En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Premier ministre fait le point sur la politique énergétique à l'occasion du premier bilan du Plan Climat

Dominique de Villepin, présent au 1er bilan sur le Plan Climat, s'est employé à rappeler les dispositions consacrées au déploiement des ENR et aux économies d'énergie. Il a également annoncé le relèvement des tarifs de rachat du kW photovoltaïque.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Afin d'honorer les propres engagements de la France d'ici la période 2008/2012, c'est-à-dire à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d' au moins 5% sur la période 2008/2012 par rapport à leur niveau de 1990, le gouvernement s'est engagé dans la mise en œuvre du Plan Climat , dont la validation a été effective en juillet 2004 et dont un renforcement est attendu pour la mi 2006 selon le ministère de l'écologie.
Le Plan Climat regroupe des mesures dans tous les secteurs de l'économie et de la vie quotidienne des Français en vue d'économiser 54 millions de tonnes d'équivalent CO2 par an à l'horizon 2010. De ce fait, le gouvernement a intégré la problématique de lutte contre le réchauffement climatique dans la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique, du 13 juillet 2005. Il s'est aussi engagé à élaborer et publier prochainement une stratégie d'adaptation pour limiter en France les impacts du changement climatique et a mis en place un Groupe de travail nommé facteur 4, afin d'évaluer les voies de division par 4 de nos émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050. Il s'est par ailleurs engagé à soutenir des mécanismes de projets et des contributions financières croissantes à la coopération internationale.

C'est dans ce contexte qu'un premier bilan de ce plan climat a été présenté lundi et mardi à la Maison de la RATP à Paris. Organisé par le Ministère de l'écologie et du développement durable, la première journée a fait le point sur la situation en 2005 et sur la mise en œuvre sectorielle des actions du Plan Climat. La seconde journée s'est consacrée à la prospective de la politique climat à l'horizon 2050, sous forme de tables rondes dédiées aux stratégies de Facteur 4, aux secteurs émergents, aux mécanismes de marché, à la stratégie d'adaptation et à la dynamique de l'emploi.

Intervenu, lundi midi, le Premier ministre Dominique de Villepin a jugé indispensable de faire le point sur la politique française de lutte contre le réchauffement climatique.
Soulignant qu'il était convaincu que contrairement aux idées reçues, la défense de l'environnement et la croissance ne sont pas incompatibles, le Premier ministre a indiqué qu'en développant par la recherche et l'innovation les sources d'énergie plus propre, cette obligation d'investissement générera des emplois de qualité dans de nombreux secteurs, comme l'isolation des logements ou le recyclage et permettra aux entreprises spécialisées dans les questions d'environnement de renforcer leur position sur les grands marchés de demain.

Parallèlement, il a rappelé que si la mobilisation internationale était indispensable, c'était d'abord sur le plan national qu'il fallait agir et que chaque citoyen avait son rôle à jouer.
La France a défendu sans relâche l'entrée en vigueur de Kyoto, a-t-il souligné. Nous poursuivrons nos efforts pour convaincre tous les pays industrialisés et les grands pays émergents de nous rejoindre.
Se référant à la prochaine conférence de l'ONU à Montréal (28 novembre-8 décembre), où l'après-2012 doit pour la première fois être officiellement abordé par la communauté internationale, M. de Villepin a ajouté qu' au-delà de ce protocole, nous souhaitons dès maintenant négocier de nouveaux engagements sur les émissions de CO2.
Nous ne pouvons pas compter uniquement sur le développement de nouvelles techniques pour atteindre nos objectifs environnementaux, a t'il lancé à l'attention des Etats-Unis, qui ont rejeté Kyoto et misent officiellement sur les percées technologiques pour combattre l'effet de serre.

Le chef de gouvernement a rappelé les mesures déjà prises pour mettre en œuvre le Plan Climat. Dans le cadre du développement des énergies renouvelables, Il a indiqué qu'il avait pris des mesures nécessaires pour diversifier davantage les sources d'électricité, grâce au développement des éoliennes ou de la biomasse, notamment forestière : un plan de service public a été signé (ave EDF) et comprend un programme ambitieux en hydroélectricité et en énergie éolienne.
En outre, il a rappelé qu'il avait souhaité accélérer massivement le développement des biocarburants en France, en y consacrant un effort fiscal de 290 millions d'euros en 2006. Les objectifs que nous nous sommes fixés pour 2008 et 2010 permettront de réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 7 millions de tonnes en 2008 et de 8,5 millions de tonnes en 2010, tout en offrant à l'agriculture de nouveaux débouchés, a t'il signalé.

Dans le secteur des transports, Il a confirmé grâce à un arrêté publié récemment qu'un étiquetage des véhicules neufs mentionnant les émissions de CO2 en 7 classes serait obligatoire avant le 1er juin prochain. Par ailleurs, les cartes grises des véhicules à fort taux d'émission seront taxées davantage, a t'il rappelé.

Concernant les nouvelles dispositions, le premier ministre a annoncé un relèvement des tarifs auquel EDF doit acheter le courant produit avec l'énergie solaire photovoltaïque. Ce tarif, valable pour la métropole continentale, sera doublé à 30 centimes d'euro par kWh pour les collectivités, les gestionnaires de bureaux et pour les industriels qui produisent du photovoltaïque. Pour les particuliers, il sera augmenté de 50% à 22,5 centimes.

Dans le domaine des logements, qui consomme 46% de l'énergie utilisée en France, M. de Villepin a aussi détaillé trois mesures destinées à faire économiser «près de 10 millions de tonnes de CO2».
Prévue au milieu de l'année prochaine, une nouvelle réglementation thermique va imposer à toutes les constructions neuves une meilleure isolation afin de baisser de 15% leur consommation d'énergie.
Le Premier ministre a rappelé également qu'un diagnostic énergétique des logements devra être annexé à tout acte de vente d'une maison ou d'un appartement à partir de pour les ventes et de 2007 pour les locations.
Enfin, rappelant qu'un logement français consomme en moyenne 200 kilowatts heure par mètre carré pour le chauffage, Dominique de Villepin a indiqué qu'un programme de recherche, en partenariat avec l'agence nationale de la recherche, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) et l'agence nationale de l'amélioration de l'habitat serait lancé : l'objectif est que nous soyons capables d'ici cinq ans de rénover des logements anciens pour qu'ils ne consomment que 50 kilowatts heure et de construire les premiers bâtiments produisant entièrement l'énergie nécessaire à leurs.

Concernant les transports collectifs, le gouvernement soutiendra les grandes agglomérations pour qu'elles développent leurs infrastructures non polluantes, de type tramway, en dégageant cent millions d'euros de l'agence française d'infrastructures de transports et trois cents millions de prêts de la Caisse des Dépôts et Consignations.
Pour les transports de marchandise, la SNCF recevra 800 millions d'euros pour développer le fret ferroviaire.

De son côté, la ministre de l'Ecologie Nelly Olin a indiqué qu'un Plan Climat actualiséserait présenté d'ici le milieu de l'année prochaine. Elle a conclu son discours de clôture en indiquant qu'elle défendrait lors de la conférence sur le climat à Montréal au mois de décembre une position française forte et résolue pour convaincre nos partenaires de respecter le protocole de Kyoto et d'aller vers un système d'engagements au-delà de 2012.

Alors qu'il convient d'enrayer les émissions du secteur des transports qui ont crû de 23 % entre 1990 et 2003 ainsi que la progression de celles des logements et bureaux qui ont progressé dans le même temps de 14%, deux questions se posent : le plan climat est-il assuré de parvenir à ses fins? Et comment réaliser le «facteur 4» la division par quatre des émissions du pays d'ici à 2050 ?

Même si l'on peut se réjouir de l'attention accordée par le gouvernement avec la présence de François Loos, Ministre délégué à l'industrie, Dominique Perben, Ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer et Dominique de Villepin, Premier ministre à ce premier Rendez-vous Climat, on est en droit de s'interroger sur l'abandon du projet de bonus-malus lié aux émissions de CO2 des véhicules neufs remplacé par une taxe sur la carte qui ne concernera que 8 % des véhicules et de la diminution des budgets du Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable, de l'ADEME et des subventions destinées aux associations de protection de l'environnement.
Pour le Réseau Action Climat-France (RAC-F), le bilan d'application du Plan Climat est bien maigre. En se contentant de mesurettes ,au lieu d'impulser les changements structurels nécessaires, le plan d'action gouvernemental n'a toujours ni cohérence, ni ambition. Quant à Cap21, la mise en oeuvre du Plan Climat 2004 est particulièrement décevante. La posture timorée voire attentiste des pouvoirs publics n'est pas à la hauteur des enjeux réels pour construire un avenir énergétique durable, indique le Porte-parole Eric Delhaye dans un communiqué.

Réactions9 réactions à cet article

 
Conseiller minicipal

Il semble que le gouvernement se réveille enfin.
Je suis particulièrement sensible au rattrage du prix d'achat du kWh photovoltaïque qui va améliorer le retour sur investissement des équipements et relancer la filière.

JAMET | 17 novembre 2005 à 11h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Que faut il en déduire??

Je ne comprends pas pourquoi le coût de rachat du kWh PV varie de 30 cts pour les collectivités et ..., à 23 cts pour les particuliers.
N'aurait on pas peur que les particuliers investissent fortement? alors que probablement peu de collectivités vont faire passer ce type de projet dans leur priorité ...

jlbio | 17 novembre 2005 à 12h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Conseiller minicipal

Bah, pour se chauffer à l'électricité, seul le nuclaire le permet. Les ENR ne permettent pas de chauffer les logements.
Ce qui émet du CO2 c'est le chauffage au fuel et au gaz. Il faut le remplacer par le chauffage au bois (sous ses formes nouvelles), car ce CO2 ne provient pas des profondeurs de la terre, mais est DEJA intégré dans les cycles biogéochimiques actuelles (au contraire du pétrole qu'on fait ressortir de terre qui vient déséquilibrer les cycles actuelles).
Il faut aussi être réaliste sur les intentions des pouvoirs publics : ce sont des professionnels du mensonge, qui ne savent que faire des actions à court terme, pour donner "une bonne image". Faire évoluer la société sur le long terme est au-delà de leurs prétentions (sauf pour ce qui est du libéralisme).

Anonyme | 17 novembre 2005 à 15h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Conseiller minicipal

Contrairement à ce que tu indiques dans ton email, il est bien evidemment possible d'utiliser les ENR pour le chauffage!!! Soit directement (panneaux solaires et pas forcément PV) soit indirectement car pour info, les ENR produisent de l'électricité pouvant faire fonctionner des installations de chauffage électriques.
Je ne sais pas où tu as lu que seul le nucléaire produisait de la chaleur!!

seb | 17 novembre 2005 à 17h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Conseiller minicipal

Depuis quand seule l'électricité "nucléaire" peut elle chauffer ???? et les autres : hydraulique , éolien produiraient une électricité différente ???
Quand au bois s'il est PREFERABLE au pétrole , c'est un combustible c'est à dire CO², CO......Et une fois coupé il n'absorbe plus de CO²....
Quand à l'argument "il produit du CO² mais en a absorbé auparavant".... cela voudrait il dire que si j'ai eté "bon" toute ma vie envers quelqu'un, je peux ensuite allégrement le maltraiter ?

gece | 19 novembre 2005 à 21h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Conseiller minicipal

L'important c'est qu'il y est une incitation à l'utilisation des énergies renouvelables. Les toits (terrasses) des ets publics, les ets scolaires par ex devraient tous être équipés de systèmes photovoltaïques. Il est de la responsabilité des élus locaux de promouvoir ces actions donnant non seulement l'exemple mais favoriseraient le développement économique des entreprises du secteur. Il n'y a pas que le chauffage; les micros, les photocopieuses, les ballons d'eau chaude, il y a sûrement de quoi faire et de la réflection dans l'air.

phl37 | 19 novembre 2005 à 22h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Que faut il en déduire??

C'est quand même une bonne idée le photovoltaïque pour les collectivités. La réduction des coûts de chauffage de l'eau chaude etc. Pour tous !
Il n'y a plus qu'à les installer ces panneaux. Et puis travailler à la réduction des coûts par effet d'échelle. Parce que actuellement c'est quand même étonnant que les prix d'installations continue d'augmenter de 5%/an (en PACA en tout cas).
Allons y installons des panneaux photovoltaïques...
Ben

benjam1 | 20 novembre 2005 à 20h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Conseiller minicipal

J'aime bien le ton : 'allons y, il y a des trucs à faire.' C'est vrai que les politiques font de beaux discours, mais c'est leurs métiers. Maintenant ce n'est pas eux qui vont contruire les panneaux solaires ou les éoliennes.
Maintenant on peut les mettre face à leurs discours. Et lorsque l'on proposera des projets qui vont dans ce sens, on leur rappelera à leurs engagements.
En somme on ne pouvait pas attendre un autre discours, et c'est tant mieux qu'il l'est fait. A nous d'y aller maintenant. Chacun à notre manière, et chacun à son échelle.
Et puis ça va marché, on va les atteindre les objectifs !

Bon courage à tous.

Benjamin

benjam1 | 20 novembre 2005 à 20h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Conseiller minicipal

Evidemment qu'il faut mettre les politiques devant leurs responsabilités d'autant plus qu'elles sont plus qu'importantes : elles sont vitales. Donc assez de discours nous voulons des actes et des actes forts engageant certes des moyens financiers mais aussi des moyens humains. Ce que je veux dire c'est que l'on tient jamais compte du petit qui peut avoir d'excellentes idées sous pretexte qu'il n'est pas ingénieur ou je ne sais quoi et du coup le protocole de Kyoto et les intellos... Incessament je vais "brancher " des techs du CG37 pour l'installation de photovoltaîque dans mon coin(TOURS 37000) je vous tiens "au courant" et je vous salut tous

phl37 | 21 novembre 2005 à 21h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager