Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le projet Village Serre cherche à se concrétiser en France

Finaliste du prix de la fondation Altran, le projet Village Serre recherche une collectivité pour passer à l'action. Le concept réside dans la construction de logements alimentés en eau, en chaleur et en électricité grâce à des serres.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
Le projet Village Serre cherche à se concrétiser en France
Vue interne devant les habitations
   
Depuis 10 ans, la Fondation Altran pour l'innovation récompense l'innovation scientifique et technologique au service de l'intérêt général. Chaque année, elle décerne un prix à un chercheur, une équipe de recherche ou au porteur d'un projet, en récompense d'une innovation technologique sur un thème spécifique. Après « l'innovation technologique au service de l'intégration dans la société » en 2005, la fondation a choisi le thème de l'énergie pour cette année. Ce thème couvre la notion d'énergie dans son ensemble, de la transformation des sources d'énergie à la gestion des impacts environnementaux en passant par l'efficacité énergétique dans l'utilisation notamment dans les transports, l'habitat et la vie quotidienne.
Sur les 80 projets présentés au Prix 2006, le jury, composé de 17 experts internationaux et présidé par Corinne Lepage, s'est réuni pour choisir les finalistes et les lauréats. Parmi ces finalistes, figure le projet néerlandais Greenhouse Village qui se décline en France sous le nom de Village Serre.

Un Village Serre est une combinaison de serres agricoles et d'habitations conduisant à la création d'une zone indépendante énergiquement, ne nécessitant l'utilisation d'aucune énergie fossile. L'énergie solaire devient la principale source d'énergie.
La serre apporte la nourriture et les besoins en énergie aux habitants. Dans la serre, l'excès de chaleur provenant du soleil est récupéré et emmagasiné, à travers des échangeurs de chaleurs, et stockée dans l'eau d'un aquifère entre 25 et 100m de profondeur. Cette chaleur sera réutilisée par la suite pour chauffer les maisons et la serre en retour. En été, l'eau plus fraîche est puisée dans les profondeurs de l'aquifère pour rafraîchir les habitations quand la température monte.
Les déchets organiques des logements composés des déchets de cuisine, des déchets verts et des eaux des toilettes sont dirigés vers un fermenteur qui produit du biogaz. Par cogénération, ce biogaz alimente en électricité et en chaleur les habitations. Le gaz CO2 chaud émit par la cogénération est utilisé pour chauffer de l'eau potable afin d'alimenter les douches et la cuisine et renvoyer par la suite vers les serres avec le compost issu de la fermentation.
Quant aux eaux peu chargées organiquement (lessive, cuisine, salle de bains), elles sont traitées sur place et redirigées vers les serres pour l'arrosage des plantes. L'eau évaporée dans la serre est récupérée par condensation et constitue une nouvelle eau potable complétée par de l'eau potable externe.
Dans le Village Serre tout est connecté dans un grand ensemble. Les logements et la serre sont indépendants des énergies fossiles à 100% pour le chauffage, l'électricité et l'eau chaude, à 75% pour les besoins en eau et à 50% des évacuations des déchets ménagers. Avec deux hectares de serres, il est possible d'alimenter 200 habitations.

Afin de mettre en œuvre ce projet ambitieux et novateur, l'équipe en charge de promouvoir le projet en France cherche une collectivité pour installer le Village Serre. Pour le choix de l'emplacement certains pré-requis sont nécessaires comme la présence d'un aquifère. La conception de base du Village Serre est constituée pour une bonne partie de techniques existantes et confirmées mais qui nécessitent de nombreuses autorisations que ce soit lors de leur conception, construction ou pendant leur fonctionnement.
Par ailleurs, la connexion directe des installations impose des conditions particulières d'usage des logements. Certains produits d'entretien sont interdits par exemple et le tri des déchets est obligatoire. Cependant, ces recommandations ne sont pas contraignantes et font parties de la philosophie défendue par le projet.
Appuyé par l'ADEME, Village Serre va faire l'objet d'une demande de financement à travers le programme européen CONCERTO chargé d'appuyer les investissements en faveur de la maîtrise de l'énergie dans les constructions de logements et de bureaux. Il sera également soumis à l'Agence de l'Innovation Industrielle en attendant de trouver un terrain accueillant.

Au côté du projet Village Serre, la fondation Altran pour l'innovation a récompensé le projet Maxxun, start-up néerlandaise qui développe un système d'énergie solaire basé sur une technologie de concentration solaire luminescente (LSC). Composé d'une large feuille de plastique, d'une couche fluorescente et d'une cellule solaire, ce système permet de réduire la taille de la cellule solaire pour une même énergie captée et donc une importante diminution du coût. La couche fluorescente absorbe puis re-émet de la lumière à la longueur d'onde optimale qui est ensuite guidée par réflexion interne vers la cellule solaire.

Une mention spéciale a par ailleurs été attribuée au projet PragmaPAC, de l'entreprise française Pragma Industries, pour le développement d'une nouvelle technologie de pile à combustible. PragmaPAC est un nouveau concept géométrique et un nouveau procédé d'assemblage dont la particularité est de supprimer de nombreux composants coûteux utilisés jusqu'à présent dans les piles à combustibles classiques. PragmaPAC utilise des matériaux moins chers, moins encombrants et moins lourds afin de favoriser la fabrication industrielle automatisée.

Pour l'année 2007 la Fondation Altran pour l'Innovation a choisi pour thème « L'homme réparé : L'innovation technologique au service de l'intérêt général ».

Sur le même sujet

Glossaire

Fermentation Cogénération

Réactions12 réactions à cet article

 
bravo

nous sommes toujours très curieux de ce qui représente des progrès dans les technologies menant à préserver la planète.

pouvez-vous nous dire où et quand on pourra en voir quelques réalisations en France ? (ns sommes en PAys de la Loire )

Notre fille est également très concernée puisque conseillère pour les énergies renouvelebles diplômée au niveau Bac + 5 - et serait certainement passiannée par ces travaux et leur réalisation.

merci de nous répondre ?

Anonyme
 
Signaler un contenu inapproprié
 
pourquoi pas

J'ai un autre exemple : le village de Bedzed près de londres. Les habitants ce sont adaptés aux contraintes car la qualité de vie y est meilleure. a priori ce n'est pas un village de bobo étant donné que la mixité sociale faisait parti du projet (1/3 de propriétaire, 1/3 de locataire et 1/3 de HLM).
et pour citer Gandhi : you must be the change you wish to see in the word...
quand est-ce qu'on emménage?

valérie
 
Signaler un contenu inapproprié
 
les serres Altran : concept avorté

A la lecture d'un tel article, on mesure la distance qu'il y a entre la technique et l'humain. On ne peut imaginer un tel système, astucieux par ailleurs, sans un mode de vie adapté. Le compost suppose une alimentation adaptée. Les eaux puisées dans les nappes profondes doivent y retourner. L'utilisation des WC secs serait sans doute mieux adaptées, etc. C'est dommage.

Anonyme | 31 août 2006 à 12h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:les serres Altran : concept avorté

pourquoi jeter le bébé avec l'eau du bain d'entrée de jeu?
ne vaudrait il pas mieux essayer de convaince une collectivité d'adopter un comportement adapté?
cela ne devrait pas être insurmontable si la collectivité est de petite taille....
amicalement

Diogene | 31 août 2006 à 15h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:les serres Altran : concept avorté

Cette "usine à gaz" pourrait bien sûr fonctionner mais dans un système social où chacun a pris conscience de l'importance d'équilibrer social/économie/environnement et culture artistique ! Cela ne peut être qu'un projet partagé, collectif, créateur d'emplois de gestion, entretien, maintenance... Attention cependant, c'est le cas de le dire, à ne pas vivre sous cloche en une expérimentation où seule la technique domine. Au niveau des investissements économiques, les importants surcoûts seront finançables dans des cadres d'opérations-pilotes, mais je doute que les objectifs affichés de 100% d'autonomie énergétique soient atteignables sans une participation active des habitants dans une démarche "négawatt" (sobriété, économies d'énergies, participation active loin du "presse-bouton"...). Quant à l'impact territorial et environnemental de 2 hectares de serres pour alimenter 200 logements, cela pose la question de la bonne échelle humaine de ces "écovillages" dans lesquels il faudrait intégrer emplois, artisanats, commerces, écoles... Idée pas nouvelle mais passionnante, ces serres appellent surtout à réfléchir globalement sur l'aménagement du territoire et sur le besoin d'enclencher plutôt des démarches de "simplicité volontaire" plutôt que de s'engager dans des projets démesurés. Et si l'on revenait à "small is beautiful"? Merci. Vahram

vahram | 01 septembre 2006 à 13h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:les serres Altran : concept avorté

Dans le quartier Vauban à Freibourg, les habitants sont obligés de signer une espèce de charte de comportement dès l'achat du logement (ou de la location). Cette charte définie certaines obligations comme le tri des déchets, un comportement vis-à-vis de l'énergie, vis-à-vis de l'utilisation des voitures,etc... Le non respect de ces obligations peut donner lieu à des sanctions (jusqu'à l'exclusion du site). Autre exemple, dans les maisons passives qui n'utilisent pas d'énergie, il faut adapter son comportement quotidien (ne pas ouvrir les fenetres n'importent quand...).
Clairement, pour vivre dans un tel environnement, les comportements individuels doivent etre adaptés pour une vie en communauté. C'est indispensable.

emmanuel | 02 septembre 2006 à 16h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:les serres Altran : concept avorté

alors, encore un projet pour une "élite" bobo, plutôt friquée mais consciente des enjeux globaux? Laissera t'on un quota de logements/commerces/locaux artisanaux, surfaces potagères à quelques adeptes de la Simplicité volontaire? mettre la vie communautaire sous cloche me gêne, j'ai la vague impression que cette recherche est une récupération du monde capitaliste d'idées à la base généreuses de l'univers écolo...comment l'appeler? la troisième voie, entre capitalisme et communisme... Dans ton texte, Emmanuel, les termes "obligations, sanctions, exclusion possible du site " me perturbent. Il serait bon, justement de trouver des règles plus orientées vers la non-violence, sans rejetter la fermeté nécessaire parfois mais sous tendue par l'amour. A quand un nouveau Gandhi pour espérer vivre ces villages dans une cohérence la meilleure possible? Ces serres sont les bases d'un projet d'utopie sociétale ! Peut-être faut t'il rêver maintenant pour y arriver demain? Merci. Vahram

Anonyme | 02 septembre 2006 à 18h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:les serres Altran : concept avorté

Les fonctionnements de Freibourg m'ont été expliqués lors d'une visite du quartier avec un promoteur. Je ne crois pas qu'il y ait déjà eu des sanctions, mais je pense que l'idée est de faire que les gens arrivent avec une certaine mentalité. Mais il faut bien une forme possible de repression si certains ne respectent pas ces mentalités
et perturbent l'ensemble du système (c'est un peu comme les 3 élèves qui bavardent au fond de la classe en perturbant tout le cours...).
Je pense qu'il faut trouver un équilibre entre une liberté et des règles de vie (sans être nécessairement violent comme tu le dit Vahram).

De toute facon, si l'on ne s'oblige pas à certaines règles en matière écologique (tri des déchets, économie énergie,.) et sociale (acceptation de l'autre, équilibre salaire, ...), c'est la nature et la société dans leur ensemble qui se chargeront de nous punir, sans doute de facon très sévère et sans retour possible!! C'est peut-être déjà le cas...

emmanuel | 03 septembre 2006 à 16h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 
punition sociétale?

OK, il faut réinventer un système de vie commune plus harmonique. Mais de toutes façons, la "société" ne peut "punir" les esprits libres. On ne s'éloigne pas trop des serres. En roulant le "r", "ser" veut dire "amour" en arménien. Evidemment, mieux vaut ne pas mettre ce terme à toutes les sauces, n'importe comment, même s' il représente un des chemins du " vivre ensemble" dans ce village-serre. Bref, y'a du boulot, par seulement de génie environnemental ou de maîtrise architecturale... Vahram

Anonyme | 03 septembre 2006 à 19h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:bravo

Je ne sais pas où ce type de projet est en cours en France. Mais, vues les compétences de votre fille, vous pourriez peut-être monter une équipe, au départ avec des amis par exemple, préparer un projet là où vous vivez (ou là où vous aimeriez vivre), oser se lancer dans un travail d'autogestion, de programmation, même si cela paraît lourd et compliqué à la base. D'un point de vue personnel, familial, collectif, pédagogique, réfléchir concrétement à un aménagement écolo-autonome est passionnant.Vous me direz, conseiller, c'est facile. De mon côté, ma santé psychophysique chancelante reste un prétexte pour ne pas encore enclencher sur Marseille ce type de projet. Il faut reconnaître que l'environnement socio-politique n'y est pas très favorable. Merci. Vahram

vahram | 14 septembre 2006 à 12h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:pourquoi pas

emmenager près de Londres ? non, merci. Il n'y fait pas beau, beau...Vahram

vahram | 14 septembre 2006 à 12h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
vives les pays de la Loire

c'est difficile à croire et pourtant je lisais les autres critiques à cet article en pensant "il faut que je contacte des autorités locales". Moi, je suis mayennaise mais j'habite à Rome où je fais un master en protection de l'environnement, organisé par le Ministère italien...
-Lancez-vous, on m'a dit qu'ici, il existe déjà des villages écolo construits sur cette idée: désertées par les jeunes, un promoteur rachète les maisons vides et converti le hameau pour y faire vivre des touristes qui viennent vivre selon le rythme du village.
ce sont les prémices du "tourisme écologique" et pourquoi pas d'un tremplin vers un changement de "mauvaises" habitudes...
-les villages Serres permettront d'obtenir des fonds de départ, un peu de pub, là encore payée par l'U.E. ou la région et vous trouvez tout de suite des "touristes" puis des gens qui veulent y faire leur vie !
-la Bretagne ou encore plus les Pays de la Loire qui se vident de jeunesse sont adaptés à ces projets. Moi, je ne suis pas sur place pour contacter tout le monde mais votre fille, si elle a une thèse ou autre à élaborer peut faire un carton! qu'elle en parle à ces profs, amis, connaissances et autorités locales.
Dans le sud Mayenne, des bus viennent voir les quelques éoliennes...les chambres d'hotes se développent comme jamais, c'est le moment!
SAndrine

S G | 04 octobre 2007 à 16h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager