En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La décision des Suisses d'adopter un moratoire de 5 ans sur les OGM donne des ailes aux anti-OGM européens

Les Suisses ont adopté par référendum un moratoire de 5 ans sur les OGM. Une décision populaire qui sera rapidement prise en compte et fait office d'exemple aux yeux des anti-OGM de l'Union Européenne.

Agroécologie  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Selon les résultats officiels d'un référendum national, les Suisses estiment que les lois suisses actuelles sur les OGM sont insuffisantes et interdisent l'utilisation des organismes génétiquement modifiés pendant cinq ans.

La loi actuellement en vigueur en Suisse adoptée en janvier 2004, interdit l'utilisation d'animaux génétiquement modifiés en agriculture. Elle impose en outre des essais sur plusieurs années en laboratoire et également sur le terrain avant qu'une demande de culture de plante transgénique ne soit faite.
Mais dimanche à une large majorité et malgré le rejet de l'initiative par le Conseil fédéral et le Parlement, les Suisses ont approuvé l'interdiction pendant cinq ans l'utilisation des organismes génétiquement modifiés dans l'agriculture. En effet, à la question : Acceptez-vous l'initiative populaire pour des aliments produits sans manipulations génétiques?, 55,7% des votants ont répondu positivement et 44,3 % se sont prononcés contre le moratoire.
Le moratoire proposé dans le texte du référendum devait entrer en vigueur s'il était approuvé non seulement par une majorité des électeurs au niveau national mais aussi dans une majorité des 23 cantons du pays.

Ce scepticisme par rapport à l'utilisation de plantes génétiquement modifiées est réparti de manière assez uniforme sur l'ensemble du pays, a commenté à l'AFP Joseph Deiss, le ministre suisse de l'Economie, à l'issue du vote.
Nous prenons acte de cette volonté d'avoir une agriculture proche de la population, une agriculture plus éloignée des produits de masse. C'est un créneau sur lequel nous nous engageons aussi dans le cadre de l'OMC - est-ce que nous pourrons le faire avec succès, cela reste à démontrer, a ajouté le ministre.

L'Union suisse des paysans (USP) s'est félicitée de l'approbation de l'initiative pour des aliments sans OGM par le peuple et par les cantons. Elle permet la poursuite des activités de recherche et d'expérimentation ainsi que l'analyse scientifique de nombreuses affirmations souvent controversées, ce que l'USP estime indispensable avant la mise en culture de plantes OGM.
Nous attendons maintenant un bilan exhaustif de l'utilisation du génie génétique dans le monde entier et ses effets sur la santé, sur l'environnement et sur les marchés. Il sera possible sur cette base et sur des résultats scientifiquement étayés de décider à la fin du moratoire de 5 ans s'il est judicieux ou non d'autoriser la culture de plantes génétiquement modifiées en Suisse, a ajouté l'USP.
Du côté français, les anti-OGM se réjouissent de ce résultat tel GreenPeace qui estime que c'est une grande victoire pour la démocratie et l'environnement, qui devrait inspirer les membres de l'Union européenne et le reste du monde.
Nous nous réjouissons du résultat de la votation suisse et demandons au gouvernement français de suivre cet exemple et d'écouter les 80 % de citoyens français qui ne veulent pas d'OGM dans leur assiette et dans les champs, a déclaré Arnaud Apoteker
, responsable de la campagne OGM de Greenpeace France.

En revanche, Alwin Klopse, porte-parole de Syngenta a confié à l'AFP que le pays regretterait certainement ce résultat aussi négatif pour la Suisse, lieu de recherche et d'innovation.

Suite au moratoire suisse, l'Autriche, qui prendra la présidence de l'UE le 1er janvier prochain, a annoncé lundi qu'elle organiserait les 4 et 5 avril prochains, une conférence européenne sur les OGM à laquelle des scientifiques et des organisations non gouvernementales seront invités à prendre part aux côtés des ministres de l'Agriculture.
Au plan fédéral et provincial Autrichien, l'importation et la mise en culture de semences OGM est interdite, mais le pays importe tout de même des tourteaux de soja destinés à l'alimentation du bétail.
L'adoption dimanche par 55,7% des électeurs Suisses d'un moratoire sur les OGM conforte absolument la position de Vienne, l'un des pays de l'UE les plus opposés à la culture d'OGM, a déclaré le ministre autrichien de l'Agriculture, Josef Pröll dans un communiqué en précisant que le résultat du référendum suisse montre une fois de plus à quel point la population européenne est sensible à cette question. Nous avons réussi jusqu'à présent à empêcher la culture (d'OGM) en Autriche et nous continuerons de nous battre pour qu'il en soit ainsi, a-t-il ajouté.

Parallèlement en France, vendredi dernier, Monsanto a ordonné la saisie des comptes bancaires de la Confédération Paysanne, en réponse à une action de 1998 visant à dénoncer les risques des OGM à Montbéqui dans le Tarn.
Greenpeace France estime qu'en ne parvenant pas à convaincre la confédération paysanne de l'intérêt des biotechnologies en agriculture, Monsanto préfère employer des méthodes brutales en leur réclamant 185.000 euros.

Réactions12 réactions à cet article

 
question...

peut-on m'expliquer comment Monsanto peut-il "ordonner" la saisie d'un compte bancaire?

Anonyme
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Ras le bol des discours dogmatiques

Merci pour vos réponses, qui ne répondent néanmoins pas aux faits que je rapporte. Quelques commentaires:

-Plutôt que des sites anti-OGM (par dogme) où on instille une information manipulée pour abuser les gogos, je vous suggère fortement d'aller vous documenter auprès de vrais références scientifiques, éventuellement contradictoires (j'ai des adresses). Comment croire Greenpeace qui est une multinationale qui ferait mieux d'utiliser son argent (des milliards qui viennent d'où?) à faire un vrai travail constructif en PROPOSANT de vrais solutions plutôt que de faire peur aux citoyens en déformant la réalité?
-Que veut dire cette personne qui me parle d'agriculture intensive? Je signale qu'en 2005 plus de 2/3 des agriculteurs qui utilisent des OGM sont des petits agriculteurs, souvent vivriers. Ils n'ont que quelques hectares et sont très loin de l'agriculture intensive. Allez voir en Afrique du Sud, en Chine, en Inde, en AMérique du sud... et vous verrez des agriculteurs raisonnables qui améliorent leur production et leur qualité de vie, entre autres grâce à des OGM.
-Que veut dire cette personne qui parle de l'agriculture intensive, alors que certaines cultures OGM permettent justement de réduire l'utilisation de certains produits chimiques (insecticides) parce que la plante se défend elle-même contre les insectes?
-Enfin je précise que l'agriculture française est "intensive" car, après la deuxième guerre mondiale, les politiques ont fixé à juste titre à l'agriculture un objectif d'autosuffisance alimentaire, objectif maintenant atteint. Mais qu'est-ce vous préfèrez, manger notre production et essayer maintenant de produire mieux ou bien redevenir dépendants des importations?

Salutations
Yves F. Lyon

Anonyme
 
Signaler un contenu inapproprié
 
grrrr!

les ogm c'est tout d'abord inutile !!!si ce n'est pour concentrer le pouvoir et le profit entre les mains de quelques societés decidement toujours impliqués dans ce qui pue!: les grands groupe chimiques qui vendent dans l'histoire la graine miracle qui resiste au deserbant et qui ne se reproduit pas et le deserbant!!
etre realiste c'est ce rendre compte que si les ogm sont quasiment adoptes partout c'est surtout a cause de la pression que sont capable d'exercer les groupes qui les vendent sur la politique et l'economie mondiale puisque il sagit de multinationales plus riches et plus puissantes que les etats

les defauts a part cela chomages pour la main d'oeuvre agricole

le risque de transmission du gene au autres especes vegetales voisines entrainant un caractere irreversible au consequences a long terme sur la nature
...ce n'est plus un rique mais une realité au mexique berceau de la genetique du ble des cultures ont ete contaminées par des ogm

contamination des nappes phreatiques par utilisation massive de deserbant total type round up auquel ces produits sont insensibilisé... c'etait deja bien commence ...ca va pas s'arranger

contamination pour l'elevage et les vegetaux par les pesticides +contamination de l'eau potable au pesticides = environement cancerigene pour l'homme qui est en bout de chaine
c'est pas grave ce sont les memes industriels de la chimie qui nous vendront les medicaments devenus necessaires...et la boucle sera bouclée

...vivement un bon cataclysme ca vaudra mieux !
et du train ou cela va au niveau effet de serre de toute facon ca va pas tarder::
sinon chapeau les suisses

rayus | 01 décembre 2005 à 03h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Pas que Greenpeace

Cette réaction salutaire de la part des Suisses est à prendre en compte car elle montre bien que la population est méfiante et contre l'utilisation des OGM. Je m'en réjouis. Et de plus, cela montre que Greenpeace n'est pas la seule à être contre les OGM.

Anonyme | 01 décembre 2005 à 20h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ras le bol des discours dogmatiques

Le 400 000 000 ème hectare de cultures OGM a été cultivé dans le monde cette année. La recherche sur les OGM a commencé il y a 30 ans. Les cultures OGM ont été mises au point au labo, développées et testées depuis 20 ans, et sont cultivées à échelle commerciale depuis 10 ans. 2/3 des surfaces sont cultivés dans les pays développés, 1/3 dans les pays en développement. Pour la plupart, les agriculteurs qui les utilisent une année, les réutilisent l'année suivante. Si ces cultures n'apportaient rien, les paysans arrêteraient, car ils ont plus de bon sens que la plupart d'entre nous. Rappelons qu'aucun effet adverse lié à ces cultures transgéniques n'a été scientifiquement documenté.
Mais rassurez-vous, en France, on freine des quatre fers et on n'en est qu'à quelques centaines d'hectares...
On préfere faire de notre pays un musée plutôt que de se donner les moyens de choisir ce qui est le meilleur dans chacune des pratiques actuelles, que ce soit les agricultures traditionnelle, bio, intensive ou autre.
Yves F. Lyon

Anonyme | 01 décembre 2005 à 22h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Ras le bol des discours dogmatiques

j'invite Yves F de Lyon et ceux qui pensent comme lui à propos des OGM à aller lire la page ci dessous que j'ai trouvée grâce à l'annuaire des associations d'Actu Environnement
http://terresacree.org/securiteogm.htm
et peut être à renoncer à appliquer dogmatiquement le principe d'antiprécaution

Michel C

Michel C | 02 décembre 2005 à 11h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Ras le bol des discours dogmatiques

Après cette phrase, "Si ces cultures n'apportaient rien, les paysans arrêteraient, car ils ont plus de bon sens que la plupart d'entre nous", je voudrais mettre un bémole, même s'il ne faut pas faire de généralité et qu'il ne faut pas voir le mal partout.
Qui pratique les techniques intensives de cultures (pesticides polluants etc...) ?
Qui perçoit des aides financières car la culture intensive n'est pas pas viable sur le plan économique ?
Qui a contribué à la création du Crédit Agricole par son "bon sens" ?
Quels sont les homologues des pêcheurs qui détruisent les mers et océans en les pillants et en les polluants ?

Jérôme | 07 décembre 2005 à 21h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Ras le bol des discours dogmatiques

De manière très synthétique, discutons-en des soi-disant avantages des OGM :
- des graines vendues par des multinationales de la chimie agricole uniquement
- des graines stériles (imposant d'en racheter à chaque semence)
- l'utilisation d'herbicides très puissants et très polluants (type Round up).
- la contamination de semences naturelles par les OGM plantés en plein champ

De tout ça résulte :
- une dépendance totale des agriculteurs envers ces multinationales
- une pollution identique, si ce n'est accrue, des sols et de l'air
- une diminution catastrophique de la biodiversité
- des dangers pour la santé

Le meilleur exemple de toutes ces conséquences est visible en Argentine où la culture du soja transgénique s'est allègrement développée ces 10 dernières années. Ce type de culture a tout d'abord pris le dessus sur toutes les autres (les subventions accordées par l'Etat ont incité les paysans à y adhérer), mais au final il s'avère que :
- certaines mauvaises plantes développent des résistances au round up (il est en tout cas nécessaire d'en mettre de plus en plus par endroits), ce qui enchante les multinationales type Monsanto puisqu'ils commercialisent ce produit.
- pour développer cette culture intensive, des fôrets primaires sont brûlées illégalement pour une culture qui va être rentable seulement 4 à 5 ans étant donné la qualité insuffisante des sols.
- des populations visant à proximité de champs d'OGM sont atteintes de troubles physiques graves à cause de l'épandage par voie aérienne du fameux désherbant (le vent s'occupe ensuite de disséminer le polluant, notamment dans les écoles)
- des champs d'autres cultures "naturelles" sont détruits complètement à cause une nouvelle fois du désherbant épandu.

Pour moi cette démonstration grandeur nature suffit à prouver que la culture OGM n'arrange en rien la production agricole.

Et que dire encore de "l'intensivité" de l'agriculture à la française qui a ravagé les nappes phréatiques en Bretagne pour ne parler que d'elle.
Et des "agriculteurs raisonnables" dans les pays dits en dévelopement (je ne cautionne pas ce terme), qui le sont surtout puisqu'ils doivent bénéficier d'aides de leurs Etats ou d'une politique de communication "intoxicative" des multinationales. Il existe énormément de méthodes "naturelles" d'amélioration du rendement (polyculture par exemple) évitant le recours aux pesticides/herbicides/insecticides et aux OGM.

Et arrêtons de dire que nous freinons des 4 fers en France : le progrès n'est pas la panacée, en témoigne la sollicitation de plus en plus croissante des produits dits bio par les consommateurs. "Bio" n'est autre que la réutilisation optimisée des méthodes de culture ancestrales.

Enfin pour finir, il est prouvé qu'il y a assez sur terre de surfaces cultivables pour nourrir la population mondiale actuelle et à venir. Seulement, notre société d'hyper-consommation est le héraut du gâchis. Si tout le monde achetait ce dont il a besoin et pas plus, et privilégiait les produits non modifiés par l'industrie agroalimentaire, nous n'aurions pas à demander aux agriculteurs de produire toujours plus.

salutations
Gilbert

gilbert | 08 décembre 2005 à 18h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Ras le bol des discours dogmatiques

A partir d'affirmations fausses et dogmatiques, on ne peut arriver qu' à des conclusions erronnées.

Vous dites "des graines vendues par des multinationales de la chimie agricole uniquement": Pourquoi pas? vous achetez votre voiture chez Peugeot, Renault ou d'autres je suppose et votre électricité chez EDF, qui sont tous des multinationales. Et d'ailleurs, il n'y a aucune raison que cela dure. Beaucoup d'instituts de recherche et d'universités (Kenya, Afrique du Sud, Inde etc. pas en France d'ailleurs, soyez rassuré!) travaillent avec efficacité sur les OGM et certains mettront rapidement des semences à disposition des agriculteurs.
"des graines stériles (imposant d'en racheter à chaque semence)" Absolument faux: les graines actuellement utilisées ne sont PAS stériles. Par contre, il s'agit parfois de semences dites hybrides, que l'agriculteur peut re-semer s'il le souhaite, mais qui perdent alors du rendement. De toute façon ces semences hydrides sont utilisées (et achetées) depuis des dizaines d'années par les agriculteurs, y compris biologiques, (maïs, tournesol, légumes, tomate, etc) parce qu'elles apportent de réels avantages. Cela n'a donc rien à voir avec les OGM.
"l'utilisation d'herbicides très puissants et très polluants (type Round up)" Archi-faux. La matière active du Roundup est une des plus sures qui soient, beaucoup plus sure que certains produits domestiques courants, plus sures que les produits utilisés en agriculture biologique, plus sure que beaucoup de produits dits "naturels".
"la contamination de semences naturelles par les OGM plantés en plein champ". C'est quoi des semences naturelles? Celles que l'homme a sélectionnées depuis 10000 ans. Le blé, le maïs et le riz actuels sont des espèces entièrement façonnées par l'homme depuis 2000 ans ou plus. Est-ce naturel? Si nous ne mangions que les espèces naturelles françaises, on ne mangerait ni fraise, ni pomme de terre, ni blé, ni huile de colza ou de tournesol, ni sucre de betterave ou de cane... encore moins de banane, mangue, kiwi, citron et autres. En ce qui concerne la "contamination", elle a toujours existé et les plantes ont toujours échangé des gènes et quelquefois entre espèces et genres... la contamination n'est pas un problème en soi.

Et la fraise sur le gateau, vous dites "(...)les pays dits en dévelopement (...) Il existe énormément de méthodes "naturelles" d'amélioration du rendement (polyculture par exemple) évitant le recours aux pesticides/herbicides/insecticides et aux OGM." Cette remarque est inacceptable. Allez voir dans ces pays (j'ai personnellement passé deux ans en Afrique). Même s'il existe sporadiquement des méthodes intéressantes, les résultats globaux sont désastreux même en polyculture. Utiliser les pesticides (rappelez-vous les nuages de criquets dévastateurs) ou les OGM est une solution certes pas universelle, mais surement à utiliser avec discernement et méthode. Ce que vous proposez est l'agriculture biologique, qui est un luxe ayant sa raison d'être quand une classe moyenne a les moyens de se l'offrir (comme en Europe de l'Ouest). Prétendre qu'une agriculture sans aucun intrants (pesticides ou autres) peut nourir correctement les gens dans les pays dits en développement est un crime.
Avant de colporter des non-sens, creusez le sujet et allez voir sur le terrain.
Yves F. Lyon

Anonyme | 17 décembre 2005 à 20h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
comment c'est fait ?

moi je voudrais savoir comment c'est fait les OGM, je voudrais visiter une usine qui fait cela,
tout savoir du gène à l'autorisation de la mise sur le marché de la semence, peut-être qu'on verra toutes les diapositives.
est-ce que c'est écologique, ou c'est comme les sapins de noël en plastique ? car les sociétés qui fabriquent les OGM et les herbicides qui font mourir les abeilles, dites-moi ce sont les bien les mêmes ?

pierre | 20 décembre 2005 à 16h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Ras le bol des discours dogmatiques

La séléction naturelle a très bien fait son travail, certes aidé par l'homme depuis des millénaires, mais il n'a jamais été question de jouer les apprentis sorciers (ou dieu comme vous voulez) avant les OGM. Et c'est bien là qu'est le danger : manipuler la matière première des humains sans en évaluer les conséquences. Un vrai débat s'impose donc avant d'autoriser les cultures en plein champ comme cela se passe en France.
En ce qui concerne la contamination, évidemment que d'une manière naturelle cela existe. Seulement, lorsque ce sont des espèces manipulées beaucoup plus résistantes et prédatrices que les "naturelles", il y a un danger incontournable pour la biodiversité, et ça vous ne pouvez pas le nier. L'équilibre du monde est mis en danger par cette uniformisation des cultures et des espèces. La complexité fait partie de la nature, on ne peut pas chercher à la simplifier à tout prix. Surtout lorsque c'est dans un esprit marchand!

Lorsque l'on parle de culture intensive, évidemment que les OGM peuvent avoir leur place. Le problème c'est qu'on voit les résultats de l'agriculture intensive en Bretagne (pollution grave des nappes phréatiques et des cours d'eau). Le recours à l'agriculture biologique et polyculture de proximité a fait ses preuves, et on ne peut pas prétendre sauver le monde de la faim avec des OGM, particulièrement en Afrique où le contrôle de leur mise en oeuvre est quasi-inexistant (je travaille moi-même avec les pays du tiers-monde depuis 1 an 1/2). Et je pense que l'exemple de ce qui se passe en Argentine (au Brésil aussi) suffit à prouver que la mise en oeuvre des OGM est une catastrophe tant au niveau écologique que social.

Enfin, et là je trouve que vous y allez quand même un peu fort, affirmer que le Round-up ne pollue pas est une contre-vérité plus que dangereuse. Les "jardiniers du dimanche" qui vont utiliser ce type de produit pour leurs cultures sont aussi, voire plus dangereux, que les agriculteurs qui en utilisent en grande quantité, car ignorants des conséquences de leur utilisation.

Cordialement

Gilbert | 24 décembre 2005 à 17h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Ras le bol des discours dogmatiques

comment peux tu prétendre avoir des sources fiables et donc détenir la vérité, tu serais donc le seul a ne pas être manipulé par les médias. moi je suis curieux et j'écoute les avis des deux camps , et pour l'instant mosanto n'a eu aucun arguments pouvant me convaincre du bien fait des ogm. si les avocats de mosanto avaient eu comme arguments que des test a long terme sur les humains et sur l'environnement avaient portés leurs fruits et auraient été positifs, dans ce cas je m'en méfierait moins; seulement rien de tout cela n'a été fait à moins que tu es des preuves de tes sources fiables à me fournir! (c'est comme l'amiante, on a dit pendant 30 ans qu'il n'y avait aucun danger, 30 ans après on avoue que c'est cancérigène et que beaucoup de persones vont en mourrir). moi j'ais retenus que des milliers de paysans indiens se sont donnés la mort suite a des essaies de culture de coton génétiquement modifiées ne leur ayant rien apporté de plus qu'auparavant si ce n'est des royalties à payer tous les ans à mosanto ainsi que les graines; les souris en australie nourrient aux pois génétiquement modifié ont eu des maladies pulmonaires; de plus les cultures de canne à sucre ou de bannaneraie génétiquement modifiée en amérique du sud ont elles résolue la malnutrition dans les favelas ou autres! penses tu que les ogm mais ou blé ou quoi que ce soit aideront à une hausse de la bonne nutrition dans le monde? avec un peu de bonne volonté ce serait déjà résolue (en étant plus humains et moins près de nos sous); malheureusement les ogm sont encore une histoire de science donc de fric et de pouvoir de plus tu dis qu'on est en auto suffisance. c'est très bien mais alors à quoi bon s'ameliorer encore? pour avoir des excédants comme dans les années 70/80 et les détruire au lieu d'en faire profiter les plus démunis comme l'afrique. alors prouve nous par tes sources fiables que mosanto et les autres ont raison d'essayer les ogm

keepcoolkiss | 02 septembre 2006 à 16h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager