En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La superficie de la forêt amazonienne s'est réduite 26.130 km2 en un an

Alors que la forêt amazonienne a encore perdu 26.130 km2 de sa surface entre août 2003 et août 2004 – sa plus forte réduction depuis 1995 - le Palais de la découverte ouvre l'exposition Amazônia Brasil d'un point de vue culturel et environnemental.

Biodiversité  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
À l'occasion de l'année du Brésil en France, le Palais de la découverte propose actuellement et jusqu'au 28 août, l'exposition Amazônia Brasil.

Étendue sur 7,9 millions de km2, l'Amazonie est la plus grande superficie continue de forêt tropicale de la planète. Elle couvre 60 % du territoire brésilien. Avec un bassin hydrographique de plus de 6 millions de km2, c'est la principale réserve d'eau de la planète.

Avec un panel de 40 000 espèces végétales et de 14 000 espèces animales, cette forêt est un sanctuaire de la biodiversité. Elle abrite 23 écosystèmes différents et renferme la plus grande concentration d'organismes biologiques de la planète. Les scientifiques estiment qu'ils représentent entre 15 et 30% de l'ensemble des espèces connues dans le monde.
Environ 3000 espèces de poissons d'eau douce ont été répertoriées dans les fleuves et les lacs d'Amazonie. Parmi elles, on peut citer le piranha, le pirarucu - le plus grand poisson d'eau douce du monde avec des spécimens mesurant plus de 2 m de long et pouvant peser jusqu'à 125 kg - ou le tambaqui - espèce appartenant à la famille des frugivores et possédant des dents capables de casser des graines aussi dures que celles de l'hévéa (l'arbre à latex).

Mais cette richesse fragile est actuellement menacée. La déforestation est une menace qui ne cesse de s'amplifier. Selon des données officielles du Brésil, la forêt amazonienne a encore perdu 26.130 km2 de sa surface entre août 2003 et août 2004, soit 6% de plus que l'année précédente. Il s'agit du plus fort taux de déforestation depuis 1995, où plus de 29.000 km2 avaient été détruits. Près de 25.500 km2 ont été détruits en 2002 contre 18.000 en 2001 et 12.250 km2 en 2000.
Les incendies, l'exploitation forestière, l'exploitation agricole, l'exploitation minière et l'enlèvement de végétation sont les principales causes de la déforestation en Amazonie.

Des ONG et le gouvernement brésilien multiplient des programmes de sauvegarde de ce véritable poumon de la planète.

De l'extraction minière à la croissance des exploitations de soja, l'exposition analyse les causes et présente les solutions envisagées. La première partie de l'exposition met en scène des données fondamentales sur l'Amazonie et ses 23 écosystèmes. Elle se présente comme une promenade au bord du fleuve Amazone et délivre des informations sur les villages, les habitants et leurs modes de vie. Une piscine de semences de 100 m2 présente l'incroyable diversité de la flore amazonienne.

La seconde partie évoque les problèmes liés à la déforestation, notamment dus aux incendies et met en évidence les mesures de surveillance développées ces dernières années qui permettent d'observer et de mieux en contrôler les méfaits. En effet, en mars 2004, le gouvernement brésilien avait inauguré un système pour contrôler les processus de déboisements, brûlis et incendies en Amazonie où 653.000 km2 de forêt ont été détruits en 30 ans. Le centre de surveillance écologique (Cenam) est incorporé au Système de protection de l'Amazonie (Sipam), qui dispose de satellites de télédétection, de stations météorologiques, de radars et d'avions de surveillance. Les informations recueillies sont transmises à l'Institut Brésilien de l'Environnement (IBAMA) qui dépend du ministère de l'Environnement.

La fin de cette exposition aborde les plans de sauvegarde engagés par l'État brésilien et les initiatives de monitoring mises en place par les ONG amazoniennes et internationales.

D'après des études publiées dans la revue Science en février 2004, la pollution causée par les brûlis de bois diminuerait la quantité de pluie mais aussi la couverture nuageuse. Ces différents phénomènes pourraient avoir une incidence à long terme sur le climat régional voire continental :
• D'après l'étude de l'Institut Max Planck de chimie à Mayence en Allemagne, les particules issues de la fumée de brûlis agiraient sur la nébulosité des nuages, entraînant une diminution des précipitations. Selon l'institut, les variations de courant engendrées par ces poussières pourraient à long terme changer la circulation atmosphérique de la région.
• D'après l'étude du centre NASA-Goddard Space Flight, Ies chercheurs ont constaté que la fumée produite par ces brûlis entraînait une réduction de la couverture nuageuse et faisait disparaître les cumulus, nuages blancs synonymes de beau temps et d'ascendances importantes. La fumée noire agit directement sur la formation des nuages « purs » en l'inhibant.
Ces deux études n'ont fait que confirmer l'impact de la destruction de la forêt amazonienne sur l'environnement.

En parallèle à la présentation de l'exposition « Amazônia Brasil », le Palais de la découverte propose des événements artistiques et notamment un festival de courts-métrages (du 1er au 5 juin 2005 de 14h à 18h) qui présente 21 films mettant en scène les habitants, leurs coutumes, leurs croyances et légendes, leur mode de vie avec pour toile de fond les décors de la forêt amazonienne.

Exposition Amazônia Brasil au Palais de la Découverte du Mardi au Samedi de 9h30 à 18h, Dimanche et Fêtes de 10h 19h.
Tarif : 4-6,5 euros
Site : www.palais-decouverte.fr

Réactions3 réactions à cet article

 
Quelle démarche entamée aujourd'hui?

Bonjour,
A cette annonce, la catastrophe est sur notre vaisseau Terre, et dans mon coeur... (je pense à l'avenir de mes enfants et j'ai peur pour eux).
A vous qui me lisez, qui suivez cet actu-environnement, responsables de communication, r-attaché à un organisme, à un ministère peut-être, j'ai une question car tous, vous savez les conséquences de cette catastrophe, celle qui attend vos enfants; quelle démarche est faite pour arrêter cela? car à ce stade, l'action individuelle me semble bien inutile...

yoyo | 22 juin 2005 à 15h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Trèves de balivernes

"Véritable poumon de la planète". Cela laisse entendre que la forêt amazonienne serait un piège à CO2, c'est faux!

Les forêts primaires sont en équilibre avec l'écosystème, elles ne captent pas plus de CO2 qu'elles en rejettent.

Seule une forêt en croissance est un piège à CO2.

Mobar | 30 juin 2007 à 14h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Laissez tomber yoyo, personne ne vous écoute. L'Homme est égoïste est fait semblant de ne rien voir. De toute façon, il sait que quand les conséquences vont tomber, la génération actuelle (40-50ans) sera morte. Ce n'est donc pas leurs affaires ! :(

dolfinsbizou | 04 mars 2011 à 18h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…