Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les solvants qui ont substitué les halogénés nécessitent des études toxicologiques plus poussées

L'INRS a récemment présenté une étude dressant un panorama de l'utilisation des solvants en France. Les résultats montrent que les connaissances restent insuffisantes sur les solvants qui ont remplacé les halogénés nocifs pour la couche d'ozone.

Risques  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Depuis une dizaine d'années notamment à cause d'exigences réglementaires fortes dans les domaines de la protection des travailleurs et de l'environnement, l'emploi des solvants est en pleine évolution. Ainsi des familles entières de solvants disparaissent au profit d'autres nouvelles ou auparavant abandonnées, et parfois mal connues.

D'autre part, le nombre de salariés exposés aux solvants entre 1994 et 2003, est passé de 12,3% à 14,7%, principalement dans l'industrie et la construction (peintures, colles, etc.).

C'est dans ce contexte que l'Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) a commandé une enquête* réalisée par le cabinet spécialisé ALCIMED qui a permis de dresser pour la première fois une cartographie précise des 550.000 tonnes de solvants utilisés en 2004 en France. Il présente les tonnages de solvants par famille, par solvant à l'intérieur de ces familles et par type de préparation fabriquée en incorporant ces solvants.

L'étude de l'INRS a permis de constater d'une part que les solvants oxygénés ont une place prédominante, avec en premier lieu les alcools et les esters et d'autre part que les solvants halogénés sont peu consommés.
44% des solvants sont utilisés pour les peintures, vernis et encres, 17% dans la parfumerie et les cosmétiques, et 13% pour l'agriculture. L'étude révèle que l'utilisation de solvants neufs a baissé de 8% en 10 ans.

La diminution notable de la proportion des solvants halogénés est essentiellement attribuable aux mesures adoptées dans le cadre du Protocole de Montréal. Ces solvants nocifs pour l'ozone stratosphérique ont été substitués pour moitié en faveur des solvants oxygénés et pour moitié en faveur des solvants hydrocarbonés.
Pourtant, ces derniers ne sont pas forcément moins toxiques pour l'homme et son Environnement. Pour l'INRS, cette étude permet de constater d'importants décalages entre tonnages et connaissances, soulignant que les substances les plus utilisées n'étant pas nécessairement les mieux connues du point de vue toxicologique.

Plusieurs solvants très toxiques comme le perchloréthylène (utilisé par les pressings), le trichloréthylène (cancérigène de niveau 2) ou le dichlorométhane sont encore produits à plusieurs milliers de tonnes.
L'interdiction du dichlorométhane (15.000 tonnes utilisées comme solvants dans les décapants de peinture) est envisagée par le ministère de la Santé. Ce solvant lourd peut être mortel, lorsqu'il s'accumule en milieu très confiné.

L'intérêt de ces informations pour la prévention (réalisation de nouvelles études toxicologiques sur les solvants les plus utilisés, propositions de classification au niveau communautaire des substances préoccupantes et orientation des mesures d'expositions et des actions de prévention vers les secteurs les plus utilisateurs), a conduit l'INRS à proposer au ministère chargé du Travail de mener une enquête du même type sur l'ensemble des substances CMR (cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction) utilisées en milieu professionnel. Une convention s'inscrivant dans le cadre du Plan Santé au Travail 2005-2009 a ainsi été signée.


*L'enquête a été réalisée durant le second semestre 2004 au moyen d'un large panel d'entretiens individuels, le plus souvent téléphoniques, avec les acteurs du marché.

Le texte intégral de ce panorama est publié dans le dernier numéro de la revue Hygiène et sécurité du travail sous la référence ND 2230.

Réactions2 réactions à cet article

 
Ingénieur

Je veux procéder au remplacement de solvants chlorés que nous utilisions par des solvants diélectriques type SOLVACHIM GF 501 OU 300 fournis par DIPROCHIM BOURGOGNE.Puis-je avoir plus d'informations utiles sur la nociveté de ces produits?
Merci et Salutations distinguées!

Alioune FALL | 08 juillet 2005 à 11h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Ingénieur

Bonjour,

En toute logique, votre fournisseur devrait-être en mesure de vous fournir une fiche de sécurité. Ce sera un début...

Bien cordialement

David Ascher

Ascher David | 08 juillet 2005 à 12h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager