Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Victime de son succès, le tri des papiers/cartons met en péril la filière de recyclage

Avec le développement des collectes sélectives de papier/carton, la filière de recyclage est de mieux en mieux alimentée mais devient excédentaire. Les professionnelles du recyclage s'inquiètent du devenir de la filière.

Déchets  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Depuis dix ans, la collecte des papiers et des cartons a beaucoup évolué du fait d'une mobilisation environnementale, économique et réglementaire : notamment suite à la Directive Européenne « Emballages et déchets d'emballages », et des objectifs de valorisation qui en découlent : au plus tard le 31 décembre 2008, 60% des papiers/cartons contenus dans les emballages doivent être recyclés.
Que ce soit les collectivités, les industries papetières ou les professionnels du recyclage, tous les acteurs de la filière ont à y gagner. Les industries papetières disposent d'une matière première à moindre coût qui réduit de surcroît les coûts liés à la consommation d'eau et d'énergie, avantage environnemental non négligeable. Le recyclage permet aux collectivités d'alléger les coûts de traitement des déchets incinérés ou enfouis. Les professionnels du recyclage, quant à eux, ont en charge la production de ces matières premières en exploitant les gisements des déchets et représentent un secteur économique important. Le chiffre d'affaire du secteur de la récupération et du recyclage s'élevait à 6.300 M€ en 2003 en progression d'environ 5 % par rapport à l'année précédente.
Ainsi, le nombre de collecte spécialisées pour le papier/carton a pratiquement doublé en 5 ans et actuellement, 56 millions de Français ont la possibilité de trier leurs déchets que ce soit au bureau ou chez eux. En 2004, 6 millions de tonnes de papier/carton ont ainsi été collectées et recyclées.

Issus des déchets industriels ou ménagers, les produits récupérés à base de papier et carton doivent satisfaire à un cahier des charges pour être réutilisés mais les fibres recyclées peuvent être employées à des degrés divers dans n'importe quel secteur de l'industrie papetière : emballage et conditionnement, sanitaires et domestiques, journal et impression-écriture. L'industrie papetière a beaucoup investi dans des capacités de transformation de papier recyclé. Ainsi, le taux d'utilisation des papiers et cartons récupérés dans la production globale des papiers et cartons n'a pas cessé d'augmenter et atteignait 58,2% en 2002, plaçant l'industrie papetière française au premier rang du recyclage en France.

Mais depuis, ce taux d'utilisation s'est stabilisé. Résultat, en en 2004, la production nationale a été excédentaire et près de 500 000 tonnes de pâte à papier issue du recyclage n'ont pas trouvé preneur en France. La filière est donc confrontée à une situation inédite : l'utilisation de papier/cartons recyclés (PCR) stagne alors que la production est en constante augmentation (+ 8,1 % en 2004). Les professionnels du secteur craignent que ce déséquilibre ne pèse sur la filière et sur l'avenir de leur entreprises.
Du côté des papetiers, les avis sont différents. Le prix français de la pâte à papier n'a jamais été aussi bas et reste le prix le plus faible d'Europe. D'après eux, cet excédent de matière première à bas prix constitue une chance en permettant de faire des économies au moment où certains industriels étudient des projets d'usines de papier en Europe. Au cours des cinq dernières années une seule unité intégrée de production de papier à partir de fibre recyclée a vu le jour en France, contre quatre en Allemagne, plus en avance dans la politique de collecte.

Pour l'instant les excédents de papier trouvent des acquéreurs en Europe et en Asie par exemple mais cela risque de ne pas durer. Les principaux repreneurs comme l'Espagne se mettent aussi au recyclage et il en sera bientôt de même pour la Chine. Actuellement l'Union européenne doit trouver des acquéreurs pour plus de 5.000.000 tonnes de PCR.

Cependant malgré ces perspectives, les professionnels des déchets estiment que le recyclage a toujours un sens face aux grands enjeux environnementaux de la planète que sont les économies d'énergie et des ressources naturelles. Les besoins en matière première sont toujours aussi élevés et ont tendance à augmenter. Un Américain consomme 350 kg de papier par an contre 33 pour un Chinois et 3 pour un Indien. Pour développer la filière ils préconisent notamment de libérer les échanges internationaux de matières premières recyclées, de sortir ces matières du statut de « déchets » qui selon eux freine le marché, mettre fin aux lobbyings protectionnistes et envisage la mondialisation des marchés comme « une chance pour tous ».

Réactions29 réactions à cet article

 
le negadéchet

vous connaissez le négawatt?! l'énergie qui coûte le moinscher et qui ne pollue pas c'est celle qu'on n'utilise pas! et bien avec les papiers cartons c'est pareil: c'est très bien de recycler mais le mieux c'est de ne pas avoir de déchet. je trouve que nous fort tendance en france quand on trouve une bonne idée de la détourner de sa fonction première pour se faire un max de blé. tout est une question d'équilibre. en diminuant la quantité de déchet on arrivera à une industrie du recyclage qui recyclera juste ce dont on a besoin, non?!

lo | 22 décembre 2005 à 10h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Developper le marché du papier recylé

Il me semble que cet article néglige l'aspect du marché aval. Si les acheteurs exigent du papier recyclé, ce surplus de pâte à papier sera vite résorbé, non ?

Hugues | 22 décembre 2005 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le fric toujours le fric

Faire des efforts en amont de la filière déchets , en faire moins .
Voila ce que dit l'auteur d'une réponse et nous y souscrivons

malheureusement il y a tjrs quelqu'un qui pleure parce qu'il a peur du manque.
Les exploitants incinéreurs par exemple pleurent car ils manquent de plastiques et de matières inflammables pour "bouster "leurs fours infernaux.
L'argument ? L'argent .L'argent pour l'argent .Les actionnaires de ces grands groupes n'en n'ont jamais assez.
Pour y avoir assister , une fois , dans ce type d'assemblée d'actionnaires je peux vous dire que c'est affreux...
Les poubelles ne sont pas perdues pour tout le monde .
Croyez moi..

citoyen-lamda-moyen-contribuab | 22 décembre 2005 à 11h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
réduction en amont

et si on s'interrogeait en amont sur les tonnes de prospectus publicitaires qui inondent nos boîtes à lettres et des cartons d'emballages des supermarchés,on réduirait les déchets à recycler
Marianne (27)

marianne | 22 décembre 2005 à 11h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:le negadéchet

bien d'accord avec les propos de "lo".

La première chose à faire quand on a à gérer une filière déchets c'est de tenter de diminuer la production à la source ... a-t-on rééllement besoin de tous ses emballages marketing à n'en plus finir ... en ces périodes de fêtes, acheter un jouet revient en volume à acheter avant tout du carton !

une autre réaction : écouler l'excédent de pate à papier jusqu'en Asie ... n'est-ce pas un non sens environnemental ? qd la logique Environnement s'équilibrera à hauteur de la logique fric on aura fait de gros progrès !!

jmi | 22 décembre 2005 à 11h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
et si on consommait plus de "recyclés"

Je suis tout a fait d'accord avec Hugues. Il me semble que la marge de progrès est considérable en ce qui concerne l'utilisation de papier recyclé, notamment dans les administrations.
J'aimerai bien connaitre la proportion de papier et cartons fabriqués à partir de pâte recyclée.

Plume | 22 décembre 2005 à 12h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et on s'étonne????

Je m'étonne toujours de ce type de raisonnement qui consiste à croire que l'on peu recycler la plus grande partie de nos déchets, c'est à croire qu'aucun industriel ni aucun politicien n'a de connaissances en gestion des procédés et c'est mentir aux citoyens de leur faire croire que le recyclage est LA solution, elle est nécessaire et souhaitable bien entendu mais il faut vraiment que le bon message à passer soit celui d'une moindre consommation à la base. Le reyclage ,de toute matière, n'est efficace à long terme que lorsque la proportion à recycler est faible. Donc, lorsqu'il n'y a pas de gaspillage. Il faut que le papier produit ne soit pas considéré à la base comme une matière à recycler mais comme un produit final. (exemple: pourquoi imprimer 5 brouillons alors que l'impression d'un rapport final serait suffisant?)Si on prend l'exemple de la Chine et sa faible consommation de papier, il faut savoir que le prix d'une rame de papier A4 en Chine est fort semblable au prix en europe et lorsque l'on connait le revenu moyen d'un chinois, on comprend qu'il n'y a aucun gaspillage, la proportion de papier jeté par rapport à la consommation totale est certainement moindre que dans nos contrées, il en découle ainsi qu'il n'y a aucune difficulté dans ce pays à recycler cette faible proportion. Mais bon, je suppose que multiplier le prix du papier par 10 est inconcevable.

Thierry | 22 décembre 2005 à 12h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:le negadéchet

en lisant l'article de base , je me suis penché sur les remarques émises...
tt a fait d'accord qu'une industrie qui recycle devrait être en relation avec celle qui produit la matière.. qui prend par la suite et souvent le chemin ou le nom de déchet.
auparavant, on établissait la consommation de papier en fonction de quelques pays : assez gag de se dire que le jouet produit le plus souvent en Asie ne doit pas être emballé là-bas
et que "par chez nous" on en rajoute une bonne couche... le Mieux : éviter de devoir jeter à la base... dans le même esprit que ce que nous consommons pas ne sera pas gaspillé.

j-g | 22 décembre 2005 à 13h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le fric, les déchets et ...ma femme !

Pourquoi toujours se plaindre du fric. C'est lui qui fait tourner notre société capitaliste et démocratique finalement.
- Quand j'ai tenté d' apposer un autocollant antipub sur ma boîte, ma femme s'est fachée car elle ne pouvait plus recevoir les promotions de Leclair, Champignon et Quarphour. J'ai cédé ! et je me tape la corvée jusqu'au container à papier.
- Quand j'ai instauré un compost (tas à ciel ouvert) au fond du jardin, elle a trouvé çà pas pratique, hygiénique de gérer une deuxième poubelle dans la cuisine.
- Quand j'ai changé pour des ampoules économiques, elles n'éclairaient pas tout de suite ou grillaient rapidement (à moins de sabotage sans viser personne).
- Quand j'ai classé Pampers dans la liste des spameurs de notre PC commun, je me suis fait incendiéer car elle ne recevait plus la newsletter de bébé !
- Quand j'achète le poulet à la ferme, madame n'a pas confiance sur l'hygiène de vie et d'alimentation du poulet et préfère l'acheter en grande surface avec un label ! Et puis il "sent moins fort" !

J'en viens donc à douter fortement d'une limitation des déchets à la source. Si on édite des brochures marketing, d'accord c'est que çà rapporte, mais c'est aussi et surtout que les gens en veulent et qu'en plus çà donne du boulot !
Si on ne veut plus de pub à la télé, alors il n'y a plus de télé possible, est-ce que votre femme serait d'accord ?

Pour être constructif, quelle solution pour améliorer notre environnement ? Change de femme ! (Si ! je t'ai entendu) Et je pense qu'il vaut mieux redevenir célibataire car on arrive le plus souvent à appliquer la solution la moins contraignante à court terme et donc la moins écolo.
On en revient donc au fric car taper au portemonnaie çà parle à ma Femme. Il faudrait instituer une taxe personalisée par famille sur les déchets (pas facile à mesurer et gare aux tricheurs), sur l'énergie consommée, une taxe par FAI sur les Spams qu'ils laissent passer,...

Pour toute les femmes qui m'ont lu jusqu'au bout, je dis "Chapeau" ! Ou bien vous vous êtes reconnues, ou bien vous êtes maso (et vous ne le reconnaitrez pas car vous êtes une femme), ou bien vous bruler de me répondre !
En attendant vos avis et suggestion, j'entend mon bébé qui pleurent pour que je lui change sa (1an 1/2 *3 par jour=) 1642 ème couches = ?? camions ordures.
Faut que j'y aille car Maman travaille et Papa (c'est moi! pour celle qui a encore un doute) a dit qu'il cherchait du boulot sur Internet quand Bébé lui laisserait un peu de temps.
Sérieusement (sans parler écolo) c'est quand même super pratique, les couches !!!

Thierry | 22 décembre 2005 à 15h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:le negadéchet

J'entre dans le débat sur l'ensemble de la question du recyclage avec mes maigres connaissances et mes constations.
Seule une très faible proportion (-de10%) des déchets sont d'origine ménager (cad vous et moi), moins de 10 % je crois.
L'immense majorité est industrielle.
Sur ces 10 % qui nous concerne, une petite partie est recyclable et "recyclée". Je le mets entre "" car elle devrait être recyclée... sauf que les centrale qui brûle les déchets non triés sont en pénurie de matière, d'où un détournement de ce qui à été trié vers elle pour les alimenter.
En résultat, cela fairt une bien faible quantité.

En ce qui concerne le papier, un produit mis en rayon doit occuper le plus de place possible pour le fabricant afin d'être bien vu, et le distibuteur essaie lui de diminuer la place prise pour en mettre le maximum. C'est un accord entre eux.
Il faut aussi qu'il soit bien emballé qd il vient de loin (Asie), accompagné de publicité (flyer, poster, plv, etc), et enfin, emballé pour Noël.
Donc des tas de sources de papiers différentes.
Et pour rajouter un dernier éléments, certain papiers (presse grande vitesse, papier à granbde résistance type bureautique,....) ne peuvent pas utiliser de papier recyclée dont les fibres sont moins longues et plus fragiles.

Marco | 22 décembre 2005 à 16h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Le fric, les déchets et ...ma femme !

Bonjour cher Macho

Savez-vous qu'il y plus de femmes que d'hommes qui travaillent dans le secteur de l'environnement?
Je ne me sens pas du tout visée par votre message, et je dirais même que j'approuve votre façon de voir en ce qui concerne les personnes (et pas seulement les femmes!) réfractaires eu respect de l'environnement sous prétexte que ce n'est pas pratique (publicités indispensebles pour aller faire du shopping inutile: fringues , nouveux gadgets électroniques...), ou moins confortable (utiliser sa voiture pour faire 200m).

Je pense qu'il faut montrer à ces personnes des faits marquants: passer "par hasard" à côté d'une grande décharge en s'exclamant "c'est dingue la quantité de poubelles qu'il y a, il ne va jamais y avoir assez de place!", rencontrer des victimes de la pollution qu isavent de quoi ils parlent et touchent beaucoup mieux les ames réfractaires. On peut aussi montrer les effets sur la santé des enfants! (la leur, ils s'en fichent ou n'y croient pas) qui sont plus sensibles que les adultes aux pollutions...

Je suis sûre que même si c'est difficile, chacun doit pouvoir s'améliorer. A nous qui en avons conscience de faire prendre consciences aux autres.

Caro | 22 décembre 2005 à 17h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:le negadéchet

Ben moi j'ai acheté une ramette de papier recyclé et mon imprimante n'y a vu que du feu...

Sinon le meilleur déchet est celui qu'on ne produit pas c'est évident mais pas assez répété.

roger | 22 décembre 2005 à 17h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
t'es gentil papa

T'es gentil papa, pour ta taxe, mais moi j'ai cinq enfants, d'accord je ne les ai pas eu toute seule, j'ai un mari, et j'en suis contente,. Alors le volume des déchets bonjour, heureusement qu'il y a des compensations !Alors ta taxe tu te la garde, ou tu gères mieux. Apparemment c'est possible.

pierre | 22 décembre 2005 à 17h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Tiens ! Tiens ! On dirait ma Femme !

Quand je disais que "taper au portemonnaie, çà parle à ma femme", je commence à me demander si finalement ma Femme ne serait pas comme toute les autres.
Car enfin, t'es trop mignonne Pierre ! Mais avec tout le respect que j'ai pour tes 5 enfants qui, si je t'ai bien suivi, ne sont pas nés du Saint-Esprit et pour ton mari qui, si je t'ai bien suivi, t'apporte des compensations, je n'entend pas toucher à tes allocations de famille nombreuse.
Je pensais plutôt à une formule du genre : avec un enfant pas de taxe en dessous de 3 kg/semaine, avec 5 enfants pas de taxes en dessous de disons ...8 kg/semaine (parce que je t'aime bien et t'es trop mignonne). Sachant qu'aujourd'hui nous arrivons à rejeter toi et moi (et je soupçonne aussi la machiavélique Caro) par jour et par personne "1 kg" de déchets.
Alors je sais que la femme qui est en toi Pierre, va révéler son coté pratique (nous on dit détail, casse-cxxilles,...) en me disant que ce n'est pas mesurable et que certaines (pourquoi toujours certains?) iront vider leur poubelle dans les champs. Et c'est là que tu peux faire avancer la question avec nous en imaginant une méthode de mesure. En attendant que tu proposes un truc (je suis très patient même avec ma femme), prends le temps de lire le petit mot de la Machiavélique Caro qui s'adresse en fait à toi. Et concentre toi sur tes 5 petits boutdechous en t'exclamant devant l'arbre de Noël "c'est dingue la quantité de poubelles qu'il y a, il ne va jamais y avoir assez de place !".
De mon coté, je vais suivre ton conseil. Je te promets que je vais gérer mieux ma Femme !
Joyeux Noël !

Thierry | 22 décembre 2005 à 18h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
agir à la maison c'est bien...

... pousser vos employeurs à agir, c'est mieux!
pour rebondir sur le chiffre 10% ( ?) de déchets ménagers concernant le papier/ carton annoncé dans une réponse précédente; c'est se dire que c'est dans le monde industriel et le terciaire que se trouvent les gros consommateurs.
Allez faire le bilan carbonne sur le site de la fondation de Nicolas Hulot, vous verrez, si vous êtes honnêtes, que votre chiffre honnorable de bonnes pratiques d'économies d'énergie et de matières à la maison est noyé par les gaspillages de votre entreprise.
Combien de bureaux allumés toute la nuit? combien de radiateurs bloqués au max avec des fenêtres ouvertes pour réguler? ou de clim glaciale? combien de mails imprimés en A4 pour une ligne d'information? de brouillons de plan A3 imprimés en A0 papier couché?
il faut amorcer la décroissance au risque de passer pour des "baba cool" attardés.
Non seulement il faut pousser les responsables de son entreprise à installer des poubelles de tri-papier, de tri cartouches et divers recyclage, mais il faut se demander si on ne pourrait pas avoir des interface imprimante recto/verso, du papier recyclé dans les fax et changer ses pratiques de consommation. Se donner comme objectif de diminuer de 5 puis de 10%, puis de +sa conso de papier, et de même pour l'energie. Il pourrait faire 19° dans les bureaux et non 22° comme souvent.
J'ai pas dit que c'était simple, ni que j'étais entendue du premier coup, mais j'ai essayé au moins.
Et çà commence par ma petite goutte d'eau: le midi, j'éteind la lumière quand je pars déjeuner, le soir j'éteind, même chez mes collègues quand ils ont oublié, et je baisse le chauffage, le matin j'aère avant de le remonter. à change rien à ma prime, mais je me sens mieux!

sepia | 22 décembre 2005 à 18h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Arrêtons d'avoir des besoins inutiles

à la maison, on est au bout de la chaine, on peut difficilement laisser l'emballage du yaourt dans le magasin, en signe de protestation: on n'a que le choix de le mettre dans la poubelle tri-papier.
Ne pas consommer de papier à la maison? c'est rapporter ses brouillons pour que les enfants dessinent au dos, faire ses listes de courses au dos de vieilles enveloppes, garder ses vieux journaux pour emballer les cassables des futurs déménagements... on trouvera tout un tas de pratiques de nos grand mères. à l'époque, c'était pour économiser 3 sous, maintenant c'est pour la planète.
Refuser la pub, c'est bien, mais ce n'est pas empêcher la production des divers catalogues attrape-consommateurs.
D'ailleurs, pour avoir bonne conscience à produire ces pub ne suffirait-il pas de déclarer qu'elles sont sur papier recyclé? et puis à agiter le spectre du chômage qui guette ceux qui photographient la bidoche et les paquets de lessive, ceux qui les mettent en page, ceux qui les impriment, et ceux qui les vendent...
Arrêtons d'avoir des besoins inutiles: on peut faires ses courses sans en avoir vu la photo de son gigot! on peut se torcher avec un papier sans fleurs et sans parfum! croyez vous que nos animaux sont plus heureux d'avoir des croquettes de couleurs différentes en forme de cœur ou de nonosse?! Est-ce utile de dormir dans des draps fluorescents? Les carottes doivent-elles être aromatisées au chocolat pour trouver grace au goût des enfants? otre petite fille se remettra-telle de n'avoir pas eu sa 25ème barbie modèle "Paris Hilton aux bains-douches"?
économisons notre argent de ces conneries pour le mettre dans des trucs malins. par exemple, pour rester dans la filière papier, une nouvelle isolation pour la toiture en matériaux recyclés: la cellulose insufflée a l'un des meilleurs lambda.
C'est typique de la consommation qui nous rend gagnants-gagnants. On va faire de futures économies de chauffage, on gagne en confort de vie l'hiver comme l'été, on a un matériau plus sain dans la maison, (à quand l'info sur la nocivité des laines de verre après celle de l'amiante, ou encore face au bilan energétique de la mousse de polystyrène) on consomme du recyclé et on sait que les matériaux de la maison pourront à nouveau être recyclés en fin de vie.
La décroissance, çà ne veut pas dire la perte de qualité de vie, au contraire c'est satisfaire ses besoins et ses envies à moindre coût et à meilleure qualité personnelle et environnementale.
(voir le facteur 4).
Et tout le monde n'est pas obligé de faire du compost dans son jardin!

sepia | 22 décembre 2005 à 19h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Caro la machiavélique

S'cusez moi Caro, j'avais un compte à régler avec une Chienne de Garde (qui voulait pas garder mes taxes) avant de poursuivre nos relations diplomatique.

J'ai bien apprécié ton intervention dans laquelle il n'y a pas que du politiquement correct (même si...).
En effet je pense qu'il est devenu vain de "s'adresser aux ames" ou de réagir naîvement. Ou alors c'est bon pour les femmes. Moi je préconise deux attitudes : Ou bien "Rentrer dedans" ou bien "Passer pour un con". (Oui tu as bien lu, mais laisse moi finir).
En effet les gens paraissent si individualistes que montrer des enfants malades, des statistiques ou des tas de poubelle ne leur fait plus aucun effet tant que celà ne touche pas directement leur cellule familiale. Ya qu'à voir comment les gens traitent maintenent leur mèdecin, ma femme pourrait t'en raconter sur le sujet...Ya qu'à voir les gens jeter leur paquet de clop par la vitre de leur voiture...
Moi, je mets les pieds dans le plat et je fais la morale. C'est gonflant mais çà gonfle aussi l'autre surtout quand tu le fais en public.
Ou bien je décide de passer pour un con
excuse bébé se réveil, jdois yaller
je continuerai dmain

Thierry | 22 décembre 2005 à 19h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Caro la machiavélique BIS

Je disais donc dans mon précédent massage que ma deuxième solution consistait à "passer pour un con". Exemple : fan de randonnée en famille ou avec notre club de rando, je mets un point d'honneur à revenir en ayant toujours ramassé au moins 1 déchet plastique ou verre. Celà a le don d'exaspérer ma femme qui trouve toujours les mêmes excuses pour ne rien faire; "c'est dégueulasse"," je n'ai même pas enmené de sac en plastique pour transporter la saleté", "c'est un geste négligeable donc inutile, inefficace...". Il n'empêche que lorsque je fais ce geste en groupe, les autres ne disent rien et regardent ailleurs. Ils pensent en fait comme moi mais n'osent faire de même. Et c'est alors qu'il y a quelques temps mon fils de 17 ans me dit :Ppa avec des copains on n'avait rien à faire mercredi, j'ai proposé qu'on nettoie la forêt en haut de la colline. Et je ne sais pas ce qui nous a pris, on a dit chiche et on l'a fait !
Comme quoi faire un geste simple et citoyen c'est devenu ringard, mais qu'en fait chacun en son fort intérieur reconnait que c'est plus intelligent que de ne rien faire, constater, parler et ne jamais rien faire soi même.

Comme tu le précises dans ton message, il y a plus de femme à bosser dans l'environnement. Mais malheureusement, c'est très certainement du au fait que ce secteur paye très mal ses salariés avec des Bac+4 payés au smic et des contrats CA, CAE, temps partiel...

Mais je finirai par une note optimiste en reprenant tes propos :
Je suis sûre que même si c'est difficile, chacun doit pouvoir s'améliorer. A nous qui en avons conscience de faire prendre consciences aux autres.

Thierry | 22 décembre 2005 à 20h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Arrêtons d'avoir des besoins inutiles

Bonjour, je viens de lire votre article, avec lequel je suis entièrement d'accord et même davantage... Je suis pour la planète et contre la bêtise la méchanceté et l'inutilité de la présence humaine sur Terre. Cela dit, je tenais juste à vous encourager dans vos démarches car nous savons qu'il est réellement temps de réagir, vraiment. J'ai aussi dans l'idée de balancer quelques conseils simples, auxquels la population ne pense pas, des choses qui pourraient, si on s'y mettait tous, vraiment faire changer les choses.
Mais dans l'arnaque de la consommation, je plaide coupable, je fais ce que je peux, pour économiser, eau, énergie, papier, maus cela sert il vraiment quand je vais ensuite dépenser 20euros de nourriture dont je n'ai pas besoin et malsaine, en plus en une fois parce que je suis boulimique? Je demande pardon, pour ce que je suis, pour vous raconter ma vie, et pourvu que les humains réalisent l'horreur de leur nature, mieux encore; qu'ils la changent.

Marylou | 23 décembre 2005 à 16h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Le fric, les déchets et ...ma femme !

Rien ne sert trop de causer, il faut agir à point. Je suis pour la valeur de l'exemple, je suis femme et mère, je ne désespère pas de mon homme, de mes enfants de mes voisins qui ne recyclent pas ou pas bien leurs déchets. Je crois, oui je crois, que les petits exemples d'aujourd'hui feront les gestes civiques essentiels de demain... Patience et longueur de temps font plus que.....
Bonne journée.

Solange | 25 décembre 2005 à 17h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et pourquoi pas ?

Slt tout le monde,

Je m'aventure un peu peut-être car je n'ai pas trop de connaissances sur le sujet..., mais pour que l'environnement trouve son compte dans notre civilisation économique (le terme est faible!), ne faudrait il pas que le prix des biens soit proportionnel à l'impact environnemental du produit .

Le papier recyclé aurait peut être un coût moindre environnementalement que le papier classique...?

Souris | 03 janvier 2006 à 14h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et pourquoi pas ?

Slt tout le monde,

Je m'aventure un peu peut-être car je n'ai pas trop de connaissances sur le sujet..., mais pour que l'environnement trouve son compte dans notre civilisation économique (le terme est faible!), ne faudrait il pas que le prix des biens soit proportionnel à l'impact environnemental du produit (par exemple suivant son émission de carbone nécessaire pour le produire) .

Le papier recyclé aurait peut être un coût moindre environnementalement que le papier classique...?
Ce qui pourrait par la même occasion réduire les stocks de papiers recyclés et pérenniser la filière.
Ca pourrait être valable pour ce cas, mais aussi pour l'ensemble des produits importés de pays lointain...Chine, Inde, Etats-Unis...
C'est pas du boycott?... c'est de l'environnement.

Souris | 03 janvier 2006 à 14h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:le negadéchet

Chers écolos,

Je suis entièrement d'accord avec tout ceux qui ont réagi à cet article. Juste un petit bemol pour thierry qui devrait arrêter de prendre les femmes pour cible de tous ces carcasmes. Ce n'est pas parceque ça femme a de gros défauts que toutes les autres sont pareilles. Y a des cons partout.

Ce que je voulais vous signaler c'est que malgré la bonne volonté de gens comme nous, ceux qui prennent les décisions (inutile de les citer) n'ont aucune conscience écologique. La preuve en est que dernièrement une loi est passée pour interdire la distribution de sacs plastiques dans les supermarchés. Sauf qu'à l'origine cette loi devait aussi limiter les emballages. Cette partie est passé aux oubliettes. Paix à son âme.
Je crains que politique et écologie soient totalement antinomiques. Quand on aime faire de la politique on recherche le pouvoir (à quelques exceptions près). Or les défenseurs de l'environnement sont rarement avide de pouvoir.

Pour finir une petite note d'espoir. Grâce à des fonctionnaires engagés, au ministère de l'éclogie on encourage l'écoresponsabililté des entreprises. Le ministère donne l'exemple, dans un certaine mesure, avec impression recto/verso, poubelles pour papier, essaie de limitation des consommations d'energie et même de la viande bio à la cantine..... on progresse doucement, trop doucement car ce sont généralement des stagiaire qui sont chargés de mettre ses dispositions en place.

Bonne année quand même et n'oubliez pas que l'espoir fait vivre.
Moi aussi j'essaie d'y croire.

superfrisouille | 05 janvier 2006 à 15h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les petits ruisseaux font les grandes rivières

Bonjour à Tous,

Je suis contente de voir que l'article suscite tant de réactions. C'est sans doute parce que ce sujet nous touche directement dans notre vie quotidienne.

Face à ce double problème : trop d'emballages et pas assez de conso de papier recyclé, mettons en application 2 proverbes de ma Mère Grand :
1°/ - Chacun balaye devant sa porte : ce n'est pas parceque d'autres (les entreprises, l'industrie, les administrations, le voisin de palier, ou la femme de Thierry...) nous semblent ne pas faire assez d'efforts que nous ne pouvons pas en faire ;
2°/ - Les petits ruisseaux font les grandes rivières : faites ce que vous pouvez : choisissez les produits les moins emballés, et consommez du papier recyclé. Si la demande augmente pour les produits moin emballés et le PQ ou les A4 recyclés, les services marketing se jetteront sur ce nouveau filon.
Ca risque de prendre du temps, mais notre influence en tant que consommateur (surtout consommatrice d'ailleurs) est réelle.

Alors unissons nos forces, ne désignons pas le voisin, et allons acheter notre PQ, essuie-tout, couches et autres paperasses dans les magasins Bio. Si vous n'avez pas encore visité ce genre de magasin, vous constaterez que les emballages de tous les produits alimentaires et autres y sont réduit au minimum syndical et avec très peu de photos couleur !!!

D'accord, c'est un peu plus cher que chez les grands noms de la distribution, mais donnez vous les moyens de vos convictions. De toutes façons, le budget bouffe est bien loin derrière la maison ou la voiture, alors qu'est-ce que ça peut faire s'il augmente de 10%. Le gain collatéral est que vous aurez diminué la consommation annuelle de pesticides de vos chères têtes blondes (on m'a dit 1 kg par an et par personne ...)

Voilà c'est dit,
A+
Fla

Fla | 11 janvier 2006 à 14h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les petits ruisseaux font les grandes rivières

Bonjour à Tous,

Je suis contente de voir que l'article suscite tant de réactions. C'est sans doute parce que ce sujet nous touche directement dans notre vie quotidienne.

Face à ce double problème : trop d'emballages et pas assez de conso de papier recyclé, mettons en application 2 proverbes de ma Mère Grand :
1°/ - Chacun balaye devant sa porte : ce n'est pas parceque d'autres (les entreprises, l'industrie, les administrations, le voisin de palier, ou la femme de Thierry...) nous semblent ne pas faire assez d'efforts que nous ne pouvons pas en faire ;
2°/ - Les petits ruisseaux font les grandes rivières : faites ce que vous pouvez : choisissez les produits les moins emballés, et consommez du papier recyclé. Si la demande augmente pour les produits moin emballés et le PQ ou les A4 recyclés, les services marketing se jetteront sur ce nouveau filon.
Ca risque de prendre du temps, mais notre influence en tant que consommateur (surtout consommatrice d'ailleurs) est réelle.

Alors unissons nos forces, ne désignons pas le voisin, et allons acheter notre PQ, essuie-tout, couches et autres paperasses dans les magasins Bio. Si vous n'avez pas encore visité ce genre de magasin, vous constaterez que les emballages de tous les produits alimentaires et autres y sont réduit au minimum syndical et avec très peu de photos couleur !!!

D'accord, c'est un peu plus cher que chez les grands noms de la distribution, mais donnez vous les moyens de vos convictions. De toutes façons, le budget bouffe est bien loin derrière la maison ou la voiture, alors qu'est-ce que ça peut faire s'il augmente de 10%. Le gain collatéral est que vous aurez diminué la consommation annuelle de pesticides de vos chères têtes blondes (on m'a dit 1 kg par an et par personne ...)

Voilà c'est dit,
A+
Fla

Fla | 11 janvier 2006 à 14h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les petits ruisseaux font les grandes rivières

Bonjour à Tous,

Je suis contente de voir que l'article suscite tant de réactions. C'est sans doute parce que ce sujet nous touche directement dans notre vie quotidienne.

Face à ce double problème : trop d'emballages et pas assez de conso de papier recyclé, mettons en application 2 proverbes de ma Mère Grand :
1°/ - Chacun balaye devant sa porte : ce n'est pas parceque d'autres (les entreprises, l'industrie, les administrations, le voisin de palier, ou la femme de Thierry...) nous semblent ne pas faire assez d'efforts que nous ne pouvons pas en faire ;
2°/ - Les petits ruisseaux font les grandes rivières : faites ce que vous pouvez : choisissez les produits les moins emballés, et consommez du papier recyclé. Si la demande augmente pour les produits moin emballés et le PQ ou les A4 recyclés, les services marketing se jetteront sur ce nouveau filon.
Ca risque de prendre du temps, mais notre influence en tant que consommateur (surtout consommatrice d'ailleurs) est réelle.

Alors unissons nos forces, ne désignons pas le voisin, et allons acheter notre PQ, essuie-tout, couches et autres paperasses dans les magasins Bio. Si vous n'avez pas encore visité ce genre de magasin, vous constaterez que les emballages de tous les produits alimentaires et autres y sont réduit au minimum syndical et avec très peu de photos couleur !!!

D'accord, c'est un peu plus cher que chez les grands noms de la distribution, mais donnez vous les moyens de vos convictions. De toutes façons, le budget bouffe est bien loin derrière la maison ou la voiture, alors qu'est-ce que ça peut faire s'il augmente de 10%. Le gain collatéral est que vous aurez diminué la consommation annuelle de pesticides de vos chères têtes blondes (on m'a dit 1 kg par an et par personne ...)

Voilà c'est dit,
A+
Fla

Fla | 11 janvier 2006 à 14h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Developper le marché du papier recylé

J'habite la Nouvelle Calédonie (255 000 habitants) où le tri sélectif des déchets n'existe pas et donc pas de recyclage. Je lance à compter de début juillet 2006, auprès de 30 000 personnes, une opération de collecte hebdomadaire de canettes métalliques aidée par le principal fabricant de boissons du territoire. Les conteneurs, lieux et jours de collecte ont été définis.
En suivant, je mettrai en route le tri et la collecte des piles usagées. Cette action devrait être opérationnelle début août 2006.
Maintenant, je m'intéresse au papier et à un process de recyclage sur le territoire. Ce traitement serait plus facile à réaliser, contrairement aux 2 précédents dont le coût financier serait extrêmement élevé. Actuellement, ces déchets sont exportés vers la Nouvelle Zélande et l'Australie pour y être traités.
Mon intérêt est d'autant plus grand que l'échelle du pays permet d'atteindre de tels objectifs.
Merci de tous les renseignements que vous pourriez avoir sur le papier ou autres.

james_cook | 03 juin 2006 à 15h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Developper le marché du papier recylé

bravo pour ton initiative de tri/collecte sélective même si je pensais que ce travail avait déjà commencé avec Véolia ou Suez par exemple. Il sont déja sur place pour la collecte et l'enfouissement.
En ce qui concerne le papier, il existe une filière encore très marginale certes. Le matériau de construction "liant papier" est composé de 60%papier, 30% sable et 10% ciment. Cette technique est connu depuis longtemps mais n'est pas encore industrialisé. Les raisons sont peut être politique.
Ce matériau possède des caractéristique mécaniques similaire à un briquetage et une bonne résistance au feu. le développement de cet activité éventuelle m'interesse. Cela peut permettre : recyclage du papier sur territoire + diminution des imports de ciment = construction à moindre cout.
Merci de me tenir informé des avancées du projets. Je m'interresse à ceci depuis quelques semaines et me pose beaucoup de question quand à ce recyclage puisque la filière papier recyclé est saturé.
Je travaille dans l'environnement, pluis dans le secteur de la thermique.
à bientot, le bonjour à tonton marcel de ma part

yvan | 15 novembre 2006 à 18h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Developper le marché du papier recylé

Bonjour,
je m'intéresse moi aussi au liant-papier, mais je ne trouve pas de données fiables sur son coefficient d'isolation , sa résistance dans le temps, le taux d'humidité qu'il accepte ... Avez vous des données la-dessus ?

Zozo | 16 décembre 2006 à 18h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Centre de Test Pellenc ST : optimisez vos process de traitement des déchets Pellenc ST