En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

2005 a été l'année la plus coûteuse que les assureurs aient connue jusqu'ici

Selon le bilan annuel des catastrophes naturelles publié par le deuxième réassureur Swiss Re, les catastrophes naturelles et techniques ont entraîné des dommages totaux d'un montant de quelque 225 milliards de dollars US.

Risques  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Selon le bilan annuel des catastrophes naturelles publié par le deuxième réassureur Swiss Re*, publication de la compagnie Suisse de Réassurances Economic research et Consulting, les catastrophes naturelles et techniques** en 2005 ont causé 225 milliards USD de dommages économiques directs aux bâtiments, aux infrastructures et aux véhicules.

Pour les catastrophes majeures, l'ouragan Katrina et les inondations qu'il a causées ont entraîné une dévastation étendue dont les dommages économiques totaux sont estimés à 135 milliards USD. il a été suivi par les ouragans Rita et Wilma, qui ont coûté chacun 15 milliards USD.

De même, les dommages découlant du puissant tremblement de terre qui a secoué district de Muzaffarabad au nord du Pakistan le 8 octobre dernier ont été de l'ordre de 5 milliards USD.
L'effondrement de bâtiments et la vague de froid qui a suivi le séisme ont fait plus de 87 000 morts au Pakistan et dans les régions voisines en Inde.

Concernant le dommage imputable au gigantesque incendie qui a détruit le dépôt de carburant près de Londres, pour l'instant, aucun chiffre n'est encore disponible en décembre, indique le réassureur.

Sur les 225 milliards de dollars US des dommages totaux, 80 milliards ont été pris en charge par les assureurs, montant qui n'a jamais été aussi élevé, souligne Swiss Re dans sa publication. En 2004, sur les 123 milliards de dollars dus aux catastrophes, 49 milliards ont été pris en charge par les assureurs et principalement pour indemniser les dégâts occasionnés dans les pays industrialisés où les biens et personnes sont bien assurés.
Cette année, près de 90 % de ce montant étaient à mettre sur le compte des tempêtes et des inondations liées aux tempêtes. A lui seul, l'ouragan Katrina devrait coûter 45 milliards USD aux assureurs. Avant cela, l'ouragan Andrew (1992) avait été la catastrophe la plus onéreuse jamais enregistrée, ayant coûté 22 milliards USD, suivi de l'attentat terroriste du 11 septembre 2001, dont la facture était légèrement inférieure à 21 milliards USD (aux prix de 2005).

Des dommages de 70 milliards USD, soit environ 88 % du total des sinistres catastrophiques remboursés en 2005, ont été enregistrés aux Etats-Unis. Dans le Golfe du Mexique, les dommages causés par les ouragans aux plates-formes pétrolières et aux installations de forage ont déclenché des demandes d'indemnisation élevées. Une facture de 6 milliards USD, soit 8 % des dommages assurés, revient à l'Europe. Des pluies diluviennes en Suisse, en Allemagne et en Autriche ont été à l'origine d'inondations et de glissements de terrain en août, qui ont coûté 1,9 milliard USD aux assureurs. La tempête hivernale Erwin qui a sévi en janvier a généré un coût de 1,5 milliard USD, surtout au Danemark, en Suède et au Royaume-Uni.

Selon Swiss Re, la tendance aux sinistres très élevée semble se poursuivre. Cela est dû, du moins en partie, à la plus forte densité de la population, à la concentration accrue de valeurs assurées ainsi qu'au développement des constructions dans des zones très exposées aux risques naturels. Aussi, la phase de températures élevées mesurables depuis les années 1990 et la fréquence élevée des ouragans enregistrée récemment ne laissent guère espérer que la tendance s'inverse prochainement, observe le réassureur suisse.

Le réassureur Munich Re avait fait une analyse comparable à Swiss Re en communiquant à la conférence sur les changements climatiques de Montréal que les pertes économiques de l'année s'élèvent en effet à plus de 200 milliards de dollars, dont 70 milliards en valeur assurée. Selon Munich Re, l'année 2005 a connu les plus grandes pertes financières dues aux catastrophes naturelles régies par les conditions climatiques.


*Swiss Re est l'un des leaders mondiaux de la réassurance et le premier réassureur vie et santé au monde. Le Groupe compte 70 représentations implantées dans plus de 30 pays. Il est présent dans le secteur de la réassurance depuis sa création en 1863, à Zurich (Suisse).


** Dans le rapport, on entend par catastrophe naturelle, tout événement provoqué par les forces de la nature. L'ampleur des dommages consécutifs à une catastrophe ne dépend pas uniquement de la puissance des forces de la nature, mais aussi de facteurs humains tels que le type de construction et l'efficacité des moyens de protection mis en œuvre dans la région concernée. L'étude classe les catastrophes naturelles en six catégories : inondation, tempête, tremblements de terre, sécheresse, feux de brousse et autres catastrophes naturelles (y compris la grêle et les avalanches).

Sont qualifiés de catastrophes techniques ou de catastrophes provoquées par l'homme les sinistres majeurs liés à des activités humaines. La plupart du temps, ces sinistres affectent un bien de grande taille, situé dans une zone délimitée et couvert par un nombre restreint de polices d'assurance. Sont exclus les guerres, les guerres civiles et les événements présentant un caractère similaire. L'étude classe les catastrophes techniques en sept catégories : gros incendies, explosions, catastrophes aériennes et spatiales, catastrophes maritimes et fluviales, catastrophes ferroviaires, accidents de mines et de carrières, effondrements de bâtiments et d'ouvrages d'art, sinistres majeurs divers (y compris le terrorisme).

Sur le même sujet

Glossaire

Ouragan

Réactions1 réaction à cet article

 
les GSM

il manque les émissions électromagnétiques qui contraignent les riverains à quitter leurs logements comme des voleurs.

ehs | 16 janvier 2006 à 13h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager