En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le SAUR condamnée par le tribunal d'instance de Mulhouse

Le 3 mai dernier, le tribunal d'instance de Mulhouse a condamné, la SAUR, société de distribution d'eau, à payer 33 350 euros à des clients de la commune de Rixheim dont l'eau du robinet avait été polluée par un herbicide.

Eau  |    |  Actu-Environnement.com
Le 3 mai dernier, le tribunal d'instance de Mulhouse a condamné, la SAUR, société de distribution d'eau, à payer 33 350 euros à des clients de la commune de Rixheim dont l'eau du robinet avait été polluée par de l'atrazine, herbicide principalement utilisé pour maîtriser les mauvaises herbes dans les champs de maïs.
En effet, le taux d'atrazine dépassait la limite légale de 100 ng/l, avec des pics allant jusqu'à 400 ng/l.

Le 26 mars 2004, une convention avait été signée entre le Syndicat d'eau du canton de Habsheim et celui de Mulhouse pour la livraison d'eau de la Doller de manière à résoudre ce problème de pollution de l'eau du robinet. C'est l'association rixheimoise Aquae qui avait dénoncé la dégradation de la qualité de l'eau et la présence constatée d'atrazine et de nitrates depuis plusieurs années. Le basculement sur le réseau d'eau mulhousien étant intervenu le 23 novembre 2004. Ainsi, entre ces deux dates, une procédure avait été engagée par des consommateurs pour obtenir réparation de ces préjudices en réclamant le remboursement des bouteilles d'eau minérale achetées.

L'atrazine peut pénétrer dans le milieu aquatique avec les eaux de ruissellement provenant des champs traités ou à la suite d'un débordement ou d'un déversement accidentel pendant la production, l'emballage, le stockage et l'élimination des déchets. Dans les régions où cette substance est utilisée de façon intensive, les nappes d'eau souterraines ainsi que les plans d'eau de surface comme les lacs, les ruisseaux, les rivières et les fleuves sont souvent contaminés. C'est l'un des pesticides les plus fréquemment décelés dans les eaux de surface et l'eau des puits. Il est toxique pour les poissons et les invertébrés d'eau douce et plus particulièrement pour les plantes aquatiques.
Il peut avoir des effets sur la santé des personnes exposées à des concentrations supérieures à celles qui sont recommandées et provoquer des nausées et des étourdissements. D'après les études faites sur des rats, l'atrazine serait possiblement cancérigène pour l'être humain. Des études menées chez les animaux montrent également que l'atrazine peut induire des déséquilibres hormonaux en exerçant ses effets sur la glande pituitaire.

Le tribunal a également alloué aux plaignants un total de 3.150 euros au titre du préjudice moral. La Saur, filiale du groupe Bouygues, dispose d'un mois pour faire appel. Les habitants du canton de Habsheim disposent désormais d'une eau dont la teneur en atrazine ne dépasse pas 50 ng/l.

Réactions3 réactions à cet article

 
Petite précision

L'atrazine est interdite d'utilisation depuis juillet 2003.
Ce qui est observé dans les nappes résulte de son utilisation passée.
Cette pollution du passé va sans doute perdurer encore longtemps compte-tenu des propriétés de remanence de l'atrazine et de ses produits de dégradation.
La question est de savoir si maintenant que l'on sait la vulnérabilité de nos ressources en eau, va-t-on pour autant modifier les usages de produits phytosanitaires?

Joséphine | 20 mai 2005 à 19h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Petite précision

L'usage des produits phytosanitaires sera, à mon sens, de plus en plus raisonné. Les autorités comme les industries font des efforts, il en va de l'intérêt de tous. Les agriculteurs le comprennent progressivement, même si cela prendra encore bcp de temps pour que tous respectent les dosages et les périodes.

lolito | 30 mai 2005 à 19h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
petit ajout

Pourquoi est-ce la société de distribution qui est condamnée? Il me semble que ce n'est pas eux qui utilisent les pesticides, ce n'est pas eux non plus qui financent les installations de filtres à charbon actif qui auraient pu éviter les contaminations. C'est plutôt collectivités, agriculteurs et surtout industriels producteurs de désherbant qu'il faut condamner.

aldo | 14 août 2009 à 19h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…