En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Screlec lance une campagne de communication pour relancer la collecte des piles et batteries

Alors que la prochaine directive européenne s'oriente vers des taux de collecte minimum de l'ordre de 25% des ventes annuelles et des taux de recyclage de 50%, Screlec lance le programme Batribox destiné à sensibiliser le grand public.

Déchets  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Depuis 2003, la Commission européenne réfléchi à une nouvelle directive destinée à remplacer la législation actuelle sur les piles et accumulateurs. Après quelques années de flottement dues à un désaccord entre le Parlement et le Conseil, il semblerait que la directive soit en bonne voie. Les deux institutions européennes se sont mises d'accord sur les taux de collecte et de recyclage à respecter dans les prochaines années. Les objectifs de collecte sont dorénavant fixés à 25% d'ici 2012 et à 45% d'ici 2016. La directive devrait être publiée courant 2006 pour une transposition par les états membres d'ici 2008. Actuellement, le taux de collecte en France est de 31 % : le premier objectif est donc déjà atteint. Mais la France a encore des progrès à faire puisqu'elle se situe loin derrière l'Autriche (50 %), la Belgique (50 %), l'Allemagne (37 %) et les Pays-Bas (35 %).

Face à ces nouveaux objectifs, Screlec, l'un des organismes français de collecte et de recyclage des piles lance un programme destiné à sensibiliser le grand public à l'importance de la collecte des piles et batteries. Baptisé Batribox, cette campagne a pour objectif de contribuer à une forte prise de conscience, amorcer le déstockage domestique des piles et batteries en mettant en avant une filière de collecte dédiée. Elle débutera prochainement par la diffusion de nouveaux bacs collecteurs plus visibles et spécialement conçus pour recevoir les piles mais aussi les batteries. En septembre, Screlec devra avoir mis en place plus de 3.000 points de collecte, dans les grandes surfaces alimentaires ou spécialisées et chez les détaillants.
La campagne sera ponctuée par une journée nationale spéciale, prévue le 21 octobre prochain. Cette grande journée d'information et d'animation du réseau de collecte mettra en scène 200 ambassadeurs Batribox qui sillonneront la capitale à la rencontre des consommateurs et des distributeurs adhérents de Batribox. Leur mission sera de les sensibiliser à la collecte des piles et des batteries incorporées dans les appareils électro-portatifs. Screlec a déjà prévu de poursuivre cette campagne tout au long de l'année 2007 pour des résultats visibles en 2008.

Actuellement Screlec compte 170 adhérents, producteurs d'équipements électriques et électroniques. Conventionné par les pouvoirs publics, cet organisme prend en charge les obligations légales de ses adhérents en matière de collecte et de recyclage. Il garantit la conformité des procédures dans le respect de la législation. Il est notamment responsable de l'enlèvement, du tri et du transport des piles et accumulateurs vers les filières de recyclage et a à sa charge le choix des prestataires et le suivi des opérations pour le compte de ses adhérents. En 2005, Screlec a collecté 640 tonnes d'accumulateurs usagés et 270 tonnes de piles. Grâce en partie à cette campagne de sensibilisation, Screlec souhaite atteindre les objectifs de 400 tonnes de piles et 800 tonnes d'accumulateurs en 2006 et 450 tonnes de piles et 900 tonnes d'accumulateurs en 2007. Il mise pour cela sur le doublement du nombre de ses points de collecte en atteignant 10.000 en 2008, sur l'augmentation de l'efficacité moyenne des points de collecte de 75 à 125 kg par collecteur et assurera désormais la collecte dans les déchetteries. Par ailleurs, l'obligation d'extraire les piles et accumulateurs des Déchets d'Equipements Electriques et Electroniques (DEEE) en particulier les piles boutons et les accumulateurs portables participera incontestablement à augmenter les taux de collecte.

Réactions1 réaction à cet article

 
Et l'avis du Ministère ?

Un rapport récent du ministère de l'Environnement (peu importe le nom pompeux qu'on lui donne) n'a-t-il pas conclut que la collecte séparé des piles était du temps, de l'argent et de l'énergie perdus ?

Il faudrait savoir !!!

JMG

constructif | 22 juin 2006 à 06h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager