En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lafarge présente un concept de gratte-ciel environnemental baptisé ''Hypergreen''

À l'occasion du marché international des professionnels de l'immobilier (MIPIM), le groupe Lafarge présente « Hypergreen », un concept de tour qui se veut respectueux de l'environnement et développé pour les mégalopoles mondiales.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Lafarge présente un concept de gratte-ciel environnemental baptisé ''Hypergreen''
Vue d'ensemble
   
À compter d'aujourd'hui et jusqu'au 17 mars se tient, à Cannes, le marché international des professionnels de l'immobilier (MIPIM). Ce salon est l'occasion pour Lafarge de présenter un concept de gratte-ciel dessiné par l'architecte français Jacques Ferrier et dont l'impact environnemental serait moindre par rapport aux tours actuelles.

Ce projet tente de répondre à la gestion de la forte densité de population tout en réduisant l'impact environnemental du bâtiment et de ces habitants. Pour l'architecte, c'est le moyen d'imaginer ce que pourrait être un gratte-ciel ultra-environnemental qui serve de boîte à idée pour une nouvelle génération d'édifices. Pour Lafarge c'est l'occasion de promouvoir de nouveaux matériaux en les mettant en scène de façon concrète dans une application ambitieuse.

Intitulé « Hypergreen », le projet a pour vocation de répondre aux caractéristiques d'un bâtiment durable : choisir des matériaux écologiques, faire évoluer les techniques de construction et respecter l'environnement dans son utilisation quotidienne.
Sachant qu'au cours du cycle de vie d'un bâtiment, 90 % des émissions de CO2 proviennent de son utilisation, les innovations sont principalement concentrées sur l'architecture et l'utilisation des flux énergétiques. C'est pourquoi la tour a été conçue de façon à générer l'essentiel de l'énergie nécessaire à ses besoins. Elle fait appel à une large palette de sources énergétiques : climatisation naturelle par puits canadiens, pompes à chaleur géothermiques, panneaux photovoltaïques et éoliennes.
La forme, les façades et les composants de la tour ont tous été conçus et positionnés afin de tirer le meilleur parti de l'orientation du bâtiment, contrairement aux immeubles actuels indifférents au contexte climatique. À titre d'exemple, la peau extérieure de la tour est une « résille » en béton, qui optimise le passage de la lumière naturelle au travers du bâtiment et assure la stabilité horizontale de la tour. La structure intérieure, dégagée de tout besoin de contreventement, se compose de plateaux libres qui sont simplement superposés. Le résultat est un espace intérieur totalement modulable et adaptable. La « résille », orientée en fonction de l'ensoleillement, du vent et du climat, est plus ou moins ajourée selon l'orientation. Au nord, elle laisse passer la luminosité, tandis qu'au sud elle protège de la surchauffe grâce à un effet de pare-soleil. Elle canalise aussi la circulation d'air vers les éoliennes situées sur le toit et optimise la ventilation de l'édifice.
Les eaux de pluies quant à elles sont collectées et filtrées afin d'être réutilisées pour les installations sanitaires et les jardins.
Ainsi les efforts mis en œuvre ont pour objectif de couvrir 70% des besoins énergétiques d'Hypergreen.

En ce qui concerne la limitation des impacts en phase de construction et en fin de vie, le projet propose une structure en béton entièrement préfabriquée : tous les poteaux, poutres et dalles peuvent être fabriqués sur sites industriels réduisant ainsi le temps et la main-d'œuvre nécessaires sur le chantier de construction. À la fin du cycle de vie de la tour, ces composants préfabriqués pourraient être démontés, avec des nuisances limitées pour l'environnement immédiat, en matière de bruit et d'émissions de poussières, et être intégralement recyclés.

Haute de 246 mètres, Hypergreen offre une surface exploitable de plus de 94.000 m2 à répartir entre les commerces, les bureaux, les logements, les espaces verts et les parkings.

Selon l'architecte Jacques Ferrier, l'avenir de l'architecture du 21ème siècle sera environnementale ou ne sera pas, conclut-il. Mais il n'y a pour l'instant aucune construction de ce bâtiment de prévue. Ce n'est qu'un projet qui a toutefois le mérite de sortir des sentiers battus et donne matière à réfléchir. On peut cependant déplorer qu'il n'y ait pas plus de précisions sur d'autres préoccupations environnementales comme la gestion des déchets ou des eaux usées.

Réactions7 réactions à cet article

 
course solaire et "hyper green"

curieux , je cite:
La « résille », orientée en fonction de l'ensoleillement, du vent et du climat, est plus ou moins ajourée selon l'orientation. Au nord, elle laisse passer le soleil, tandis qu'au sud elle protège de la surchauffe grâce à un effet de pare-soleil.
j'etais pourtant fermement convaincu que la course du soleil allait d'est en ouest en passant par le sud ???
voila maintenant qu'elle passe par le nord !!!
sans doute un effet des nouvelles technologies
peut -t-on me donner quelques explications ?
j'ai dû louper un cours !
bonne journée
marcel

marcel | 16 mars 2006 à 14h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:course solaire et

oui en effet je ne comprend pas moi non plus
Peut-être faut-il plutôt lire"laisser entrer la LUMIERE" et non pas le soleil !?!?!?

XX | 16 mars 2006 à 19h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:course solaire et

Peut être est-ce tout simplement un gratte ciel pour l'hémisphère sud, ou le soleil est au Nord également, parfois au sud en hiver.
Sortez de chez vous!

loojinh | 16 mars 2006 à 19h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:course solaire et

Erreur rectifiée.

Je voulais bien sûr parler de la luminosité.

Cordialement

F.LABY | 16 mars 2006 à 20h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:course solaire et

pour faire suite , merci d'avoir rectifié .
c'est bien ce que j'avais compris de prime abord:
qu'il s'agissait de laisser passer la lumière par la face nord du bâtiment ; mais comme dit un dicton populaire : il n'est pas plus sourd que celui qui ne veut point entendre et je dois avouer que je jouais au candide
Mais pour répondre à "loogihn" hémisphère Nord ou sud , le soleil se lève toujours à l'est et se couche à l'ouest . Seules les saisons sont inversées à cause de l'inclinaison de la terre sur son axe , par rapport au soleil ; j' ai travaillé 2 ans en RSA près de Johanesburg et c'est dailleurs très bizare la premiere fois de fêter la nouvelle année en short autour d'un barbecue géant, au bord de la piscine d'Aliwal-north avec 35°c au thermometre
Si le soleil passait son zenith par le nord dans l'hémiphere sud ,cela signifierai que cette moitié ne tournerai pas dans le même sens , bonjour les dégâts au points de friction à l' équateur dans ce cas
et si on commençait la végétalisation des toits plats des immeubles de Paris à propos de green , plus quelques panneaux solaires chauffage ou photovotaiques éclairage pour les parties communes ???
marcel
A+

marcel | 17 mars 2006 à 03h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
enfin de l'intérêt pour le soleil et la pluie

Eh ben ils en auront mis du temps les gros industriels pour ingurgiter et régurgiter ce que clament un certain nombre de gens qualifiés d'"écolo". Maison bioclimatique ça vous dit quelque chose? Début des années 70 ça bataillait déjà ferme pour parler des solutions permettant d'habiter des maisons confortables, peu consommatrices d'énergie, de réutiliser l'eau. Vous connaissez tous le quartier Vauban à Fribourg en Brisgau, avec ses petits immeubles peu consommateurs d'énergie voire à énergie positive.

Les grandes boites s'y mettent. On ne peut qu'applaudir. C'est pas une raison pour les vendre plus cher ! Ca ne coûte pas plus cher de faire bien que de faire des merdes. On dispose aujourd'hui de ressources technologiques (matériaux et matière grise, logiciels etc) énormes. Il suffit de sortir du train train, de mettre son quant à soi dans sa poche et admettre enfin que la ligne écolo (consommer moins sans sacrifier au confort) est la bonne.

gugu | 17 mars 2006 à 20h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
projet de construction nouvelles

je trouve ce projet très innovant car le mode de vie de demain se fera avec l'environnement; la nature est la première richesse du monde ,il faut la conserver et la respectre davantage , la recherche de tous milieux confondus se trouve dans l'écologie ;pour ma part ce concept est très intéressant pour la guadeloupe là ou j'habite mis je trouve que les gratte-ciel ne correspondant pas à l'image pour la guadeloupe ;point à débattre merci.

angie | 08 mai 2007 à 21h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager