En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

ITER sera au cœur de la politique énergétique française

Même si les économies d'énergie et le développement des énergies renouvelables et des biocarburants sont au programme du gouvernement, c'est le projet ITER qui demeurera au cœur de la stratégie énergétique française.

Energie  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
   
ITER sera au cœur de la politique énergétique française
   
Avec ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor – réacteur thermonucléaire expérimental international), vous vous apprêtez à accueillir l'un des plus grands projets scientifiques de demain, un investissement de recherche de 10 milliards d'euros sur quarante ans. C'est en ces termes que Dominique de Villepin a commenté l'installation du projet le 9 juin dernier lors de sa visite au Commissariat à l'énergie atomique de Cadarache, site retenu pour l'implantation le projet ITER.

Plaçant le projet ITER au cœur de la stratégie énergétique française tout comme dans celui de la recherche, le Premier ministre a tenu à préciser que celle-ci devait répondre à trois exigences : le coût, la sécurité d'approvisionnement et l'environnement. Face à l'épuisement inéluctable des ressources pétrolières, face au réchauffement climatique, nous devons aujourd'hui modifier nos comportements et développer des alternatives au pétrole, a-t-il déclaré.

Devant élus, personnel de Cadarache et au côté de François Goulard, Dominique de Villepin a rappelé que 925 millions d'euros seraient investis par la France dans les dix prochaines années pour le développement de ce projet énergétique. Ensemble, nous devons être à la hauteur de la confiance que nous ont accordée nos partenaires, a souligné le Premier ministre. En effet, la décision de construction d'ITER qui vise à construire un grand réacteur de fusion expérimental, afin de produire dans un délai de 30 ans de l'énergie à un stade pré-industriel en reproduisant la fusion nucléaire qui a lieu dans les étoiles à partir de l'hydrogène notamment, a été prise le 28 juin 2005, à Moscou, lors d'une réunion des 6 partenaires impliqués (Chine, Corée du Sud, Etats-Unis, Japon, Union Européenne, Russie).

Après de grandes batailles diplomatiques qui avaient commencé en juin 2002, le site de Cadarache, dans le sud de la France, avait finalement été choisi en 2005. Les six partenaires du projet ont négocié pendant 3 ans pour départager les sites potentiels pour son implantation. La Russie, l'UE et la Chine soutenaient le site de Cadarache en France, les USA, le Japon et la Corée du Sud supportaient quant à eux Rokkasho-mura au Nord du Japon.

À l'inverse du processus de fission nucléaire (dégageant de l'énergie en cassant des atomes lourds tel que l'Uranium) qui produit des déchets radioactifs à très longue durée de vie, la fusion thermo-nucléaire qui consiste à fusionner deux atomes légers comme du Deutérium (Isotope naturel lourd de l'Hydrogène) ou du Lithium, produit des composés plus lourds dont la durée de vie radioactive est de l'ordre d'une vie humaine. La gestion des déchets radioactifs serait donc en théorie, selon les partisans du projet, beaucoup plus aisée alors que le Deutérium se trouve en quantité quasiment illimitée dans les molécules d'eau des océans. Si nous parvenons à domestiquer l'énergie des étoiles, nous disposerons à l'aube du siècle prochain d'une énergie quasi inépuisable, propre et sans danger pour le climat, a indiqué Dominique de Villepin qui voit en ce projet une perspective formidable, mais qui nécessite bien sûr de longues recherches.

Les opposants à ITER dénoncent quant à eux un projet insensé qui va engloutir environ 10 milliards d'euros et dont le résultat est plus qu'incertain attendu des échecs rencontrés par la recherche dans le passé. Le risque réside en effet dans l'échec potentiel de cette technologie qui aura nécessité de gros investissements se substituant ainsi à ceux qui pourraient être accordés pour améliorer le développement des énergies renouvelables par exemple.

Les opposants au projet et notamment le Réseau Sortir du Nucléaire avaient également dénoncé le débat public qui s'était clôturé le 6 mai l'estimant caduque puisque la décision de construire ITER avait déjà été prise. En revanche pour le chef du gouvernement, le débat public qui s'est achevé récemment est une avancée importante. Il a permis de nouer les fils d'un dialogue nécessaire. C'est dans ce sens que le gouvernement lancera un débat sur les nanotechnologies.

Selon le ministre, grâce au projet ITER, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur va connaître un nouvel élan. À cet effet, le ministre délégué à l'Industrie installera un comité industriel composé de 50 grandes entreprises françaises qui joueront un rôle majeur dans l'élaboration d'ITER. Je souhaite qu'elles puissent constituer un réseau de sous-traitance solide, notamment à partir du potentiel régional. Pour accompagner ce projet, la région va devoir augmenter la construction de logements, améliorer les transports, encourager l'emploi et développer la formation professionnelle. C'est ainsi que le Premier ministre devrait adresser à l'ensemble des préfets de région, un mandat de négociation pour l'élaboration des nouveaux contrats de projets entre l'Etat et les régions. Dans ce cadre, je demanderai au préfet de la région PACA de réserver à ITER une place particulière, a-t-il dit.

Mais alors que la France vient de lancer le réacteur de troisième génération, le chef du gouvernement a confirmé le lancement de la conception d'un prototype de réacteur nucléaire de 4e génération, qui devra entrer en service en 2020. En même temps que le lancement du premier réacteur EPR en France, nous allons engager avec le Commissariat à l'Energie Atomique le développement d'un prototype de réacteur de fission de quatrième génération, indique-t-il. Ce réacteur, qui prendra la suite de l'EPR a vocation à préparer l'arrivée des réacteurs à fusion issus d'ITER. Le Commissariat à l'énergie atomique et les acteurs industriels sont d'ores et déjà au travail pour étudier les différentes options possibles. Des décisions seront prises à l'automne dans le cadre d'un comité à l'énergie atomique que je présiderai, signale-t-il.

Aux côtés de cette politique énergétique très fortement nucléarisée, rappelons tout de même que les économies d'énergie et le développement des énergies renouvelables et des biocarburants restent au programme du gouvernement : accélération du développement des biocarburants, mise en place d'un réseau de pompes vertes qui couvrira l'ensemble du territoire d'ici 2010 et développement du solaire photovoltaïque en doublant les tarifs de son rachat.

Réactions38 réactions à cet article

 
Re:Re:Re

Le nucléaire est un des rares domaines où la France est leader mondial.
Qu'est-ce que vous vous imaginez ? Que l'on décide d'un tel projet avec légèreté ? Rencontrez des scientifiques, des économistes, des ingénieurs en étude d'impact, des spécialistes énergétiques pour vous faire un avis objectif. Beaucoup vous diront que ce n'est pas une poignée d'écolos buccoliques ( qui se jugent seuls compétents) qui permettront de remettre en cause 40 ans d'innovation énergétique.

Car défendre l'environnement aujourd'hui, c'est combattre les GES qui sont la plus grande menace pour la planète. Et le nucléaire français a été et sera beaucoup moins nocif que notre boulimie de pétrole ou de gaz auxquels les ENR ne peuvent se substituer aujourd'hui.

ITER est une solution d'avenir !! Coopérons avec les autres nations pour sa réussite ; si nous sortons du nucléaire, d'autres nous montreront dans quelques dizaines d'années qu'on pouvait bien produire de l'énergie en respectant notre planète.

Des scientifiques et économistes du monde entier motivent leurs décideurs pour faire partie de l'aventure de Cadarache.
C'est bien parce que la France est leadeur dans cette technologie que beaucoup vont nous suivre.
Le risque pour les autres, c'est bien d'être à la traîne.

Heureusement, les français n'aiment pas se complaire trop longtemps dans la médiocrité !!

Fragued
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Critique facile !! ou juste plutôt

les défauts, c'est par exemple qu'ITER ne sera jamais capable de fournir de l'énergie. Voir les objectifs officiels.

Ou que ce projet va pomper des subventions qui seraient bien plus utiles ailleurs.

2 prix Nobel de physique sont contre ce projet qui ne servira qu'à la recherche fondamentale, pour la physique des plasmas, rien d'autre!

jojo
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ITER : Imposture

les "alternative cohérente": voir Global chance, negawatt, WISE

elles sont bel et bien là les alternatives ......

jojo
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Agir, essayer plutot que tout refuser en bloc

il faut ouvrir ces yeux.......

Impossible d'augmenter sa consommation d'énergie à l'infini.

Nécessité de réduire la consommation d'énergie.

tout de suite, en prenant les décisions uqi s'imposent.

le nucléaire comporte beaucoup trop de risque et d'inconvénients (accidents, prolifération, déchets, nécessité de gerer les matières et les instalations sur de longue durées, nécessité d'avoir le personnel hautement qualifié qui va avec, nécesité d'avoir un réseau centralisé de distribution, etc.)

voir WISE, NEGAWATT, GLOBAL CHANCE, architecture bioclimatique, ...etc.

jojo
 
Signaler un contenu inapproprié
 
en 2050 dis-tu?

pour 2050, certaines personnes se battent pour que la moitié de l'énergie soit fournie par les ENR. Ils se basent sur des scénarios énergétiques cohérents.

par contre, regardez les vrais objectifs d'ITER pour 2050.....

jojo
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Quelle tristesse !

ITER, dont on fait grand bruit, est une escroquerie intellectuelle. On ne sait pas ce qu'il sera possible d'en tirer : même si, comme le prétend l'article, un réacteur pré-industriel voit le jour dans trente ans, il ne sera pas là assez tôt pour l'"après-pétrole". Mais ça crée des emplois, que demander de plus ???

daniel | 14 juin 2006 à 19h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ITER : une connerie environnementale de plus

Effectivement, comme l'a très bien expliqué FNE (dont un ancien président présidait la pseudo commission de concertation) , ce projet ITER ne tient absolument pas debout;

Comme Super-Phénix, il coûtera très cher pour un résultat nul. Mais au passage certains toucheront des gros salaires pendant que d'autres vendront cher du matériel

Mais en fait comme c'est une décision considérée comme démocratique ......

La démocratie est une fille de joie dont chacun tire les plaisirs qui l'arrangent.

Anonyme | 15 juin 2006 à 08h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ITER un REVE d'une poignée de scientifique

Voici un extrait d'un communiqué de Presse du réseau Sortir du Nucléaire:

Les citoyens doivent reprendre leur destin en main !

Il est encore temps d'annuler la participation française à cet aberrant projet ITER, remis en cause par de nombreux physiciens nucléaires (pourtant favorables à l'atome de façon générale !) comme les deux Prix Nobel de physique que sont Pierre Gilles de Gennes (France, 1991) et Matatoshi Koshiba (Japon, 2002).

Le "Débat public" sur ITER a fait l'objet d'une honteuse manipulation de la part des autorités et de la Commission du "débat" public. Le débat sur le fond n'a donc pas eu lieu. Il mérite d'être tenu : la France doit-elle participer au projet ITER ?

Les français ont d'ailleurs donné leur réponse : le sondage (Eurobaromètre) de la Commission européenne du 25 janvier 2006 montre que, face à la crise énergétique, seuls 12% des européens et seulement 8% des français proposent d'investir encore dans le nucléaire…

Nico | 15 juin 2006 à 09h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:ITER : une connerie environnementale de plus

Soyons réalistes, au lie d'être partisans. Comment pouvez vous prédire un résultat nul, le "ça ne marchera jamais" a vécu !
oui nous avons besoin d'énergie alternative au pétrole et en quantité, celle ci ne peut venir que du nucléaire.
RDV en 2050.

Anonyme | 15 juin 2006 à 10h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re

le prototype du réacteur à fusion existe déja. ce projet tiens plus ce que debout que tous les autres. c'est clair ça demandera plus de temps et bq de moyens. mais si la france ne prend pas ce risque, il y aura d'autres pays qui le prendrons. il y eu déja une grosse bataille pour que ce projet se déroule à cadarache.
alors si la france ne tiens pas ses engagements, on sera encore à la traine derriere les autres.

Anonyme | 15 juin 2006 à 11h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Agir, essayer plutot que tout refuser en bloc

Dans un univers ideal le nucleaire n'aurait pas sa place et nous prefererions tous le tout renouvelable. Cela s'avere utopique aujourd'hui et dans ce siecle. Le probleme est dit de "gestion des risques" et le gvt, meme si cela parait tard, prend des mesures qui tendent (seulement..) a repondre aux differents niveaux de la crise des carburants fossiles annoncee depuis longtemps par certains.
Alors oui aux carburants verts, definitivement oui au differents renouvelables, mais ces technologies ne peuvent repondre aux besoins mondiaux croissants dans les 3 ou 4 decennies a venir. Le dvpt en parallele du renouvelable et de nelles techs nucleaires me parait donc judicieux, et surtout conscient. Peut etre qu'un jour nous remercierons notre gvt d'avoir mise sur le nucleaire, celui ci pourrait nous sauver la vie....ou du moins nous donner un souffle energetique qui nous permettra de developper des techs durables et viables a tres long terme.

Paul | 15 juin 2006 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Agir, essayer plutot que tout refuser en bloc

Paul a écrit :

celui ci pourrait nous sauver la vie

Faut aller chanter çà dans les cimetières biélo-russes

et lire l'article du Canard cete semaine sur Gravelines

Quel formidable aveuglement

JMG

Anonyme | 15 juin 2006 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:ITER : une connerie environnementale de plus

comment çà ? le "çà ne marchera jamais à vécu" !
le Sinistre Galouseau à péroré :
"Si nous parvenons à domestiquer l'énergie des étoiles, nous disposerons à l'aube du siècle prochain d'une énergie quasi inépuisable, propre et sans danger pour le climat, a indiqué Dominique de Villepin qui voit en ce projet une perspective formidable, mais qui nécessite bien sûr de longues recherches. "
quelle prétention des tecnocrates , certes , cela fait bien dans un discours mais ce que les conseillés de nos politiques en place (de tout bords) n'ont pas compris c'est que du nucléaire ,on n'en veut point . plus cher à gérer après que pendant et durant des siecles et des siecles ,ou alors il faudra accepter que l'on soit tous +/- radio activés .
le lobby militaro-nucléo-industriel à encore frappé; mais je persiste à écrire qu'avec les mêmes investissements consacrés aux énergies renouvelables (geothermie profonde : 200° à 5km et des hydrauliennes le long de nos côtes : la marée et plus régulière que le vent ) on obtiendrai le même résultat énergetique en peu de temps , bien avant 2050 , et avec une gestion un peu plus transprente et démocratique...peut-être !
Et ce ITER n'est pas la baguette magique qui réduira en les utilisant ,les tonnes de plutonium et autre cochonneries du même genre produite par les hommes , au niveau de radiation naturelle du granit Breton : affirmer le contraire , c'est plutôt de la magouille et de l'intox de la part de ces promoteurs. (on est incapable de réduire les restes de Tchernobyle et il faut mettre le tout dans un cerceuil nucléaire pour le quel le financement demeure introuvable pour l'instant ! )
...et les biocarburants... attention au revers de la médaille...polution de l'eau :napes et des sols pire qu'actuellement ...insecticides...ogm pour augmenter les rendements...(qu'on nous glissera par extension de l'experience dans notre assiette )...épuisement rapide des sols...perte de bio-diversité...etc !
En résumé le problème reste la répartition des richesses sur terre , la surpopulation mondiale , et la verticalité des organisations économiques
et leur chaine de profiteurs , mais çà c'est une autre histoire ...et un autre débat ! qu'en pensez vous ? une question ?
merci de votre attention
Marcel

Marcel | 15 juin 2006 à 11h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
manque d'informations

Pour votre information, sachez que seul un accord de principe concenant l'implantation d'ITER à Cadarache a été signé.
Cependant, les travaux sur site ont commencé, les élus de PACA se regroupent en association, les collectivités locales engagent des sommes astronomiques... tout ceci alors que pour le moment le traité n'a pas été ratifié par les différents pays engagés dans le projet...
Les Etats Unis auraient parlé de se désengager du programme, et d'autres pays comme l'Inde d'y participer... Si c'est le cas, pourquoi le projet verrait-il le jour en Europe plutôt qu'en Orient?
De nombreuses questions restent en suspend et le pseudo débat public n'a en aucun cas apporté de réponse.

Les réacteurs de 4ème génération, Super Phoenix... des projets que la France n'a que peu, voire pas développés...mais ne vous inquiétez pas d'autres pays y travaillent.... La communauté nucléaire mondiale ne se tire pas dans les pattes comme on peut le croire et si ITER se fait effectivement en France ne croyez-vous pas que le Japon a pu récupérer un autre projet?

Nous autres, petits citoyens, ne sachons pas ce qu'il se trame vraiment "là haut".
Ce que nous voyons c'est qu'une grosse part du gâteau de la recherche est offert à des projets pharaoniques et dont les résultats ne pourraient être exploitable qu'à long terme.

Plutôt que de vouloir à tout prix maîtriser l'énergie des étoiles d'ici peut-être 50 ans, pourquoi ne pas utiliser l'énergie du soleil - CESI, PV - et les autres renouvelables dès maintenant et surtout en favorisant les économies d'énergie.
Si quelques % du budget ITER allaient au développement de ces énergies propres et à la recherche d'équipement de moins en moins consommateurs le futur pourrait peut-être se passer du nucléaire...

Encore faut-il une réelle volonté politique qui, malgré les beaux discours, n'existe certainement pas en France.

LM

PS : Et on ne parle pas ici de la crétion d'emplois - bien plus importante avec le développement de EnR que d'ITER -, des aménagements autour de Cadarache qui vont détruire des paysages remarquables... et du problème de production centralisée d'électricité qui nécessite les lignes THT déformant nos paysages...

LM | 15 juin 2006 à 11h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les tours solaires de type VORTEX

Ces tours VORTEX sont une alternative "énergie" douce qui peut rivaliser avec la production industrielle des centrales électriques...(il existe un autre type de tour solaires, comme celle installée en Australie, qui ne donnent pas de bons résultats)
Personnellement, je trouve préférable qu'un projet bourré de défauts (ITER) ne soit pas installé en France, et je souhaite au niveau de la planète qu'il ne soit pas installé du tout...
Nous ne serons pas "à la traine", au contraire, si nous proposons des technologies diverses et variées, qui peuvent se compléter, non polluantes et rentables... développées grace aux financements qui sont prévus pour l' hasardeux projet ITER. Un des "découvreurs" par exemple des tours solaires VORTEX est d'ailleurs Français !
Et si on devenait intelligents, et non pas toujours stressés et réagissant au plus pressé, illusionnés par les éternelles mêmes apparences, sans prendre le temps de comparer vraiment...?
Anne-Claire

Anne-Claire | 15 juin 2006 à 13h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Pas de miracle

Développement et long therme son incompatible dans le monde fini que nous habitons. Il n'y a et il n'y aura pas de panacée, arrêtons de se voiler la face, réagir c'est s'adapter la seule solution c'est d'accepter sur le plan mondial la notion de décroissance.

Bises, polochon

polochon | 15 juin 2006 à 15h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re

personne ne sera à la traine de qui que ce soit puisque personne ne se lance dans le projet ailleurs...c'est formidable cette idée que l'on serait tout le temps en retard en France...

quand aux chimères d'une énergie inépuisable que Dominique de Villepin appelle de ses voeux, à quoi nous servira t elle ? A extraire un peu plus de ressources naturelles ? A se deplacer un peu plus ? A construire encore de nouvelles infrastructures de transport ? Bref, à finir d'exploiter tout ce qui peut encore l'etre ici bas.
Quant à ceux qui nous parlent des besoins du Monde qui croissent et de surpopulation, que l'on commence à faire preuve de vertu un peu au Nord et à se limiter. C'est sur qu'avec 6milliards de goinfres énergétiques comme nous français (sans meme parler des americains), nous sommes trop nombreux sur Terre. Mais qui est de trop ? Celui qui consomme comme un porc ou celui qui a à peine de quoi vivre...

L'énergie inépuisable ne résoudra aucun problème mais n'accroitra que ceux que l'on connaît....
Rien de matériel n'est infini sur Terre. La sobirété ne rendrait notre monde qu'un peu plus vivable

eric | 15 juin 2006 à 17h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Agir, essayer plutot que tout refuser en bloc

Vous dites :
"mais ces technologies ne peuvent repondre aux besoins mondiaux croissants dans les 3 ou 4 decennies a venir. "

C'est bien là le problème, les besoins toujours croissants!Est-ce nécessaire de toujours consommer d'avantage. Les américains consomment quatre fois plus d'énergie par habitants que les européens, en sont-ils plus heureux pour autant? Je ne pense pas. Les comportements de comsommation doivent changer et là il sera possible de faire autrement, sans ces projets pharaoniques qui engloutissent des sommes colossales. Les 10 milliards d'euros ne sont qu'une partie des coûts de recherche. Il faut comptabliser la recherche déjà effectuée et les coûts de construction et gestion de telle centrale si, toutefois, il est possible de construire de telles centrales (ce qui n'est pas encore prouvée).
Cet argent investi dans des économies d'énergie. pas seulement technique mais aussi par induction de changements de mentalité (ce qui est aussi couteûx) serait certaienemnt bien plus efficace.

Hervé | 15 juin 2006 à 17h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
qq rappel

je tiens à éclairssir certain point:

ce projet existe avant même le gouvernement de villepin.
quand je dit que la france s'est battu pour avoir ce projet, c'est vrai la preuve il suffit de lire l'article.
Maintenant si pour mieux critiquer le gouvernement on ignore 20 ans de recherche menée pour la CEA et on plus du financement des autres pays UE, alors la je dit chapeau.
juste un petit rappel aujourd'hui on fonctionne encore avec le nucléaire je pense que on est bien d'acord que ITER est mieux que l'energie nucleaire au moins

Fati | 15 juin 2006 à 17h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:qq rappel

Fati, la fusion est aussi de l'énergie nucléaire!!! Nucléaire signifie qui vient de l'atome...
Oui, le CEA engloutit l'argent de la recherche énergétique en France depuis bien plus de 20 ans... ce n'est pas une raison pour être en accord avec les gouvernements, de Villepin ou autre.
Ne vous a-t-on jamais parlé de lobbye?
Pourquoi en France n'entendons nous jamais parler - ou trop peu - d'économies d'énergie - ce qui ne signifie pas revenir au moyen âge soit dit en passant. Il est clair qu'à notre rythme de consommation actuel les énergies renouvelables - dont le nucléaire, fission ou fusion, ne fait pas partie - ne couvriront pas nos besoins. Mais renseignez vous un peu et vous verrez que les potentiels d'économies sont impressionants.
La démarche NégaWatts est forte intéressante, je vous la recommande...
Bonnes recherches
LM

LM | 16 juin 2006 à 11h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Critique facile !!

Vous parlez du projet ITER comme un projet bourré de défaults.
Mais quels défaults ?

Fragued | 16 juin 2006 à 13h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ITER : formidable projet !!

Le projet ITER répond aux préoccupations environnementales, économiques et sociales de notre futur : besoins en énergie, disponibilité permanente, indépendance énergétique, trés peu de déchets, maîtrise totale des dangers, prix abordable...


Mais comme souvent dans ces forums, les sujets traitant du nucléaire font se lever une armada de boucliers contre tout projet innovant.

Pourtant, chacun est libre d'investir où bon lui semble : des sociétés innovantes dans le secteur de l'environnement ne manquent pas (Voltalia, Sechilienne, Theolia, Environnement SA, Velcan, ...). Ces sociétés n'ont rien à voir avec le nucléaire ou ITER.

Laissons donc les scientifiques développer ITER car le potentiel de ce réacteur est immense. Ce n'est pas pour rien si les grandes puissance de cette planète montrent un tel engouement pour la fusion nucléaire.

Rien ne sert d'aboyer bêtement contre l'innovation, surtout lorsque l'on est incapable de proposer une alternative cohérente et de la mettre en application pour soi.

Si vous êtes contre le nucléaire, rien ne vous empêche de produire votre éléctricité (éolien, solaire, ...) et de soutenir les entreprises spécialisées en ENR qui elles, sont actives au quotidien.

Fragued | 16 juin 2006 à 14h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Mieux comprendre ITER

Revenons sur le projet en lui même : Qu'est ce que ITER?
En réalité, ce n'est pas un réacteur de fusion nucléaire! C'est un produit tout droit sortie de la recherche, c'est un LABORATOIRE, d'analyse de la fusion nucléaire... Qu'est ce que ça signifie? Tout simplement, qu'avant d'arriver à un Pré-réacteur à fusion, nous n'en sommes toujours qu'aux études, et ITER n'est qu'un des nombreux réacteurs d'études qu'il va falloir bâtir pour faire avancer ce projet!
Il faut compter environ un siécle et demi, avant de maitriser la fusion à l'état d'industrialisation, sans ajouter les problèmes qui vont se poser aux niveaux politiques, géostratégiques, financiers...et géologiques! Car si ITER est un beau joujou pour politiques déconnectés de la réalité, il n'en reste pas moins qu'il est soumis aux risques nucléaires...dans lequels d'une part la stabilitée politique du pays porteur et essentiel, mais sa sensibilité aux risques naturels aussi... Hors, que se soit au Japon, ou au Sud de la vallée de Rhône, le réacteur sera construit sur une zone sismique significative...laquel est indépendante des gouvernements!
Il s'agit d'une campagne de financement d'une niéme générations d'ITER, qui a déjà débuté il y a bien longtemps avec des réacteurs d'études aux USA,... et les étapes à franchir sont encore nombreuses... il faudra donc bien plus de 10Milliards pour parvenir à maîtriser une petite étoiles dans une canette de coca! C'est à se demander si les décideurs ne sont pas sous intravéneuses de produits illissites?

MickeyMouse | 16 juin 2006 à 16h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:ITER : formidable projet !!

L'innovation est une très belle démarche effectivement, et le but est très salutaire... Mais attention, il faut se demander pour qui? En réalité, les seules pays qui pourront développer cette technologie seront les seules à la revendre et à l'utiliser par la suite.. et il ne s'agit certainement pas de l'Amérique du sud, ni de l'Afrique! Il est important de reconnaitre que la démarche scientifique est porteuse d'une invention miraculeuse devant toutes les promesses qu'elles sous-entends! Mais encore une fois, elle est à mettre en balance avec le temps nécessaire de réalisation, les besoins immédiats ( ou dans les 50 prochaines années!), les déséquilibres mondiaux, et les problèmes indispensables à régler aujourd'hui!

Certes cette recherche est à poursuivre, mais le virtuel peut déjà et sans risques, répondre à bcp de questions!
D'autre part, il reste encore de nombreuses innovations à faire dans les domaines des nanotechnologies, de l'électro-magnétisme, de la capture énergétique et de son contrôle avant qu'un telle projet soit viable!

Il s'agit d'un effet de mode, mais une telle construction n'a qu'une vertu : répondre aux lobbings rapidement!

Les pbs de biodiversités, de pollutions, d'effet de serre, de solidarité sociale contre la faim, les virus, le déséquilibre du droit à l'éducation...devraient être la priorité des 10 MILLIARDS qui sortent je vous le rappel : DE VOS POCHES!
Et c'est là qu'un débat de fond, enrichit d'une question profonde devrait avoir lieux : "Quel AvenirS choisissons nous d'avoir?"
A moyenne et à longue échéance...

MickeyMouse | 16 juin 2006 à 17h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Les tours solaires de type VORTEX

concernant les tours VORTEX, je suis pas expert, mais après une petite recherche (merci google), voila ce que j'ai compris:

Le potentiel de ces tours n'est pas comparable à celui d'une centrale electrique nucléaire. il est trois fois inférieur (dans la meilleure hypotèse). Mais ça c'est pas grave, il suffit d'en mettre plus.

Ce système est plus adapté aux pays tropicaux qu'à nos régions "froides".

et ce qui m'inquiete vraiment:
au dessus de chaqu'une de ces tours, il se produit une "tornade" de 20 000 m de haut.
je sais pas vous, mais moi des centaines de tornades à des endroits(ou des moments) où il ne devrait pas y en avoir, ça me fait flipper pour l'impact sur la circulation de l'air ( et donc l'impact sur le climat).

bastien | 16 juin 2006 à 21h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:ITER : formidable projet !!

Merci pour ton dernier commentaire, qui n'est plus exactement la réalité de ces hommes qui déplacent presque d'un claquement de doigt ces masses d'argent dans leurs rêves... dans les étoiles...

Un autre débat de fond et de métaphysique pourrait se poser face à ce projet, et surtout en réaction aux termes qui le caractérisent : "immensité", "énergie inépuisable"...
On pourrait se demander si avec plus d'énergie dégagée, il y aura plus de déreglement : trop d'énergie dissipée risque de perturber davantage des équilibres. Le soleil envoie bien assez d'énergie : tout le monde vit et les arbres sont bien verts. Et l'on recherche à recréer une autre étoile...

Comme a dit Gandhi : le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous.

Reste à revoir et à savoir ce dont nous avons vraiment besoin et arrêter de gaspiller à tout va, c'est une véritable insulte. Nous n'avons pas besoin d'ITER, nos intelligences ne sont pas développées dans le bon sens.

têf | 17 juin 2006 à 03h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Mieux comprendre ITER

Tout à fait d'accord!

jojo | 19 juin 2006 à 10h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Mesurez vos propos !!

Je vous rappelle qu'ITER est un réacteur de recherche sur la fusion thermonucléaire, son but n'est pas de fournir de l'énergie, ce n'est pas un défault que d'innover en matière de recherche.

De plus, qui êtes vous pour vous permettre des jugements sur l'affectation des subventions ?

M. MARTIN

M. MARTIN | 19 juin 2006 à 21h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Mesurez vos propos oui mesurez vos propos!!!!!

qui je suis??

quelqu'un qui paie ces impots!

jojo | 19 juin 2006 à 23h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re

ETRE A LA TRAINE !!! mais de quoi ? quel interet d'etre les 1er à tout faire pêter ? d'être les meilleurs en destruction de notre seul lieu de vie ? ...
Question: combien de systemes de récupération d'énergies renouvellables ET GRATUITES (air, soleil, eau ...) pourraient etre construits avec le budget (prévisionnel !!!) d'ITER ?
Rapide à construire, utilisable immédiatement, simple à entretenir, non polluant ...
Quitte à parler "d'indépendance énergétique" plutôt que de se lancer dans d'hypothétique projet "pharaonique", autant se mobiliser pour des projets qui font déjà leurs preuves, non ?
Enfin, ce que j'en dit ... c'est juste une question de bon sens il me semble.

Nat | 20 juin 2006 à 13h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Débat démocratique ?

Et comment devrait se faire le débat démocratique ?
Des solutions ?

pinch | 20 juin 2006 à 13h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re La Terre seule lieu de vie ?

Pour certains réincarnationistes, entre autres, , la Terre n'est probablement pas le seul lieu de vie (Je n'évoque pas le mythique Paradis des religions) , mais elle est au moins un lieu censé être habité apr des homo sapiens où on ne devrait pas accepter d'insulter l'intelligence et la misère.

Or c'est tout à fait le cas pour ITER

Voir le point de vue du GSIEN (Groupement des Scientifiques pour l'Infortmation sur l'Energie Nucléaire)

Super-Phénix n'a pas servi de leçon pour certains prétentieux scientifiques français. Mais le contribuable continue de payer et l'argent gaspillé à Creys-Malville (pas perdu pour tout le monde, il est vrai), n'a donc pu servir ni à réduire la pauvreté, ni à des projets énergétiques éco-défendables.

Le hic c'est que ça nous fait plaisir d'ne discuter ici et ailleurs, mais ça va changer quoi ?

Le projet du PS et/ou Ségolène - sans illusions sur eux pour autant - sont-ils pour ? Sera-t-il trop tard pour arrêter s'ils gagnent

Sophophile | 20 juin 2006 à 13h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Débat démocratique ?

Comment devrait se faire le débat démocratique??

En faisant preuve d'un minimum de bon sens pour commencer. ITER est une inéptie, un projets qui n'est pas du tout sur d'aboutir à quoi que ce soit. Un projet qui ne servira qu'à engloutir une masse travail qui serait bien plus utile, et de manière certaine, aileurs...Voir l'avis de Pierre Gilles de Gene à ce sujet.......

Des solutions?? Vous ne les connaissez pas bien entendu, c'est évident....des solutions dites-vous?: lisez GLOBAL CHANCE, Négawatt, WISE, Benjamin Dessus, Bernard Laponche, Yves Marignac, Olivier Sidler, ..........

jojo | 20 juin 2006 à 17h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re

Des spécialistes comme ceux auquels vous faites référence remettent d'ores et déjà en cause les 40 dernières années d'innovation énergétique, et ce depuis fort longtemps.
Les conséquences déjà constatées (pour ce que l'on en sait) et les risques à venir des "incidents" nucléaires sont d'une ampleur telle qu'il est difficile d'adhérer à cette logique.
Vous dites que le nucléaire français à été moins nocif que notre consommation de pétrole ou de gaz ... je vous rappelle quand même que l'énergie soit disant propre ainsi fournie sert à faire fonctionner les usines pétrochimiques et autres industries polluantes superproductrices, elles, de GES !!!
Et qu'en plus on vient d'accorder à ces même superpollueurs le droit de polluer encore d'avantage via la bourse aux GES. La encore, la logique m'échappe, d'autant que c'est nous consommateurs, même avertis, qui payons le surcout de production. A qui profite le crime !!!
Quand au devenir du nucléaire français, je ne suis pas convaincue que nos centrales vieillissantes ne soit pas source de problèmes à court terme, sans parler bien sur des déchets radioactifs dont on ne sait toujours pas quoi faire. Devra-t-on construire d'immenses sarcophages sur tout ces sites ? ... Sympa les "paysages" que nous laisserons à nos descendants.
Certe les ENR ne sont pas aujourd'hui en mesure de se substituer au nucléaire mais encore faudrait-il se donner les moyens pour quelles y parviennent. Ce n'est certainement pas en continant à investir des sommes astronomiques dans des projets nucléaires dont quasi personne ne veut que la situation évolura.
Je ne saurai que trop vous conseiller de rencontrer des scientifiques, des économistes, des ingénieurs en étude d'impact, des spécialistes en énergies renouvellables pour vous faire un avis objectif sur les possibilités actuelles d'indépendance énergétique.
Nat

nat | 21 juin 2006 à 04h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le nucléaire s'impose par raison !!

Je ne pense pas que nous rencontrons les mêmes spécialistes et scientifiques. En tous cas, les vôtres semblent un peu courts dans leur argumentation car ils n'ont pas réussi à séduire les divers gouvernements successifs....

Fragued | 21 juin 2006 à 12h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Le nucléaire s'impose par raison FINANCIERE !!

Ne confondez pas raison et profit, c'est insultant !!!

nat | 21 juin 2006 à 14h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Le nucléaire s'impose par raison FINANCIERE.

Le profit est la base même de l'économie libérale, celle dans laquelle nous nous trouvons. C'est la recherche du profit qui stimule l'investissement et donc l'innovation.

Si ce mode d'économie ne vous convient pas, c'est dans l'isoloir que vous devez agir...Tant que l'on sera en démocratie. Sinon, vous pouvez toujours émigrer vers une économie dirigiste, mais je ne suis pas certain que l'environnement y ait une considération supérieure.

Fragued | 21 juin 2006 à 17h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Agir, essayer plutot que tout refuser en bloc

Mais je n'ai pas l'impression qu'ITER est une solution à la prochaine crise du pétrole : cette dernière aura lieu dans un délai de l'ordre de 50 ans alors qu'ITER (si des solutions technologiques sont trouvés) ne prétend pas offrir de solution amenant à la production effective d'énerrgie avant un siècle.

ITER est juste de la recherche qui me semble nécessaire dans tous les domaines. Je me pose néanmoins une question : est-il normal que cette recherche engloutisse tant de fonds alors que :
1/ elle ne peut donner une réponse dans un délai acceptable
2/ comme beaucoup de recherches rien ne garantie des résultats satisfaisants
3/ il existe d'autres voies de recherche qui sont plus prometteuses (développement des énergies renouvelable)

jp | 15 juillet 2006 à 20h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager