En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La saga ecologico-juridico-politique du Clemenceau se poursuit

Malvenu en Inde, plus toxique que prévu, le Clemenceau a décidément une fin de vie plutôt mouvementée sur fond d'enquêtes, de procès, de déchets perdus et autres annonces à scandale.

Déchets  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Au départ écologique puis juridique, la problématique du Clemenceau devient désormais politique. Après moult péripéties au cours de son voyage vers l'Inde, le Clemenceau s'est vu au final interdire l'accès au chantier d'Alang par la Cour suprême indienne. Face à ce refus et vu l'imminence de son voyage en Inde, le président de la république française, Jacques Chirac a repris en main ce dossier et a finalement suivi l'avis du Conseil d'Etat en décidant hier le retour du Clemenceau dans les eaux territoriales françaises, jusqu'à ce qu'une solution définitive soit trouvée pour le démantèlement de l'ancien porte-avions. Bref, retour à la case départ.

Les associations écologiques qui se prononçaient contre le démantèlement du navire en Inde se sont réjouies de cette annonce. Dans un communiqué, les Verts se félicitent de cette décision qu'ils avaient estimée probable dès le départ du bateau. Il est normal que le Clemenceau revienne en France. Le Conseil d'Etat a confirmé que l'ex-porte-avions Clemenceau infecté par l'amiante est bien un déchet, et doit être traité en Europe, en application de la convention de Bâle de 1989.
Quant à Cap21, ils regrettent que cette décision ne soit pas intervenue plus tôt alors qu'elle apparaissait comme frappée du sceau de l'évidence et du bon sens.
Pour Nathalie Villermet, chargée de mission du réseau déchets de France Nature Environnement : le scandale du Clemenceau démontre que face aux contre-vérités du gouvernement, c'est encore aux associations et à la justice qu'il appartient d'agir pour faire respecter le droit.

Cependant la question du démantèlement du Clemenceau n'est toujours pas réglée. Il est prévu pour l'instant de rapatrier le navire vers le port militaire de Brest en passant par le cap de Bonne-Espérance mais ce retour ne semble pas enchanter tout le monde. Le Maire de Brest, notamment, s'inquiète : Je ne souhaite pas que le Clemenceau reste dans notre paysage de la rade de Brest pendant 5 ans comme cela a été le cas dans la rade de Toulon. Je trouverais cela inadmissible et scandaleux, a-t-il déclaré à l'AFP.
Mais les trois mois que dure le voyage de retour risquent de ne pas être suffisants pour mettre en place une filière de démantèlement des navires en fin de vie en France voire en Europe qui soit digne de ce nom. Et c'est bien de cela dont il s'agit. Le Clemenceau n'est malheureusement que l'illustration d'une problématique plus complexe et plus ancienne de gestion des déchets.
Au niveau européen, l'Union Européenne travaille en collaboration avec l'Organisation Maritime Internationale (OMI) et l'Organisation internationale du travail (OIT) sur la création d'un système international juridiquement obligatoire pour le recyclage des navires mais rien n'a été conclu à l'heure actuelle. En France, le Premier ministre Dominique de Villepin a annoncé une réforme des procédures d'exportation des ex-navires de guerre et la création prochainement d'une mission interministérielle traitant du sort des navires civils et militaires en fin de vie.

Pour démanteler le Clemenceau dans des conditions respectant les réglementations environnementales et sanitaires en vigueur encore faut-il savoir ce qu'il contient et en quelle quantité, et cette question est loin d'être résolue en ce qui concerne l'amiante. Une partie a déjà été enlevée à Toulon et le reste aurait dû l'être en Inde. Mais les ONG contestataires, le ministère de la Défense et les entreprises de désamiantage n'arrivent pas à s'entendre sur les quantités réellement restantes dans le navire. Entre les chiffres officiels et officieux les écarts sont significatifs. De récentes révélations font même état d'un lot d'amiante « perdu ». Selon les bordereaux de suivi des déchets à disposition, 115 tonnes sont censées avoir quitté le chantier de Toulon mais seulement 85 tonnes semblent être arrivées au centre de stockage. Les hypothèses pour expliquer ce dérapage vont bon train : irrégularités dans les méthodes de la société de désamiantage, perte de documents, amiante dissimulé dans les soutes de stockage du carburant destiné aux avions, etc. Cependant, il semblerait que le gouvernement soit décidé à faire la lumière sur cette affaire et pour une fois tout le monde semble d'accord pour réaliser une expertise. Encore faut-il que celle-ci soit complète et indépendante !

Réactions3 réactions à cet article

 
Clemenceau

Il apparait clairement dans cette affaire que la France et son actuel gouvernement n'ont pas su s'y prendre pour resoudre le probleme de ce vieux bateau. Je voudrais toutefois poser quelques questions impertinentes:
*Que deviennent les vieux petroliers et autres vracquiers une fois qu'ils ne fonctionnent plus? ils sont démontés dans les chantiers dans les Indes et contiennent autant sinon plus d'amiante et ça ne gene personne.
*Que se passe t il dans les stations polaires en Terre Adélie et ailleurs chez nos amis américains ou anglais au pôle sud? Il y a de l'amiante et beaucoup comme isolant dans les batiments ainsi que sur tout les bateaux qui flottent la bas
*Pourquoi s'embarasser de ce bateau qui mis à part son poids de ferraille ne représente rien sinon un faire valoir pour toute la gauche et les verts .Celle ci en profite pour exiger et donner des leçons alors que pendant 4 à 5 ans elle n'a rien fait pour cette épave
* Il est inadmissible de se laisser accuser de la sorte.Quelle faiblesse que ce gouvernement et quelle incurie

Pipo
*

pipo | 20 février 2006 à 17h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Clemenceau

politique ou pas les réactions ? je n'irai pas jusqu'à parier, mais comme il passe par le cap de bonne espérance et que dans ces contrées et en cette saison , il y à souvent le phénomène des vagues tueuses (30m et +) il se pourrait qu' une de ces vagues "se porte aquéreur" du navire ... et cela arrangerai bien du monde . les militaires toucheraient leurs assurances et le problème serait résolu ! mais au fait tout ces bateaux qui sont au fond coulés durant la dernière guerre , ils en avait aussi de l'amiante ! quelqu'un a-t-il essayé de connaître ses effets sur la faune et flore marine ? à long terme ?
Alors les polémiques politiques , à d'autres !
quand nos gouvernant élus D ou G connaîrtons réellement leur travail , feront ce pourquoi on les à élus et sauront "se mouiller " et prendre leur responsabilités au lieu de se faire conseiller par des aspirateurs à finance "expert en parlotte" et autres "gargottes à lobbys" ou conseillés mafioso ou intressés ( ou les deux ) voire religieux , on pourra commencer à envisager des décisions sérieuses et inattacables quand on arretera de "bourrer le mou" aux bipèdes vivant en europe par redondance TV d'infos subjectives et truquées en vertu des manoeuvres politiques de tel influent ou de son opposant , alors là on pourra valablement résoudre nos problèmes , le CLEM' etant le haut de l'iceberg
comme premier cours de révision , je vous propose un petit opuscule à lire :
Post-srciptum sur l'insignifiance de Cornélius CASTORIADIS 30 petites pages à méditer
(5,95€ éditions de l'aube Diffusion seuil
9 782876 784352 ) et qui peuvent englober et faire mieux comprendre la façon dont à été traitée cette affaire du CLEM.
merci de m'avoir lu jusque la , bonne lecture pour les intéressés
MARCEL

marcel | 23 février 2006 à 04h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Clemenceau

desole , j'ai du oublier de completer la case adresse courriel concernant mon message précedent : c'est fait !
au fait , Cornélius Castoriadis c'est un philosophe contemporain diparu le 26/12/1997
en cette époque marchande , très bon produit pour le décrassage de neuronnes !!!
merci encore

marcel | 23 février 2006 à 04h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager