En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le PNUE décerne les prix Champions de la Terre 2006

Le Prix Champions de la Terre est une distinction internationale attribuée chaque année par le PNUE. Cette récompense vise à sensibiliser le public et à favoriser la multiplication des initiatives prises par des personnalités à travers le monde.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Établi en 2004, le Prix Champions de la Terre est une distinction internationale attribuée chaque année par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) à des personnes ou groupes de chaque région du monde ayant contribué de manière significative et reconnue, au niveau mondial ou régional, à l'environnement et à sa gestion durable ainsi qu'à la gestion des ressources naturelles de la Planète.

Cette récompense vise à sensibiliser le public et à favoriser la multiplication des initiatives prises par ces personnalités à travers le monde. Le Prix récompense la créativité, la vision et le leadership des lauréats. Il tient compte également du potentiel de reproduction de leurs initiatives et idées dans d'autres régions du monde.

Il me semble que cet événement se tient à un moment exceptionnel, à l'issu de douze mois que l'histoire retiendra comme marquant la redécouverte de l'importance critique de l'environnement dans nos vies économique, sociale et spirituelle , a indiqué M. Toepfer, Directeur exécutif du PNUE à l'occasion de l'annonce des lauréats.

Cette année un jury composé de cadres supérieurs du PNUE, avec l'aide des bureaux régionaux a récompensé Tewolde Berhan Gebre Egziabher (Afrique), Tommy Koh (Asie-Pacifique), Mikhaïl Gorbatchev (Europe), Dr. Rosa Elena Simeon Negrin (Amérique latine et Caraïbes), l'Organisation des Femmes pour l'environnement et le développement (Amérique du Nord), Mohamed El-Ashry (Asie Occidentale) et Massoumeh Ebtekar (Asie et Pacifique).

Tewolde Berhan Gebre Egziabher de l'Ethiopie s'est notamment investi dans les négociations de différents instruments internationaux relatifs à la biodiversité, en particulier la Convention sur la diversité biologique et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Tommy Koh de Singapore a été récompensé pour s'être érigé, tout au long de sa vie, en ''champion'' des traités environnementaux, particulièrement en tant que Président du Sommet de la Terre et de la Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer. À Singapore, il est le parrain de la Nature Society, Président du Centre Asie-Pacifique en matière de droit environnemental et Président du Comité consultatif du programme de maîtrise en gestion de l'environnement de l'Université nationale de Singapore.

Mikhaïl Gorbatchev de la Fédération russe a été lauréat de ces prix pour son action notamment en faveur de la prévention de conflits sur les voies navigables à travers le monde. C'est en faisant face à la catastrophe écologique de la Mer d'Aral en tant que Ministre de l'agriculture, que M. Gorbatchev a réalisé de lui même l'importance environnementale, stratégique et sociale des ressources en eau, explique le PNUE.
En 2003, il a lancé une initiative à l'intention des autorités locales et régionales chargées de l'eau, dans le but d'améliorer la coopération décentralisée et la solidarité Nord-Sud, pour que les peuples les plus démunis aient accès à l'eau propre, tout en assurant le respect des cultures locales et de leurs écosystèmes.

Rosa Elena Simeon Negrin de Cuba a assumé une position de leadership pendant une vingtaine d'années, période au cours de laquelle la question de l'environnement a occupé une place de plus en plus importante dans l'agenda politique des gouvernements et des organisations internationales et a réussi à intégrer certaines meilleures pratiques de protection de l'environnement dans la vie quotidienne des Cubains. En 1994, elle a participé notamment à la mise sur pied du Sommet des petits Etats insulaires en développement.

L'Organisation des femmes pour le développement et l'environnement (WEDO) aux Etats Unis a été récompensée car depuis plus de quinze ans, elle se fait la porte parole remarquée de l'équité des droits économiques et sociaux et de l'égalité des chances, et est aujourd'hui considérée comme une institution phare de la lutte pour l'autonomisation de la femme, au cœur du débat sur l'environnement et le développement.

Mohamed-El Ashry d'Egypte est un ''champion'' de l'utilisation avisée des ressources naturelles, selon le PNUE. Il est ancien directeur du Fonds pour l'environnement mondial.

En tant que première femme vice-président de l'Iran, Massoumeh Ebtekar a dirigé les efforts de lutte contre les problèmes liés à la pollution atmosphérique à Téhéran et en faveur de la préservation du milieu marin dans le Golfe Persique.
La lauréate a soutenu l'intégration des préoccupations environnementales dans l'industrie et le secteur de l'énergie en Iran. Grâce à elle, des technologies pour une production propre et des systèmes de gestion et de comptabilité environnementales ont été incorporés dans l'industrie pétrochimique du pays. Sous sa direction, le Département de l'environnement collabore avec le gouvernement et le secteur privé afin de mettre en place des incitations financières et des mécanismes économiques pour susciter une prise de conscience écologique et renforcer les capacités de gestion de l'environnement.

Aucune récompense monétaire n'est associée au prix. Chaque lauréat reçoit un trophée, conçu spécialement par le sculpteur kenyan Kioko, réalisé avec des métaux recyclés.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager