En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'immobilisme reste de mise face au problème grave de pollution de l'air atmosphérique

Systèmes de chauffage, climatisations d'immeubles, émissions automobiles et industrielles : la pollution de l'air devient très inquiétante dans zones urbaines et industrielles. Pourtant les mesures locales de prévention restent quasi inexistantes.

Risques  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Selon des études récentes, la pollution réduit l'espérance de vie de neuf mois et engendre une augmentation des affections respiratoires telles que la bronchite et l'asthme. Les données concernant l'impact de la pollution atmosphérique sur l'homme sont très inquiétantes et nous devons prendre des mesures appropriées, a assuré le Commissaire européen en charge de l'Environnement, Stavros Dimas.

400.000 Européens mourraient prématurément chaque année du seul fait de la pollution atmosphérique. Les maladies provoquées par la concentration actuelle de particules en suspension dans l'air entraînent plus de 100000 hospitalisations supplémentaires chaque année, indique la commission européenne.

De plus, selon certaines estimations, les particules en suspension dans l'air, communément appelées les poussières, provoqueraient plusieurs dizaines de milliers de décès prématurés en Allemagne, en Italie, en France et dans l'ensemble de l'Union Européenne. Ces particules fines dont le diamètre est inférieur ou égal à 10 millionièmes de mètre (les PM10 ou inférieures) s'inhalent facilement. Elles pénètrent profondément dans les poumons et sont à l'origine de graves troubles cardiaques et respiratoires.

De même, des niveaux élevés d'ozone troposphérique peuvent causer des décès prématurés chez les personnes sensibles. Il est nocif lorsqu'il peut être inhalé. Il irrite les voies respiratoires et s'attaque aux poumons, provoquant des accès de toux, des crises d'asthme et des infections pulmonaires bactériennes.

Sans parler du phénomène des pluies acides, phénomène de pollution atmosphérique qui nuit également à l'environnement. Les pluies acides s'attaquent aux matières organiques et à certains métaux et provoquent l'érosion des bâtiments. Il constitue une menace pour les cultures. Même si des efforts consentis pour réduire les pluies acides en Europe ont été payants ces dernières années, ce phénomène menace toujours 240 000 Km2 de forêts, souligne la commission.

Et l'économie dans tout cela : elle y perd aussi. Une étude de AEA Technology Environment, groupe de recherche britannique a montré qu'en moyenne, les Européens sont malades un demi-jour par an à cause de la pollution atmosphérique. La perte de productivité qui en résulte coûte des milliards d'euros à l'Union européenne.

C'est à la suite de ces conclusions très alarmantes que la Commission européenne présentera cet été une nouvelle stratégie globale destinée à améliorer la qualité de l'air en Europe. Le sixième programme d'action communautaire pour l'environnement, qui se poursuivra jusqu'en 2012, en appelle à la préparation d'une stratégie thématique qui fixera des objectifs en matière de qualité de l'air liés à l'environnement et la santé publique. Parmi les mesures envisagées par la Commission, il s'agit de réduire d'ici 2010 les émissions des polluants de 25 à 30 % par rapport à 2000. D'autres propositions se fondent sur des incitations fiscales. La Commission étudie également les valeurs limites qui pourraient être fixées dans une nouvelle norme européenne concernant les émissions des véhicules à moteur diesel.
Les toutes dernières recherches dépeignent un tableau inquiétant, mais prévoient également une amélioration de la qualité de l'air d'ici 2020 si l'on applique à la lettre les mesures communautaires en vigueur, notamment la limitation des émissions automobiles et industrielles et le contrôle de la pollution de l'air, indique la commission européenne.

Pour la commission, c'est aux autorités nationales, régionales et municipales qu'il incombe de veiller à faire respecter des valeurs limites de qualité de l'air.
Les autorités locales doivent respecter la réglementation européenne sur la qualité de l'air pour éviter le développement de zones critiques sur leur territoire. Certaines administrations ont d'ailleurs instauré des systèmes qui limitent la circulation en milieu urbain lorsque la qualité de l'air atteint des niveaux dangereux. Mais la Commission estime que ces systèmes constituent des moyens moins efficaces de lutte contre la pollution, dans la mesure où ils ne s'attaquent pas aux causes du problème et qu'ils ne visent pas à encourager les gens à modifier leurs comportements à long terme.
Elle prévoit, d'ailleurs, d'intenter une action à l'encontre des États membres qui ne garantiraient pas une certaine qualité de l'air à leurs citoyens.

En ce qui concerne l'actualité en France, on ne peut que déplorer qu'aucune action concrète ne soit envisagée… Avec la vague de chaleur actuelle, l'Ile-de-France a par exemple connu des pics de pollution, avec un dépassement du premier seuil d'alerte à l'ozone (180 microgrammes par m3) lundi à Paris, dans la zone rurale nord-est de l'Ile-de-France ainsi que dans plusieurs villes de l'Oise (Beauvais, Nogent-sur-Oise, Compiègne). Des pics de pollution ont également été enregistrés dans la région de Lyon et dans le sud de la France, entraînant des mesures de limitation de vitesse. Pourtant ce même jour, aucune limitation de vitesse n'était appliquée sur le périphérique parisien… C'est à croire que l'on attend que le phénomène de réaction photochimique ait pleinement débuté pour prendre des mesures de réduction des émissions devenues inutiles car trop tardives.

Réactions3 réactions à cet article

 
pics de pollution, clim' et polluants....

Concernant les pics de pollution à l'ozone, ne pourrait - on pas également préconiser de couper les clim' qui génèrent jusqu'à 35% de consommation en plus en cycle urbain?
A voir également quelles autres molécules non prises en compte lors des analyses ATMO peuvent avoir une incidence non négligeable sur notre santé (produits phytosanitaires en période de traitements par exemple...). IL me semble que ce type de données n'a jusqu'alors pas trop été prise en considération au niveau des sources de pollution atmosphérique....

guimauve51 | 23 juin 2005 à 16h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Un exemple à suivre...

Je voudrais juste citer l'exemple de Nantes Métropole qui propose des mesures concrètes pour améliorer la qualité de l'air, ce qui est plutôt rassurant pour l'avenir (enfin du concret!!!). Un plan de mobilité a été mis en place par la communauté d'agglomérations. Une enquête sur les moyens de se rendre au travail est distribuée à tous les salariés d'une entreprise, ou d'une asso intéressée, et d'après les résultats, propose des solutions (et des aides financières) pour favoriser le covoiturage, le prêt de vélos, et les transports en commun. Je dois dire que remplir ce questionnaire ce matin m'a procuré un réel plaisir et m'a rendue plus optimiste! Dans l'asso où je bosse, on va recevoir la semaine prochaine un premier vélo test! Chouette! A quand les RV dans les administrations où l'on part avec son directeur à vélo??!

Anne-l'air | 24 juin 2005 à 02h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Un exemple à suivre...

moi Parisien, j'en ai grave marre
qu'atends delanoé pour prendre des mesures drastiques avec péage à l'entrée de paris et toute sles mesures de covoiturage vélo etc
au lieu de cela, c'est tjs le concensus mou, ménager la chèvre et le chou, des bus et tramway mais quand même des bagnoles ( et oui, cela rapporte..)

fred

chevallier | 24 juin 2005 à 16h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…