En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'interdiction des sacs et emballages plastiques à l'horizon 2010 fait débat

Les députés ont adopté en première lecture un amendement à la loi d'orientation agricole qui interdit la distribution et la commercialisation en France de sacs ou emballages plastiques non-biodégradables à partir du 1er janvier 2010.

Gouvernance  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
   
L'interdiction des sacs et emballages plastiques à l'horizon 2010 fait débat
   
Les sacs à usage unique sont utilisés en moyenne 20 minutes, puis incinérés ou dispersés dans la nature où il leur faudra jusqu'à 400 ans pour se dégrader.
Chaque année en France 17 Milliards de sacs plastiques étaient distribués, soit 80 000 tonnes de déchets dégradant l'environnement, la faune et la flore. L'IFREMER fait par exemple état d'un chiffre de 120 millions de sacs que l'on trouve sur le littoral.
Selon le ministère de l'Ecologie, en 2004, les quantités de sacs plastique distribués en caisse ont diminué de 20%, passant de 15 milliards à 12 milliards .Toutefois, de peur de perdre des clients, certaines enseignes sont revenues en arrière.
En plus du fait que le sac plastique représente 2 kg de déchets par an et par personne, la moitié des 100 milliards d'emballages utilisés chaque année sont en plastique.

Abordant mardi le volet environnement du projet de loi d'orientation agricole, les députés ont adopté à l'unanimité en première lecture un amendement qui interdira sur le territoire français la distribution et la commercialisation de sacs ou emballages plastiques non biodégradables à partir du 1er janvier 2010.

Avec l'objectif de rendre l'agriculture écologiquement responsable, les députes veulent favoriser l'utilisation des sacs biodégradables. Fabriqués aujourd'hui en amidon de maïs ou en polymère biodégradable, les sacs biodégradables pourraient provenir d'autres matières végétales comme la pomme de terre, le chanvre ou la tomate dans le futur.

Suite à cet amendement, l'ADEME a tenu à préciser que le sac cabas réutilisable constitue une solution nettement préférable au sac jetable d'un strict point de vue environnemental conformément aux préconisations du groupe de travail sur les sacs de caisse réuni à l'initiative du ministère de l'Ecologie et du Développement Durable. L'objectif reste donc la diminution du nombre de sacs jetables, quel que soit leur matériau constitutif et la pérennisation du changement de comportement de chacun, estime l'agence. À ce sujet, la ministre de l'Ecologie Nelly Olin a fixé récemment un nouvel objectif de réduction de moitié des quantités de sacs de caisse distribués en 2006 par rapport à leur niveau de 2003.
Tout en indiquant que le recours à des matériaux biodégradables constitue effectivement une amélioration notable vis-à-vis de l'environnement, l'ADEME précise que le recours aux biomatériaux n'est cependant pas synonyme d'absence totale d'impact sur l'environnement.
En effet, un sac biodégradable abandonné mettra plusieurs mois à disparaître, selon les conditions spécifiques d'humidité, de température et de contact avec le sol. Le risque de pollution visuelle existe donc toujours.
Pour l'agence, Il est donc indispensable d'accompagner le développement de l'utilisation de sacs biodégradables d'une communication grand public insistant sur la nécessité de ne pas les abandonner dans la nature.

De plus, l'association de la consommation éco-citoyenne (CLCV) reste critique vis à vis de cet amendement. Pour l'association la distirbution de sacs de caisses et la prolifération des emballages ménagers doivent être résolues de façon urgente alors que cette mesure est annoncée pour 2010.
Soulignant que la biodégradabilité n'est pas la solution à tous les maux, l'association préconise la fixation de ce que l'on entend par biodégradabilité sur la norme NF existante et l'interdiction immédiate du sac de caisse jetable pour un sac réutilisable, consigné, écologiquement performant et fabriqué en France.

Bien cadrer ce que l'on entend par biodégradabilité est aussi nécessaire afin que les consommateurs ne soient pas trompés. On se souvient du NEOSAC vanté par les industriels et très violemment critiqué par différents organismes car la dégradabilité reste à prouver.
Majoritairement composé de polyéthylène, il ne répond pas à la norme nationale NF EN 13 432 de biodégradabilité, reconnu par tous les acteurs du secteur.

Par ailleurs, remplacer les emballages plastiques par des emballages biodégradables d'ici 2010 est impossible aussi bien techniquement qu'en termes de délai, a indiqué à l'AFP Bernard Hérodin, le directeur général d'Eco-Emballages.

Le parti écologiste CAP 21 a quant à lui exprimé sa satisfaction après le vote des députés. Cette disposition qui vise à développer de nouvelles ressources pour le monde agricole (production de sacs biodégradables en amidon de maïs) ne doit cependant pas occulter le problème des déchets plastiques générés par l'agriculture, a t'il indiqué toutefois.

La Fédération de la Plasturgie a pour sa part demandé la renégociation totale de l'amendementrappelant que l'industrie de l'emballage plastique représente en France 36 000 emplois et 300 entreprises (de plus de 20 salariés).
La fédération rappelle par ailleurs que cet amendement ne tient pas compte de la directive européenne sur les emballages (94/62/CE modifiée en 2004). L'adoption finale de cet amendement devra intégrer une analyse de sa conformité aux réglementations européennes.Il n'apparaît pas certain de pouvoir interdire un type d'emballages au seul motif qu'il n'est pas biodégradable, dès lors qu'il est valorisable, estime aussi l'ADEME. En effet, depuis l'entrée en vigueur de la directive, la prévention est devenue une obligation légale.

Selon un sondage CSA pour le WWF réalisé en avril 2005, 83% des Français approuvent la suppression totale des sacs de caisse jetables et 79% annoncent dès aujourd'hui utiliser des moyens de substitution.

La question n'est pas tranchée puisqu'il ne s'agit que de la première lecture de la loi. Le sujet reste complexe et nécessite sûrement des propositions concrètes pour les consommateurs, les collectivités, les distributeurs et les industriels du conditionnement.

Réactions28 réactions à cet article

 
Et le contenu des sacs ?

Vrai fausse bonne idée !?
Déjà en février 2005 le ministre de l'écologie, M. Lepeltier, posait une réserve sur la responsabilisation des Français face à un acte d'incivisme. Avec les sacs biodégradables, ne va-t-on pas favoriser ces gestes ? Les gens pensant que leur sac va disparaître tout seul (il faudra quand même plusieurs mois !) ne se poseront plus la question... ils laisseront sur le bord des routes leur sac biodégradable...
Mais les boîtes de conserve, le papier aluminium, les déchets plastiques... Tout ça ne se dégradera pas avec la même vitesse. Il faudra toujours des dizaines d'années pour que la boîte de conserve disparaisse...!
Bref, je suis très réservé.
De même, l'argument portant sur l'étouffement des animaux marins reste sans solution. Le sac biodégradable en 3 mois, continuera à étouffer les animaux !
Le sac biodégradable n'est pas une solution.
La seule, à mes yeux, est la suppression des sacs, comme cela se fait en Corse grâce à l'action du Festival du Vent !
De plus la culture de maïs est fortement consommatrice d'eau. Alors que l'on parle de plus en plus de sécheresse (premiers résultats visibles du réchauffement de la planète) il me paraît irrésponsable de lancer ce genre de culture. De plus, avec le soja pour faire de l'essence, les réserves d'eau vont être maltraitées...

Quand vous faites vos courses, refuser les sacs ! Partez avec un cabas !

PlaneteEco | 17 octobre 2005 à 11h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
le sac biodégradable, oui mais...

C’est une très bonne chose que la France prenne "enfin" le problème en main ! Cependant, je pense sincèrement que la solution du sac biodégradable n’est pas la panacée. En effet, si cette solution permet de trouver de nouveaux débouchés aux agriculteurs, elle permet surtout de ne pas froisser les industriels du plastique.

Le sac biodégradable ne pourra être une solution intéressante et durable que dès lors où une filière « compostage » aura été mise en place. Il faut savoir que les français ne trient que 12% de leurs déchets. Comment peut-on préconiser le sac biodégradable avec un taux de recyclage aussi faible. Ce n’est pas parce que le sac est biodégradable qu’il est moins nocif pour l’environnement. En effet, qu’il soit biodégradable ou non, un sac que l’on jette à la poubelle sera incinéré et polluera autant.

On entend partout que « le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas » ! Ce n’est donc pas avec l’option « biodégradable » que l’on arrivera à sensibiliser les concitoyens à l’importance de réduire leurs déchets.

Je vous propose de découvrir le projet que j'ai mis en place afin de remplacer les sacs plastique par une alternative à la fois écologique et équitable: l'ecosac
C’est une très bonne chose que la France prenne "enfin" le problème en main ! Cependant, je pense sincèrement que la solution du sac biodégradable n’est pas la panacée. En effet, si cette solution permet de trouver de nouveaux débouchés aux agriculteurs, elle permet surtout de ne pas froisser les industriels du plastique.

Le sac biodégradable ne pourra être une solution intéressante et durable que dès lors où une filière « compostage » aura été mise en place. Il faut savoir que les français ne trient que 12% de leurs déchets. Comment peut-on préconiser le sac biodégradable avec un taux de recyclage aussi faible. Ce n’est pas parce que le sac est biodégradable qu’il est moins nocif pour l’environnement. En effet, qu’il soit biodégradable ou non, un sac que l’on jette à la poubelle sera incinéré et polluera autant.

On entend partout que « le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas » ! Ce n’est donc pas avec l’option « biodégradable » que l’on arrivera à sensibiliser les concitoyens à l’importance de réduire leurs déchets.

rk | 19 octobre 2005 à 19h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
L'interdiction des sacs et emballages plastiques

Quand bien même les sacs plastiques seront interdits en France et même dans toute l'Europe, les pays en developpement continueront à être le dépotoir.
On sait par exemple que tout véhicule vendu en Europe, le client contribue à la destruction de ce même véhicule en payant un surplus. Une majeure partie de ces véhicules finissent leurs courses principalement en Afrique.
Pourtant l'Afrique ne reçoie rien sur les sommes prélevées pour la destruction.
Nous avons même assisté par le passé impuissant les problèmes des déchets dangereux.
L'écologie n'a pas de frontière.
Soyons solidaire pour la survie de l'humanité.

mathieu | 20 octobre 2005 à 10h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:le sac biodégradable, oui mais...

Je ne suis pas du tout d'accord avec l'idée qu'un sac bio dégradable soit une meilleure chose; c'est l'exemple parfais d'un détournement pseudo- industriel et pseudo avancée environnementale, pour la simple et bonne raison que cet amidon et donc sa production va générer autant de problémes que le sac en polyé ( fragmentable)- le MAÎs , qui est déja une cata par lui meme , au niveau des sols et des eaux ,est un goufre énergivore en pétrole,
On est entrain de mettre ce MAÎS a toutes les sauces ( bio éthanol) et il est dommage que meme CAP 21 ne soit pas plus conscient de ce probléme;
Autre point , la nouvelle pac , aussi tordue que les autres pacs, du fait du découplage , va certainement voir une baisse des surfaces en MAÏS, ( ce qui est positif en lui meme, sauf que la méthode perverse par elle meme va induire des effets pervers )et donc poser un nouveau probléme de volume .

Bref on avance n'importe comment , et l'on peut se demander si les politiques et les experts , en dehors de leur grandes compétences dans le baratin ( la chache en terme neo -moderne ) ont une réelle compétence pour diriger ce monde .
Il est vrai que le monde industriel vrai détenteur du pouvoir impose ses normes à lui , avec comme arguments imparables : le chomage ; et là il semble bien y avoir un consensus général pour leur faire confiance , consensus que CAP 21 a du mal à tenir à distance .

Delmas Jean jacques | 20 octobre 2005 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
pas que dans les grands magasins

on parle des sacs de caisses mais cela inclu-t-il les sacs que les commercants nous donnent en ville. en effet, pour les personnes qui vont encore faire leurs emplettes dans les petits magasins (boucherie, librairie, vetements même) on a vite fait de se retrouver avec une demi douzaine de sac de tout volume et toute taille qui viendront s'empiller avec les autres quelques heures plus tard.
je suis tout à fait d'accord avec les personnes ayant laissé des messages avant moi:"le sac biodégradable n'est pas la solution", le tout mais non plus comme on a pu le lire plus haut.
la solution? le bon sens....
avant le règne du sac plastique (si, si , je vous assure ça a existé!) le cabas (en plastique, bah!!!) le panier en osier ou en paille, la caissette... les solutions ne manquent pas et elles sont durables. a chacun d'être (éco)responsable.
a bon entendeur....

lo | 20 octobre 2005 à 11h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et le contenu des sacs ?

Tout a fait d'accord avec vous - voir ma participation plus haut -

Autre chose , faisant partie d'une CLIS ( commission des surveillance d'un centre d'enfouissement ) , plus j'avance dans la connaissance du probléme DECHETS , plus les choses m'apparaissent sous un jour extémement sombre .

-Peu de civisme de la part de la collectivité- et ce sur plusieurs plans , par exemple dans les déchets organiques 10% de pain , 10 % de déchets viandes ; bref , la sociéte de consommation , dans toute sa splendeur nauséabonde ;

Plus les centres eux memes d'enfouissements , nouvelles normes ultra techniques qui déja montrent leur limites , en fonctionnalité.

Delmas Jean jacques | 20 octobre 2005 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:le sac biodégradable, oui mais...

Que voulez vous, notre société s'est construite autour de l'or noir et toutes nos activités aussi bien de loisirs que professionnelles en dépendent... De plus nous vivons dans un idéal de consommation pour prouver notre réussite. Je sais bien qu'il y a des choses utiles et agréable au quotidien, mais est-il nécessaire et vital de consommer comme on le fait?
Et quand le pétrole disparaîtra que restera-t-il de notre développement?

flab | 20 octobre 2005 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et le contenu des sacs ?

Je pense qu'il y a un véritable manque de communication à ce niveau. c'est à chacun de réagir e de faire un effort dans ce qu'il jette ou pas (mais aussi dans ce qu'il achète). Il faudrait aussi que la filière compost se développe davantage. Je connais beaucoup de gens autour de moi qui ne sont pas conscient du problème et jette tout sans se préoccuper de la destination de leur poubelle. Avec un peu d'explication et en essayant de les raisonné calmement les habitudes peuvent changer.
C'est aussi au niveau des générations futures qu'il faut agir...
Il reste encore beaucoup d'effort à faire de la part de l'état pour favoriser la diminution des déchets et le sac biodégradable n'est pas la meilleur solution, le panier en osier en est une.

flab | 20 octobre 2005 à 11h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et le contenu des sacs ?

je voulais ajouter aussi que la visite de strcuture dechets (incinérateur, CET...) sert beucoup à la sensiblisation. On se rencontre alors vraiment de l'énorme problème...

flab | 20 octobre 2005 à 11h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et le contenu des sacs ?

je vous suis globalement et partage les aspects éducation à l'environnement. Pour moi cette affaire est uniquement politique mais en rien appuyée par un raisonnement scientifique (bilan environnemntal d'un sac bio versus un autre), ou pratique (à quoi cela servirait d'avoir des sacs biodégradables alors qu'il n'y a pas de filière organisée...n'irait on pas vers plus de déchets sauvages où chacun délesterait sa concience en se disant que ca se dégrade?).
Ma question est : comment agir politiquement pour contrer ce type de déclarations ? Merci pour vos pistes de réflexion.

gual | 20 octobre 2005 à 12h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et le contenu des sacs ?

Je partage tous ces avis

Les discours politiques sont de vraies répétitions de ce qui se dit la plupart du temps , par contre les actions sont LENTISSIMES, alors en effet, la vraie solution est le sac unique!

Parce-qu'un sac, même biodégradable (soit-disant), fabriqué à partir de maïs ou autre, qui a reçu des pesticides, qui sera p-ê OGM par la suite, l'environnement continuera de

Tant que les lobbys industriels domineront avec leur argent, les choses changeront lentement...sauf si chacun, individuellement pour le bien commun, agit et se REVEILLE

Aude

Aude | 20 octobre 2005 à 14h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et le contenu des sacs ?

Hum je reste encore sceptique sur la forme de cette loi je ne pense pas que la société de consommation laissera le sac de côté que l'on utilise depuis déjà pas mal d'année, on verra bien en 2010 ,on rigolera bien je pense ,c'est vrai il faudrait favoriser d'autres moyens comme les cabas cités précédemment ,
bref celui qui trouvera le moyen de supprimer, que ce soit la pollution de ces contenants, comme le délai de biodégradabilité de 3 mois, n'est pas encore né ou alors qu'il se manifeste cela serait bien pour tout le monde surtout à notre mére nature !!

rodney864 | 20 octobre 2005 à 16h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:le sac biodégradable, oui mais...

Je pense que l'idée peu être bonne si le sac bio-dégradable est d'abord réutilisable et donc suffisamment solide et d'un volume suffisant pour que l'on en ai pas besoin de beaucoup.
Il est vrai que l'idéal quand on va faire de petite course reste le cabas, de préférence en osier et pas en synthétique.
Si une loi interdisait la fabrication de sac en plastique "à usage unique" purement et simplement ce serait une très bonne chose.
Depuis quelque mois, certains grands magasins ne mettent plus de sacs en plastique à la disposition de leurs clients. Ils proposent des sacs réutilisables de différente contenance très pratiques et de bonne qualité.
Je n'en ai pas encore vu un seul traînant dans la rue. Comme c'est le cas des petits sacs en plastique que l'on ne manque pas de voir dans les terrains vagues, sur les bords des autoroutes et même en pleine rue. Le fait que ce sac soit réutilisable et payant incite les gens à le conserver et à ne pas gaspiller. Ce n'est pas la panacée mais quand même un pas en avant. Cela devrait faire réfléchir les politiciens.

maya | 21 octobre 2005 à 19h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et le contenu des sacs ?

Le titre du message initial était prometteur, le contenu l’était déjà moins.

Mais ça réagit, c’est déjà çà.

Il ne faudrait pas que le sac plastique cache la forêt des autres problèmes

Quand une majorité de gens aura réfléchi sur le contenu du "sac à provision" (cabas, c'est archaïque, non ?), le sac plastique à usage éphémère disparaîtra tout seul

L’écologie c’est aussi l’économie d’énergie. Ne la gaspillons pas et concentrons nos attaques, sans crainte de culpabiliser vu l’urgence de la situation, sur la source : le sens que nous donnons au terme « vrai bonheur » et d’abord au terme « train de vie écodéfendable » (en n’utilisant surtout pas le prostitué « durable » mauvaise traduction de « sustainable » depuis 1988 !).

Mais SURTOUT sans tomber dans les excès des extrémistes de la décroissance (en train de se faire encore plus plaisir en créant un parti … de plus !!! ) qui vont nous ridiculiser le concept, alors qu’il convient réalistement d’être effectivement un militant non extrémiste de la décroissance bien argumentée … pour les riches des pays dit "riches".

" Il y a le vital, le simplement normal (déjà quelque peu subjectif et dépendant des cultures), le superflu (bien plus subjectif encore) et le luxe (sans commentaire). Et il y a quelques milliards de Terriens qui ne disposent pas du vital alors/parce que quelques millions de Terriens n'appellent pas leur superflu par son nom "

JMG

PS. Quand à la réaction du Sénat : qu'attendre de bon d' une assemblée qui a élu un président qui se fait passer pour un ex-champion de boxe en utilisant un homonyme (Cf. le Canard de cette semaine) ?

Sophophile | 10 novembre 2005 à 05h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Existe t'il une alternative au sac plastique

Existe t'il une alternative au sac de caisse en plastique ???


L'association "les géants du papier solidaires" et les salariès de l'industrie papetière de Corbehem
Fonde un grand espoir sur ce qui pourrait d'une part sauver leurs emplois et d'autre part venir se substituer au sac de caisse en plastique

LGPS : travaille sur un projet de reconvertion ou les machines a papier fabriqueraient des sac de caisse en papier Biodégradable et dont la composition première serait le Chanvre .

L'intersyndicale soutenue par les salariès fonde de grands espoirs sur ce projet ou le Chanvre "matière première de ce projet" pourrait devenir le dépolluant Principal de l'ancien site industriel METALEUROP.

SSAVERIC | 16 mars 2006 à 21h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ALTERNATIVE AU SAC PLASTIQUE

Existe t'il une alternative au sac de caisse en plastique ???


L'association "les géants du papier solidaires" et les salariès de l'industrie papetière de Corbehem
Fonde un grand espoir sur ce qui pourrait d'une part sauver leurs emplois et d'autre part venir se substituer au sac de caisse en plastique

LGPS : travaille sur un projet de reconvertion ou les machines a papier fabriqueraient des sac de caisse en papier Biodégradable et dont la composition première serait le Chanvre .

L'intersyndicale soutenue par les salariès fonde de grands espoirs sur ce projet ou le Chanvre "matière première de ce projet" pourrait devenir le dépolluant Principal de l'ancien site industriel METALEUROP et également une alternative de culture agricole dans une région ou la bettrave sucriére est de moins en moins demandée.

SSAVERIC | 18 mars 2006 à 02h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le regard d'un producteur

Je lis vos messages et je voudrais apporter quelques remarques. Le sac plastique est aujourd'hui victime d'une mode et d'un effet d'image de nos politiciens. Quelle est l'incidence du plastique sur l'environement ? Une pollution visuelle je vous l'accorde mais c'est tout. Avant de voter des lois sans connaitre le dossier, le gouvernement devrait étudier l'impact réel des sacs biodégradables (consommation en eau, en pétrole pour la culture, énérgie lors de la fabrication, la pollution visuelle sera alors pire...) et regarder de plus prés les vraies sources de pollution: nos moyens de locomotion par exemple. Le sac plastique représente largement moins de 1 % de la consommation de pétrole. On est rassuré avec le sac biodégrable, on devrait pas car l'environement souffrira de cette nouvelle mode. Le dossier est complexe et je suis disposé à débattre.

juplast | 26 juillet 2006 à 20h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re : ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain

En matière de recyclage et de gestion des déchets, nous en sommes encore à l'âge de pierre (comme l'a rappelé rk : tri de 12 % des déchets en France). De même nous sommes juste en train de prendre conscience (quand je dis "nous", je parle de la société dans son ensemble) que les ressources se raréfient, y compris les ressources dites renouvelables. Par conséquent, nous entrons (malheureusement à reculons car il est difficile de changer nos mentalités et nos habitudes) dans une nouvelle économie où il devient nécessaire de consommer moins et mieux, de réduire les pollutions de toute nature et d'organiser la production et la distribution en conséquence. Bref rien de moins qu'une révolution économique et écologique !

A cet égard, l'interdiction des sacs et emballages plastiques et leur substitution par des emballages bio dégradables me semble autant révélatrice de notre difficulté à évoluer que fédératrice pour impliquer les acteurs économiques dans la mise en oeuvre du développement durable.

C'est vrai que cette mesure ne va pas tout résoudre, qu'il faudra quelques années pour la généraliser et qu'il y a des risques d'effets pervers (jeter des sacs devenus bio dégradables, possible accroissement de pollution agro industrielle, se dédouaner d'autres problèmes de pollution majeurs).

En même temps c'est une action opérationnelle et dont l'intérêt écologique n'est pas que symbolique (à condition en effet d'améliorer le recyclage des déchets et les procédés agro industriels).
L'impact visuel de cette mesure n'est-il pas l'occasion de sensibiliser le plus grand nombre de consommateurs à la nécessité de modifier les comportements et à la possibilité d'évoluer vers une nouvelle économie et un développement durable ?

Bannir les sacs plastiques, n'est pas aussi considérer, au delà des discours incantatoires et des voeux pieux, que désormais les critères environnementaux pèsent autant dans les décisions, voire davantage que les critères financiers, dès lors qu'ils sont vitaux pour la planète ou pour un territoire ? Certes l'émergence de ces critères restera laborieuse, tant qu'elle sera perçue comme une entrave à divers intérêts économiques.

Si une telle mesure politique est prise, c'est bien pour donner un coup de pouce au développement de la filière des bio matériaux, le temps qu'elle deviennne compétitive vis à vis des plastiques. Les bio matériaux ne vont pas tout révolutionner et n'exonèrent pas de s'attaquer aussi aux autres sources de pollution. En matière d'environnement aussi, les petits ruisseaux font les grandes rivières. Ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain et laissons lui le temps d'apprendre à nager.

yves_fx | 04 novembre 2006 à 16h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ecologie de pacotille

Voilà, je travaille à l'étranger, en semaine je n'ai pas de chez moi, je vis à l'hotel. Ce soir, j'avais besoin de faire qqs courses alimentaires pour la semaine et là, à l'hypermarché, impossible d'obtenir un sac qui puisse contenir mes petits achats et qui puisse servir de sac poubelle ensuite le vendredi...

Vraiment une écologie de pacotille. Si les hypermarchés type Carrefour, Champion etc... veulent vraiment en faire, qqs propositions:

1 - ne plus proposer de sacs plastiques à 10 cents l'unité, avec plein de pubs dessus (la leur qui plus est) et donc avec forcément plus de produits chimiques qu'un sac sans pub...

2 - proposer des sacs sans pub, au prix d'un sac poubelle (soit 5 cents au maximum....) et qui peuvent servir de sac poubelle...

Et si vraiment il veulent mettre le paquet:

arrêter de mettre des emballages : quid des produits laitiers, des paquets de biscuits avec un emballage en plastique autour de chaque biscuit (ceux au chocolat Bonne Maman par exemple....), des compotes de pomme etc etc...

vendre les produits à l'unité: j'ai besoin d'un sac poubelle, pas de 50 d'un coup non plus....

proposer des sacs en papier/carton: dans les années 30/50, on mettait les courses dans de tels sacs.

Et surtout, arrêter de prendre les clients pour des cons. 10 cents le sac que je ne peux même pas utiliser comme sac poubelle, sans même la possibilité d'en acheter qu'un alors qu'ils les vendent par 50, je me dis par moment que l'ecologie, c'est plutôt donner un sentiment de culpabilité aux gens pour se faire plus de fric

tartanfion | 18 décembre 2007 à 21h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:ALTERNATIVE AU SAC PLASTIQUE

JE SUIS ACTUELLEMENT GROSSISTE DANS LA REVENTE D'EMBALLAGES ET PRINCIPALEMENT EN SAC PLASTIQUE ( SORTIE DE CAISSE ) est'ce que mon entreprise doit trembler à ce nouveau phénomène ou,il y a une alternative pour remplacer ce sac.
répondé svp

stephanie | 06 décembre 2008 à 21h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:ALTERNATIVE AU SAC PLASTIQUE

je suis a la recherche de grosses quantités de sacs plastique bretelle en26x12x45 13m et en:30x14x54 17m je travail en long terme et j'aurais besoins de 1000 a 3000colis semaine.cordialement mr salhi.
tel:0624023857
mail:salhi.youssef@free.fr

yyss | 18 décembre 2008 à 19h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:ALTERNATIVE AU SAC PLASTIQUE

bonjour
je viens de lire que vous etes grosssiste ds la revente d emballages de sac plastique de ce fait je me lance ds ce secteur et jaurais besoin dune grosse quantité de sac plastique ,vs pouvez me contacter par mail ou au 0627202013
merci d avance

gildas | 07 juillet 2009 à 21h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 
reactions d une commercante !

je laisse un mess pour dire que si nous devons ne plus avoir de sac plastique non bio il faut que l interdiction soit breve et d un coup ! les francais savent que cette interdiction approche ! leurs commercants leur en parlent depuis lomgtemps maitenant! moi meme commercante dans une boucherie charcuterie je me bat depuis dux ans pour economiser nos sacs plastiques bio ! c est tres difficile !!! car pour deux tranches de jambon blanc il demande une poche ! par ailleur d autres on de jolis cabats a la mode et les plus ages ont repris leur panier en oseille ! je pense vraiment que cette interdiction doit se faire vite et clairement ! y compris des normes vraiment bio pour les sacs restant legales ! merci !

sandy | 13 octobre 2009 à 13h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Le regard d'un producteur

S'il n'était question que d'une "pollution visuelle", on aurait pas besoin de se mobiliser à ce point. Malheureusement, il existe une multitude de composants plastiques et c'est pour cela que le recyclage est presque impossible. Sachez que l'on retrouve du plastique dans les océans et qu'au fil des années, celui ci se divise en micro-particules et se retrouvent dans l'organisme de la majorité des animaux marins. Le plus visible c'est quand on retrouve des tortues étouffées par des sacs qu'elles ont confondu avec des méduses ou des otaries étranglées par ces mêmes sacs.

nathsxm | 16 avril 2010 à 09h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
cette interdiction est une tartuferie!

Il n'y a même pas de décrets d'application!
en réalité celà n'intéresse pas les pouvoirs publics qui préférent dépenser des millions d'€ à
Copenhague ou envoyer des ministres et M Hulot en vacances au Groenland pour traquer le soi-disant "réchauffement climatique" au lieu de traquer ce qui détruit REELLEMENT l'environnement vomme ces foutus sacs de caisse! c'est qu'il y a trop de gros intérets à la clé, l'industrie pétroliére, celle des plastiques, certains secteurs commerciaux arriérés (mon franprix redistribue depuis 2 ans des sacs plastiques, transparents maintenant, pas d'encres=plomb, c'est toujours un progrés, insuffisant). Tous les jours j'en ramasse par terre pour les jeter dans des poubelles! j'imagine les dégats que ces sacs continuent de faire dans la nature (ingestés par la faune marine entre autre).
L'incapacité d'INTERDIRE CES SACS DANS CE PAYS EST UNE HONTE!

pas dupe | 24 juillet 2010 à 19h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:L'interdiction des sacs et emballages plastiqu.

Donc, si je comprends bien ton raisonnement, comme les pays africains ne l'interdiront pas (ce qui est faux du reste), il ne faut pas les interdire en Europe! drôle de raisonnement !

pas dupe | 24 juillet 2010 à 19h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Je suis actuellement hôtesse de caisse dans une librairie et j'en vois passer des sacs, tous les jours! Depuis la mise en route des sacs bio, je n'ai vu qu'un petit changement des habitudes de la clientèle, ils auraient du interdire de façon définitive les sacs à usage unique.
C'est pourtant pas difficile d'avoir un ou deux sacs réutilisables tout le temps dans son sac, au cas où... et quand on sait que l'on va faire du shopping, prendre plus de sacs sur soi? et ne me dites pas que c'est encombrant vue que vous vous retrouverez avec la même quantité de sacs après!!!! et il existe des sacs qui se plient afin de ne pas encombrer (j'en ai!!!!) J'ai l'impression que c'est tellement dramatique pour certaines personnes! (alors que c'est un simple geste à faire!!!) Je ne suis pas une grande écolo mais j'estime que l'on est arrivé à un point où rien que 6 milliards de personnes faisant de petits gestes, c'est un grand bol d'air pur pour la terre:
-les sacs réutilisables
-les piles rechargeables (d'ailleurs plus économiques que les jetables)
-le recyclage (attention un produit recyclable n'a pas forcément aucun impact sur l'environnement lors de sa fabrication)
Et il y a encore bien d'autres choses que nous pouvons faire!

petite anecdote: un jour un client me demande un sac pour deux petits stylos, je lui donne donc un petit sac en papier et là il me dit:
"Ah non, je veux un sac en plastique, c'est plus facile à transporter"
Il avait une veste avec plein de poches!!!!

etoile973 | 10 décembre 2010 à 12h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

MAIS LES SAC POUBELLES EN VENTE NE SONT PAS ADAPTES AUX GRANDES VILLES ET APPARTEMENTS : LA TAILLE ET LES HANSES DES SACS DONNES EN SUPERMARCHE PERMETTENT DE LES INSTALLER FACILEMENT SOUS L'EVIER... POUR ENSUITE FERMER LE TOUT...ET OUI, EN VILLE ON N'A PAS LA PLACE DE GRANDES POUBELLES.
JE SUIS POUR L'ECOLOGIE MAIS DEMANDE A CE QUE LES INDUSTRIELS FABRIQUENT LES MÊMES SACS DONNES AVANT ET LES PROPOSENT A LA VENTE DANS LE RAYON DES SACS POUBELLES !!!
ENCORE UNE FOIS, LES SACS POUBELLES VENDUS ACTUELLEMENT NE SONT PAS ADAPTES...
C'EST POUR MOI LA SEULE ET VRAI RAISON QUI EXPLIQUE POURQUOI A PARIS, NOUS SOMMES EN RETARD SUR LE SUJET !
ALORS, LES INDUSTRIEL DU SAC POUBELLE : AU TRAVAIL !

JL | 05 février 2011 à 12h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…