Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Onze collectivités ont été récompensées pour leur démarche en matière de développement durable

La 3ème édition des Rubans du Développement Durable a récompensé cette année onze collectivités pour leur investissement envers le développement durable que ce soit au niveau de la sensibilisation, de la concertation ou de la maîtrise de l'énergie.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
Onze collectivités ont été récompensées pour leur démarche en matière de développement durable
   
L'Association des Maires de France (AMF), l'Association des Maires de Grandes Villes de France (AMGVF), Dexia Crédit Local et le Comité 21 ont décerné le 29 novembre à l'Assemblée Nationale, les trophées de la 3ème édition des Rubans du développement durable. Ce concours identifie et encourage les démarches pionnières de collectivités locales françaises en matière de développement durable. Le jury qui examine les dossiers de candidature est composé des partenaires de l'opération (Dexia Crédit Local, le Comité et l'AMGVF) associés au Programme des Nations unies pour l'Environnement, à la Datar et à des experts indépendants. Il a sélectionné les lauréats en fonction de l'approche globale du développement durable, la gouvernance du projet, la mobilisation des acteurs et des partenaires du territoire dans la mise en oeuvre opérationnelle de la stratégie, le caractère novateur du projet et les résultats basés sur des indicateurs de suivi et d'évaluation.

Sont récompensés pour leurs actions de sensibilisation :

La ville du Séquestre :
Commune de 1 692 habitants, la ville du Séquestre s'est d'abord attelée à la problématique du développement durable en prenant des engagements régionaux (adhésion au réseau des villes durables de Midi-Pyrénées en 2003), et européens (réseau des villes durables européennes, Charte d'Aalborg en 2004). En cohérence avec ces actions, elle lance désormais son propre Agenda 21, ce qui est novateur pour une commune de cette taille. Elle mobilise sa population dans le cadre de groupes de travail et s'organise autour de quatre grands enjeux : « construire ensemble, vivre ensemble, poursuivre ensemble un développement équilibré du territoire, oeuvrer ensemble pour les générations futures ».

La communauté de communes de l'Autunois :
Face à l'apparente complexité du développement durable, la communauté de communes de l'Autunois a distribué auprès de tous ses administrés un guide pratique écocitoyen détaillant une série de mesures simples à mettre en oeuvre par tous au quotidien. Traitant de thèmes comme la consommation responsable, les dépenses pour les foyers, les enjeux sanitaires ou le changement climatique, ce guide a été diffusé à 6 000 exemplaires soit 50 % des foyers de la communauté de communes. Il a pour but de fournir un accompagnement pratique et de permettre l'appropriation par chacun (citoyens, écoliers, entreprises) du concept de développement durable.

Est récompensé pour son modèle d'ingénierie territoriale :

Le Syndicat Arlysère :
Le syndicat Arlysère regroupe plusieurs communautés de communes de la région d'Albertville. Territoire à la fois urbain et montagnard, industriel et agricole, il a décidé d'élaborer un projet de territoire basé sur l'articulation d'outils réglementaires (SCOT, Contrats de pays et contrat territorial) avec son Agenda 21. Traditionnellement menés séparément, ces trois outils combinés ensemble ont permis une mutualisation des moyens humains et financiers et une plus grande exhaustivité dans le projet de territoire retenu. Une charte de développement durable a été rédigée pour fédérer les outils : elle fixe les grandes orientations de l'Agenda 21 local, nourrit la réflexion du SCOT et favorise la démocratie participative et les initiatives locales.

Sont récompensés pour leurs actions en faveur de la maîtrise de l'énergie :

La ville de Clermont-Ferrand :
Engagée dès le début des années 1980 dans une politique de maîtrise énergétique, la ville a renforcé son action en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre par l'adoption du plan « Energie + ». Inscrit en 2003 dans l'agenda 21 de la ville, le plan prévoit une diversification des sources d'approvisionnement par le développement de systèmes de production d'énergie décentralisée sur les sites municipaux, puis l'extension de la démarche auprès d'autres consommateurs locaux. Pour valoriser son engagement sur le terrain de l'énergie, la ville a mis en place un chemin pédagogique sur le thème des énergies renouvelables.

La ville de Rennes :
Impliquée dès 1999 dans la responsabilité collective des changements climatiques, la ville de Rennes s'est engagée dans un Plan d'Actions Energie Climat, qui entre dans sa phase opérationnelle en 2005. 32 actions ont ainsi été retenues dans 4 domaines : habitat, tertiaire, déplacement, production d'énergie décentralisée. Parmi les actions engagées, la ville entend promouvoir les modes de transport alternatifs: développement du réseau cyclable, mise en place du programme « pédibus - vélobus», plan de déplacement à destination des agents de la ville.

Sont récompensés pour leurs actions envers l'économie solidaire :

La Communauté de communes Lanvollon-Plouha :
Réaliser l'aménagement du territoire tout en favorisant le développement durable, tel a été le pari de la communauté de communes Lanvollon-Plouha. Partant de la résolution du problème de l'eau dans cette région principalement agricole, la communauté de communes a progressivement intégré l'insertion sociale et le développement économique de son territoire dans sa politique : actions de soutien aux commerces et agriculteurs, création de clubs d'investisseurs citoyens, soutien aux associations.
Pour sensibiliser ses citoyens à de telles démarches, la communauté de communes a créé un Conseil Citoyen, sorte de Conseil économique et social à l'échelle de l'intercommunalité, qui a réalisé fin 2004 un guide du développement durable présentant les bonnes pratiques à appliquer au quotidien (jardin, habitat, déplacements…).

La Metro de Grenoble :
Devançant la réforme du Code des marchés publics (2004), la Metro a instauré dès 2002 une « Charte pour l'insertion et l'emploi pour le développement local » en faveur de l'emploi des personnes en difficulté (chômeurs de longue durée) dans le cadre de la mise en oeuvre de plusieurs grands chantiers.
La réalisation de la 3è ligne de tramway a permis de valoriser les modes de transport alternatifs tout en favorisant l'accès et le retour à l'emploi des personnes en difficulté. 240 personnes ont été recrutées à ce titre.

Le Parc naturel régional des Boucles de la Seine Normande :
Premier parc naturel régional à s'être engagé dans un Agenda 21 en septembre 2003, le parc des boucles de seine normande, situé entre Rouen et Le Havre, a été récompensé pour avoir su assurer la coexistence d'activités portuaires et industrielles fortes avec un riche patrimoine naturel et culturel. Des outils ont notamment été développés pour accompagner les PME-PMI et les gestionnaires de zones d'activité dans leur stratégie de développement durable.
L'organisation d'un concours Eco-Trophée récompensant les entreprises du Parc par catégorie d'activités et la création d'un « Label Tourisme et Handicap » complètent ce dispositif.

Sont récompensés pour leurs actions de concertation :

La ville d'Echirolles :
La ville d'Echirolles s'est illustrée par la mise en place d'une concertation dans le cadre de son Agenda 21. Son élaboration, qui a duré quatre années, de 2000 à 2004, est le fruit d'une démarche participative avec les habitants qui a donné lieu à des enquêtes, de nombreuses réunions, des forums, des expositions, des visites sur le terrain, des colloques, un diagnostic partagé, etc. Résultat : 170 actions, déclinées en 12 thèmes, ont été décidées et sont actuellement dans leur phase de mise en oeuvre. Les citoyens ont également été très sollicités dans la phase d'évaluation de l'Agenda 21. Ils se sont ainsi exprimés en faveur d'indicateurs «compréhensibles, significatifs, comparables et incitatifs ».

Le Conseil général du Val-de-Marne :
Le conseil général du Val-de-Marne a été récompensé pour la concertation de la population menée dans le cadre de son Agenda 21 : plus de 4000 personnes ont participé. Le thème de la préservation de l'eau est le fil conducteur de la démarche et a mobilisé plus de 850 collégiens autour de la rédaction de la « Charte des collégiens pour une nouvelle culture de l'eau ». Cette concertation se poursuit par la création d'un Forum des Jeunes en avril 2005 et la mise en place en juin 2006 d'un centre d'appel unique qui servira à l'élaboration des grilles d'analyse des projets départementaux.

Le Parc naturel régional du Lubéron :
Le parc naturel régional du Lubéron a engagé, à l'occasion de la préparation de la révision de sa charte, une démarche de consultation locale. De décembre 2004 à mars 2005, les élus locaux et l'équipe technique du parc se sont déplacés chez leurs administrés pour recueillir leur avis sur l'avenir de leur territoire. Organisée autour d'un diaporama expliquant le rôle du Parc, la démarche aura permis la consultation de plus de 650 personnes et la réconciliation des citoyens avec leur territoire, en renouvelant le maillage de proximité et recréant du lien social.

Depuis son lancement en 2002, le trophée des Rubans du développement durable a récompensé 32 collectivités locales. Pour l'édition 2006, les candidatures sont ouvertes et les dossiers sont à envoyer avant le 28 février 2006.

Réactions2 réactions à cet article

 
Développement Durable, mythe et réalité

Peut-on conclure que la notion de Développement Durable a un avenir et une traduction concrète?
Ou bien ces "rubans" sont la preuve que la notion à la mode sert d'image marketing aux collectivités?

Une étudiante dans le doute | 08 décembre 2005 à 19h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Développement Durable, mythe et réalité

bonjour
je me pose également des questions, plutôt quant à la "conscience écologique" récente des entreprises
mais tant que ces initiatives permettent un commencement de protection...

Anonyme | 27 décembre 2005 à 19h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Système de prévention incendie pour broyeurs dans l'industrie du recyclage BERTHOLD FRANCE SAS