Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les USA s'enferment dans une politique énergétique pour le moins obscure

Alors qu'ils refusent toujours de ratifier Kyoto, les USA plaident pour l'action sans se fixer d'objectif en signant un accord parallèle avec 5 partenaires. La loi sur la réforme de la politique énergétique est par ailleurs jugée très décevante.

Energie  |    |  Actu-Environnement.com
Alors que les Etats-Unis sont considérés comme l'un des principaux pays pollueurs et émetteurs de GES, le président George W. Bush refuse toujours de ratifier le protocole de Kyoto, estimant qu'il convient de miser sur les percées technologiques pour régler la question l'effet de serre.
Ralliant les septiques à leurs causes, les Etats-Unis et cinq puissances d'Asie-Pacifique (Australie, Chine, Inde, Japon, Corée du Sud) ont annoncé le 28 juillet 2005 avoir conclu un accord pour « compléter » le protocole sans que celui-ci n'impose de contrainte ni de calendrier. Les domaines de l'accord vont d'un charbon propre à l'énergie nucléaire civile en passant par l'énergie éolienne et solaire, selon le communiqué commun.
Les signataires travailleront ensemble à la diffusion de technologies pour promouvoir la croissance économique tout en permettant une réduction significative de l'intensité des gaz à effets de serre. Ils entendent créer un contexte favorable pour le développement, la diffusion, le déploiement et le transfert de pratiques et technologies rentables et plus propres, existantes ou à venir.
Les ONG et associations écologistes de l'environnement ont condamné cet accord soulignant qu'il n'impose aucune obligation aux signataires.

Pourtant, la politique environnementale poursuivie par l'administration Bush est de plus en plus critiquée au sein même du pays. Durant l'été, des villes américaines et des organisations écologistes ont été autorisées par un juge fédéral de San Fransisco à porter plainte contre des agences fédérales de développement américaines (Overseas Private Investment Corp. et Export-Import Bank). Ces agences financent des projets pétroliers et gaziers à l'étranger (centrales énergétiques, champs pétroliers, oléoducs et gazoducs) à l'origine du rejet de plus 2,1 milliards de tonnes de dioxyde de carbone et de méthane chaque année, soit environ 8 % du total mondial et près du tiers des émissions américaines.
Les ONG Greenpeace et Friends of the Earth et les quatre villes d'Oakland, Santa Monica, Arcata (Californie) et Boulder (Colorado) reprochent aux agences fédérales de financer des projets ayant un impact effet sur le changement climatique plutôt que de soutenir des projets de développement d'énergies alternatives plus respectueuses de l'environnement que les énergies fossiles.
De plus, Neuf Etats du Nord-Est des Etats-Unis achèvent la mise au point d'un accord de réduction des émissions de gaz à effet de serre, selon le quotidien américain New York Times. Le Connecticut, le Delaware, le Maine, le Massachusetts, le New Hampshire, le New Jersey, l'état de New York, l'Ile de Rhode, et le Vermont prévoient de réduire de 10% les émissions de leurs usines électriques d'ici 2020.
Un marché de régulation des émissions de CO2 devrait être mis en place pour 600 usines productrices d'électricité. Un plafond total devrait être fixé autour de 150 millions de tonnes de CO2 par an et devrait être maintenu jusqu'en 2015.

Malgré ces prises de position de plus en plus nombreuses, la loi sur la réforme de la politique énergétique qui a été définitivement adoptée après un vote du Sénat fin juillet s'inscrit en demi-teinte.

Cette réforme, qui coûtera finalement 11,5 milliards de dollars, contre 6,7 milliards initialement prévus par la Maison Blanche, a été présentée par l'administration Bush comme une façon de moderniser la politique énergétique américaine, avec l'objectif de réduire la dépendance des Etats-Unis envers les importations d'énergie. Les ENR devraient y avoir trouvé un terrain de développement favorable. Pourtant, même si ces énergies bénéficient d'un budget parmi les plus élevées (2,7 milliards de dollars) de tout le dispositif, le texte continue à faire la part belle aux énergies polluantes et sans avenir.
• 1,6 milliard de dollars sont alloués pour encourager l'utilisation de ''charbon propre''.
• 1,5 milliard de dollars seront consacrés au développement du nucléaire.
• 974 millions de dollars sont dégagés pour des explorations géologiques et géophysiques visant à détecter d'éventuels gisements d'hydrocarbures.
• 406 millions de dollars sont investis pour encourager les investissements de raffinage.
Ces aides apportées aux compagnies pétrolières américaines qui ont par ailleurs publié des bénéfices importants en raison de la hausse des prix du brut, ont suscité beaucoup de critiques.
Pourtant, à l'inverse, 900 millions de dollars seront consacrés à des incitations fiscales pour encourager l'achat de véhicules ''propres''…

Lors de l'adoption du texte, George W. Bush a annoncé dans un communiqué qu'il félicitait le Congrès pour l'adoption d'une loi sur l'énergie qui va aider à assurer l'avenir dans ce secteur et réduire notre dépendance envers les sources d'énergie étrangères. L'objectif consiste finalement plus à assurer un approvisionnement local d'hydrocarbure même si les autorisations très controversées de forages pétroliers dans une réserve naturelle de l'Alaska sont renvoyées à l'automne, plutôt que de commencer à réduire l'aliénation du pays à l'or noir.

Par ailleurs, les parlementaires ont renoncé à fixer l'objectif de 10% de l'électricité d'origine renouvelable d'ici à 2020 (l'objectif fixé en France s'élève à 21% d'ici à 2010), et à demander à l'administration de réduire d'un million de barils par jour d'ici à 2015 la consommation américaine.

Parmi les organisations de défense de l'environnement ont dénoncé le manque d'ambition de la réforme, les Amis de la terre estime que le texte accorde deux fois plus d'incitations fiscales à l'industrie nucléaire, au charbon, au pétrole et au gaz qu'aux énergies alternatives propres et aux économies d'énergie.

Réactions9 réactions à cet article

 
La roue commence à se dégripper

Les USA ressemblent de plus en plus a un robot sans tête. La tête dit quelque chose et les bras tout autre.
La population américaine commence à ne plus être dupe, elle oblige les Etats et au final le gouvernement a modifier sa politique. Pour le moment c'est une goutte d'huile dans un mécanisme complètement grippé, mais toutes ces initiatives là-bas et ailleurs permettront à la machine de se mettre en marche.
Cette machine, c'est l'élan nécessaire pour que les initiatives individuelles se généralises, pour que des projets dans leurs boîtes puissent sortir, et qu'au final la planète se porte mieux.
Espérons de nombreuses gouttes d'huile, pour que la roue du mécanisme puisse enfin tourner.

Alice91 | 01 septembre 2005 à 16h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Si les ricains n'étaient pas là!

N'allons pas trop vite à donner des leçons aux autres, les américains et leur Président ne sont pas des fous furieux ni des irresponsables.

Ghislain | 01 septembre 2005 à 18h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Si les ricains n'étaient pas là!

Cher ghislain, c'est dubitatif et étonné que je vous répond.
Sans enlenver aux americains ce qu'on leur doit, la Critique , meme négative, est souvent constructive.... et dans ce cas particulier, essentielle.

manu | 02 septembre 2005 à 14h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Si les ricains n'étaient pas là!

Ghislain,

je ne suis pas tout à fait d'accord: les décideurs US sont réellement irresponsables puisqu'ils entérinent une fuite en avant...
Mais c'est vrai qu'on peut en dire (presque) autant de nos dirigeants: par exemple, sur la part d'électricité produite à partir d'énergies renouvelables, on veut faire mieux que les autres...mais cette part recule en réalité!

D'où la vraie question: vaut-il mieux aller gaiement dans le mur (comme les USA), ou y aller en faisant croire qu'on essaie de l'éviter (la France)??

niko | 02 septembre 2005 à 15h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Si les ricains n'étaient pas là!

Ghislain,

je ne suis pas tout à fait d'accord: les décideurs US sont réellement irresponsables puisqu'ils entérinent une fuite en avant...
Mais c'est vrai qu'on peut en dire (presque) autant de nos dirigeants: par exemple, sur la part d'électricité produite à partir d'énergies renouvelables, on veut faire mieux que les autres...mais cette part recule en réalité!

D'où la vraie question: vaut-il mieux aller gaiement dans le mur (comme les USA), ou y aller en faisant croire qu'on essaie de l'éviter (la France)??

niko | 02 septembre 2005 à 15h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Si les ricains n'étaient pas là!

Espérons que les dernières catastrophes naturelles fassent réagir le gouvernement américain et provoque une prise de conscience sur leur position de "plus gros pollueur du monde" ! On ne souhaite pas du malheur mais quelquefois, c'est la seule manière de faire changer les mentalités non ? La nature reprend ses droits...

ENR | 02 septembre 2005 à 18h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Si les ricains n'étaient pas là!

Défendre la politique énergétique des USA sur un site dédié à l'environnement il fallait oser


Le dictionnaire de l'informatique et d'internet (http://www.dicofr.com/) dit ceci:

Troll
Participant aux forums de discussions prenant un malin plaisir à provoquer avec subtilité des discussions polémiques stériles ou à mettre de l'huile sur le feu si une discussion se tarit.
Étymologiquement "troll" dériverait de "to trawl" qui signifie "pêcher au chalut ou à la traîne". D'ailleurs certaines FAQs indiquent "troll=fishing for flames".

AG | 07 septembre 2005 à 17h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Si les ricains n'étaient pas là!

Cher Ghislain,

c'est très facile de faire des commentaires sans donner d'arguments.
Au moins tu peux être sûr que personne ne les contredira.

Florian | 10 septembre 2005 à 05h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Sans sujet

Pas de message

Anonyme | 19 mai 2006 à 15h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager