En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'incinérateur de déchet dangereux prévu dans l'Aisne rencontre l'opposition des riverains et des élus

Des riverains et des élus appuyés par des associations s'opposent à la conversion du four à chaux de Vendeuil en incinérateur de déchets dangereux par la société ARF. Résumé d'un combat virulent mais malheureusement déjà vu.

Déchets  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Dans la vallée de l'Oise, à 15 km de St-Quentin (02), le village de Vendeuil (900 habitants), appuyé par les communes aux alentours et les associations, se bat contre une demande d'exploitation qui aboutirait à la création d'un incinérateur de Déchets Industriels Spéciaux.
La demande d'autorisation d'exploiter a été déposée en 2004 par la société ARF, propriétaire du four à chaux depuis 2000 et concerne l'incinération de 150.000 tonnes de déchets par an. À l'issue de l'enquête publique qui s'est déroulée en avril 2005, la commission d'enquête a rendu un avis favorable à la demande d'autorisation d'ARF malgré une opposition locale unanime. Consultées lors de cette enquête publique, la commune d'accueil et les cinq communes les plus proches ont toutes exprimé un avis défavorable. Le collectif des opposants a rassemblé 4200 signatures au bas de la pétition demandant le rejet du projet. 172 communes picardes situées autour de Vendeuil ont spontanément pris des délibérations refusant l'implantation de l'incinérateur. Depuis les manifestations se succèdent.

Les opposants se déclarent hostiles à ce projet moins par peur de l'incinération en général, que pour des raisons liées à ARF et à l'attitude de la préfecture dans cette affaire. En effet, la demande d'autorisation intervient alors qu'il semblerait que la société exerçait déjà et dès 2001 son activité d'incinération de déchets dangereux sans autorisation préalable. Elle a pour cela été condamnée par le tribunal correctionnel de Saint-Quentin en décembre 2003. Les opposants déplorent le laxisme du préfet qui a simplement demandé à l'entreprise de régulariser son activité en déposant une demande d'autorisation alors que les riverains souhaitaient sa fermeture. Pour appuyer leurs revendications, ils rappèlent qu'il existe un Plan d'Elimination des Déchets Dangereux de Picardie (PREDIS), élaboré par le Préfet de Région en 1996 : ce document évalue à 50.000 tonnes par an la capacité complémentaire d'incinération de déchets dangereux à créer à l'horizon 2002 pour satisfaire les besoins picards. Entre-temps, des capacités nouvelles s'élevant à 150.000 tonnes/an ont été créées dans les régions limitrophes, destinées à accueillir en partie des déchets dangereux provenant de Picardie. La capacité de 150.000 t/an demandée par ARF pour le four de Vendeuil apparaît donc totalement démesurée au regard des besoins évalués par le Plan.

Le manque de transparence et d'information de la part des institutions et de la société ne fait qu'amplifier la méfiance et la crainte du côté des riverains sur fond d'expertises, de manifestations et de pétitions. Ils restent convaincus que la société n'a pas les moyens financiers et techniques suffisants pour exercer son activité sur ce site dans le respect de la réglementation. Le 8 octobre 2005, 400 personnes manifestaient devant la préfecture de Laon pour demander le rejet du projet et la fermeture de l'usine. Depuis, tous les samedis, le public en colère manifeste devant la préfecture de l'Aisne et entend le faire jusqu'au départ définitif d'ARF de Vendeuil.

C'est dans ce contexte qu'Evelyne Ratte, Préfèt du département, est amenée à accepter ou au contraire à rejeter la demande d'ARF. Selon elle, ARF s'est certes rendu coupable de nombreuses infractions par le passé, mais selon la Drire, l'exploitant respecte aujourd'hui les normes prescrites. Cependant devant le scepticisme et les revendications des maires de la région, elle a demandé à l'inspection des installations classées une nouvelle campagne d'analyse pour faire un point complet de la situation avant de se prononcer sur la demande d'autorisation. Elle mise également sur les commissions locales d'information et de surveillance (CLIS) pour apaiser la situation.
De son côté, l'industriel ARF a lancé une procédure judiciaire contre l'une des associations opposées au projet pour diffamation. Dans une lettre adressée au président de l'association, elle déclare que l'association fait un amalgame entre les conditions actuelles d'exploitation et la demande d'extension actuellement en cours d'instruction. L'affaire doit être jugée la semaine prochaine par le tribunal correctionnel de Lille.

Réactions8 réactions à cet article

 
Re:Re:Simple citation de solidarité avec les oppos

le petit monsieur qui critique les gens qui ont manifesté à la préfecture de laon a t il fait le compte de déchets brulés si le site est autorisé à fonctionné 400 tonnes par jour combien celà represente il de camions + polution incénérateur alors petit monsieur vous devriez réflécher si les gens ont manifesté c'est pour une bonne cause si on veut autoriser la mise en service de l'incinérateur c'est pour se faire du fric au détriment de la santé des gens

Anonyme
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Simple citation de solidarité avec les opposants

"Les cons, ça ose tout. C'est même à cela qu'on les reconnait !"
(in: "les tontons flingueurs" ceci n'est ni une pub, ni une incitation au téléchargement de ce chef d'oeuvre encore protégé ;) )
Plus sérieusement: je ne saurais dire plus concis.

Soyez donc nombreux les Samedi matin à Laon.
Et n'oubliez pas: inactif avant-hier, radioactif aujourd'hui (notamment depuis Tchernobyl, entre autres essais de bombes )
Ici, il s'agit de déchets industriels incinérés, d'une nuisance par un défilé important de poids lourds et d'un mépris honteux pour les valeurs de la république. J'en oublie surement...
Et les autres élus de l'Aisne et de Picardie, se manifestent-ils ?

Joseph
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Info contradictoires

Il y a dans cette affaire des dessous qui ne peuvent guère être évoqués, en dehors du Canard enchaîné

Toutefois ça n'autorise pas les opposants
1/ à utiliser les poncifs habituels
2/ à organiser des manifestations au cours desquelles on agit à l'opposé des principes qu'on prétend
3/ à tenir des propos démagogiques sous la houlette d'associations aux comportements pas toujours logiques

Un Axonais
(habitant de l'Aisne pas très loin du lieu du "crime" et ayant participé, mais logiquement, à la principale manifestation)

Constructif | 23 mars 2006 à 09h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Simple citation de solidarité avec les opposant

l'Expression de cette solidarité est particulièrement amusante quand on sait que la principale association d'opposants est la courroie de transmission environnementale du PC qui a toujours défendu, subvention de la courroie de PC oblige , le nucléaire civil ;-))))

C'est à mourir de rire ou de pleurs.

Comme quoi le journalisme d'investigation et /ou le souci de l'information contradictoire du lectorat .....

Constructif | 23 mars 2006 à 09h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Simple citation de solidarité avec les opposant

L'auteur de ce message est bien connu du monde des déchets.
Face au dénigrement permanent, rappelons tout de même que le collectif de vigilance sur la Sté ARF est composé des 6 maires des communes directement concernés, des deux communautés de communes, des agriculteurs, des associations locales, ALEP 02, Ternois Environnement, EVA et Chauny écologie, ainsi que l'association régionale Vie et Paysages et nationale, France Nature Environnement. Si les sous-entendus de Constructif, habitué de ce genre de déclarations visent l'association ALEP 02 (Qu'il n'a pas l'honnêteté de citer), effectivement à l'origine de la contestation contre l'industriel, il est absolument faux de réduire la contestation actuelle à cette seule association. C'est oublier de manière peu objective que 4200 pétitionnaires se sont exprimés, en sus des acteurs indiqués précédemment, lors de l'enquête publique du printemps 2005.
Quand à la sensibilité d'ALEP 02, qu'importe si son objectif est d'agir en faveur d'un intérêt commun. En l'état actuel de cette affaire, les opposants, quelqu'ils soient, agissent de toute évidence pour le bien commun.
On peut ainsi s'interroger sur l'objectif réel de Constructif avec de tels propos.
Restons sur l'essentiel, Cher Monsieur.

Signé: JF (non membre d'ALEP 02)

Anti-constructif | 26 mars 2006 à 13h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Simple citation de solidarité avec les opposant

JF : L'auteur de ce message est bien connu du monde des déchets.
C : Au sein duquel il s’est effectivement acquis, outre quelque états de service (de l’intérêt général) très rares, l’hostilité de qui n’aime pas le franc-parler ou la remise en cause justifiée de son image. Mais aussi l’estime de personnalités du déchets importantes pour sa combativité au dépens de son portefeuille ; ce qui n’a jamais voulu dire adhésion totale à tous ses propos évidemment faillibles

JF : Face au dénigrement permanent, rappelons tout de même que le collectif de vigilance sur la Sté ARF est composé des 6 maires des communes directement concernés,
C : Ce qui ne prouve absolument rien

JF : des deux communautés de communes,
C : Ce qui ne prouve toujours absolument rien, surtout quand on sait la légèreté avec laquelle l’une des deux au moins à gérer les intérêts de ses contribuables à propos des déchets ménagers

JF : des agriculteurs,
C : chacun pouvant avoir sa propre perception de l’importance comparée de la pollution que la majorité d’entre eux engendre depuis des années !!!!

des associations locales, ALEP 02, Ternois Environnement, EVA et Chauny écologie,
C : Enonciation qui peut tromper grandement le lecteur de l’autre bout de la France sur la réalité des effectifs et des connaissances contradictoires du sujet.

JF : ainsi que l'association régionale Vie et Paysages
C : dont ce même JF avait fait quelques temps de son très récent adhérent « Constructif » le "référent déchets" de l’association (en fait interrégionale) ;-))))

JF : et nationale, France Nature Environnement.
C : Qui ne se résout pas à exclure de ses rangs un égologiste départemental qui, à titre professionnel et associatif (donc en soi aussi à titre FNE !!!) soutient le projet ARF ;-)))))

JF : Si les sous-entendus de Constructif, habitué de ce genre de déclarations visent l'association ALEP 02 (Qu'il n'a pas l'honnêteté de citer), effectivement à l'origine de la contestation contre l'industriel, il est absolument faux de réduire la contestation actuelle à cette seule association.
C : Ce que « Constructif » n’a jamais dit effectivement puisque j’ai longuement été reçu par le principal maire concerné en son temps

JF : C'est oublier de manière peu objective que 4200 pétitionnaires se sont exprimés, en sus des acteurs indiqués précédemment, lors de l'enquête publique du printemps 2005.
C : Non seulement ce n’est évidemment pas « en sus » (puisque c'est forcément parfois les mêmes) mais encore ça ne prouve toujours absolument rien ; a fortiori quant à la compréhension contradictoire du sujet par la majorité des signataires et à l'utilisation de formules aussi lapidaires que démagogiques habituelles

JF : Quand à la sensibilité d'ALEP 02, qu'importe si son objectif est d'agir en faveur d'un intérêt commun.

C Que l’ALEP 02, avec son forcément tout petit nombre d’adhérents départementaux, n’adopterait évidemment pas s’il s’agissait de se battre contre un projet encore bien plus dangereux de nouvelle centrale nucléaire ou simplement d’alerter contre la vieillissante et donc de plus en plus dangereuse centrale de Chooz assez proche du département de l’Aisne.

JF : En l'état actuel de cette affaire, les opposants, quelqu'ils soient, agissent de toute évidence pour le bien commun.
C : En ayant entre autres organisé une descente et finalement montée (pour qui connaît Laon) en voitures plus ou moins escargots vers la préfecture, ce qui a pollué au moins autant que l’aurait fait durant quelques mois au moins le mauvais projet effectivement totalement indéfendable d’ARF. « Constructif » ayant évidemment aussi participé à cette manifestation, mais pas à la vitesse escargot.

JF : On peut ainsi s'interroger sur l'objectif réel de Constructif avec de tels propos.
C : Comme toujours : essayer de communiquer didactiquement et surtout de construire sur la base d’informations honnêtes et contradictoires, incluant la recherche de la connaissance de la réalité des conseils d’administrations associatifs, même quand ceux-ci ne constituent pas 90 % des membres actifs et quelque peu informés des sujets qu’ils traitent et qu’on n’y trouve pas parmi les administrateurs des pollueurs de leur propre commune .

JF : Restons sur l'essentiel, Cher Monsieur.
C : Il passe par l’information contradictoire

Signé: JF (non membre d'ALEP 02)
C : Mais président d’une association citée ci-dessus, ce que JFG « n’ a pas l’honnêteté » de dire ;-))))

Jean-Marie GLÄNTZLEN

Constructif | 27 mars 2006 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Mr

L'affaire des boues d'Achères, le comportement récent de la Préfecture sur des demandes de lotissement sont assez d'élément de crainte contre une administration qui ne se soucie guère de l'environnement

Anonyme | 01 mai 2006 à 12h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Simple citation de solidarité avec les op

Avec ou sans mon mètre soixante dix neuf, j’ai probablement plus d’états de service écolo que vous, y compris sur le plan professionnel et depuis bien plus longtemps, ce qui m’a aussi, parenthèse, amené à me tromper plus que vous. Vu que celui qui ne fait rien ….ne risque guère de se tromper.

J’ai probablement aussi une moins mauvaise connaissance des problèmes posées par le traitement thermique des déchets et une meilleure vieille expérience de la façon démagogique d’en parler … dans les deux camps.

Une majorité des manifestants étaient contre par grégarisme ou obligations diverses , mais pas forcément en connaissance de cause, comme dans de nombreuses manifestations en France et ailleurs écofondées ou non.

La fin ne justifiant pas les moyens, il était illogique et anti-écologique, d’émettre des tracts démagogiques avec des slogans démagogiques (la nécessité de la succinctivité n’excusant pas tout), pour finalement entreprendre une opération escargot de plus de 30 km, alors que deux ou trois bus payés par les utilisateurs auraient fait l’affaire pour aller écouter des discours encore en partie démago , avant une réception stérile par un sous-fiffre, et un bilan nul puisqu’étrangement la préfète a fini récemment par signer et pris le risque d’autoriser un projet non-éco-éfendable en faveur d’une société qui n’a pas la carrure ad hoc avec un marché régional insuffisant.

Les organisateur auraient mieux fait de consacrer une partie de leur énergie et leur audience à mettre hors d’état de nuire à l’image d el’écologie le président d’Aisne Environnement dont la satisfaction reprise par les médias, après la signature de la préfète, fait désordre. Qu’attend FNE pour faire savoir urbi et orbi qu’elle « anathémise » cette association et aussi la fédération Picardie-nature environnement à ne surtout pas confondre avec Picardie-Nature (dont je suis membre)

Anonyme | 05 juin 2006 à 06h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager