En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les Jeux Olympiques d'hiver de Turin ont été préparés selon l'EMAS

Le système de management de l'environnement européen EMAS a été mis en œuvre pour la préparation des XXe Jeux Olympiques et Paralympiques, qui se dérouleront à Turin respectivement en février et mars 2006.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Bien qu'ils ne durent que quelques semaines, des événements exceptionnels comme les Jeux Olympiques nécessitent la réalisation de grands travaux sur plusieurs années (infrastructures, équipements, complexes d'hébergement…). Donnant lieu à une exploitation intensive des ressources naturelles telles que l'eau, l'air et le sol, ils peuvent laisser dans leur sillage un environnement plus ou moins dégradé.

C'est pour ces raisons que le comité d'organisation des Jeux Olympiques d'hiver de Turin (TOROC) a décidé d'adopter une approche fondée sur le cycle de vie, en tenant compte des outils disponibles et des normes communautaires en vigueur en matière d'environnement. La préparation de ces Jeux Olympiques a donc intégré dès le départ les problématiques environnementales telles que la gestion des déchets générés avant et pendant les Jeux, l'utilisation rationnelle de l'énergie, la prévention des risques naturels ou encore les émissions de gaz à effet de serre ou la santé et la sécurité des travailleurs, du personnel et de la population locale.

Le système communautaire de management environnemental et d'audit (EMAS) permet aux entreprises ou tout autre organisme d'évaluer et d'améliorer leurs résultats en matière d'environnement, et d'en rendre compte. Dans cette optique, le TOROC a d'abord obtenu, aux stades de la planification et de la construction, l'enregistrement EMAS des 29 sites olympiques, notamment les sites d'entraînement et le village olympique. Huit municipalités qui accueilleront les Jeux ont, dans un deuxième temps, adhéré à l'EMAS.
Le village olympique principal par exemple, a été conçu de façon à limiter ses impacts sur l'environnement : panneaux solaires pour chauffer l'eau, surfaces vitrées orientées vers le sud pour un meilleur ensoleillement en hiver, utilisation de lampes à basse consommation et collecte des eaux de pluie pour l'arrosage des espaces verts.

Le TOROC a également eu recours au label écologique européen sur les produits et les services. Ce système volontaire conçu pour inciter les entreprises à commercialiser des produits plus respectueux de l'environnement a été attribué à douze hôtels de la région.
Le village principal réservé aux médias devrait bientôt recevoir ce label écologique car sa transformation en résidence universitaire après la clôture des Jeux est considérée comme un exemple possible d'utilisation « durable » des installations. D'autre part, il répond aux critères d'attribution du label, c'est-à-dire : faible consommation d'énergie et d'eau, faible production de déchets, utilisation de techniques bio-architecturales, et utilisation de sources d'énergie renouvelables et de substances moins nocives pour l'environnement.

Le TOROC a également eu recours aux marchés publics écologiques. Ainsi, 38 % des produits achetés répondent à des critères écologiques tels que ceux applicables au label écologique européen. Les différents sponsors ont également été invités à respecter des principes et politiques respectueux de l'environnement.

Tous ces efforts ont été très appréciés par la Commission européenne qui a félicité récemment le TOROC pour avoir appliqué les outils européens avec rigueur et efficacité. Les manifestations sportives drainent un très large public, mais ont également un impact durable sur l'environnement. La manière dont les Jeux olympiques de Turin ont été préparés prouve que les organisations peuvent utiliser efficacement les instruments et orientations communautaires en matière d'environnement pour atténuer cet impact, a déclaré Stavros Dimas, membre de la chargé de l'environnement à la Commission. Il a par la suite invité les organisateurs de futures manifestations sportives à suivre cet exemple et à profiter de ces grandes manifestations pour sensibiliser davantage l'opinion publique au développement durable.
Le professeur Valentino Castellani, président du TOROC, a quant à lui, déclaré que les instruments environnementaux communautaires, c'est-à-dire l'EMAS et le label écologique européen, étaient les mieux adaptés pour appréhender les implications environnementales complexes des Jeux Olympiques.

Afin que l'environnement soit pris en compte plus systématiquement dans ce type de manifestation, la Commission européenne a chargé le TOROC d'élaborer un document d'orientation sur la mise en œuvre de l'EMAS lors de manifestations sportives, qui sera destiné aux organisateurs de prochaines grandes manifestations.

Les Jeux Olympiques de Turin se dérouleront du 10 au 26 février 2006. 2.500 athlètes, 2.500 officiels et 10.000 journalistes sont attendus. Sept sports sont inscrits au programme olympique : biathlon, bobsleigh, curling, hockey sur glace, luge, patinage et ski.

Réactions1 réaction à cet article

 
Bravo

Mille fois bravo.

Serge Bellemare

SergeBellemare | 11 février 2006 à 06h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager