Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

En 2005, l'Europe a émis 44 millions de tonnes de CO2 en moins que ce qui était prévu par les PNAQ

Dans le cadre du Système Européen d'Echange de Quotas d'Emissions de CO2, la Commission européenne a publié les émissions annuelles de 21 pays. Ce premier bilan perturbe le marché du carbone en faisant état de 44 millions de quotas non alloués.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Après un an et demi d'existence, l'heure est au bilan pour le Système Européen d'Echange de Quotas d'Emissions de CO2. La Commission européenne a publié lundi dernier les résultats 2005 des émissions de CO2 de 9.400 installations concernées par ce système d'échange. Il apparaît que ces installations industrielles et énergétiques ont émis 1.785 millions de tonnes de CO2 alors qu'elles avaient été autorisées à émettre 1.829 millions de tonnes à travers de leur Plan National d'Allocation des Quotas (PNAQ).
Même s'il manque encore les informations de quatre Etats membres (Chypre, Luxembourg, Malte et Pologne) pour qui l'enregistrement des allocations n'est pas encore opérationnel, ce bilan signifie que ces entreprises ont émis globalement 44 millions de tonnes de CO2 en moins que prévu. Les résultats varient en fonction des pays : le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Italie ont par exemple dépassé leurs quotas alors que l'Allemagne et la France enregistrent des excédents. Les émissions en Allemagne se sont ainsi élevées à 474 millions de tonnes, soit 21 millions de moins que la quantité totale de certificats distribués. Pour la France, les émissions ont atteint 131 millions de tonnes contre 156 millions envisagés par le PNAQ.

Ces résultats étaient plus ou moins attendus puisque certains pays dont la France, avaient déjà annoncé un surplus de quotas dès avril. Ces annonces ont très vite perturbé le marché du carbone et ont entraîné la chute du prix du quota qui a été divisé par deux durant la dernière semaine d'avril et pratiquement par trois en intégrant les premières cotations de mois de mai.
Face ce constat, la Commission européenne craint que ces résultats mettent à mal le principe de la bourse aux quotas de CO2. En effet, s'il n'y a pas d'intérêt financier à revendre les quotas sur le marché, les entreprises ne risquent pas de faire des économies d'énergie ou d'investir dans des technologies moins polluantes. Certains experts soulignent également que l'impossibilité pour les installations de « mettre en banque » les quotas de la première phase (2005-2007) pour la seconde (2008-2012) a accentué le minikrach boursier observé dernièrement.

La Commission européenne explique ce bilan d'émissions par le fait que les entreprises ont investi dans des installations moins polluantes et plus efficaces. C'était le but de ce système d'échange des quotas. Selon elle, les conditions météorologiques hivernales clémentes ont également limité les besoins énergétiques. Toutefois, la Commission se veut prudente et demande aux administrations nationales d'enquêter sur les émissions réelles des sites concernés. Elle n'exclut pas que certains pays ont pu allouer trop d'allocation comme le dénoncent les associations de protection de l'environnement.
Ces dernières profitent d'ailleurs de cette crise pour alerter et encouragent à faire plus d'efforts. Alors que les Etats membres préparent leur second PNAQ pour la période 2008-2012, les ONG demandent des objectifs plus ambitieux et plus de transparence dans les règles d'attribution des quotas. C'est dans ce but que Greenpeace a demandé à un cabinet d'experts indépendants, Ecofys, d'élaborer le PNAQ idéal français pour la seconde période. En respectant les impératifs de compétitivité et les engagements européens et nationaux, l'étude conclut que le PNAQ 2 français devrait s'élever à 135.3 MtCO2 contre 156 MtCO2 actuellement soit une réduction de 13%. Ecofys conseille également de mieux répartir les quotas entre le secteur énergétique et l'industrie avec 52 MtCO2 pour l'énergie et 83.3 MtCO2 pour l'industrie. Pour Laetitia De Marez, chargée de campagne climat chez Greenpeace, le gouvernement français doit à présent prendre ses responsabilités et réduire le plafond des quotas alloués pour la seconde phase du marché du carbone. Pour cela, le gouvernement doit être solidaire et résister à la pression des industriels afin d'impulser les évolutions technologiques structurelles qui déboucheront sur de réelles baisses des émissions énergétiques et industrielles.
Les 25 États membres ont jusqu'au 30 juin prochain pour faire parvenir à Bruxelles leurs deuxièmes plans nationaux d'allocation des quotas. Suite à ce premier bilan 2005 plutôt inquiétant pour la pérennité du système, il semblerait que la Commission européenne ait bien l'intention de renforcer les objectifs de réduction pour la deuxième période. De plus, cette deuxième phase est cruciale puisqu'elle doit permettre d'atteindre les objectifs que s'est fixé l'Europe dans le cadre du protocole de Kyoto soit une réduction de 8% des émissions en 2012 par rapport au niveau de 1990. L'Europe va donc devoir rattraper son retard car pour l'instant, sur la période 1990-2000, les émissions de gaz à effet de serre n'ont en effet diminué que de 3,5% selon les statistiques de l'Agence Européenne de l'Environnement (AEE). Initialement, la Commission avait prévu un objectif de baisse de 6% pour la deuxième phase 2008-2012 mais elle pourrait le revoir à la hausse.

Réactions5 réactions à cet article

 
CO2

Si 1/10 du temps passé à compter le CO2 servait plutôt à réduire les émissions, on aurait déjà avancé dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Arrêtons d'abreuver les hommes politiques de chiffres et de graphiques de CO2 et mettons de l'ordre dans la bataille des économies d'énergies.

Cessons de faire les observateurs et retroussons nous les manche.

coco | 25 mai 2006 à 18h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:CO2

Je suisd'accord: il faut privilégier l'action, maintenant que la phase de réflexion est passée... quoi que le système d'échange de quotas est mis en cause à cause de la mauvaise fois des industriels!
Economies d'énergie!!! Un concept qui est facile à réaliser et qui devrait être plus qu'intéressant en cette période folle du coût de l'énergie!
Les modifications de process peuvent prendre du temps mais des actions immédiates permettent des résultats efficace en term de baisse de la consommation d'énergie.
Laissons la politique aux politique et agissons maintenant!

David | 26 mai 2006 à 12h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:CO2

ce n'est pas qu'une histoire de donner des chiffres!! si vous donnez des quotas de CO2 aux industries, il faut bien qu'eles prouvent leurs émissions de CO2! Il est clair que l'important est bien le fait de réduire les émissions de CO2, pa de savoir précisément de combien on les a réduits... mais les mécanismes qui régissent le monde économique aujourd'hui, et donc le fonctionnement sur terre (et oui, c'est dommage mais aujourd'hui c'est la réalité!alors il faut faire en fonction!) ne sont pas si simple que dire aux industriels "diminuez vos émissions et fermez la!" avant de critiquer quelquechose, il faut avoir tous les éléments de connaissance qui permettent de le faire!

greendays | 29 mai 2006 à 10h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Plutôt une bonne nouvelle !

Moins d'émissions que prévu, c'est plutôt une bonne nouvelle non? Cela signifie que le potentiel est plus important que ce qui était espéré ! Dommage que ce côté des choses ne soit pas mis en avant dans les différents articles à ce sujet.
Maintenant, puisqu'il est vrai que ces bons résultats mettent en péril la bourse du CO2, il faut aussi agir pour rectifier le tir. Il nous reste 2 ans avant 2008. Je ne connais pas le détail du PNAQ, mais ne serait-il pas possible de tout simplement revoir à la baisse les objectifs des pays qui ont des bons résultats comme l'Allemagne ou la France?

chromee | 29 mai 2006 à 17h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Dangereux !!

Non !! Car dans ce cas, on sanctionne les bons élèves, ceux qui obtiennent les meilleurs résultats. Il est préférable de motiver les pays pollueurs en leur montrant l'exemple des bons élèves, un peu comme à l'école !!

Fragued | 29 mai 2006 à 23h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Droit de l'énergie : votre conseil à distance et à l'international Energie-legal