En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les études pour la refonte complète de la STEP d'Achères vont débuter

Dans le cadre du schéma d'assainissement de la Région Ile-de-France destiné à reconquérir la qualité des eaux de la Seine, la STEP d'Achères est en plein travaux de modernisation. Les études pour sa mise aux normes européennes vont bientôt débuter.

Eau  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
La Station d'Epuration (STEP) d'Achères (78) reçoit 80 % des effluents produits par les habitants de l'agglomération parisienne soit 2,1 millions de m3 par jour, ce qui en fait la plus importante usine d'Europe. Face à des besoins d'assainissement de plus en plus importants et de plus en plus performants, un nouveau schéma d'assainissement baptisé « Scénario C » a été élaboré par la région Ile-de-France et le Syndicat Interdépartemental d'Assainissement pour l'Agglomération Parisienne (SIAAP) en 2000. Ce schéma a pour objectif la résorption de l'ensemble des problèmes liés à l'eau sur le plan qualitatif et quantitatif. Il est basé sur l'idée d'un traitement de proximité et comprend de ce fait la création de nouvelles stations d'épuration pour alléger celle d'Achères et la modernisation des installations actuelles au regard des nouvelles normes européennes que sont la Directive Cadre sur l'Eau (DCE) et la Directive Eaux Résiduaires Urbaines (DERU) .

Le programme de modernisation des installations du SIAAP se traduira, pour le site d'Achères, par une diminution de son débit entrant à 1,5 millions de m3/jour et par la mise en service de nouvelles unités de traitement.
L'unité de traitement des pollutions phosphatées basée sur le principe de clarifloculation est déjà opérationnelle. L'adjonction de chlorure ferrique fait précipiter le phosphore dissous dans l'eau en particules décantables et récupérables en boues.
L'unité de traitement de l'azote est quant à elle encore en chantier et sa mise en service est prévue pour 2007. Le procédé de « nitrification-dénitrification » éliminera l'azote ammoniacal en partie responsable de la dégradation du milieu aquatique. En effet en consommant l'oxygène du milieu, l'azote ammoniacal met en péril la faune et la flore aquatique. L'unité de nitrification-dénitrification fait appel à la technique d'épuration biologique. Grâce à ce processus, l'ensemble des réactions biologiques naturelles associant l'eau, l'oxygène et les micro-organismes sont reproduites et accélérées. L'étape de nitrification transforme donc l'azote ammoniacal en nitrates et la dénitrification transforme les nitrates en azote gazeux. Actuellement dépourvue d'unité de traitement spécifique à l'azote, la STEP Seine-Aval présentera désormais une efficacité de traitement de 80% pour l'azote ammoniacal et de 30% pour les nitrates.

Dans le cadre de cette modernisation, il est également prévu de revoir la performance de toutes les autres étapes de traitement de l'usine pour les adapter aux nouveaux volumes entrants et aux nouvelles normes de rejet. Ces modifications vont faire l'objet de plusieurs études. Stereau à la tête d'un groupement constitué de Sogea, BCEOM et IRH Environnement fait partie des candidats retenus par le SIAAP pour réaliser ces études au côté de Veolia et Lyonnaise des eaux. Ces études porteront sur la définition et le chiffrage des process de traitement ainsi que sur un programme de travaux. L'étude devra en outre prendre en considération les obligations réglementaires en termes de qualité de rejet, le classement de l'ouvrage en zone sensible, le traitement des boues et l'impact environnemental.

Les études déboucheront éventuellement sur des marchés de maîtrise d'œuvre et de travaux qui débuteront à partir de 2009 et dont le montant cumulé d'investissement s'élèvera à 1 milliard d'euros.

Sur le même sujet

Glossaire

Nitrification Dénitrification biologique

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…