En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Préparation de la lutte contre les criquets pèlerins en Afrique

Une réunion internationale consacrée à la préparation de la lutte contre les criquets pèlerins en vue de la campagne agricole 2005-2006 s'est ouverte mardi à Dakar en présence de représentants de dix pays d'Afrique .

Agroécologie  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Une réunion internationale consacrée à la préparation de la lutte contre les criquets pèlerins en vue de la campagne agricole 2005-2006 s'est ouverte mardi à Dakar en présence de représentants de dix pays d'Afrique du nord, de l'ouest et du centre.

À l'ouverture de la rencontre, le président sénégalais Abdoulaye Wade a souligné qu'une des difficultés de la lutte cette année serait de définir l'ampleur de la menace et d'estimer les moyens mis à disposition pour y faire face.

Le criquet pèlerin est un acridien de grande taille, redoutable pour les cultures à cause de sa voracité, de la mobilité de ses populations, de l'immensité des zones concernées, et du nombre considérable d'individus constituant un essaim. Les criquets pèlerins sont capables de détruire en 24 heures des cultures destinées à nourrir plus de 250.000 personnes. Une seule femelle peut pondre deux ou trois fois, et à chaque ponte, elle dépose 150 à 200 oeufs dans le sol.

Le directeur général de l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), Jacques Diouf, a rappelé la nécessité de renforcer la coordination pour la mise en oeuvre d'une lutte préventive plus efficace dans le cadre du mécanisme de Coordination sous-régionale de la lutte anti-acridienne (CORSELA).

La CORSELA a été créé à la suite de la Conférence scientifique internationale sur le criquet pèlerin en janvier dernier à Dakar.

Plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest et le Maghreb (la Mauritanie, le Sénégal, le Mali, le Maroc, l'Algérie, le Niger et le Tchad) ont été confrontés en 2004 à une invasion de criquets qui a perturbé fortement la saison des semis et provoqué une instabilité alimentaire.

Réactions2 réactions à cet article

 
Une arme de destruction massive

Une arme de destruction massive

Marakech : L’imidaclopride, utilisé dans la lutte anti-acridienne, a fait des ravages inestimables chez les population des abeilles du sud, les apiculteurs n’en croient pas leurs yeux. Quelque 6.5 millions d’hectares ont été le total traité dans le pays d’Afrique affecté par les invasions acridiennes, d’octobre 2003 à fin juillet 2004. Le Maroc a été particulièrement touché. Mais l’utilisation massive voire abusive de l’imidaclopride , un insecticide anti-criquet pèlerin puissant « a décimé des millions d’abeilles et a modifié le comportement des rescapées qui ne font plus de miel », constate un berger qui entretient une dizaine de ruches sauvages et qui a l’habitude de cueillir jusqu'à 50 KG de miel de très bonne qualité chaque mois de mars. L’hypothèse d’une intoxication par l’imidaclopride (matière active du Gaucho fabriqué par le chimiste Bayer) des abeilles s’est affirmée au fil de ces dernières années, notamment en Europe où son usage est sévèrement réglementé depuis la fin de la décennie 90 du siècle dernier. Mais ce n’est pas tout : Les analyses en laboratoire ont montré qu’en ce qui concerne la persistance de cet insecticide dans l’eau, il suffit d’un pH neutre et d’une absence d’UV pour assurer à l’imidaclopride une stabilité excellente. Aussi, et dans la mesure où il est beaucoup plus soluble dans l’eau, l’imidaclopride que d’autres substances similaires comme le fipronil (encore plus toxique), certain de ces métabolites peuvent contaminer la nappe phréatique!
Parut : Abeille et fleur mai 2005 page 7

Notre avis :

Les produits systémiques sont démontrer tueur d’insectes comme les fourmis, les sauterelles, les taupins et d’autres insectes dit nuisible des plantes. Aujourd’hui ces mêmes produits ne sont toujours pas des tueurs d’abeilles comment font-ils pour faire admettre ceci?

Association d’association l’état nature de nature « ANTI OGM » http://christian.grasland.free.fr Email : etat.nature.ogm@free.fr

Participant au collectif citoyen « Bretagne sans OGM » http://bretagne.sans.ogm.free.fr
Email : bretagne.sans.ogm@free.fr

http://christian grasland.free
 
Signaler un contenu inapproprié
 
test

test

test | 20 mai 2005 à 14h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager