En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'accroissement de la production des déchets reste problématique en France

Scientifiques, représentants d'entreprises, élus locaux et hauts fonctionnaires ont tenté de trouver des solutions afin de diminuer la production de déchets ménagers, à l'occasion des 8èmes assises des déchets.

Déchets  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
Ces 10 dernières années, des progrès ont été réalisés sur le secteur des déchets avec la mise en place du tri sélectif, une division par 6 des rejets de dioxines par les incinérateurs entre 1995 et 2004, une division par 7 des émissions de plomb entre 1995 et 2003 et une diminution de l'impact environnemental des décharges.
Cependant des points restent encore à améliorer face à l'accroissement de la production des déchets (+ 1% par an) et l'augmentation du coût de leurs traitements qui a doublé en dix ans, traitement qui génère également 3 % des émissions globales de gaz à effet de serre.

C'est dans ce contexte que ce sont déroulés mardi et mercredi dernier, les huitièmes assises des déchets, le rendez-vous biannuel pour les acteurs de la filière déchets.
Scientifiques, représentants d'entreprises, élus locaux et hauts fonctionnaires ont essayé de trouver des solutions pour diminuer la production de déchets ménagers en France.
Aujourd'hui, chaque Français jette 360 kg d'ordures par an, soit presque un kilo par jour, selon le MEDD qui souligne que la production des déchets augmente de 1% par an. 80%, soit 290 kg, finissent en décharge ou sont incinérés.
Seulement 20% des déchets ménagers sont recyclés et le reste est dirigé vers les décharges ou les incinérateurs, déplore ainsi Stéphane Cassereau, directeur de la Direction régionale de la recherche, de l'industrie et de l'environnement (DRIRE) des Pays-de-la-Loire et secrétaire général des 8èmes assises nationales des déchets.
Il estime également que même si le taux de recyclage (valorisation incluse) est passé de 0 à 20% en dix ans, il reste largement insuffisant.

Sans proposer de nouvelle loi sur les déchets, la ministre de l'écologie, Mme Olin a cependant présenté un plan d'action gouvernemental. L'un des objectifs consiste à réduire cette part de déchets non valorisés de 290 kg à 250 kg dans 5 ans et 200 kg dans 10 ans. D'autre part, une campagne nationale d'information démarrera le 10 octobre pour inciter les Français à jeter moins.
Par ailleurs, la valorisation énergétique devrait être encouragée par une augmentation de 50% des tarifs de rachat de l'électricité produite à partir du biogaz des déchets. Pour la ministre le compostage pourrait aussi être une des solutions. 57% des logements sont en habitat individuel. Il suffirait de généraliser le compost dans les jardins pour diminuer de 65 kg par habitant et par an la poubelle, estime-t-elle.
Le problème de la valorisation est intimement lié au soin qui est apporté au tri par le grand public. Dans les faits, beaucoup de Français hésitent quant au conteneur dans lequel placer leur ordure… cartons, papiers, gras ou non, plastifiés ou non… la décision n'est parfois pas facile à prendre lorsque l'on n'est pas spécialiste. Une solution simple consisterait à marquer d'une couleur tous les produits de manière indiquer clairement aux usagers dans quels conteneurs ils doivent être placés après usage. Mais c'est sans compter la grande diversité des couleurs des conteneurs en France. Paris dispose par exemple d'un bac vert pour les ordures ménagères, d'un bac blanc pour le verre et d'un bac jaune pour les cartons plastiques et métaux. Ailleurs (et même en proche banlieue parisienne), les couleurs changent : vert pour le verre, bleu pour les plastiques… La solution de marquage qui serait pourtant extrêmement efficace est irréalisable sous peine de devoir changer plusieurs millions de conteneurs…

Mais pour sa part France Nature Environnement estime qu'il est impératif de diminuer la production des déchets à la source. L'association a rejoint le CNIID pour s'associer à leur campagne de « dégage l'emballage » afin de mener une journée de sensibilisation dénonçant les SUR-emballages. L'action sera menée le 1er octobre 2005 dans des magasins de grandes consommations par des associations locales volontaires.

Selon les chiffres de la Fédération du Commerce et de la Distribution, les grandes surfaces qui produisent environ deux sacs plastiques sur trois ont réduit leur distribution de 15% à en deux ans. Pourtant,15 milliards de sacs ont encore été distribués en 2004.
Dès lors, le débat actuel tient en une question : doit-on diminuer ou interdire l'usage des sacs de caisse jetables?. Selon un sondage CSA pour le WWF, 83% des Français approuvent la suppression totale des sacs de caisse jetables et 79% annoncent dès aujourd'hui utiliser des moyens de substitution. Pour M. Cassereau, ce serait la solution la plus satisfaisante. La Corse a par exemple déjà proscrit l'usage du sac plastique de caisse sur son territoire par consensus trouvé entre les principaux acteurs de la distribution.
Dans son plan d'action, Mme Olin vise désormais une diminution de moitié des quantités de sacs de caisse en 2006 par rapport à 2003.
Mais des problèmes persistent. Les petits commerçants qui distribuent au moins trois milliards de sacs sont moins organisés que la grande distribution et de très nombreux emplois pourraient être visés par la disparition totale des sacs plastiques.
En février 2005, Serge Lepeltier avait mis en place un groupe de travail ''sac de caisse''. Sa mission consiste à proposer des objectifs et des moyens permettant de résoudre la problématique des sacs jetables mais les conclusions sont toujours attendues.

Pour M. Cassereau, le développement de la filière de recyclage des déchets électriques et électroniques devrait aussi permettre d'améliorer la situation.
1,7 million de tonnes de déchets d'équipements électriques et électroniques sont générées par les entreprises et les ménages chaque année. Le tonnage pourrait croître de 3 à 5 % par an, selon des estimations de l'ADEME qui souligne dans une étude réalisée en 2002 que plus de 50 % de ces déchets sont issus des ménages (13 kg/hab/an). Pour améliorer l'efficacité de la filière DEEE, la ministre a proposé d'imposer une taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) aux industriels qui ne font pas d'efforts.

Mais le développement de nouvelles filières de produits en fin de vie, emballages ménagers, piles et accumulateurs usagés, pneumatiques, véhicules hors d'usage et DEEE pose de nombreuses interrogations comme l'articulation entre elles des différentes filières, indique M. Cassereau. Alors que les collectivités territoriales craignent l'inflation des coûts du traitement des ordures ménagères, le secrétaire général des 8èmes assises a plaidé pour une meilleure coordination entre les différentes filières et une meilleure prise en compte de la dimension territoriale afin de l'articuler avec la politique des filières. Il est souhaitable de simplifier les conditions selon lesquelles les habitants peuvent déposer leurs déchets dans un lieu voisin de leur lieu de résidence dès lors que ce lieu est le plus proche de leur domicile.
Jacques Pélissard, Président de l'Association des Maires de France, député du Jura et Maire de Lons-le-Saunier, a également sollicité la généralisation de l'internalisation du coût du recyclage dans le prix des produits afin de soulager financièrement les collectivités locales chargées de la collecte et du tri.

Un autre objectif vise la réduction du nombre de décharges sauvages. Passées de 1.000 à 700 en deux ans, les dernières décharges non autorisées encore en service devront être fermées dans 18 mois, a garanti la ministre de l'Écologie Nelly Olin, en clôturant les Assises, précisant que la taxe sur la mise en décharge applicable à ces sites illégaux doublerait à la fin de l'année.

Enfin, pour les spécialistes du secteur, une meilleure information des citoyens sur le traitement des déchets serait nécessaire. L'acceptation de l'incinération est par exemple difficile.
Une nouvelle directive sur l'incinération des déchets, fixant pour l'incinération des ordures ménagères des valeurs plus strictes à l'émission a été adopté le 4 décembre 2000 Ce texte qui a été transposé en droit national par les arrêtés ministériels du 20 septembre 2002, prévoit que les usines d'incinération d'ordures ménagères (UIOM) devront se mettre en conformité au plus tard le 28 décembre 2005.
Selon un bilan réalisé début 2005 sur l'avancement de la mise en conformité, des retards pris sur certaines installations montrent que les travaux ne seront pas achevés à cette date. Certains estiment d'ailleurs que la mise aux normes prévues avant le 28 décembre prochain mobilise des sommes considérables majoritairement supportées par les collectivités locales, compromettant ainsi le développement de solutions alternatives pour la réduction des déchets à la source et la prévention demandées par de nombreuses associations.

*Crées en 1991, les Assises Nationales des Déchets sont organisées par l'ensemble des DRIRE et le SNIIM (Syndicat National des Ingénieurs de l'Industrie et des Mines). Placées sous la Présidence du Conseil Régional des Pays de la Loire, le
Comité d'organisation est présidé par Jacques Pélissard, Président de l'Association des Maires de France, et ex Président du Conseil National des Déchets.

Réactions8 réactions à cet article

 
Compliments

Compliments sincères pour cet article qui semble (je n'y était pas) faire un compte rendu assez exhaustif de la manifestation.
Beaucoups d'idées et un vastre programme qui devrait passer en priorité par l'école.
Le Compostage systématique OUI ! avec les enfants cela devient un jeu.
Jean-Claude HALLEY
Guadeloupe submergée par les déchets.

halleyjc | 29 septembre 2005 à 16h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Halte au feu, par pitié

« Aujourd'hui, chaque Français jette 360 kg d'ordures par an »,

Désolé, mais cette phrase hyper classique et fréquente est pour le moins irréfléchie sinon débile.

Elle signifierait que la production est constante tous les ans ce qui est déjà contraire au mauvais sens de l’article

Elle signifierait encore que tous les déchets collectés pris en considération sont ménagers et constituent donc un dividende fiable .

Elle signifierait encore que le nombre assez proche de l’exactitude des jeteurs ou producteurs est connu et donc que le diviseur est fiable

Elle signifierait qu’il n’y a en France
Aucun parent étranger d’un ou plusieurs enfants français parfois « fabriqués » avant tout ,pour pouvoir rester en France après une immigration clandestine

Aucun Anglais, ni Allemand qui achète une maison en France pour y vivre, en y passant parfois sa retraite ou que ces propriétaires (qui font monter le prix des logements) ne sont à l’origine d’aucun déchet collecté

Aucun touriste japonais ou autres qui seraient à l’origine d’aucun déchet collecté

Aucun diplomate étranger avec sa famille qui seraient à l’origine d’aucun déchet collecté

Aucun clandestin sans papier (qui ne sauraient théoriquement être compté dans le sus-dit diviseur

Etc. etc

Alors qu’il y a des différences sensibles en nature, en poids et en volume de consommation entre les différents types de « producteurs » ci-dessus , donc des différences de kilotage individuel ; a fortiori si on n’oublie pas que le pauvre immigré clandestin ne consomme pas et ne « produit » pas de déchet comme le richissime bourgeois du XVI°, fut il un « éco-bobo »

Non il ne s’agit pas de « donner une idée », ni d’une valeur indicative ; surtout quand on est assez peu sérieux pour préciser « tous les ans »

Ce manque de rigueur journalistiques qu’on retrouve chez beaucoup de fonctionnaires et d’élus et de statisticiens est lamentable et nuisible à la réflexion constructive.

Le strict minimum serait de préciser « si on ramène artificiellement à la tête d’habitant … »

On ne le répètera jamais assez et ce fut rappelé une fois publiquement à La Baule par l’auteur de ces lignes et il aurait fallu le faire au mois tous les quarts d’heure « "La prolifération des mots non pesés explique en grande partie la croissance des maux pesants"

Sprikritik | 29 septembre 2005 à 16h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Halte au feu, par pitié et aux débilités

Pourquoi parler des japonais, des retraité(e)s ... démagogie? Pourquoi insulter les scientifiques, les chercheurs, les techniciens...?
les pseudonymes c'est bien pratiques n'est ce pas? J'interviens avec mon prénom et suis prés à envoyer mes coordonnées à qui les veut. Les râleurs me fatiguent et polluent, ils sont priés d'aller déverser leur diarrhée verbale ailleurs que dans mon pauvre cagibis mental. Les déchêts existent et leur progression aussi n'en déplaise a celui qui pense qu'on ne tient pas compte de tous les paramêtres.
Solutions proposées:
1-réutilisation des flacons en verres àprés nettoyage et stérilisation pour les boissons.
2-réintroduction du verre pour les liquides et conserves.
3-généralisation des emballages papiers à chaque fois que cela s'avère possible car le papier peut être introduit au composte sans problème (je le pratique).
4-transformer les pneus usagés en granulat et les utiliser pour les revêtements routiers, des études ont été faites à ce sujet.
5- oui, bien sûr développer l'information auprès du public
6-créer une nouvelle matiére dans les écoles qui pourrait s'intituler dechêts, nature et recyclages
Mes amitiés à tous même aux râleurs.

Ghislain | 29 septembre 2005 à 21h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Halte au feu, par pitié

Hola todos.

Je trouve que cet article est pour le moins alarmant (même si la plupart des éléments sont connus car martelés régulièrement (360 kg/an/hab doit faire réagir, dans le sens positif du terme, j'entends ;-)afin de provoquer la prise de conscience collective primordiale (je suis idéaliste, à mes heures)). Donc trêve de bavardage...

Un point me paraît cependant étrange. Nos chers distributeurs de sacs plastiques déclarent en avoir diminué la "prolifération" de 15%. Bon début, s'il en est. Là où ça devient surprenant, c'est quand on apprend que "79% des français annoncent dés aujourd'hui utiliser des moyens de substitution".
Je me permets donc de marteler humblement à mon tour: trêve de bavardage!! Et je vous le demande... Qu'attendons-nous?

Sylvain (pessimiste actif) | 30 septembre 2005 à 12h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Une autre politique des déchets

Bonjour,

"80%, soit 290 kg, finissent en décharge ou sont incinérés. "

Oui et pourtant "on" sait ce qu'il faudrait faire pour que les déchets soient mieux traités et surtout valorisés !

D'abord cessons de considérer comme des "déchets" tout ce qui pourrait être composté, appelons cela "matière première" car cela peut en être une.

Ensuite que l'instance appropriée impose un type de collecte différent, associé à une facturation différente portant à la fois sur la masse et sur la qualité du tri.

jcm | 30 septembre 2005 à 16h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
A propos de chiffres.

Il faut en effet être prudent lorsqu'on manipule des chiffres moyens. Pourtant ces chiffres sont nécessaires si on veut pouvoir faire un peu de prévision économique, de dimensionnement des installations etc.
Par contre la validité du chiffre de 360 kg/an/hab me paraît des plus douteuses. En septembre 2000, une brochure de l'ADEME (N°3528) parlait de 455 kg/an/hab. et si on estime que la masse augmente...
En 1998, une ville de 56 000 habitants (proche de chez moi)avait recensé une production de 467 kg/an/hab. sans tenir compte des déchets apportés en déchetterie !
Donc on peut estimer que les habitants des villes produisent plus de déchets(comptabilisés), ce qui d'autant plus inquiétant que la population des villes continue à augmenter.
Par ailleurs, il ne faut pas oublier que si le problème des déchets est important il ne doit pas masquer que les pollutions les plus importantes sont ailleurs.
H.V.

Hervé Vauld | 01 octobre 2005 à 16h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
couleurs

"Une solution simple consisterait à marquer d'une couleur tous les produits de manière à indiquer clairement aux usagers dans quels conteneurs ils doivent être placés après usage. " je trouve que c'est une bonne idée. Même si la couleur des bacs est différentes d'une collectivité à une autre, il est possible de passer une information aux administrés en leurs indiquant tel emballages avec tel couleur va dans le bac de cette couleur. de plus, il est possible d'appliquer un autocollant sur les poubelles. cela représente un moindre investissement comparé à l'achat de bacs.

Par ailleurs, demander à l'habitant de faire du compost est une bonne chose. Une fois transformé, il peut l'utiliser comme fertilisant pour son potager mais en même temps, ce qui veulent faire un potager on déjà créer leur composteur... donc solution un peu inutile... n'empèche que je n'ai pas de solution non plus...
désolé...

fab | 03 octobre 2005 à 12h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Sans sujet

Pas de message

Anonyme | 18 mai 2006 à 21h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…