En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les 13ème Trophées des Technologies Economes et Propres 2005 ont été remis lors du salon Pollutec

Bouygues Télécom Mérignac, l'Association des Paralysés de France et Di Giusto sont les lauréats des TEP 2005 qui récompensent les entreprises développant un procédé ou équipement, permettant de réduire les consommations d'énergie ou les pollutions.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
L'ADEME, en collaboration avec le magazine « Industrie et Technologies », a organisé pour la 13ème année consécutive, le Trophée des Technologies Economes et Propres 2005 (TEP). Ces trophées récompensent les entreprises industrielles et commerciales ayant développé un procédé ou un équipement industriel innovant, permettant de réduire les consommations d'énergie et/ou les pollutions.

Décerné au cours du Salon Pollutec le jeudi 1er décembre à Paris, le jury a sélectionné cette année un seul gagnant dans la catégorie Grandes Entreprises tandis que dans la catégorie PME-PMI, une association et une PME, ont été primées ex-æquo.

L'« Association des Paralysés de France Industrie Montpellier » a été récompensée pour sa nouvelle activité de rénovation de batteries usagées de type NiCd et NiMH.
La société recueille les batteries usagées de type NiCd et NiMH de perceuses, visseuses, burineurs, cercleuses, lecteurs code barre, téléphones portables, tondeuses, lecteurs de cartes bancaires… Elle propose à tous les professionnels en possession de ces équipements de remettre à neuf leurs batteries, en leur évitant ainsi d'acheter un produit neuf. Ce travail de rénovation adapté aux handicapés moteurs consiste en l'ouverture du boîtier, le retrait des cellules de la batterie, le placement dans un bac dédié, la mise de nouvelles cellules, la fermeture du boîtier et le test de fonctionnement. Le couplage des cellules entre elles se fait par un procédé à froid de soudure par points sans apport métallique qui évite la surchauffe des cellules pouvant entraîner leur détérioration. APF Industrie a investi 58 000 euros dont 30 000 euros pour l'achat du robot de soudure par points à froid nécessaire pour cette nouvelle activité. L'utilisateur bénéficie d'une économie de 20 à 40% par rapport au coût de remplacement de batteries neuves.
Les cellules usagées sont, bien entendu, traitées par des filières agréées, le département de l'Hérault bénéficiant d'un potentiel de rénovation de 500.000 batteries.

APF Industrie partage le Trophée avec la société mulhousienne Di GIUSTO, spécialisée dans le chauffage, le sanitaire et la couverture, et distinguée pour son nouveau siège social d'une surface de 600 mètres carrés, qui réuni de nombreuses technologies complémentaires. L'entreprise a créé une terrasse végétalisée et mis au point un système de récupération de l'eau de pluie pour l'alimentation des toilettes.
Alors que le bâtiment a vu son isolation thermique renforcée, la production d'énergie associe le chauffage au gaz naturel à des panneaux solaires :
La société a opté pour l'installation de deux chaudières gaz à condensation fonctionnant en cascade, de sorte que la deuxième chaudière n'entre en action que pendant les périodes de grands froids.
À cette production de chaleur s'ajoute celle qui est fournie par 5 mètres carrés de capteurs solaires. Celle-ci est essentiellement destinée à la production d'eau chaude sanitaire et au lavage des camionnettes. Les chaudières à condensation permettent de réaliser une économie de 15% de gaz naturel grâce à la récupération de la chaleur latente de condensation. Les panneaux solaires permettent d'économiser 40% de gaz naturel pour la production de chaleur pour l'eau chaude sanitaire et le chauffage de l'eau de lavage des véhicules.
En phase d'exploitation, l'activité présente donc une consommation d'eau et des émissions de gaz à effet de serre très fortement réduites.

Dans la catégorie des grandes entreprises, Bouygues Télécom Mérignac a été primé pour son nouveau type d'antenne-relais de téléphonie mobile utilisant de nouvelles énergies pour l'alimentation de deux de ses sites d'émissions, basés dans la commune de Thil et de Lagardelle sur Lèze en Haute Garonne.
Sur le site de Lagardelle, La société a opté en décembre 2004 pour une alimentation électrique combinant panneaux photovoltaîques et éoliennes avec appoint d'un groupe électrogène. 10,2 kWc de panneaux photovoltaïques ont été installés sur ce site et 9 éoliennes de 9 kW ont été intégrés dans le pylône. L'énergie consommée est fournie à 35% par l'éolien et 65% par le photovoltaïque.
L'émetteur de Thil fonctionne, quant à lui, avec une pile à combustible à membrane échangeuse de protons de 2 kW fournie par la société Axane filiale de l'Air Liquide, qui consomme 24 mètres cubes d'hydrogène par jour. Seuls 12 litres d'eau - résultat de la réaction entre l'hydrogène et l'oxygène de l'air - sont rejetés quotidiennement par cette installation.
Pour Bouygues Télécom, l'intérêt d'un tel dispositif consiste à installer ses antennes dans des lieux isolés où le raccordement au réseau électrique est difficile.
Une dizaine de sites devraient pouvoir être équipés entre 2006 et 2008.
Selon la société, ces installations ont permis de diminuer d'environ 700 kg/an les émissions de gaz à effet de serre sur chaque site tandis que 57.800 euros (hors coût de location de la pile) ont été investis pour l'installation de la pile à combustible et 374.000 euros pour la production d'électricité par couplage solaire-éolien.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…