En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La banque mondiale s'inquiète du changement climatique et de ses conséquences sur les pays les plus pauvres

Dans son Petit Livre Vert de l'Environnement publié mardi dernier, la banque mondiale alarme sur les conséquences du changement climatique sur les pays pauvres et vient de lancer un cadre d'investissement pour l'énergie et le développement propres.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Publiée à l'occasion de la 14e session de la Commission des Nations unies sur le développement durable à New York, l'édition 2006 du Petit Livre vert de l'Environnement de la banque mondiale fait état d'une augmentation des émissions globales de CO2 de 15% entre 1992 et 2002. Selon la banque mondiale, la croissance économique rapide de la Chine et de l'Inde est à l'origine de cette augmentation rapide. En effet, la Chine, qui est déjà le deuxième plus grand pollueur de la planète, a augmenté ses émissions de 33% entre 1992 et 2002, alors que les émissions de l'Inde se sont accrues de 57% durant la même période.
Pour la banque mondiale, cette tendance devrait se poursuivre aux vues de la croissance économique de ces deux pays. Mais l'institution précise que cette augmentation des émissions a eu lieu en dépit des améliorations d'efficacité énergétique menées par la Chine dans la dernière décennie. En effet, en 1992, un dollar de PIB a été associé à la production de 4,8kg de CO2 alors qu'en 2002, chaque dollar de PIB était associé à 2.5kg de CO2.
Selon Steen Jorgensen, vice-président pour le développement durable à la banque mondiale, cette réalité nous prouve que nous devons trouver des moyens innovants pour engager les principales économies mondiales afin de résoudre le problème global du changement climatique. La banque mondiale s'inquiète surtout des conséquences des changements climatiques sur les pays pauvres. Tous les pays sont vulnérables au changement climatique, explique Warren Evans, directeur environnement de la banque mondiale, mais les pays les plus pauvres sont plus exposés et n'ont pas les moyens de s'y adapter. Le changement climatique risque ainsi d'entraver les efforts de réduction de la pauvreté dans les pays africains dépendants de l'agriculture et dans les secteurs côtiers, explique-t-il. Pour lui, accélérer les initiatives de développement de lutte contre les changements climatiques est un besoin pressant afin d'éviter des désastres humains.

Afin de préciser la situation, la banque mondiale envisage de développer un programme d'analyse pour évaluer et comprendre à quel degré les variations du climat influencent la production agricole, la ressource en eau, la santé humaine dans les pays en développement. Elle prévoit de s'intéresser tout particulièrement à l'Inde, au Brésil, à l'Afrique du sud, au Mexique et à la Chine.

Dans cette optique la banque mondiale et le FMI ont présenté fin avril dans un rapport commun, un cadre d'investissement intitulé « l'énergie et le développement propres » pour amplifier les investissements énergétiques tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Selon ce rapport, les pays en développement et les économies en transition auront besoin d'investissements à hauteur de 250 milliards d'euros par an pour assurer leurs besoins en énergies traditionnelles comme le pétrole et le gaz et renouvelables comme le solaire ou l'éolien. Des besoins supplémentaires évalués entre 8 et 32 milliards d'euro par an seraient essentiels pour réaliser les adaptations rendues nécessaires par les conséquences des changements climatiques.
Pour Robert Watson, conseiller scientifique à la banque mondiale, le problème n'est pas technologique puisque selon lui, nous avons un large éventail de technologies pour la production énergétique et l'utilisation de l'énergie qui peuvent efficacement relever le défi des besoins énergétiques des pays en développement. Le problème viendrait d'un manque d'investissement du secteur privé dans ce domaine.

Monsieur Watson a également rappelé que selon lui les combustibles fossiles continueront à être employés et seront une forme dominante de production énergétique au cours des 20 à 30 années à venir. C'est pourquoi ce rapport encourage l'utilisation dans cette période de centrales thermiques et nucléaires, ainsi que le gaz naturel pour assurer la transition avant que les sources d'énergie renouvelables ne deviennent commercialement viables, a-t-il expliqué.

Les avis divergent encore quant au financement du nouveau cadre d'investissement. Quatre nouveaux instruments de financement sont à l'étude. Il s'agit notamment de financements combinés public/privé ou encore de l'utilisation des quotas de dioxyde de carbone. Des précisions seront apportées lors de la réunion annuelle en septembre à Singapour.

Réactions5 réactions à cet article

 
encore une injustice

je suis abasourdie et en meme temps peu surprise lorsque j'apprend que l'avenir ecologique de notre planete depend des investisseurs qui ne souhaite pas aider les plus demunis , chacun voit a sa porte et pas plus loin que le bout de sa vie . les etats "riches " au nom de la solidarite et de la protection globale n'ont t ils pas les moyens d'intervenir , de faire pression ...

marie | 12 mai 2006 à 21h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Brave petite banque mondiale ...

....complice de tant de crimes contre l'environnement

" Il y a le vital, le simplement normal (déjà quelque peu subjectif et dépendant des cultures), le superflu (bien plus subjectif encore) et le luxe (sans commentaire). Et il y a quelques milliards de Terriens qui ne disposent pas du vital alors/parce que quelques millions de Terriens n'appellent pas leur superflu par son nom "

"Pour être un homme, il faut forcément être anti-conformiste" (Un célèbre philosophe environnementaliste états-unien du XIX°)

Sophophile | 18 mai 2006 à 11h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
le coût des EnR

Affirmer haut et fort que les EnR sont chères et qu'il faut continuer dans le nucléaire et les fossiles qui disparaissent relève de l'escroquerie et de la malhônneté intellectuelle, si ce n'est de la corruption par certains lobbies.

Les EnR ne sont pas chères si l'on calcule en global le coût faramineux de la catastrophe sanitaire et écologique du nucléaire et du réchauffement climatique.

coco | 21 mai 2006 à 11h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Evoluons !!

Comment faire avancer les choses avec un tel étalage d'idéologie altruiste d'une banalité aussi déconcertante ?

Fragued | 29 mai 2006 à 23h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:encore une injustice

En cessant de penser égocentriquement et en s'interrogeant sur le sens de la vie qui devrait logiquement inclure el refus de l'insulte à l'intelligence et à la misère .

;-))))))

Constructif | 30 mai 2006 à 09h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager