Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Une centrale solaire photovoltaïque va voir le jour sur le site de Serpa au Portugal

Lancée par les sociétés PowerLight Corporation et Catavento, une centrale solaire photovoltaïque comprenant 52 000 modules photovoltaïques, va voir le jour sur le site de Serpa au Portugal. Elle devrait entrer en exploitation en janvier 2007.

Energie  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Le Portugal est l'un des pays européens qui présente les meilleures conditions d'utilisation des énergies alternatives et renouvelables à grande échelle. Les raisons : une exposition solaire élevée, un réseau hydrographique relativement dense et un front marin qui bénéficie de vents atlantiques.

D'après la Chambre de Commerce et d'Industrie Luso-Française (CCILF), à l'heure actuelle le Portugal importe 90% de l'énergie dont il a besoin, présente le taux de rentabilité énergétique le plus faible de l'UE, et se trouve donc dans une situation de dépendance extrême face aux pays tiers.

À ce jour, selon le ministère de l'Economie portugais, les énergies alternatives et renouvelables représentent 35% de l'énergie produite au Portugal, l'énergie hydraulique étant la forme la plus courante (1/3 du total). Les engagements réalisés par le Gouvernement portugais prévoient qu'en 2010, 44% de la consommation énergétique devra être assurée par des énergies renouvelables, l'hydraulique et l'éolien couvrant à eux seuls plus de 40% des besoins.

De toutes les alternatives qui se présentent au Portugal en termes de production énergétique, l'énergie solaire est la plus privilégiée : le pays bénéficie en effet d'une exposition solaire annuelle qui varie de 2200 à 3000 heures du nord au sud, et d'excellentes conditions pour la conversion photovoltaïque (entre 1000 et 1500 kWh/an d'électricité produite pour chaque kW photovoltaïque installé).
Selon la CCILF, la puissance photovoltaïque en 2004 installée au Portugal était de l'ordre de 1,6 MW répartis dans les secteurs domestiques (52%) avec des systèmes isolés de réseau, les services (20%, réseaux de téléphones portables, bornes autoroutières de SOS, parcmètres), 26% dans les systèmes liés au réseau et 2 % dans les systèmes de recherche et développement. Or, la résolution du Conseil des ministres du 27 avril 2003 implique que le Portugal produise 150 MW d'énergie solaire en 2010.

C'est dans ce contexte que GE Energy Financial Services, PowerLight Corporation et Catavento Lda ont annoncé le 28 avril dernier la construction future d'une grande centrale solaire à Serpa, au Portugal, à 200 km au sud-est de Lisbonne dans l'une des régions les plus ensoleillées d'Europe.

Annoncée par ses concepteurs comme la future plus grande centrale solaire photovoltaïque du monde, l'installation de 11 mégawatts, comprenant 52 000 modules photovoltaïques devrait entrer en exploitation en janvier 2007. Le projet occupant 60 hectares continuera à accueillir des plantations agricoles productives, soulignent les concepteurs.

GE Energy Financial Services financera les infrastructures dont elle sera le propriétaire. Cette transaction se monte à 75 millions de dollars américains. Cet investissement représente une étape importante pour GE Energy Financial Services non seulement parce qu'il s'agit de la centrale solaire photovoltaïque la plus vaste du monde, mais aussi parce que c'est notre premier projet d'énergie solaire en Europe qui permettra à notre parc mondial d'énergie renouvelable d'atteindre le milliard de dollars américains, a noté le président et président-directeur général de GE Energy Financial Services, Alex Urquhart.

PowerLight, fournisseur de systèmes d'énergie solaire, a conçu la centrale d'énergie solaire et se chargera de son exploitation et de son entretien en utilisant son système innovant de suivi du soleil, intitulé PowerTracker(R), qui va améliorer le rendement énergétique de la centrale. La technologie suit le soleil dans ses déplacements dans le ciel pendant toute la journée, générant ainsi plus d'électricité que les systèmes classiques à montage fixe, explique la société.

Catavento, une entreprise privée et indépendante d'énergie renouvelable au Portugal, a développé le projet et se chargera des prestations de gestion. Pour Piero Dal Maso, co-président-directeur général de Catavento, ce projet marque l'aboutissement des efforts administratifs et réglementaires que nous avons déployés dans le cadre de notre stratégie d'implémentation d'un vaste projet d'énergie solaire au Portugal. Nous espérons que ce projet démontre clairement que l'énergie solaire est une énergie de remplacement très prometteuse qui devrait nous libérer de bien des obstacles, ajoute Sergio Costa, co-président-directeur général.

En l'absence de coûts de carburant ou d'émissions, l'établissement solaire de Serpa devrait produire de l'électricité en quantité suffisante pour desservir 8 000 foyers et économiser plus de 30 000 tonnes par an d'émission de gaz à effet de serre par rapport au combustible fossile classique.

Ce projet solaire constituera une étape de l'objectif du Portugal en matière de production d'énergie solaire qui s'inscrit dans sa stratégie de réduction des émissions de gaz à effet de serre, explique Andrew Marsden, directeur général des opérations européennes de GE Energy Financial Services. Pour nous, cet investissement met en valeur notre stratégie qui consiste à investir dans des projets d'énergie renouvelable de grande qualité en Europe, notamment dans des cadres de réglementations qui apportent leur soutien comme celui du Portugal, ajoute t'il. Selon lui, ce projet permettra au parc d'énergie renouvelable d'Europe d'atteindre un total de 177 mégawatts.

En septembre dernier, BP Solar avait déjà lancé la construction d'une centrale solaire photovoltaïque au Portugal qui devrait commencer à voir le jour en 2007, à l'est de Lisbonne dans la Municipalité de Moura (Amareleja). L'investissement estimé dans la construction de l'équipement pour cette centrale, installée sur 114 hectares d'une puissance installée de 62 MW, s'élève à 250 millions d'euros et une entreprise municipale a été créée à cet effet, Amper Central Solar. BP Solar Espanha sera responsable du montage de l'unité projetée pour les cinq prochaines années. La centrale devrait être terminée en principe en 2009.

D'après le baromètre d'EurObserv'ER****, en 2005, 645 MWc de photopiles ont été installés dans les pays de l'Union européenne contre 546 MWc en 2004 (+ 18,2 %). Cette croissance aurait pu être plus importante si le marché n'était actuellement pas bridé par un manque de matière première, indique le rapport.
L'Allemagne était toujours en 2005 le premier marché mondial du photovoltaïque avec plus de 600 MWc installés, loin devant le Japon et les États-Unis. Cette réussite a inspiré l'Espagne et l'Italie qui ont mis en place les conditions d'un développement rapide de leur filière photovoltaïque. La puissance totale du parc photovoltaïque européen s'établit désormais à environ 1 793,5 MWc, ce qui correspond au besoin en électricité de 600 000 foyers (avec comme hypothèse une consommation moyenne annuelle par foyer de 3 000 kWh par an, hors chauffage électrique). Autre indicateur, le ratio puissance crête par habitant des 25 pays de l'Union est en nette augmentation. Il est passé de 2,5 Wc/hab. en 2004 à 3,9 Wc/hab, en 2005. Les applications reliées au réseau (toits solaires, façades et centrales) représentent aujourd'hui la quasi-totalité du marché de l'Union européenne, soit près de 99 % de parts de marché.


*GE Energy Financial Services, basée à Stamford, dans le Connecticut, aux États-Unis, possédant des opérations européennes basées à Londres, a investi 3 milliards de dollars américains courant 2005 dans le secteur dont l'intensité de capital est la plus forte dans le monde, à savoir l'énergie.

**PowerLight Corporation est un fournisseur mondial dans le domaine des systèmes d'énergie électrique solaire dont le contact s'établit par des grilles. Il conçoit, fabrique et exploite un grand nombre des plus grands systèmes d'énergie solaire en Amérique du Nord et en Europe.

***Catavento, Producao de Energia Eolica Lda. est l'une des rares compagnies d'énergie renouvelable privées et indépendantes au Portugal. Depuis 2001, elle a développé 110 MW au Portugal et 225 MW au Brésil. Elle possède et exploite 9,2 MW d'énergie éolienne par le biais de partenariats et cette année, elle construira des projets éoliens supplémentaires d'un total de 40 MW.

****Systèmes Solaires n° 172

Réactions9 réactions à cet article

 
Re:Cohérence des chiffres.

Pour les amateurs de chiffres...

Synthétisons à l'extrème l'information donnée pour en faire un problème:

- de classe élémentaire
Sachant que 60 hectares sont utilisés et que 75 millions de dollars sont dépensés pour produire l'électricité de 8000 foyers, quel est le montant d'investissement et la superficie nécessaires pour satisfaire les besoins en électricité de 62 millions d' habitants dans un contexte d'ensoleillement moins favorable?

- de classe préparatoire
Si la réponse au besoin industrielle de production d'électricité est la création de centrale solaire photovoltaique, vous exposerez l'avenir de l' énergie nucléaire...

Toto is back
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Cohérence des chiffres.

L'ennui avec ce genre d'article, c'est que si les chiffres (en avalanche, ici) ne sont pas vérifiés, cela n'a plus aucun sens:
la nouvelle centrale doit faire 11MW et être la "future plus grande centrale solaire photovoltaïque du monde,". Un peu plus loin, on nous parle néanmoins du projet BP Solar qui fera lui, 62 MW !
Ensuite, "ce projet permettra au parc d'énergie renouvelable d'Europe d'atteindre un total de 177 mégawatts.", alors que "La puissance totale du parc photovoltaïque européen s’établit désormais à environ 1 793,5 MWc".
Désolé, mais toutes ces informations seraient très utiles au professionnels du secteur, si elles étaient cohérentes.

Jean-Yves | 04 mai 2006 à 12h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Cohérence des chiffres.

Bonjour,

Je vous remercie de vos remarques, mais l'opposition entre les chiffres avait justement vocation à "(dé)montrer" les propos parfois incohérents des porteurs de projet puisque chacun annonce fièrement "la plus grande installation" du monde.

L'incohérence n'est donc pas celle du rédacteur, mais bien celle de l'installateur qui communique à tout va sans vérification préalable !
Ce "détail" ne vous a d'ailleurs pas échappé, mais il semblerait que vous l'ayez perçu comme une erreur, alors qu'il s'agissait précisément de montrer l'incohérence de la chose. C'est bien pour cela qu'est mentionné dans l'article : "Annoncée par ses concepteurs comme la future plus grande centrale solaire photovoltaïque du monde".

Concernant la puissance totale installée, là encore il s'agit de confronter deux chiffres émanant de sources différentes : Communication de GE dans un cas et Etude de EurObserv'ER dans l'autre. Un professionnel ne manquera certainement pas d'opérer un choix judicieux dans parmi ces différentes sources !

Bien cordialement

David Ascher

David Ascher | 04 mai 2006 à 12h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Cohérence des chiffres.

Merci pour le décryptage.. et pour les novices comme moi, qu'est ce que cela représente par rapport à la production en MW d'une centrale nucléaire, hydraulique, éolienne ?

Fred | 05 mai 2006 à 13h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Cohérence des chiffres.

Si vous permettez, je vous ferai une réponse similaire à celle de
l'interlocuteur précédent:

Il n'est donc pas question d'opposer les différentes énergies et de
remplacer l'une par l'autre.
Il faut aujourd'hui raisonner en complémentarités, et surtout toujours
choisir la réponse adaptée
à chaque question: par exemple, il est absurde d'utiliser l'énergie
nucléaire pour produire de l'eau chaude sanitaire à 45°C. Par contre, pour
produire de l'aluminium...
A ce dernier stade, il reste à se demander si on a vraiment besoin
d'aluminium, et si oui, comment en optimiser l'usage.

Enfin, vous semblez raisonner en mono-blocs (seul le nucléaire peut apporter
les puissances suffisantes). La règle aujourd'hui est à la mise en réseau et
à la mutualisation des ressources. La gestion en temps réel permet
d'optimiser chaque kWh disponible.
Donc pourquoi ne pas pas produire sur place les énergies de bas niveau dont
on a besoin (chaleur basse température, électricité de faible puissance) ?
Sachant que les seuls torts de ces productions est de créer des emplois
locaux, de développer des savoir-faire dont le monde a tant besoin, et de ne
dégager aucun déchet ...

Cordialement,

Jean-Yves | 10 mai 2006 à 13h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Cohérence des chiffres.

Difficilement comparable, mais pour les ordres de grandeur:
- une tranche nucléaire fait aujourd'hui 1300 MW (bientôt 1600 MW avec
l'EPR)
- une grande éolienne actuelle fait autour de 2 MW (les géantes prototypes
sont à 5 MW)
- une centrale hydraulique fait de 500 kW (petite) à plusieurs dizaines de
MW, selon les tailles des
barages, débits, hauteurs d'eau etc...

La différence principale vient ensuite des temps moyens de fonctionnement
par an à pleine charge:
- nucléaire, environ 85% du temps (soit environ 7400 heures par an).
- éolienne, environ 30% du temps
- hydraulique, très variable, mais au moins 50% du temps
- photovoltaïque, environ 10 à 15% du temps.

Donc, on voit bien que même si les puissances étaient égales, les énergies
produites sur l'année
sont très différentes. Il n'est donc pas question d'opposer tout ça et de
remplacer l'un par l'autre.
Il faut aujourd'hui raisonner en complémentarités, et surtout toujours
choisir la réponse adaptée
à chaque question: par exemple, il est absurde d'utiliser l'énergie
nucléaire pour produire de l'eau chaude sanitaire à 45°C. Par contre, pour
produire de l'aluminium... A ce stade, il reste à se demander si on a
vraiment
besoin d'aluminium, et si oui, comment l'économiser.

Cordialement.

Jean-Yves | 10 mai 2006 à 13h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Sans sujet

Pas de message

Anonyme | 19 mai 2006 à 09h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
solaire

Intéressant, mais quelques éléments techniques permettraient à tout un chacun de se faire une idée plus précise de l'intérêt évident de tels projets.

Sortons de temps en temps des éléments financiers pour vérifier la validité de tels projets importants pour le futur.

coco | 21 mai 2006 à 12h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ecolo = c on

hahaha !!!
solaire : -puissance : 40MW( disponibilité inférieure à 50%)
-cout : 240 millions d'euros.
-durée de vie : 20 à 30 ans?
-CO2/kwh : entre 50 et 200 g (éolien 16g, gaz 500g)

EPR : puissance : -1600MW ( 40 fois plus, disponibilité 90%)
-cout : 3.2 milliards d'euros( 13 fois plus)
-durée de vie : 60 ans.
-CO2/kwh : inférieure à 10 g.

c'est sans appel en effet.

Anonyme | 07 juin 2006 à 21h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Onduleurs SOLARMAX de dernière génération pour votre autonomie en énergie ECOTERRE ENERGY