En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Participer à des missions humanitaires à distance et de manière efficace est désormais possible.

Afin d'associer compétences techniques et savoir-faire logistique, des ingénieurs en agro-alimentaire et Planète Urgence créent le réseau Compétences Solidaires pour fournir un appui technique à distance à des projets humanitaires.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Des ingénieurs en agro-alimentaire de l'ENSBANA et l'association Planète Urgence spécialiste des congés solidaires, se sont associés pour créer le réseau Compétences Solidaires qui propose à des professionnels qualifiés de devenir consultants bénévoles au service de projets de développement dans les pays du Sud. Contrairement aux congés solidaires qui permettent à un salarié de partir en mission humanitaire internationale pendant ses congés en accord avec son employeur, les membres de ce nouveau réseau conseillent de chez eux via Internet ou le téléphone les acteurs locaux en fonction de leur disponibilité et de leurs compétences.
Pour devenir membre, il faut donc dans un premier temps déclarer les compétences que l'on souhaite mettre à disposition. Planète urgence identifie ensuite les acteurs locaux qui en ont besoin et met en relation l'équipe projet qui agit directement sur le terrain et le consultant technique adapté.
Les membres du réseau Compétences Solidaires soutiennent en priorité les volontaires de Planète Urgence pour les aider à préparer et à mener à bien leurs missions mais peuvent être mis en contact avec d'autres associations humanitaires. L'expérience a montré que ces volontaires améliorent l'efficacité de leur court séjour lorsqu'ils bénéficient de l'aide de spécialistes.

Actuellement le réseau compte une centaine de membres principalement issus du secteur de l'agro-alimentaire. Parmi eux, on retrouve des étudiants, d'anciens ou de futurs volontaires de Planète Urgence, des salariés, des représentants d'ONG, des experts, etc. Les projets humanitaires en cours sont nombreux et variés et concernent à la fois les techniques de vente pour des huiles végétales au Togo, la fabrication de confitures, la pisciculture en Centrafrique, la formation en charcuterie à Madagascar ou encore la réhabilitation du système hydraulique du jardin communautaire de femmes au Mali. Si ces missions bénéficient déjà d'un appui du réseau Compétences Solidaires, ce n'est pas encore le cas par exemple pour le projet ornithologique ou le développement de la savonnerie artisanale prévu tous les deux au Mali et la promotion de l'écotourisme par le marketing en ligne au Bénin.
Le réseau souhaite désormais élargir le champ des compétences des consultants pour aider des projets dans tous les domaines d'action de Planète Urgence comme la santé, l'enseignement ou la gestion et l'environnement.
Ce nouveau mode d'intervention humanitaire semble ainsi être un bon compromis pour tous ceux qui souhaitent agir sans les inconvénients du voyage ou les préjugés des dons financiers mais avec les bienfaits du don de soi.

Réactions4 réactions à cet article

 
tisser relations

bonjour!

nous sommes une association qui oeuvrons pour le reboisement du sahara dans le but de contribuer à la lutte contre le réchauffement de la planète avec ses conséquences sur les changements climatiques

si vous estimez que notre association est susceptible d'interesser votreréseau sommes disposeé à entretenir relations avec vous

écrivez-nous à reboiserlesahara@yahoo.fr
A+

DAOUD | 04 mai 2006 à 12h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
diplomés en Afrique

Ce projet est certes intéressant et permet de ne pas dilapider inutilement en billets d'avion les fonds d'aide. Cependant, saviez-vous que l'Afrique compte de nombreux jeunes diplomés sans emploi? Il est tout à fait dommage que les ONG n'aient pas recours à ce capital humain. En effet, le recours à des ingénieurs européens à titre gratuit biaise le marché local du travail et dévalue par ailleurs les compétences et les diplomes locaux. En outre, faire appel à l'extérieur crée un lien de dépendance et remet en cause l'aspect durable des projets engagés. Vaste débat de l'aide au développement.... Qu'en pensez vous?

sceptique | 04 mai 2006 à 12h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:tisser relations

reboiser le sahara ? et pouquoi pas le pôle nord ou le pôle sud tant qu'on y est ?
ça sentirait pas plutôt l'arnaque ?
il suffit de lire un peu sur l'évolution du climat de la terre pour savoir que la désertification est innéluctable . toutes les zone desertiques irriguées à grand frais n'on fait que faire remonter le sel vers la surface en quelques décenies ,à cause de l'évaporation ultra rapide de l'eau épandue et condamner des terres moyennement fertiles pour en faire des déserts en voie de développement : ex : environs de la mer d'aral vallée du nil ,sud espagne et bien d'autre sites ou la main de l'homme a mis le "pied".
une question ?

marcel | 04 mai 2006 à 19h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:diplomés en Afrique

Justement, ne serait-il pas possible, compte tenu des économies faites par les ONG en billets d'avion, de payer les jeunes diplômés africains et de leur donner des conseils via le net pour faire les études?

novice naïve | 08 mai 2006 à 13h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager