de l'écologie qui nous parle de liberté individuelle et la bagnole.
Et la liberté de respirer un air pur, il en fait quoi, pour tous les non automobilistes (et ils sont nombreux malgré tout)!
Et celle de circuler quand on est piéton, cycliste ou rolleriste...
Et l'espace publique de plus en plus bouffé par la "bagnole"

Il serait plus honnête qu'il parle de la liberté du lobby automobile d'exercer son pouvoir marchand.

Pour info, je vous inviteà rejoindre la "Vélorution", tous les 1ers samedi du mois Place du Chatelet à Paris à 14h. Piétons, cyclistes, rollers, bref les "alternatives" se retrouvent pour se réapproprier la voirie.
Cela se fait également à Toulouse, Lille, Lyon et chez vous si vous le souhaitez... c'est facile à mettre en place et très festif!

Anonyme | 15 mai 2005 à 22h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Malhonneteté intellectuelle

Vous trouvez que ce n'est pas malhonnête de décréter que la voiture est nuisible alors qu'elle est indispensable pour la vie de la cité. Je travail dans les transports urbains qui vous permettent de vous déplacer sans véhicule, mais comment je fait le matin, à 5 heures, pour aller ouvrir le métro au limite de Paris puisqu'il n'y a rien pour m'amener. Je suis à 30 Kilomètres de la capital, je viens en vélo??? Concernant les personnes âgées aux revenues modestes qui habite Paris, si si il y en a encore n’en déplaise au maire de Paris, comment font-il leurs courses sans véhicule, sachant qu’il y a de moins en moins de commerces « raisonnables » dans la capitale? Dans le 14 ème, par exemple, avec la zone verte, les livraisons étant tellement simples que les livreurs refusent de venir et donc les commerces ne sont plus livrés. Il faut aller aux portes de Paris pour accéder à des centre commerciaux, où certes ce n’est peut-être pas bio, mais où les produits sont abordables.
Je ne suis pas un bobo qui prétend donner des leçons au autre, loin de là, mais soyons réaliste, que ce soit pour l'auto ou la conso, nous ne sommes pas égaux. Vous avez la chance de ne pas avoir besoin de voiture, c'est bien, mais je ne jeté pas l'opprobre sur le quidam qui n'a pas le choix. Concernant les vêtements, c’est bien de dire de ne consommer que des vêtements d’occasions, mais si ils sont d’occasions c’est des « crétins » les ont acheté neufs. Il est facile de donner des leçons sans réfléchir réellement aux conséquences de ses propos et d’idéaux que l’on diffuse avec sa vision partiel et sa bonne morale.
Une petite précision pour finir, j’ai habiter Paris, en plein centre, mais j’avais tout de même une voiture pour mes jours de repos hors de la capital.
Sur ce bonne journée à tous.

smookey | 19 septembre 2007 à 07h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…