En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'utilisation du bromure de méthyle par les pays développés sera réduite de 20% en 2006

16 pays ont accepté lors de la Réunion extraordinaire des Parties à Montréal, une réduction de 20 % en 2006 de leurs quotas d'utilisation du bromure de méthyle, un pesticide employé par l'agriculture et nuisible à la couche d'ozone.

Risques  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
À la suite d'une semaine de discussion au Canada, la communauté internationale a arrêté définitivement le 1er juillet les quotas d'utilisation pour 2006 du Bromure de méthyle (CH3Br), un pesticide nuisible à la couche d'ozone employé par les agriculteurs des pays développés.

Appartenant à la famille des fongicides, le bromure de méthyle est un produit phytosanitaire utilisé par fumigation dans la production fruitière. Une fois pulvérisé sur les cultures, il rejoint la haute atmosphère où il endommage la couche d'ozone. Sa durée de vie est plus courte que celle des Chlorofluocarbure (CFC), mais il détruit les molécules d'ozone 50 fois plus vite. C'est un gaz incolore et inodore, très toxique par inhalation, qui agit sur le système nerveux.
De nombreux agriculteurs ont déjà opté pour d'autres fumigants et pour des mesures non chimiques, telles la greffe ou la pose de film barrière, pour arrêter totalement ou réduire considérablement leur utilisation de bromure de méthyle.

Toutefois, alors que le Protocole de Montréal prévoyait une complète cessation d'utilisation dès le 1er janvier 2005, nombre de pays développés sollicitent régulièrement des dérogations pour se donner le temps de trouver des produits de remplacement. Onze pays avaient déjà reçu des dérogations totalisant 16.050 tonnes pour la première année suivant l'échéance de 2005.

La Réunion extraordinaire des Parties de la semaine dernière avait vocation à négocier les nouvelles demandes de dérogations et à répartir les quotas entre les 16 pays demandeurs : Allemagne, Australie, Belgique, Canada, Espagne, Etats-Unis, Grèce, Irlande, Italie, Japon, Lettonie, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal et Royaume-Uni. Les participants se sont finalement mis d'accord pour autoriser les pays développés à utiliser un total de 13.014 tonnes en 2006, soit environ 20% de moins qu'en 2005.

La prochaine Réunion extraordinaire des Parties au Protocole de Montréal se tiendra le 12 décembre 2005 à Dakar (Sénégal). Le Groupe de travail devra trancher pour les quotas de 2007. Les délégations se pencheront également à cette occasion sur le financement dont doivent disposer les pays en développement au cours de la période 2006-2008 pour continuer à s'acquitter de leurs nombreuses obligations au titre du Protocole.
Un rapport du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE ou UNEP) chiffre à 420 millions de dollars le montant qui devraient être accordés pour aider les pays en développement à éliminer progressivement toutes les substances qui appauvrissent la couche d'ozone. Il s'agirait de la cinquième reconstitution du Fonds Multilatéral du Protocole de Montréal (FMPM).

Réactions1 réaction à cet article

 
Alternative ?

L'alternative au Bromure de méthyl, aux dires de certains serristes, c'est la désinfection des sols à la vapeur qui conduit a des consommations très élevées de fioul et donc à des dégagements très importants de CO2. C'est pas bon pour la planette non plus ...

Anonyme
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…