Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le salon parisien Bâtir écologique a attiré plus de 12 000 visiteurs en trois jours

Le salon parisien Bâtir écologique, qui s'est tenu fin novembre, a attiré plus de 12 000 visiteurs en trois jours. La hausse de 10 % par rapport à la première édition semble confirmer le regain d'intérêt du public pour cette problématique.

Bâtiment  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Du 25 au 27 novembre, le magazine ''La Maison écologique'', les associations ''CASEAT'' et ''Bâtir Sain'' ont organisé la deuxième édition de Bâtir Écologique, Salon National de la Construction Écologique et de l'Habitat Sain à Paris à la Cité des Sciences et de l'Industrie de Paris.

L'objectif consistait notamment à montrer que la construction écologique et saine est est techniquement et financièrement réalisation mais souhaitait aussi aider les maîtres d'ouvrage, privés ou publics, les professionnels, les particuliers motivés qui souhaitent construire écologique, en leur facilitant l'accès à des solutions concrètes et en mettant à leur disposition en un même lieu, des informations, des expériences variées et représentatives.

L'objectif des organisateurs a-t'il été atteint ? Sûrement si l'on s'intéresse aux chiffres fournis par les organisateurs : plus de 12.000 visiteurs se sont rendus à la Cité des Science soit une hausse de 10 % par rapport à la première édition.
Cette année, Bâtir Ecologique 2005 a montré que les préoccupations écologiques dans la construction sont devenues incontournables pour un grand nombre d'acteurs du secteur : artisans, maîtres d'ouvrage privés ou publics… indiquent les organisateurs du salon qui se réjouissent que les mentalités et les comportements sont en train de changer dans notre pays (en raison notamment des informations relayées par les médias, de l'effet boule de neige d'initiatives individuelles et de l'augmentation du prix du pétrole…) et les connaissances sont à présent plus largement diffusée.

Pendant 3 jours, sur 2 500 m2, une centaine de professionnels (producteurs, distributeurs, artisans, architectes, organismes de formation, associations…) ont présenté produits et matériaux de construction, isolants, finitions, enduits, peintures écologiques, énergies renouvelables, électricité saine, climatisation naturelle, toitures végétalisées, solutions d'assainissement naturel, etc.

Des démonstrations ont permis aux visiteurs de découvrir et d'approcher différentes techniques : construction ossature bois, mur en briques alvéolées, ossature bois avec remplissage en bottes de paille, briques de terre crue, enduits à base de terre et de chaux...

Différents systèmes de chauffage (bois, solaire, électrique) ont été présentés ainsi que le traitement écologique de l'eau. Un espace Info-énergie a accueilli le public pour répondre aux questions sur la maîtrise de l'énergie, les énergies renouvelables et donner des renseignements pour ceux désireux de s'engager dans des travaux.

Suivies par plus de 2.000 personnes, les 12 conférences et tables rondes sur des thèmes comme l'assainissement naturel, la gestion écologique de l'eau, l'usage des fibres végétales, la qualité de l'air intérieur et les réseaux de distribution de matériaux écologiques ont fait salle comble.

Rappelons que le secteur du bâtiment est, de tous les secteurs économiques français, le plus gros consommateur d'énergie avec 70 millions de TEP soit 43 % de l'énergie finale totale*. Attendu qu'une maison bien conçue consomme jusqu'à dix fois moins d'énergie qu'une construction classique et qu'une meilleure gestion de l'eau permet de réduire la consommation d'eau issue du réseau jusqu'à 70%, l'enjeu est de taille.


* Source ADEME

Sur le même sujet

Glossaire

Tonne équivalent pétrole (Tep)

Réactions3 réactions à cet article

 
validité de l'agrément qualisol

Devant la montée en puissance de la maison individuelle, je m'interroge sur les bonnes dispositions des artisans : j'ai en tendu un certain nombre de personnes qui ont fait (ou voulu faire ) construire selon des normes environnementales et se sont heurtés à des constructeurs peu sourcilleux sur la qualité, car pressés d'en finir ayant d'autres chantiers prévus. Par ailleurs, je m'interroge sur la validité des agréments "qualisol" délivrés par l'ADEME : sont-ils suffisamment exigeants ? Comment les artisans sont-ils sélectionnés ? Parmi ce que j'ai entendu dire, certains artisans sont très compétents, d'autres beaucoup moins... Si l'exigence n'est pas suffisante, comment valoriser ce type de construction par rapport aux autres ?

Sarah | 22 décembre 2005 à 12h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:validité de l'agrément qualisol

Pourquoi vouloir les valoriser ?

Si elles sont de qualité elles arriveront trés bien à percer !
Pour ce qui est de la charte Qualisol, je crois qu'il sagit du COSTIC qui délivre cette formation et non l'ADEME.

M.G | 22 décembre 2005 à 13h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:validité de l'agrément qualisol

Oui, il faut valoriser ces sytèmes et que l'agrément qualisol soit de qualité. Car, si les premières réalisations ne sont pas de qualité, elles peuvent faire couler le marché et les énergies renouvelables. Plus que jamais les premiers projets doivent être exemplaires !

Guillaume | 22 décembre 2005 à 20h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager