Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La DRIRE contrôle inopinément les légionelles dans 250 établissements de grande couronne parisienne

La DRIRE a mené en 2005 une campagne de contrôles inopinés des tours aéroréfrigérantes pour détecter la présence de légionelles dans 250 établissements de grande couronne. Dans un quart des cas, des actions correctives ont été nécessaires.

Risques  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Les légionelles sont des bactéries présentes dans le milieu naturel (eau douce, terre) qui peuvent proliférer dans des circuits hydrauliques lorsque les conditions de leur développement sont réunies, en particulier à une température comprise entre 25 et 45°C. La contamination humaine se fait par voie respiratoire, lors de l'inhalation d'aérosols d'eau contaminée (taille < 5 µm) par des légionelles. Les bactéries inhalées prolifèrent ensuite à l'intérieur des poumons. Cette prolifération est la cause des maladies appelées « légionelloses » ou maladie du légionnaire, maladie à déclaration obligatoire depuis 1987 et mortelle dans environ 15% des cas. Rappelons qu'il n'y a pas de risque de contamination ni de maladie en buvant de l'eau contenant des légionelles.

Les principales sources de légionelles sont essentiellement les réseaux d'eau chaude sanitaire (douches, bains à remous, fontaines décoratives...) et les systèmes de refroidissement par voie humide (tours aéroréfrigérantes), à ne pas confondre avec les installations de climatisation individuelles qui sont « à voie sèche » et ne comportent donc pas de risque de développement de légionelles.
Elles sont utilisées pour certains procédés industriels et pour les installations de climatisation centralisées. On les trouve dans l'industrie, et dans des secteurs comme les établissements hospitaliers et médico-sociaux, les grands ensembles d'habitations ou de bureaux, les centres commerciaux, les piscines ou les patinoires.

En France, plusieurs cas récents mettent en cause les tours de refroidissement et notamment à Paris en 1998 (20 cas, 4 décès) et en 1999 (8 cas, 1 décès), en Ille et Vilaine en 2001 (22 cas, 4 décès), à hôpital de Meaux en juillet 2002 (22 cas, 2 décès) et à hôpital de Sarlat en juillet 2002 (31 cas, 2 décès). En 2003, 1044 cas de légionellose ont été détectés et les épidémies de l'été 2003 à Montpellier et à Poitiers puis de l'hiver dans le Pas-de-Calais, avaient montré la nécessité de renforcer les actions de prévention. En effet, en novembre 2003, la région de Lens a connu une importante épidémie de légionellose. L'épidémie, une des plus sérieuses recensées en France, a touché,en près de deux mois, 62 personnes, dont sept sont mortes.

La multiplication de ces épidémies, en particulier l'épidémie de Lens a ainsi poussé les pouvoirs publics à réglementer la construction et la maintenance des tours aéroréfrigérantes humides.
Un programme d'action définit dans le Plan National Santé Environnement (PNSE) et visant à réduire de 50% l'incidence de la légionellose prévoit notamment l'amélioration des connaissances, un renforcement de la réglementation sur la conception et le fonctionnement des tours aéroréfrigérantes, ainsi que le recensement de ces tours. Une circulaire des ministères de l'écologie et du développement durable et de la santé du 24 février 2004 a précisé les modalités de ce recensement. En Ile-de-France, près de 2200 tours ont été répertoriées dans 800 établissements.
En décembre 2004, la réglementation relative aux tours aéroréfrigérantes a été renforcée par la création d'une rubrique spécifique de la nomenclature des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE). Les activités industrielles qui relèvent de cette législation sont énumérées dans une nomenclature qui les soumet soit à un régime d'autorisation, soit à un régime de déclaration.
La déclaration concerne les activités les moins polluantes ou les moins dangereuses. Elle consiste à faire connaître au préfet son activité (le préfet remet alors un récépissé de déclaration) et à respecter des prescriptions standardisées.
L'autorisation concerne les activités les plus polluantes ou les plus dangereuses. La procédure d'autorisation débute par la constitution d'un dossier de demande d'autorisation où figurent une étude d'impact et une étude de dangers. Elle se termine par la délivrance ou le refus de l'autorisation sous la forme d'un arrêté préfectoral. En cas d'autorisation, celui-ci contient les prescriptions que doit respecter l'industriel. Par rapport aux prescriptions de la déclaration qui sont standardisées, les prescriptions de l'autorisation sont élaborées au cas par cas. Des prescriptions d'exploitation particulières s'appliquent ainsi à ces installations depuis mai 2005 et les exploitants de tours soumises à autorisation doivent en demander le contrôle par un organisme agréé.

C'est dans ce cadre que la direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement d'Ile-de-France (DRIRE) a mené en 2005 une campagne de contrôles inopinés des tours aéroréfrigérantes de manière à détecter la présence ou non de bactéries de type légionelles situés dans les 4 départements de la grande couronne de l'Ile-de-France (Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne et Val-d'Oise). Pour cela, la DRIRE a mandaté sept laboratoires d'analyses et leur a confié la réalisation de 550 prélèvements dans les 250 établissements concernés. Résultat : dans un quart des cas, une action corrective a été nécessaire. Pour 33 établissements, un ou plusieurs prélèvements dépassaient le seuil d'action de 1 000 UFC/l et pour 23 établissements, un ou plusieurs prélèvements contenaient une flore interférente bactérienne c'est-à-dire empêchant la détection des légionelles. Ces deux cas obligent l'exploitant à nettoyer et désinfecter son système de refroidissement de façon à s'assurer d'une concentration en légionelles inférieure à 1 000 UFC/l. Pour 11 établissements, un ou plusieurs prélèvements dépassaient le seuil d'action de 100 000 UFC/l. Dans ce cas, l'exploitant doit immédiatement arrêter le fonctionnement du système de refroidissement puis vidanger, nettoyer et désinfecter l'ensemble du circuit. Il doit déterminer et mettre en oeuvre des actions correctives visant à éviter toute nouvelle prolifération. Le suivi des installations est intensifié pendant trois mois.

En 2006, la Drire Ile-de-France prévoit de renouveler cette campagne.

Réactions6 réactions à cet article

 
Clim individuelle : des précisions

Citation : "les installations de climatisation individuelles qui sont « à voie sèche » et ne comportent donc pas de risque de développement de légionelles"

Attention tout de même aux humidificateurs, parfois vendus comme moyen de rafraichissement "adiabatique", qui apportent un peu de fraicheur en humidifiant l'air par évaporation d'eau disposée sur un média impregné et placé dans un flux d'air...

Le mieux c'est encore de contruire des bâtiments n'ayant pas besoin d'être rafraichis

Jeremy | 09 février 2006 à 11h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Clim individuelle : des précisions

OK pour la clim en milieu domestique.
Mais le vrai problème c'est la douche entartrée, utilisée par intermittence et le réseau local d'eau chaude mal entretenu.
Donc, vigilance sur ces points et attention à la désinfection des bains à remous; ainsi que de chacun des éléments du circuit d'eau chaude domestique.

Jef la bombée | 09 février 2006 à 17h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Petite précision

Vous dites : "Par rapport aux prescriptions de la déclaration qui sont standardisées, les prescriptions de l'autorisation sont élaborées au cas par cas. Des prescriptions d'exploitation particulières s'appliquent ainsi à ces installations depuis mai 2005 "

Ce n'est pas tout à fait vrai ajourd'hui pour la problématique tour aéro et légionelles : les prescriptions pour les installations soumises à auorisation ne se font pas au cas par cas, mais sont contenues dans l'"arrêté du 13 décembre 2004 relatif aux prescriptions générales applicables aux ICPE soumises à autorisation sous la rubrique 2921 : installations de refroidissement par dispersion d'eau dans un flux d'air". Elles sont donc ls mêmes pour aujourd'hui pour toutes les installations.

greendays | 10 février 2006 à 11h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Petite précision

De plus, ces contrôles inopinés de la DRIRE ne se sont pas déroulés uniquement à Paris. Les établissements du nord-Pas-de-Calais (dont l'entreprise dans laquelle je travaille) ont également "subi" des contrôles inopinés.

grendays | 10 février 2006 à 11h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Petite précision

La rubrique sur les tours aéroréfrigérantes regroupe un certains nombres de prescriptions générales qui vont se retrouver dans tous les arrétés d'autorisation délivrés.
Mais la procédure d'autorisation permet une étude au cas par cas de la situation et peut dans certains cas renforcer les prescriptions générales.
Par exemple une fréquence de mesure plus élevée si la tour est située dans une zone sensible (habitations, écoles...).

XX | 10 février 2006 à 11h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Petite précision

Oui ca devrait être le cas... Mais j'ai vu des cas,notamment pour des grands centres commerciaux, ou les tours aéroréfrigérantes étaient près du parking ou de terrasses, et les prescriptions de l'arrêté préfectoral n'étaient pas renforcées par rapport à l'arrêté ministériel... Ce dernier est déjà asses contraignant.. Et de plus, les techniques d'analyses aujourd'hui normalisées (qui donnent un premier résultat à 5 jours au plus tôt) ne permettent pas une réelle maîtrise du risque de contamination de la population en continu (même si vous faîtes des analyses fréquentes).

greendays | 10 février 2006 à 12h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

MithraSON, logiciel de simulation d’ambiances sonores urbaines CSTB