En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le premier grand chantier destiné à redonner au Mont-Saint-Michel son caractère maritime a débuté

C'est par la réalisation du barrage sur le Couesnon que commence le rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel. Cet ouvrage sera le premier des cinq grands chantiers qui s'échelonneront jusqu'en 2012 pour un coût global de 164 M€.

Aménagement  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Comptant parmi les Chefs d'œuvre du patrimoine de l'humanité, le Mont-Saint-Michel est aujourd'hui le site touristique de province le plus visité de France. Malheureusement, victime des aménagements réalisés il y a plusieurs dizaines d'années, le site est confronté à un ensablement progressif de sa baie qui le rattache de plus en plus au continent. Afin de lui redonner son caractère maritime initial, un grand projet d'aménagement a été lancé en 1995 par l'État et les collectivités territoriales normandes et bretonnes.
Après plus de dix ans d'étude, le premier grand chantier a été officiellement lancé le 16 juin dernier. Il consiste à réaliser un barrage sur un des cours d'eau qui alimentent la baie : le Couesnon. Ce barrage doit permettre au Couesnon de reconstituer, marée après marée, son estuaire dans la baie sous l'effet des chasses régulées emportant avec elles plusieurs millions de m3 de sédiments. 80% des effets hydrauliques attendus doivent être réalisés dans les dix ans.
Si pour les concepteurs du projet, ce barrage est la pierre angulaire de tout le dispositif, il cristallise les inquiétudes de certains acteurs notamment de l'Union Régionale des Fédérations de Bretagne-Maine-Normandie pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique. Interviewé sur le sujet par Actu-environnement en novembre 2005, Jean-Paul DORON, président de ce groupement reconnaît la nécessité des travaux mais craint que le barrage et le mode de fonctionnement prévu aient des impacts environnementaux significatifs pour la population piscicole du milieu. Le dossier d'étude d'impact présentait de nombreuses insuffisances dans le domaine de la circulation des espèces migratrices, expliquait-il. Selon lui, les installations qui ont été prévues pour le déplacement des espèces migratrices et le minutage des chasses ne sont pas adaptés aux espèces migratrices présentes dans le milieu et à leurs besoins.
Le barrage sera toutefois livré fin 2008, après deux ans et demi de travaux. Aux vues des conséquences désastreuses qu'ont eu les aménagements du siècle dernier et contre lesquels on se bat aujourd'hui, il est compréhensible que ces nouvelles constructions inquiètent. Rappelons qu'une étude impact a été réalisée en amont du projet. Elle a notamment mis en évidence les conséquences néfastes du nouveau barrage sur certaines espèces rares de la Baie comme le pélodyte ponctué, petit crapaud gris tacheté de vert vif. Mis en péril, l'habitat du pélodyte a donc été réaménagé par la création de mares dans des zones non perturbées en 2005.

Ce barrage sera le premier des cinq grands chantiers qui s'échelonneront jusqu'en 2012. La période 2008/2010 sera consacrée à la construction d'un nouveau parc de stationnement, des bâtiments d'accueil et de la navette de transport public. Le parc de stationnement sera situé sur des polders agricoles à 2,5 km du Mont et au sein d'un site paysager qui accueillera des bâtiments d'accueil du public. Une fois construit, il libérera l'espace nécessaire à la réalisation du pont passerelle aujourd'hui occupé par les parkings. La montée en puissance de l'exploitation sera progressive avec la livraison de l'ensemble de la flotte des navettes pour la haute saison 2011. La destruction de la digue route actuelle est prévue en 2012 puisqu'elle sera utile jusqu'au dernier moment pour maintenir l'accès au Mont-Saint-Michel pendant toute la durée des travaux.

Sur le plan financier, le Gouvernement et le Syndicat mixte se sont accordés pour faire aboutir le programme dans des délais raisonnables (2012) et à l'intérieur d'une enveloppe financière fixée à 164 M€. L'Etat apporte une contribution financière de 79.23 M€ (dont 3,80 M€ de l'Agence de l'Eau) et un appui technique et réglementaire. Le Syndicat mixte apporte une contribution financière de 59,62 M€ et assure la maîtrise d'ouvrage de l'ensemble du projet.

Aujourd'hui, la mise en chantier du projet du Mont-Saint-Michel est effective, mais de nouvelles perspectives s'ouvrent déjà. Les partenaires examinent avec intérêt les modalités d'un élargissement de l'accessibilité du Mont au moyen d'un système de transport ferré qui relierait le site à l'international.
Présent au lancement du chantier, le Premier ministre Dominique de Villepin a rappelé que le projet du Mont-Saint-Michel constituait un exemple de la politique de développement durable que nous voulons lancer à l'échelle du pays tout entier. Notre pays possède des paysages exceptionnels qui font la fierté de nos compatriotes. Ce patrimoine naturel, il nous faut le préserver et le valoriser, a-t-il ajouté. Il a d'ailleurs annoncé qu'il débloquait 20 millions d'euros supplémentaires pour la signature, cette année, de nouveaux contrats d'agriculture durable dans les sites Natura 2000, afin de mieux accompagner les agriculteurs qui s'engagent à faire évoluer leurs pratiques pour préserver la biodiversité, a-t-il expliqué.

Réactions6 réactions à cet article

 
chasse d'eau

curieuse coincidence : on rehabilite la baie du mt st michel (grosse "chasse d'eau" en perspective,) a cote du site du futur EPR de flammanville... est-ce pour "balayer" les futurs effets nefastes de la centrale, et des lignes THT ? (je suis de mauvais esprit...) on efface les traces par le vent, l'eau et le tour est joué.... quant est-il des poissons migrateurs ? obliges de sauter par dessus les WC ?...
laurence de reims

Anonyme | 22 juin 2006 à 11h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Encore une vision a court terme

bonjour,

Je vois qu'une fois de plus le développement durable est une notion qui n'est pas appliqué et reste une vague utopie.
On "corrige" nos aménagements par des aménagements supplémentaire.
L'effet de l'ensablage est du à la route qui bloque le courant. Il suffit donc de détruire cette route et mettre en place une déserte maritime pour desservir l'ile... non ?
Surtout que vu le prix du projet, je suis sur que l'on peut créer un bateau "écologique" (propulsion alimenté par du solaire et de l'éolien par exemple) exprès pour assurer la liaison ile-terre.

Surtout que ce n'est plus un grand secret que les barrages génèrent presque autant de problème qu'il n'en résolve (poissons migrateurs, modification de la dynamique fluviale, sédimentation au niveau des retenues...)


Enfin, les constructeurs qui ont eux le marché pour les barrages gagnerons bien leur vie j'imagine.

C'est vraiment affligeant de voir ce type de projet avec la connaissance dont on dispose de nos jours.

daarmi | 23 juin 2006 à 14h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Encore une vision a court terme

Certes, mais faut-il rajouter des roues tout-terrain au bateau à marée basse?

dadoum | 26 juin 2006 à 12h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
sarcastique question ?

pourquoi pas les véhicule amphibie sa existe déjà. Vu le prix du projet il y a matière à innover.

Je reste convaincu que la solutions des barrages est soit une erreur grossière faites part des débutants dépourvu d'imagination, soit un choix à caractère financier.

daarmi | 26 juin 2006 à 18h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:chasse d'eau

Ridicule
Confondre un phénomène de chasse limité aux abords du Mont, avec un tsunami qui ferait 150km au moins pour rejoindre les abords de Flamanville...
C'est n'importe quoi écolo jesaistout, j'ai toutvu
Quand on ne connait pas sa géo, on s'abstient

Anonyme | 24 décembre 2006 à 20h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Pharma

Hi
Good serviceldrugs and pills online
adipex alprazolam cialis viagra ambien diazepam didrex hydrocodone online-pharmacy buy tramadol buy ultram buy valium buy vicodin
Good Look

apendulum | 16 janvier 2007 à 06h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager